MiSa' Story


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au secour de Michael !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
audreyscofield
Inhale/ Exhale
Inhale/ Exhale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 233
Age : 30
Localisation : Dans les bras de Michael a bord du bateau
Humeur : Ca dépend des jours lol
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Au secour de Michael !!   Jeu 1 Jan - 23:07

Bonjour tout le monde,sur la demande de Tinkerbel je viens poster mes fics voilà la premiére que j'ai écrit !!!

Je me suis basé sur la saison 1 et au moment de l'exécution de Lincoln, malheureusement aucune preuve n'a été apporter et Lincoln a était éxécuter !!!


J'espére que ça vous plaira !!!!


Michael n’a pas pu sauver son frére et Lincoln a été exécuter, aucune preuve n’a pu être apporter au dossier pour suspendre son exécution.
Pope, Sara ainsi que Sucre s’inquiètent pour Michael qui refuse de parler de ce qui c’est passer et qui s’obstine à dire qu’il va bien et qu’il n’a pas besoin d’aide.

Michael était adosser à une des grilles de la cour , il avait le regard dans le vide comme souvent ces derniers temps.

Sucre :Michael………….Michael !!!!!!!!!

Michael ne répondait pas, il avait l’air complètement ailleurs.

Sucre le bouscula légèrement .

Sucre : Hé, ho, Mike !!!!!!!!

Michael sortie de ses pensées.

Michael : Hein, quoi !!!!!! (réalisant que c’était Sucre qui lui parlait) Qu’est ce qui se passe Sucre.

Sucre : Rien du tout. Ca vas toi.

Michael : Ouais, ça va !!!

Sucre : Tu es sûre ??

Michael : Oui, pourquoi tu es toujours entrain de me demander ça.

Sucre : Parce que ça a pas l’air d’aller !!!!!

Michael : Je vais bien Sucre d’accord !

Sucre : Pourtant j’ai vraiment l’impression que c’est pas le cas. Michael, je sais que ça fait que quelques jours que Lincoln est mort mais………..

Michael : Arrête Sucre.

Sucre : Tu devrais en parler Michael, ça pourrait t’aider.

Michael : J’ai pas besoin d’aide Sucre c’est clair, alors laisse moi un peu tranquille.

Sur ce Michael s ‘éloigna et laissa Sucre planter là.

A quelques mètres de là, Pope et Sara venaient d’assister a la scène.

Pope : Qu’est ce qui c’est passer a votre avis.

Sara : Avec Michael on peut jamais savoir.

Sara regarda Michael s’éloigner et s’approcha des grilles où était Sucre.

Sara : Fernando !!!!!

Sucre se retourna en entendant son nom.

Sucre : Bonjour Doc !!

Sara : Bonjour !!

Sucre vit Pope s’approcher.

Sucre : Mr le directeur !!!

Pope : Bonjour Fernando, comment allez-vous ?

Sucre : Très bien, merci.

Pope désigna Michael de la tête.

Pope : Et comment va votre compagnon de cellule ?

Sucre tourna la tête vers Michael.

Sucre : Michael, lui, il va plutôt…………..

Sara : On a vu ce qu’il vient de se passer.

Sucre se retourna vers eux en soupirant.

Sucre : Il va plutôt mal.

Pope : C’est lui qui vous l’as dit.

Sucre : Michael dire qu’il va mal, sûrement pas, non. A chaque fois que je lui demande, il dit qu’il va bien. D’ailleurs on dirait un disque rayer à force.

Pope : Il vous a parler de son frère ou d’autre chose.

Sucre : Il est pas du genre bavard, mais depuis l’exécution de Lincoln c’est encore pire, c’est a peine si il parle à qui que ce soit d’ailleurs. Mais j’y pense Michael vous aide sur un projet je crois, il vous a peut être parler à vous.

Pope : Oui en effet, il m’aide pour un projet mais il ne parle pas beaucoup.

Sucre : Et à vous Docteur, il vous a parlait.

Sara ne répondit pas, elle regardait Michael qui était un peu plus loin, assis sur un banc il avait la tête entre ses mains.

Sucre : Docteur !!!!!!

Pope : Sara, tous va bien !!!

Sara réalisa qu’on lui parlait.

Sara : Excusez moi, j’étais ailleurs.

Sucre regarda vers la même direction que Sara et aperçut Michael, il se tourna vers elle et lui sourit discrètement ce qui lui fit baisser les yeux pendant quelques secondes avant de le regarder de nouveau.

Sara : Vous disiez.

Sucre : Je vous demandais si Michael vous avez parler.

Sara : Non il ne m’a rien dit.

Pope : Vous ne parlez pas quand il vient pour sa piqûre.

Sara : Avant si, mais depuis la mort de Lincoln il est assez ……. Comment dire.

Sucre : Distant !!

Sara : Oui c’est ça, il est plutôt distant.

Sucre : Moi qui pensait, qu’il vous parlerai.

Pope : Pourquoi vous pensiez ça .

Sucre : Je sais qu’ils s’entendent plutôt bien alors je me suis dis que si il devait parler à quelqu’un ça serai avec le doc.

Sara : Et bien non c’est pas le cas, je pense même qu’il m’évite d’ailleurs. Je dois être la dernière personne à qui il voudrait parler.

Pope : Pourquoi vous dîtes ça ??

Sara : Mon père aurait pu annuler l’exécution ou même la suspendre pour quelques semaines afin de relire le dossier mais il n’a rien fait, d’ailleurs je suis pratiquement sûre qu’il n’a même pas jeter un coup d’œil au dossier que je lui ai remis concernant Lincoln.

Pope : Vous pensez vraiment qu’il pourrait vous en tenir rigueur Sara.

Sara : Etant donner la façon dont il réagit quand il vient a l’infirmerie je dirais que oui.

Sucre : C’est pas le cas, il vous en tiens pas rigueur.

Sara : Comment vous pouvez le savoir.

Sucre : C’est simple, je lui es demander et il m’a répondu si vous me croyez pas, demander lui vous même vous verrez bien.

Pope : Fernando n’a pas tort Sara, vous devriez lui demander et qui c’est peut être que ça l’incitera à vous parler.

Sara : Je suis d’accord, mais je lui ai fait sa piqûre d’insuline hier, alors je vois pas pour quel motif je le ferai revenir.

Sucre : Y a des tas d’excuse que vous pouvez donner, vous pouvez dire que vous souhaiter voir comment cicatrice son pied ou l’entaille qu’il a au niveau du front ou bien encore sa coupure au bras.

Pope : Je savais pas qu’il avait autant de blessures.

Sucre remarqua que Pope commencer a ce poser des questions.

Sucre : Michael est un vrai casse-cou, il regarde jamais où il va, il a toujours la tête ailleurs alors il se blesse souvent.

Pope : Vous êtes sûre que ce n’est que ça, il n’aurait pas de problème par hasard.

Sucre : Non, je le serai si il avait des problèmes, je l’aurai remarquer.

Pope : Vous êtes sûre !!!!!!!!

Sucre : Tout à fait.

Sucre espérait avoir convaincue Pope, car si ce dernier commencer à se poser des questions, Michael aurai pas mal d’ennuies et ce n’était pas vraiment ce qu’il lui fallait ces derniers temps.


Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Jeu 1 Jan - 23:12

lol! lol! lol! lol! ta première ❤ ❤ ❤

Citation :
Sucre : Je sais qu’ils s’entendent plutôt bien alors je me suis dis que si il devait parler à quelqu’un ça serai avec le doc.

Sara : Et bien non c’est pas le cas, je pense même qu’il m’évite d’ailleurs. Je dois être la dernière personne à qui il voudrait parler.

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad ça commence pas bien pour le MISA, Michael serait il fâché après son docteur scratch

Citation :
Sucre : Y a des tas d’excuse que vous pouvez donner, vous pouvez dire que vous souhaiter voir comment cicatrice son pied ou l’entaille qu’il a au niveau du front ou bien encore sa coupure au bras.

cheers cheers cheers cheers vive Sucre les bonnes idées Wink Wink


aller la suiteeeeeeeeeeee lol! lol! lol! lol!


Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Jeu 8 Jan - 21:29

oh mais j'aime cette fic... originale par rapportà toutes celles que j'ai lu jusque la...
Lincoln mort et mike qui se retrouve en Priosn pour rien finalement mais que va-t-il faire mnt ?? Va-t-il continuer dans son mutisme ? Et tient-il vraiment sara pour responsable ?? En faite je ne le pense pas mais j'aimerais bien avoir une suite...



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
audreyscofield
Inhale/ Exhale
Inhale/ Exhale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 233
Age : 30
Localisation : Dans les bras de Michael a bord du bateau
Humeur : Ca dépend des jours lol
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Ven 9 Jan - 0:48

Slt les filles , comme pour l'autre fic je suis désolé j'étais malade et je n'ai pas pu venir poster, voilà la suite !!



bonne lecture!!


Quelques minutes plus tard, Sara avait rejoint l’infirmerie, elle était assise à son bureau, des dossiers étaient éparpillés un peu partout dessus, mais elle ne semblait pas concentrer sur son travail, elle fessait tapoter son crayon et avait les yeux dans le vague, quand soudain Michael entra dans la pièce .

Michael : Docteur.

Sara sortie de ses pensées.

Sara : Michael, bonjours.

Michael : Bonjour, vous avez demander à me voir.

Sara : Oui en effet.

Elle désigna la table d’examen avec son stylo.

Sara : Asseyez-vous.

Michael s’exécuta et Sara se leva de son tabouret.

Sara : Comment ça va, aujourd’hui ?

Michael : Ca va !!!! Je peux savoir pourquoi vous savez demander à me voir.

Sara : Comment ça.

Michael : Je suis déjà venue hier pour ma piqûre, alors qu’est ce que je fais là au juste.

Michael la regardait dans les yeux, et son regard commença à faire défaillir Sara.

Sara : Heu………………. Votre pied !!!!!!

Michael : Quoi ???

Sara : Je voulais voir comment cicatriser votre pied, je devais le faire hier et j’ai oublier, alors j’ai demander qu’on aille vous cherchez.

Sara remercia intérieurement Sucre de lui avoir trouver une excuse aussi valable. Elle s’apprêta à aller chercher son matériel quand Michael lui dit.

Michael : Sans vouloir vous vexer docteur, vous mentez assez mal.

Sara se mit à le fixer à son tours en croisant les bras.

Sara : Alors, comme ça on est deux.

Michael baissa les yeux et fini par détourner le regard.

Michael : Si vous le dîtes.

Sara s’apprêta à jeter l’éponge quand sans le vouloir elle lui demanda.

Sara : Vous avez une dent contre moi Michael.

Michael la regarda à nouveau étonné.

Michael : Excusez-moi.

Sara : J’aimerai savoir si vous m’en voulez !!!

Michael : Pourquoi, je vous en voudrais.

Sara : Mon père n’a rien fait pour sauver votre frère, d’ailleurs je suis pratiquement sûre qu’il n’a même pas regarder le dossier que je lui es remis. Tous ceux qui compte pour lui c’est ce que les gens pense et c’est de se faire bien voir par ceux qui sont plus haut placés, il en a rien à faire d’avoir fait exécuter un innocent. J’en suis vraiment désoler.

Michael : Vous croyez que je vous en veux parce que votre père à laisser, Lincoln se faire exécuter.

Sara baissa les yeux.

Michael : Je pourrais savoir ce qui vous fait penser ça.

Sara : C’est que………………….vous êtes assez distant en ce moment, j’ai l’impression que vous vous renfermez sur vous même.

Michael : Vous inquiétez pas, je suis comme ça avec tous le monde .

Michael avait employer un ton assez froid et cassant sans, sans rendre compte, se qui blessa un peu Sara.

Sara : Et vous êtes aussi froid avec tous le monde.

Michael : Désoler je m’en étais pas rendu compte, je voulais pas vous blessez.

Sara : C’est rien.

Elle avait dit ça assez rapidement, ce qui fit douter Michael.

Michael : Vous êtes sûre !!!!

Sara : Ouai.

Elle se dirigea vers son bureau.

Sara : Vous pouvez y aller, je vous laisse tranquille.

Sara n’était pas du genre à abandonner aussi facilement, mais face à Michael elle perdait tous ces moyens et le fait qu’il lui parle avec un ton aussi cassant l’avais un peu blessé comparé à ce qu’elle disait.
Malgré le fait qu’elle lui ai dit le contraire, Michael sentais bien qu’elle lui en voulait.

Michael : Ecoutez Sara, je suis vraiment désoler, je voulait pas vous faire de peine.

Sara : Ce n’est pas grave.

Michael : Vraiment, je sais que je ne suis pas très sociable en ce moment…….

Sara : C’est compréhensible.

Michael : Peut être mais ce n’est pas une excuse, et je n’aimerai pas que vous croyez que je vous en veux.

Sara leva les yeux vers lui.

Michael : Parce que ce n’est pas du tout le cas.
Sara : Vous êtes sûre.

Michael : Vous n’y êtes pour rien à ce qui est arriver à mon frère Sara, alors faites moi plaisir, enlever vous cette idée de la tête d’accord.

Sara : Je peux pas m’empêcher de me dire que j’aurais pu faire plus.

Michael : Vous avez déjà fait beaucoup, plus que vous auriez dû, vous n’étiez pas obliger d’aller voir ses avocats et de remettre son dossier à votre père, mais vous l’avez quand même fait et je vous en suis très reconnaissant, vraiment merci rien ne vous forcez à le faire.

Sara : Oui mais ça n’as servie à rien.

Michael se leva de la table d’examen.

Michael : Vous n'avez pas à vous sentir responsable, vous n’y êtes pour rien Sara.

Michael ouvrit la porte de l’infirmerie.

Michael : Le seul fautif dans l’histoire c’est moi !!!

Sara : Quoi ??

Sara le regarda étonnée.

Sara : Pourquoi vous dîtes ça.

Michael sorti de la pièce.

Sara : Attendez !!!!!!! Michael……………………….Michael.

Sara s’était lever de son bureau pour essayer de rattraper Michael, mais la porte s’était refermer sur lui, et le gardien lui remettait déjà les menottes.
Elle colla sa tête à la porte, puis donna un coup de poing dedans.

Sara : Et merde !!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Ven 9 Jan - 1:16

cette suite est intéressante, Michael s'explique avec Sara mais reste trés vague sur ses sentiments... cette histoire m'intrigue vraiment... j'en veux encore... ..



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
audreyscofield
Inhale/ Exhale
Inhale/ Exhale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 233
Age : 30
Localisation : Dans les bras de Michael a bord du bateau
Humeur : Ca dépend des jours lol
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Sam 10 Jan - 19:58

Slt les filles, voilà une suite !!!

bonne lecture!!


De retour dans sa cellule, Michael retrouva Sucre.

Sucre : Bah alors papi, tu étais passer où, je commençais à m’inquiéter moi.

Michael : A l’infirmerie.

Sucre : Deux fois en deux jours, qu’est ce que tu t’es encore fait pour atterrir là-bas.

Michael : Rien du tout, c’est le toubib qui à demander à me voir.

Sucre : Et quelle excuse elle a donnée pour pouvoir te faire venir.

Michael :Qui te dis que c’était une excuse.

Sucre réalisa qu’il avait trop parler.

Sucre : Rien du tout.

Le regard que lui lança Michael lui fit comprendre qu’il n’en croyait pas un mot.

Michael : Sucre !!!!!!!!!!!!!!!

Sucre : Ok, d’accord, le doc voulait te parler mais elle s’avait pas pour quel motif te faire venir alors je lui es donner quelques excuses.

Michael regardait Sucre mais ne disais rien.

Sucre : Ecoute Mike, il faut vraiment que tu lui parles, elle croit que tu lui en veux à cause de la mort de Lincoln et du coup elle culpabilise de ne pas avoir pue le sauver.

Michael restait silencieux.

Sucre : Sérieux Michael, je l’ai vu toute à l’heure, on a un peu parler et, je devrais pas te dire ça mais, j’ai remarquer à quel point ça l’affecter que tu ne lui parle pas. Alors va lui parlait, explique-toi fait n’importe quoi mais, la laisse pas comme ça, elle le mérite pas.

Michael : Je sais.

Sucre lui sourit.

Michael : C’est pour ça que je lui es parler tout a l’heure.

Sucre : Quoi ?

Michael : Je savais pas qu’elle culpabilisait, alors quand j’ai compris, je me suis expliquer.

Sucre : Attends, tu es entrain de me dire que j’ai dis tous ça pour rien, tu étais déjà au courant.

Michael hocha la tête.

Sucre : Tu aurais pas pu me le dire tous de suite.

Michael : Tu sais Sucre, c’est pas de ma faute si tu sais pas te taire.

Sur ce Michael s’allongea sur son lit et laissa Sucre bouillonner.


Le lendemain, Pope marchait le long de la cour des détenus, tous en discutant avec Bellick quand il aperçut Michael assis contre les grilles, il s’approcha pour lui parler.

Pope : Michael.

Il ne répondit pas.

Pope : Michael !!!!

Bellick donna un coup de pied dans le grillage.

Bellick : Hé Scofield, on te parles.

Michael se leva d’un coup et aperçut Bellick le sourire au lèvres.

Bellick : Alors Scofield, ton grand frère te manque pas trop.

Pope regarda Michael, il n’avait même pas ciller.

Pope : Ca suffit Brad !!!

Le sourire de Bellick disparu.

Pope : Vous pouvez retourner à vos rondes merci.

Bellick : Mais monsieur……

Pope : C’est un ordre.

Bellick retourna faire ces rondes, un peu énerver.

Pope se tourna vers Michael.

Michael : Je vous avez pas entendu m’appeler, désoler.

Pope : C’est rien, vous étiez sûrement ailleurs.

Michael : Ouais.

Pope scruter Michael ce qui commença légèrement à intriguer ce dernier.

Michael : Je peux faire quelques chose pour vous.

Pope : Non, rien du tout, pourquoi vous me demander ça.

Michael : Et bien je suppose que vous n’êtes pas venu ici juste pour le plaisir de me voir, alors que me vaut votre visite.

Pope : Pas grand chose, je voulais juste savoir comment vous alliez.

Michael : Je vais bien, merci.

Pope : Ecoute Michael, si vous avez besoin de parler, vous pouvez venir me voir, je ……

Michael : Sans vouloir vous vexer, je n’ai aucune envie de parler ni à vous, ni à personne d’ailleurs.

Pope : Michael vous allez avoir besoin de l’aide de quelqu’un pour vous en sortir.

Michael : Non, j’ai besoin de l’aide de personne, et en ce qui s’agit de m’en sortir, je m’en sortirai tout seul comme j’ai toujours fait.

Pope : Vous croyez vraiment que vous allez y arriver tout seul.

Michael : Je peux savoir ce qui me vaut autant d’intérêt de votre part.

Pope : J’aimerai pas qu’il vous arrive quelques chose.

Michael : Vous inquiétez pas pour moi, je sais me défendre.

Pope : Ou bien que vous ayez l’idée de faire une bêtise.

Michael commença à marcher a reculons.

Michael : Sans vouloir vous offensez, si j’ai envie de faire une bêtise, comme vous dîtes, je la ferai et vous ne pourrez pas m’en empêcher.

Pope remarqua qu’il était très sérieux.

Pope : Michael ……

Michael : Bonne journée.

Il lui tourna le dos et parti, laissant Pope avec l’idée qu’il pourrai faire une bêtise qui pourrai lui coûter la vie, d’un jour a l’autre.


En allant à son bureau Pope croisa Sara.

Pope : Bonjour Sara.

Sara : Bonjour Henri.

Pope : Comment allez-vous.

Sara : Ca vas, merci.

Pope : En effet vous avez l’air d’aller mieux que ces derniers jours.

Sara : Ouais.

Pope : Vous avez réussi à parler un peu à Michael.

Sara : Oui, en effet, d’ailleurs je vous ai vu parler avec lui en arrivant.

Pope : Disons plutôt que j’ai essayer de lui parler.

Sara : Ca ce n’est pas bien passés.

Pope : En faite, il m’a en quelques sorte envoyer balader.

Sara fut légèrement surprise.

Sara : Vraiment, ce n’est pas son genre pourtant.

Pope : Je sais, il ne doit plus vraiment savoir où il en est, et c’est ce qui me fait peur d’ailleurs.

Sara : Comment ça.

Pope : J’ai l’impression qu’il pourrait faire une bêtise.

Sara : Vous croyez vraiment.

Pope : Oui, la mort de son frère l’a beaucoup affecté.

Sara : Surtout qu’il se sent responsable.

Pope : Quoi ???? Qu’est ce que vous voulez dire par là ???

Sara : Il se sent fautif de la mort de Lincoln, il m’a dit hier que le seul fautif dans l’histoire c’était lui.

Pope : C’est pire que je pensais alors.

Sara hocha la tête.

Sara : On peut pas le laisser comme ça Henri, on doit l’aider, faire quelques chose pour lui, pour l’aider à s’en sortir.

Pope acquiesça.

Pope : Etant donner qu’il ne veut parler à personne ici, on peux peut-être faire venir quelqu’un de l’extérieur.

Sara : Vous pensez à un psy.

Pope : Pourquoi pas, si ça peux l’aider, mais j’ai remarquer que Michael ne parlait pas facilement, il est pas du genre à se confier à n’importe qui. Alors ce qui faudrait c’est une personne en qui il est confiance et qui le connaisse suffisamment pour réussir à le faire parler. Malheureusement je vois pas à qui on pourrai demander ça.

Le visage de Sara s’illumina d’un coup.

Sara : Je crois savoir à qui ont pourrai faire appeler.



Pendant ce temps, dans la cour des détenus Wesmorland avait convaincu Michael de faire une partie de dames.

Wesmorland : Alors dis-moi gamin, qu’est ce qui te voulais le patron tu t‘as l’heure.

Michael : Pas grand chose, il passait dire bonjour.

Wesmorland : Rien que ça, c’est pas dans ces habitudes pourtant.

Michael : De quoi ??? De dire bonjour !!!!!!!

Wesmorland : Non, de venir parler aux détenus comme ça !!!

Michael : Ouai, et bien je m’en serai bien passer.

Wesmorland : T’es pas d’humeur très causante en ce moment.

Michael : C’est pas ce qui l’empêche de venir me parler pourtant.

Wesmorland : T’aimerai qui te laisses un peu tranquille.

Michael : Si c’est pas trop demander.

Wesmorland : Tu sais il a peut être pas tort, ça te servirais peut être de parler un peu.

Michael lui lança un regard assez explicite.

Michael : Vous voulez vraiment la faire cette partie.

Wesmorland : Ok, j’ai compris, je me tais.

Michael reporta son attention sur ses pions et la partie se poursuivie en silence.

Pope : Le docteur David Brighton .

Il leva les yeux vers Sara .

Pope : Qui, c’est au juste.

Sara : Un psychiatre, le psychiatre de Michael pour être plus précise.

Pope : Michael a un psy.

Sara : Avait un psy, il a commencer à aller le voir vers l’âge de 12 ans, le docteur Brighton l’a suivi pendant des années.

Pope : Comment vous savez que Michael aller voir un psy.

Sara : Je l’ai appris par hasard.

Pope : Par hasard vraiment !!!!

Sara :Oui, j’appelais la mutuelle pour les frais médicaux de Michael, et il m’ont dit qu’il avait déjà atteint le plafond de remboursement en frais psychiatrique.

Pope : Et vous allez me dire qu’il vous ont donner le nom de son médecin.

Sara baissa la tête légèrement gênée.

Sara : Heu non, ça je l’ai trouvée toute seule.

Pope : Et comment vous avez fait.

Sara : J’ai fait quelques recherche, qui ont porter leurs fruit. On devrait le contacter, il connaît bien Michael, et il a vraiment l’air de l’apprécier, il ne veux que son bien.

Pope : Attendez vous êtes aller le voir.

Sara : Bien sûre.

Pope la regarda surprise.

Sara : Me regardais pas comme ça, à ma place vous auriez fais la même chose, Michael vous intrigue autant que moi. On sait tous les deux qu’il n’a rien à faire ici.

Pope : Et alors, vous avez appris des choses intéressante le concernant.

Sara : Oui, très intéressante.

Pope : C’est à dire.

Sara : Désoler, je ne peux rien vous dire.

Pope : Quoi, mais pourquoi ?

Sara : Secret professionnel .

Pope : Vous plaisantez là.

Sara : Non pas du tout, j’ai le droit de ne rien dire.

Pope : Sara, s’il vous plait.

Sara : Je suis vraiment désoler Henry.

Elle remarqua que Pope était légèrement contrarier.

Sara : Tous ceux que je peux vous dire c’est que votre intuition était la bonne, Michael n’a rien à faire dans une prison, il n’a rien à voir avec les gens qui sont ici.

Un sourire se dessina sur ses lèvres.

Sara : Il n’a rien à voir avec la plupart des gens.

Pope : Vous avez réussi à ce qu’il m’intrigue encore plus.

Sara : Alors on l’appelle oui ou non.

Pope : Si lui seul peut aider Michael, je crois qu’on a pas vraiment le choix.

Sara lui sourit et décrocha son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Sam 10 Jan - 22:30

LES SUITES LES SUITES LES SUITES LES SUITES LES SUITES LES SUITES LES SUITES LES SUITES LES SUITES LES SUITES LES SUITES LES SUITES LES SUITES LES SUITES LES SUITES



Revenir en haut Aller en bas
audreyscofield
Inhale/ Exhale
Inhale/ Exhale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 233
Age : 30
Localisation : Dans les bras de Michael a bord du bateau
Humeur : Ca dépend des jours lol
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Mar 20 Jan - 22:14

Slt les filles voilà la suite !!!!

bonne lecture!!!!!!


Quelques jours plus tard, Michael était de plus en plus renfermer sur lui même, ce jour là Pope attendait le docteur Brighton dans son bureau, quand quelqu’un frappa à la porte.

Pope : Entrez.

Sara entra dans la pièce et referma la porte.

Pope : Sara que me faut votre visite.

Sara : Je voulais savoir quand le docteur Brighton doit arriver.

Pope : Il ne devrai pas tarder à arriver.

D’un coup quelqu’un frappa de nouveau à la porte.

Pope : Oui.

Une personne entra dans le bureau de Pope celui-ci se leva de son bureau.

Voix : Bonjour monsieur, je suis le docteur Brighton.

Pope lui serra la main.

Pope : Bonjour Docteur, Henry Pope je suis le directeur de cette prison.

Il désigna Sara .

Pope : Et voici……..

Le docteur Brighton tendit sa main à Sara qui lui serra à son tour.

Brighton : Le docteur Tancredi, je me souviens de vous, content de vous revoir.

Sara : Moi de même et merci d’avoir bien voulu vous déplacer.

Brighton : J’ai toujours du temps pour Michael.

Pope : Vous êtes comme ça avec tous vos patients.

Brighton : Michael n’a rien à voir avec la plupart des mes patients.

Pope : Vous dîtes ça, parce qu’il est plus difficile à cerner que la plupart des gens.

Brighton : Non, je dis ça parce que c’est quelqu’un d’exceptionnel.

Le docteur Brighton regardait autour de lui.

Brighton : Il est différent de la plupart des gens.

Le docteur Brighton aperçut le projet pour lequel Michael donner un coup de main à Pope.

Brighton : Est ce que je m’avance en vous disant que Michael doit certainement vous aidez pour construire ce chef d’œuvre.

Pope le regarda surprit.

Pope : Non, en effet Michael m’est d’une grande aide en ce qui concerne ce projet.

Le docteur Brighton sourire légèrement.

Brighton : Quand est ce que je pourrai lui parler.

Pope : D’ici quelques minutes , le temps qu’un gardien l’emmène jusqu’à la salle, on vous y escortera. Je préfère vous prévenir tous de suite, Michael n’est pas vraiment du genre sociable en ce moment.

Brighton : Pas étonnant, étant donner qu’il vient de perdre son frère. Mais de toute façon Michael n’a jamais était du genre très sociable.

Il regarda Sara avec un léger sourire.

Brighton : Enfin ça dépend avec qui.

Sara baissa la tête légèrement gêner, Pope lui n’avait rien remarquer.

Pope : On va pouvoir y aller.

Ils quittèrent tous les trois le bureau de Pope.

Pendant ce temps, un gardien avait emmener Michael dans la salle où lui et Lincoln avaient passer les dernières heures de ce dernier.

Michael : Qu’est ce que je fais ici.

Gardien : Ordre de Pope Gueule d’Ange.

Michael : Et qu’est ce que je suis sensé faire.

Gardien : Quelqu’un doit venir te voir, alors tu t’assoies et tu attends.

Le gardien quitta la pièce laissant Michael seul avec des souvenirs plus ou moins douloureux qui lui revenait en mémoire.


Quelques minutes plus tard Michael s’était assis à côté d’une des fenêtre de la salle et regardait dehors quand la porte s’ouvrit, il aperçu Pope, Sara et le docteur Brighton.

Brighton : Bonjour Michael.

Michael les regarda tous les trois, un par un puis secoua la tête.

Michael : J’y crois pas.

Brighton : Je suis content de te revoir moi aussi.

Michael : Franchement vous n’aviez rien de mieux à faire.

Brighton : Que de venir voir mon patient préférer, non. Par chance je n’avais pas de patient à voir aujourd’hui.

Michael : Par chance pour vous, certainement pas pour moi.

Brighton : Comment tu vas ?

Michael : C’est vous le psy à vous de me le dire.

Le docteur Brighton se tourna vers Pope et Sara.

Brighton : Vous pouvez nous laisser seul s’il vous plait.

Pope : Bien sûre aucun problème, si vous avez besoin de quoi que ce soit …………

Michael : Hurler, il viendront vous aidez.

Le docteur Brighton sourie à la remarque de Michael.

Pope : C’est à peu prés ça, oui.

Sur ce Pope et Sara quittèrent la pièce laissant Michael et le docteur Brighton.

Sara : J’espère que ça va marcher.

Pope : Moi aussi .

Sara : Je vais retourner à mes dossiers en attendant .

Pope : Non Sara, venait plutôt avec moi.

Sara : Pourquoi ?????

Pope : Vous allez voir !!!!!!

Sara le regarda intriguer mais le suivit.

Quelques minutes plus tard, ils étaient de retours dans son bureau.

Pope : Fermer la porte s’il vous plait.

Sara s’exécuta et vit Pope sortir une petite télé avec magnétoscope intégré de son armoire.
Il la posa sur son bureau, la brancha et l’alluma. Quand elle regarda l’écran Sara vu Michael et le docteur Brighton.

Sara : Vous avez mis une caméra dans cette salle.

Pope : Oui, mais personne ne le sais.

Sara : Henry, on a pas droit d’écouter leurs conversations c’est confidentiel.

Pope : En allant voir le docteur Brighton vous avez eu toute les réponses à vos questions.

Sara : Non .

Pope : Et bien moi je n’est eu aucune réponse, alors même si c’est pas très déontologique, je vais quand même le faire. Reste à savoir si Michael vous intrigue assez pour passer outre vos convictions.

Sara regarda la porte puis l’écran et à nouveau la porte, puis elle finit par prendre une chaise pour s’assoire et porta son attention sur l’écran, Pope la regarda faire puis monta le son.

Pendant ce temps dans la salle.

Brighton : J’ai appris pour ton frère, je suis désoler.

Michael ne répondit pas.

Brighton : D’accord, alors je ne te parle pas de Lincoln, si tu accepte de répondre à quelques questions qui me trotte dans la tête.

Michael : Des questions du genre.

Brighton : Du genre, pourquoi tu as braqué cette banque.

Michael le regarda.

Michael : Vous lisez jamais les journaux, parce que si c’est pas le cas c’étais écrit dedans.

Brighton : Ho si j’ai lu les journaux, et ils ont tous écrit le même motif, l’argent.

Michael : Alors où est le problème.

Le docteur Brighton c’était assis en face de Michael, une table les séparer, il croisa ses bras dessus et se pencha vers Michael.

Brighton : Le problème Michael tu vois c’est que, on sait tous les deux que tu n’avais aucun besoin de cet argent. Alors pourquoi ?

Michael : Et vous pourquoi, vous voulez tellement savoir pourquoi j’ai fait ça.

Brighton : Parce que je te connais Michael, enfin je crois te connaître et si tu as vraiment fais ça juste pour l’argent ça voudrai dire que je me suis tromper sur toi depuis le début, et je dois avouer que ça me ferai beaucoup de peine.

Michael le regarda toucher par ces dernières paroles.

Michael : C’est ça que j’aime pas avec vous, vous me connaissez si bien, que vous savez toujours sur quelle corde sensible appuyée.

Brighton : Oui, je sais que tu n’aimes pas ça, faire de la peine aux autres, c’est quelques chose que tu détestes, sûrement parce qu’on en a trop fait.

Michael baissa les yeux.

Brighton : Alors Michael……………..

Michael :Alors vous vous êtes pas tromper sur moi et vous le savez très bien.

Brighton : Et donc cette banque, l’argent.

Michael se passa une main sur le crâne.

Michael : J’en avait rien à faire de cette argent.

Brighton : Je savais bien que ça n’avais rien à voir avec ça.

Michael : Comment vous pouviez en être aussi sûre.

Brighton : Entre nous Michael, jamais tu n’aurais braquer une banque pour l’argent ce n’est pas dans ton tempérament, et même si tu l’avais fait jamais tu ne te serai fait prendre.

Michael : Vous croyez vraiment ça.

Brighton : On sait tous les deux, que tu es beaucoup trop intelligent, tu aurais monter un plan comme toi seul en a le secret mais jamais tu te serai fait attraper.

Michael esquissa un léger sourire.

Brighton : Alors maintenant Michael, dis moi , pourquoi tu as braquer cette banque tu devais bien avoir une raison, tu n’as pas fait ça pour rien.

Michael : Tous ce que je peux vous dire c’est que j’ai eu exactement ce que je voulais.

Le docteur lui lança un regard d’incompréhension.

Brighton : Comment tu peux dire ça tu es en prison Michael.

Michael le fixa mais ne dit rien.

Brighton : Non, me dis pas que c’est ce que tu voulais, tu as braquer cette banque dans le seul but d’atterrir en prison.

Il regardait Michael complètement décontenancer.

Brighton : Michael me dit pas que tu as fait ça.

Michael : Je vous le dirai pas.

Brighton : Mais…………. Qu’est ce que tu as ici que tu n’as pas dehors.

Michael : Avait !!!!!!!!!!!!!

Brighton : Pardon ??????

Michael : Qu’et ce que j’avais ici que je n’avait pas dehors !!!!

Brighton : Je vois pas ce que tu pouvais avoir ici que tu n’avais pas deh…………….

Soudain le docteur Brighton s’arrêta de parler et regarda Michael avec des grands yeux, il venait de comprendre. Il se leva et commença à faire les cents pas.

Brighton : Non, Michael, t’as pas fait ça, me dis pas que tu as fait ça.

Michael : Un jour quelqu’un m’a dit, que quand on raconter exactement aux gens ce qu’ils voulaient entendre, on arriver toujours a nos fins. Et bien vous savez quoi, c’est vrai.

Brighton : Alors c’est pour ça que tu as raconter aux flics et au juge que tu avais braquer la banque pour l’argent, pour pouvoir atterrir ici afin d’être auprès de Lincoln.
Tu as fait tous ça pour ton frère.

Michael : J’allais pas le laisser se faire tuer sans rien faire.

Brighton : Michael, si ton frère à atterri ici, c’est parce qu’il avait tuer quelqu’un.

Michael : Il était innocent, il a rien fait.

Brighton : Michael………..

Le docteur Brighton vu dans le regard de Michael qu’il avait l’air convaincue.

Brighton :Comment tu peux en être aussi sûre.

Michael : Je le sais c’est tout.

Brighton : Michael, ton frère à été jugé et reconnu coupable.

Michael : Et moi je vous dit qu’il y était pour rien. Vous croyez vraiment que je me serai fait enfermer ici volontairement si j’avais eu ne serai-ce qu’un simple doute sur sa culpabilité.

Brighton : Mais pourquoi la prison, pourquoi te faire enfermer.

Michael : Parce que je ne suis pas mon père, jamais je n’abandonnerai ma famille, peu importe ce que je dois faire.

Brighton : T’as sacrifier ta vie Michael, je sais pas si tu te rend bien compte.

Michael : C’était mon frère, il était tous ceux qu’il me rester, alors ma vie……

Brighton : Ta perdu ton travail, ta liberté………..

Michael : Et lui c’est la vie qu’il a perdu alors je crois que j’ai pas trop à me plaindre.

Au même moment dans le bureau du directeur, Pope et Sara n’en croyaient pas leurs oreilles.

Sara se tourna vers Pope, il avait l’air tétaniser.

Sara : Je crois qu’on a les réponses à nos questions.

Pope avala sa salive.

Pope : Je crois aussi .

Pope regarda Sara.

Pope : Il a vraiment l’air convaincue de l’innocence de son frère.

Sara : Si vous lisiez son dossier vous aussi vous le seriez, mais bon maintenant c’est trop tard.

Pope : Vous l’avez lu ????

Sara hocha la tête.

Sara : Oui quand son avocate me la remis elle voulais me convaincre de l’innocence de Lincoln pour que je le remette à mon père .

Pope : Etant donner que vous lui avait remis, c’est que vous pensiez qu’il était innocent.

Sara : En effet, il y avait des point d’ombre qui n’avait rien a voir avec Lincoln mais bon mon père n’a rien fait alors.

Sara reporta son attention sur le petit téléviseur, Pope fit la même chose quelques secondes plus tard, Michael et le docteur Brighton était toujours entrain de parler.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Ven 23 Jan - 15:23

coucou cheers

aller je veux du MISA dégage Pope et le psy


Revenir en haut Aller en bas
audreyscofield
Inhale/ Exhale
Inhale/ Exhale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 233
Age : 30
Localisation : Dans les bras de Michael a bord du bateau
Humeur : Ca dépend des jours lol
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Ven 13 Fév - 22:06

Slt les files voilà suite, dsl de ne pas avoir poster plus tôt Embarassed Embarassed

bonne lecture!!


Brighton : Pourquoi ne pas avoir essayer de trouver des preuves pour l’innocenter.

Michael : Vous me prenez pour qui, j’ai tous essayer, avec Veronica on a tous essayer pour le faire innocenter, mais à un moment donne j’ai compris que même si on trouver de quoi le faire libérer, ça serai sûrement trop tard, alors j’ai laisser Veronica faire les recherches et j’ai décider d’employer les grand moyens pour pouvoir le rejoindre.

Brighton : J’en reviens pas que tu es fait ça, je savais que tu étais capable de beaucoup de chose pour ton frère, mais de là à te faire enfermer en prison , je l’aurais jamais imaginer.

Michael : Peu de personne l’aurais imaginer, c’est pourquoi la plupart des gens que je connaissais on été surpris, d’ailleurs Veronica elle-même ne savais pas ce que j’avais en tête.

Brighton : Et Lincoln comment il a réagit quand il t’as vu ici.

Michael : Il était très content, d’ailleurs il attendais que mon arriver. A votre avis comment il a réagit, il se demandait ce que je fessais ici et une fois le choc passé il m’a dit que j’avais fait la plus grande bêtise de toute ma vie.

Brighton : Il avait pas tort.

Michael : Et il s’en voulait aussi, parce qu’il pensait que sans lui jamais je n’aurais fait ça.

Brighton : Mais c’est le cas Michael, si Lincoln n’avait pas était là, tu ne serai pas ici.

Michael : Et lui c’est sans moi, qu’il n’aurai pas atterri ici, il a foutu sa vie en l’air pour moi, alors chacun son tours.

Brighton : Tu dis ça parce qu’il à dû s’occuper de toi à la mort de votre mère.

Michael : En autre, oui.

Brighton : Michael en dehors de ça, vous avez eu droit au même chance dans la vie, vous avez tous les deux toucher l’argent de votre mère, il s’en est servi autrement et pas de la meilleur manière c’est tout.

Michael secouait la tête.

Michael : L’argent de ma mère vous voulez sans doute parler de son assurance vie.

Brighton : Oui !!!

Michael : Elle n’a jamais exister.

Brighton : Quoi ??? Qu’est ce que tu veux dire.

Michael : L’argent que Lincoln m’a donner et qui m’a permis de faire mes études n’aurais rien avoir avec ma mère. C’est Lincoln qui c’est procurer l’argent, il s’est sur endetté afin que je puisse financer mes études mais il a préférais me faire croire que c’était de l’argent de notre mère avait mis de côté parce qu’il savait que je ne l’aurais jamais accepter sinon. Il voulait que je fasse de grande étude et ça lui à coûter la vie. Parce que s’il avait pas fait ça, jamais il ne ce serai fait entraîner dans toute ses magouilles, il n’aurai pas était dans ce parking ce soir là, et il n’aurai pas était accuser de meurtre.

Brighton : Michael, si ton frère ne t’as pas dit la vérité c’est sûrement parce qu’il savait qu’étant différents des autres, tu pouvais arriver à faire des choses exceptionnelles.

Michael : Alors ce que vous essayer de me dire c’est que le fait que je sois diffèrent ça à tuer mon frère.

Brighton : C’est pas ce que j’ai dit Michael.

Michael : Et ben moi c’est ce que je comprend, en faite c’est pas moi, c’est le fait que je sois diffèrent qui à tuer mon frère.

Brighton : Ta différence fait parti de toi Michael, ton don associé à ce que tu as traverser durant ton enfance, fait de toi ce que tu es quelqu’un d’ouvert a toute les souffrance autours de toi et toujours prêt à aider les autres.

Michael : Vous appelez ça un don vous !!!!!!

Brighton : Pourquoi tu appelles ça comment toi.

Michael : Un fardeau, un fardeau qui m’a fait perdre mon frère. Sérieusement dites-moi vous, à quoi ça sert d’avoir un QI dix fois supérieur a la normale et de voir des choses que personne ne peut voir, si ça ne m’a même pas permis de sauver Lincoln.

Brighton : Michael tu es différent des autres et tu ne peux rien y faire.

Michael : Et bien il s’affaire que j’en est marre d’être différent, j’ai jamais demander à l’être moi.

Brighton : Je te comprend Michael.

Michael :Non, vous pouvez pas comprendre, j’ai jamais supporter d’être différent des autres mais j’ai fait avec parce que j’avais pas le choix. Mais le fait de savoir que Lincoln est mort à cause de ça, c’est la goutte qui fait déborder le vase.

Michael se leva retourna prés d’une fenêtre et regarda dehors.

Michael : Je le supporte plus d’être différent, je me supporte plus.

Le docteur Brighton commença vraiment à s’inquiéter.

Brighton : Michael, tu n’envisages pas de faire une bêtise.

Michael : Qu’est ce qui vous fait dire ça !!!!!!!!

Brighton : C’est en partie pour ça que Mr Pope m’a fait venir, a ce que j’ai compris, tu lui aurait dit que si tu voulais vraiment faire une bêtise, personne pourrait t’en empêcher.

Michael : J’ai dit ça pour qu’il me fiche la paix.

Le docteur Brighton n’était pas convaincue.

Brighton : T’es sûre.

Michael : De toute façon, même si je voulais faire une bêtise comme vous dîtes, je pourrais pas .

Brighton : Pourquoi ça.

Michael : Avant de mourir, Lincoln m’a fait promettre de ne rien faire de stupide. Et vous savez bien que je tiens toujours mes promesses.

Brighton : Et bien tant mieux parce qu’il y a beaucoup de personnes qui s’inquiète pour toi ici.

Le docteur Brighton vit quelques chose de bizarre dans le regard de Michael.

Brighton : Tu n’as pas l’air convaincue.

Michael :Non c’est pas ça, mais les deux seul personne qui se sont toujours inquiéter pour moi c’était ma mère et Lincoln, alors ça me fait bizarre que des gens qui me connaisse que depuis semaines s’inquiète pour moi j’ai pas l’habitude.

Le docteur Brighton sourit.

Brighton : Je comprend mais ils s’inquiètent vraiment et en plus de ça, tu les intrigues alors.

Michael : C’est parce que je l’intrigue que vous avez parler de moi au docteur Tancredi, quand elle est venue vous voir il y a quelques semaines.

Brighton : Comment tu sais qu’elle………….

Michael : Figurez vous qu’en plus d’être un petit génie je suis aussi très perspicace.

Michael lui fit un sourire.

Brighton : Je sais ce que tu penses.

Michael : Vous croyez !!!!!!!!!!!

Brighton : Oui, tu te dis que j’ai violé le secret professionnel mais c’est pas le cas……

Michael : Je sais, un médecin peut échanger des informations avec un confrère si c’est pour le soin au patient.

Le docteur Brighton le regarda surpris.

Michael : Je suis pas médecin mais je connaît quelques trucs.

Brighton : Je vois ça !!!!!!!

Michael : Alors j’imagine que vous lui avez tous raconter sur moi, vous lui avez expliquer que je souffrais d’inhibition latence et que comme j’avais un quotient intellectuel plus élever de la normale ça fessait de moi un génie créatif.

Brighton : En effet !!

Michael : Et je suppose que vous avait pas omis de lui dire que ça associé a se que j’ai traverser dans mon enfance, ça à fait de moi, quelqu’un qui peut pas s’empêcher d’aider les autres , je me trompe.

Brighton : Pas du tout.

Michael: J’en étais sûre.

Brighton : Tu l’intriguais vraiment alors……….

Michael : Alors vous avez en sorte de l'intriguer davantage, parce qu’a mon avis ce que vous lui avez raconter, n’a fait que lui faire se poser davantage de question sur moi.

Brighton : J’y avait pas penser.

Michael sourit légèrement.

Michael : Je veux bien le croire, déjà qu’elle se demander pourquoi j’avais atterri ici.

Brighton : Quoi !!!!! Me dis pas qu’elle a pas crue quand tu lui a dit que t’avais braquer la banque pour l’argent.

Il lui avait dit ça avec un regard taquin.

Michael : Très drôle !!!! Mais c’est a peu prés ça.

Brighton : Le docteur Tancredi serai t-elle moins naïve qu’elle laisse le croire.

Michael : Parce que vous vous trouver qu’elle a l’air naïve à mon avis vous l’avez pas bien regarder.

Brighton : Tu la connais depuis plus longtemps, c’est pour ça que tu dis ça.

Michael : Je connais pas vraiment les gens qui sont ici, comme eux ne me connaisse pas.

Brighton : Qui connaît vraiment Michael Scofield.

Dans le bureau de Pope.

Sara : Je me demande !!!!!!!

Pope la regarda.

Sara : Je commence à croire que personne ne le connaît vraiment, d’ailleurs je ne serai même pas surprise que lui même ne sache pas vraiment qui il est.

Pope : Dans ce cas là, ça vous ferez un point commun.

Sara le regarda surprise, que voulez t-il dire par là.

Sara : Comment ça !!!!!

Pope : Vous montrez aux gens la personne qu’ils veulent voir pas celle que vous êtes tout comme lui. Vous êtes un peu pareil tous compte fait. Vous avez tous les deux souffert pendant votre enfance et vous vous êtes construit une carapace.

Sara baissa les yeux.

Pope : D’ailleurs je crois que c’est pour ça qu’il vous intrigue autant, vous retrouver une part de vous en lui. Vous comprenez sa souffrance parce que vous avez pratiquement vécu la même, alors quand vous êtes avec lui vous faîtes un peu tomber votre carapace, vous êtes vous même. Et je crois que c’est pour ça que vous veuillez sur lui et que vous avez essayer de sauver son frère, parce que vous le saviez innocent, mais aussi parce que vous ne vouliez pas qu’il souffre à nouveau. Vous ne voulez que son bien et je dois avouer que c’est une très bonne chose.

Ses dernières paroles surprirent Sara encore un peu plus.

Sara : Je croyais que vous ne vouliez pas qu’on s’attache aux détenus.

Pope : C’est le cas, mais comment voulez-vous ne pas vous attachez a Michael, moi même je n’y suis pas arriver.

Sara sourit.

Pope : Je ne vous direz rien, en tous cas tant que ça ne dépassera pas le cadre professionnel, bien entendu.

Pope lui lança un regard assez explicite, elle trouva que c’était le bon moment pour changer de sujet.

Sara : Bien entendu, en tout cas on sait déjà qu’il ne tentera rien de stupide.

Pope : C’est rassurant, je dois dire que j’avais vraiment peur qu’il tente quelque chose.

Sara : Lui qui avait dit ça pour qu’on le laisse tranquille, cette fois il a louper son coup.

Pope : C’est sûre, mais je dois avouer que je pensais pas qu’on en apprendrai autant.

D’un coup la porte du bureau s’ouvrit sur Bellick, instinctivement Sara éteignit le poste.

Pope : On frappe avant d’enter Capitaine.

Bellick : Désoler Monsieur, je pensiez que vous étiez seul.

Pope : C’est pas une raison.

Bellick remarqua le poste de télé sur le bureau de Pope, le désignant.

Bellick : Qu’est ce que vous faites ???

Pope : Ca ne vous regarde pas !!!

Bellick : Mais monsieur !!!!!

Pope : Dehors Brad.

Bellick : Je devais vous parler.

Pope : Plus tard !!!

Bellick : C’est important Monsieur.

Pope employa un ton sec et froid.

Pope : J’ai dit plus tard Bellick, alors maintenant vous sortez. Et la prochaine fois tacher de frapper avant d’entrer ou ça pourrai aller mal, suis-je clair.

Bellick : Très clair Monsieur.

Il sorti et referma la porte derrière lui, n’ayant pas oublier de jeter un coup d’œil à Sara avant de partir.

Pope : Non mais c’est pas possible, sans n’est des manières.

Sara ralluma le poste.

Sara : Personnellement il me fait plus froid dans le dos que certains détenus ici, je le trouve mauvais.

Pope : Je garde un œil sur lui depuis l’émeute.

Sara : Pourquoi ça ??

Pope : Il m’est passer au dessus pendant l’émeute et est aller faire du zèle auprès de votre père.

Sara lui lança un regard compatissant puis reporta son attention sur l’écran. Le docteur Brighton avait l’air de dire au revoir a Michael.

Brighton : Si tu as besoin de parler dit leur de m’appeler.

Michael : Entendu.

Brighton : Tu ne le fera pas.

Michael : Bien sure que non.

Brighton : Fais au moins attention a toi, tu veux.

Michael : Vous inquiétez pas.

Brighton : Bien sûre que je m’inquiète, mais je me dis qu’il n’y a plus un mais deux anges gardien qui veuille sur toi .

Michael : Et c’est sensé me remonter le moral.

Brighton : Pas génial hein !!!!

Michael : Nan !

Brighton : Je ferai mieux de partir.

Michael acquiesça .

Le Docteur Brighton se dirigea vers la porte, il mis sa main sur la poignet puis se ravisa et interpella Michael .

Brighton : Michael !!!!!!!

Michael : Oui.

Brighton : Toutes mes condoléances, et contrairement à ce que les autres peuvent penser ton frère c’était quelqu’un de bien, pour qui tu compter plus que tout. En ce qui concerne ce que tu as fais c’était complètement inconscient, mais tu l’as fait par amour pour ton frère et c’est ce qui compte le plus dans le fond.

Michael était très toucher, les larmes qu’il avait au bord des yeux pouvait en témoigner.

Michael : Merci.

Le docteur quitta la pièce, laissant Michael seul avec sa souffrance qu’il avait quand même réussi un peu à atténuer. Michael se laissa glisser le long d’un mur, une fois assit il ferma les yeux et leva la tête.

Michael : Sincèrement Linc, un ange gardien ça me suffisait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Ven 13 Fév - 22:54

super la suite j'aime beaucoup la fin : michael s'adresse a linc trop triste
enfin ta suite étais génial surtout que je l'attendais depuis longtemps !!!!!donc bravo encore et la suite bien sur !!!
Revenir en haut Aller en bas
audreyscofield
Inhale/ Exhale
Inhale/ Exhale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 233
Age : 30
Localisation : Dans les bras de Michael a bord du bateau
Humeur : Ca dépend des jours lol
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Dim 12 Juil - 16:39

Slt les filles, vous allez bien, désolé de ne pas avoir poster de suites plus tôt, je n'ai pas d'excuses comme je recommence à poster dans l'autre fic je le fais aussi ici !!

bonne lecture !!!



Le soir même Michael avait regagner sa cellule, Sara travailler toujours à l’infirmerie, Pope était rentrer chez lui et Bellick bouillonner toujours n’ayant pas avaler de s’être fait rembarrer par Pope dans l’après midi. Il penser à voix a haute.

Bellick : Qu’est ce qu’il pouvait bien faire de si important avec le doc. Et pourquoi il avait un poste sur son bureau.

Tous en réfléchissant, il arriva devant le bureau de Pope. Il jeta un coup d’œil sur le bureau de la secrétaire, par chance elle devait être entrain de flirter avec un gardien quand Pope parti, car ses clefs de bureau n’était pas ranger. Bellick les prit et remercia la secrétaire intérieurement.

Bellick : Vous me faciliter vraiment le travail Mademoiselle.

Il s’approcha de la porte, la déverrouilla et entra dans le bureau de Pope.
Un fois a l’intérieur, il alluma la lumière et scruta la pièce.

Bellick : Alors, où a t-il ranger ce poste !!!

Il commença à regarder tout autour de lui et remarqua qu’une des armoire n’avait pas était bien refermer, il s’approcha ouvrit la porte et vu que le poste de télé était sur une des étagères.

Bellick : Bingo !!!!

Il le prit, le posa sur le bureau de Pope, le brancha et finit par allumer l’écran. Un voyant du magnétoscope clignoter ce qui signifier qu’il y avait une casette à l’intérieur qui était arriver à la fin de l’enregistrement, Bellick appuya sur le bouton rembobiner, une fois la casette au début il appuya sur le bouton lecture, il regarda l’écran et vu Michael en pleine discussion avec un type qu’il ne connaissait pas.

Au bout de quelques minutes, il stoppa la casette et se mit à fouiller dans le bureau de Pope, quelques secondes plus tard il trouva se qu’il chercher, une grande enveloppe marron, il prit un crayon et écrivit en gros GOUVERNEUR TANCREDI CONFIDENTIEL, il sorti la casette du magnétoscope, la mit dans l’enveloppe et ferma celle-là, puis il rangea le poste là où il l’avait trouver, ferma l’armoire puis sorti du bureau en n’oubliant pas de reverrouiller la porte et remis les clefs à leur place.

Un fois sa garde fini, Bellick fit un détour par l’immeuble où travailler le gouverneur, il y entra, alla jusqu'à la porte de son bureau et déposa l’enveloppe sur le palier. Un sourire narquois se dessina sur le visage de Bellick.

Bellick : Tu vas en baver Scofield .

Puis il ressorti de l’immeuble et rentra chez lui.

Le lendemain matin quand il arriva à son bureau, le gouverneur demanda son courrier à sa secrétaire.

Secrétaire : L’enveloppe marron était sur le palier de votre porte Monsieur quand je suis arriver ce matin.

Franck Tancredi regarda l’enveloppe de plus près.

Franck : D’accord, merci Mademoiselle.

Il rentra dans son bureau, s’assit à celui-ci et commença, à lire son courrier, une fois terminer, il ouvrit l’enveloppe marron et en sortit une casette. De nature assez curieuse, il décida de la regarder tout de suite, il alluma la télé qui se trouver dans son bureau et mis la casette dans le magnétoscope et lança la lecture, il ne comprit pas tous de suite pourquoi on lui avait envoyer cette casette, jusqu'à ce qui l’entende le nom de Lincoln.

Franck : Lincoln, Lincoln, Lincoln Burrrows.

Il mis la casette sur pause et ouvrit un des tiroir de son bureau, il en sortit un dossier qu’il posa devant lui, dessus il y avait écrit LINCOLN BURROWS,c’était le dossier que Sara lui avait remis quelques jours auparavant, il l’ouvrit et lu sur la première page, PERE : Disparu, aucune adresse connu, MERE : Décédée, FRERE et SŒUR : Michael Scofield, ingénieur, incarcérer à Fox River pour braquage. Il releva la tête du dossier et regarda de nouveau l’écran.

Franck : Alors comme ça c’est le frère de Burrows.

Cette nouvelle l’intrigua encore plus, il remit donc la casette en route, après plusieurs minutes il se précipita vers la porte, l’ouvrit d’un coup et demanda à sa secrétaire.

Franck : Trouver moi tous de suite, tous ce que vous pouvez sur Michael Scofield, c’est urgent.

Secrétaire : Très bien monsieur, je le fait tous de suite.

Le Gouverneur retourna dans son bureau, s’assit sur celui-ci et continua son visionnage . A la fin de la casette, Franck la rembobina et la remis en route, il se repassa plusieurs fois le moment où Michael avouer avoir braquer la banque afin de se retrouver avec son frère.

Franck : Comment il a put faire un truc pareil, c’est dingue.

D’un coup quelqu’un frappa à la porte.

Franck : Entrer

La porte s’ouvrit sur sa secrétaire qui tenait un dossier dans sa main.

Secrétaire : Le dossier que vous m’avez demander Monsieur.

Franck saisit le dossier.

Franck : Merci Mademoiselle.

Secrétaire : Je peux faire autre chose pour vous Monsieur.

Franck : Non ça sera tout, et faîtes en sorte que personne ne me dérange s’il vous plait.

Secrétaire : Très bien monsieur.

Cette dernière sortie de la pièce, le Gouverneur Tancredi s’assit à son bureau et commença à feuilleter le dossier de Michael. Il remarqua qu’il avait fait de grande études et qu’il passer le plus clair de son temps libre dans des œuvres caritatives, il comprit alors pourquoi le docteur Brighton était aussi sur de lui quand il disait que Michael n’avait pas braquer la banque pour l’argent, il se mit ensuite à lire le dossier sur son procès et décida d’appeler le juge charger de son affaire.

Franck : Madame le Juge.

Juge : Monsieur le Gouverneur, que puis-je faire pour vous.

Franck : Je voudrais vous voir pour vous parler d’une affaire au cours de laquelle, vous avez était le juge.

Juge : Laquelle.

Franck : L’affaire Scofield, elle date de plusieurs semaines.

Juge : Je m’en souviens très bien, un jeune ingénieur sans problème qui du jours au lendemain à braquer sa banque pour des raisons d’argent a t-il dit. J’avais d’abord opter pour une remise en liberté surveillé, mais étant donner qu’il avait utiliser une arme à feu et qu’il aurait pu blesser quelqu’un, je n’est eu d’autre choix que de l’envoyer en prison.

Franck : Et bien il se trouve que j’ai en moi la possession de nouvelles informations très importante qui pourrait expliquer pourquoi il a réellement braquer cette banque.

Juge : C’est vrai.

Franck : Tout à fait, et c’est pour ça qu’il faut que vous passiez de toute urgence à mon bureau, avant la fin de la matinée s’il vous plait.

Juge : D’accord Monsieur le Gouverneur je fais le plus vite possible.

Deux heures plus tard, le juge arriva au bureau du Gouverneur.

Juge : Désoler Monsieur le Gouverneur, j’aurais voulu arriver plus tôt mais j’avais une audience que je ne pouvais pas reporter.

Franck : C’est pas grave, le principale c’est que vous soyez venu.

Juge : Alors comme ça, vous avez de nouvelles informations sur l’affaire Scofield.

Franck : Oui, il faut que je vous montre ça, asseyez vous.

Il lui tendit une chaise et lança la casette.

Franck : Regarder ça.

Au bout de quelques minutes, le juge regarda Franck.

Juge : Je suis pas sure de comprendre, il s’est fait enfermer volontairement afin d’être avec son frère.

Franck : C’est bien ça.

Juge : Et qui est son frère au juste.

Franck : Lincoln Burrows.

Juge: Lincoln Burrows!!!! Le condamné à mort.

Franck : Tout a fait !!!

Juge : Mais il a pas était exécuter.

Franck : Si il y a quelques jours maintenant.

Juge : Alors Michael Scofield à raconter qu’il avait braquer la banque pour l’argent dans le seul but d’être auprès de son frère pendant les dernières semaines avant son exécution .

Franck : Ca en a tout l’air. Ce n’est pas dans mes habitudes mais vous croyez qu’il serai possible de faire quelques chose pour le sortir de là.

Juge : En effet ça ne vous ressemble pas, pourquoi le sort de ce jeune homme vous intéresse autant.

Franck : Il était promu à un brillant avenir, c’est dommage qu’il est tous gâcher de la sorte. Alors vous pensez qu’il y a une solution pour le faire sortir.

Juge : Il y a des aveux sur la casette alors il y a de grande chance étant donner qu’il n’avait pas d’antécédent et si il s’est bien conduit durant son incarcération je pense que d’ici la fin de la semaine , il pourrait être sortit. J’irai faire un tours à Fox River pour parler au directeur de la prison.

Franck : Non ça ne sera pas la peine, j’irai moi même lui parler et à son médecin par la même occasion. Par contre ce que vous pouvez faire c’est appeler l’avocate qui s’occupe de son dossier.

Juge : Le Maître Donovan, bien sure je l’appellerai. Je comprend mieux maintenant pourquoi c’est elle qui c’est occuper de leurs deux affaires.

Franck : Leurs deux affaires ???

Juge : Oui, Maître Donovan était aussi l’avocate de Burrows lors de son procès, vous ne saviez pas ?

Franck : Non j’était pas au courant.

Juge : Pourtant c’était dans son dossier.

En désignant le document qui était sur le bureau du Gouverneur.

Juge : Vous l’avez pas lu.

Franck : Non pas encore, je comptais le faire.

Juge : Sans vouloir vous offenser Mr Le Gouverneur, vous ne croyez pas que c’est un peu tard.

Franck : Oui, c’est un peu tard.

Tout d’un coup il s’en voulu d’avoir écouter la vice-présidente et de ne pas avoir lu le dossier que sa fille lui avait remis surtout que Michael semblait sur de l’innocence de son frère.

La juge le sortit de ses pensées.

Juge : Je vous prévient dés que j’ai du nouveau dans ce cas, comme ça dés que j’ai les papiers pour sa libération vous pourrez aller à Fox River.

Franck : Très bien, je vous remercie Madame Le Juge.

Juge : Ne me remercier pas sans cette casette, il serai rester au moins deux ans en prison, je sais pas qui vous l’a donner mais en tout cas cette personne a fait une bonne action.

Franck : Je ne sais pas non plus, ma secrétaire à trouver une enveloppe sur le palier de mon bureau ce matin. Il y avait la casette dedans.

Juge : Sans doute un bon samaritain.

Franck : Je pencherai plutôt pour un membre de la prison qui à dû voir cette conversation et qui à décider de l’aider. D’ailleurs j’ai une petite idée de qui ça pourrai être.

Le Gouverneur regarda vers son bureau et s’arrêta sur une photo de sa fille.
Revenir en haut Aller en bas
audreyscofield
Inhale/ Exhale
Inhale/ Exhale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 233
Age : 30
Localisation : Dans les bras de Michael a bord du bateau
Humeur : Ca dépend des jours lol
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Dim 12 Juil - 16:40

Allez une autre avec le retard que j'ai je peux !!!

Bonne lecture !!!


Trois jours plus tard, dans le cour des détenus, Michael discuter avec Sucre quand un gardien vint à leurs rencontre.

Gardien : Bonjours les gars.

Michael et Sucre : Bonjour.

Gardien : Dit moi Scofield, il paraît que tu es assez intelligent.

Sucre : Paraît.

Michael : Pourquoi ???

Gardien : Hé bien j’aurais besoin d’un petit coup demain pour un truc et étant donner que ton frère m’avait dit que tu étais une tête , je me demande si tu pourrais pas m’aider.

Michael le regarda quelques secondes sans rien dire.

Michael : Vous êtes le gardien qui s’occuper de Lincoln.

Gardien : Oui c’est moi.

Michael :Qu’est ce que je peux faire pour vous aider.

Sucre le regarda étonné.

Gardien : C’est vrai tu veux bien m’aider.

Michael : Bien sûre, c’est pourquoi.

Le gardien lui tendit une feuille.

Gardien : Et bien voilà, je postule pour un nouvel emploi et sur la feuille il demande d’être plus « explicite » dans mes activités.

Sucre : Vous recherchez un nouveau boulot.

Gardien : Ouai.

Sucre :Pourquoi, ça vous plait plus d’embêter les détenus.

Le gardien sourit.

Gardien : On est pas tous comme Bellick, si j’ai fait ce boulot c’était pour aider les détenus.

Sucre regarda Michael.

Sucre : Tu entends ça Mike, un gardien pas corrompu.

Il se tourna vers le gardien.

Sucre : Pourquoi vouloir partir, c’est si rare un vrai gardien .

Gardien : Parce que c’est plus compliquer que je pensais.

Il regarda Michael.

Gardien : Il y a des détenus auxquels on peut pas s’empêcher de s’attacher.

Michael baissa la tête quelques secondes, puis le regarda de nouveau.

Michael : Alors, c’est quoi qui vous pose problème.

Sucre : Je crois que c’est le mot « exlicite ».

Michael sourit légèrement.

Michael : « Explicite » Sucre.

Sucre : Ouai c’est pareil.

Le gardien se mit à rire.

Gardien : C’est ça oui, qu’est ce que ça veux dire au juste.

Michael : Il vous demande de détailler, de préciser ce que vous faîtes dans votre travail et sûrement aussi les études que vous avez fait.

Gardien : Ho, alors ça, ça va aller vite.

Michael esquissa un sourire.

Gardien : Merci, c’est gentil de m’avoir aider.

Michael : Pas de problème, prévenez nous quand vous partirai.

Gardien : Je le ferai, encore merci.

Le gardien s’éloigna laissant Michael et Sucre tous seul.

Sucre : Sympa ce gardien.

Michael : Ouai.

D’un coup une voix ce fit entendre derrière eux.

Voix : C’est bien la première fois que j’entends ça.

Sucre et Michael se retournèrent en même temps.

Sucre : Bonjours Doc.

Sara : Bonjour, comment allez-vous.

Sucre : Très bien !!!

Elle regarda Michael.

Sara : Et vous.

Michael haussa les épaules.

Sara sourie légèrement.

Sara : D’accord.

Sucre donna une tape dans le dos de Michael.

Sucre : Vous inquiétez pas doc, je m’occupe de lui.

Michael : C’est bien ça mon problème.

Sucre : Hé !!!!!!!!!!!

Sara se mit a rire.

Sucre : Dites moi Doc vous avez le temps pour une petite blague.

Michael : Dites non, dites non.

Sucre : Mais arrête, tu n’es pas sympa.

Sara : Bien sûre que j’ai le temps.

Michael : Je vous aurez prévenu.

Elle sourit de plus belle en secouant la tête.

Sucre : Alors voilà, combien faut il de gardien pour comprendre un mot .

Michael se mit à soupirer, et Sara grimaça .

Sara : Je ne sais pas.

Sucre : Aucun, faut que ce soit un détenu qui leur explique.

Sara se mit à rigoler.

Michael : Arrête Sucre ce n’est pas drôle.

Sucre : Mais si c’est drôle, regarde ça l’a fait rire le doc. Et d’abord pourquoi tu l’as aider, je ne comprends pas.

Michael : C’était le gardien qui s’occuper de Lincoln.

Sucre : Et alors.

Michael : Et alors, il a toujours était sympa avec lui, je lui ai juste rendu l’appareil.

Sucre : Tu es trop bon, papi.

Michael secoua la tête, Sucre regarda Sara et lui dit.

Sucre : N’est ce pas qu’il est trop bon.

Sara : Heuuuuuu !!!!!!!!!

Le rouge commença à lui monter aux joues et Sucre s’amusa de l’embarras qu’il avait provoquer chez elle.

Sucre : Bah alors vous ne répondez pas.

Sara ne savez plus ou se mettre quand quelqu’un se fit entendre derrière eux.

Voix : Justement c’est vous que je chercher.

Sara se retourna et vit Pope arriver vers eux.

Sucre : Sauver par le Pope.
Sara croisa le regard bleu océan de Michael, ils se regardèrent quelques secondes, mais elle finit par détourner le regard.

Pope arriva près de Sara.

Pope : Bonjours tous les trois.

Les trois : Bonjour.

Sucre : Vous nous cherchiez ???

Pope : Heu non pas vous Fernando, c’est Michael et Sara que je cherchais.

Sucre regarda Michael.

Sucre : C’est pas vrai qu’est ce que tu as encore fait.

Michael : Juste ce matin ou depuis ces derniers jours .

Sucre regarda vers Pope et Sara en secouant la tête.

Sucre : Je suis désoler, je sais plus quoi faire de lui, j’ai tout essayer mais c’est une vrai pile électrique, toujours en train de bavasser.

Sara et Pope se mirent à sourire.

Sucre : Non attendez ça c’est moi.

Michael : Je crois, oui !!!!

Sara : Pourquoi vous nous cherchiez.

Pope : Et bien en faite, il s’avère qu’on nous à convoquer.

Michael : Qui ça nous ????

Pope : Vous, Sara et moi.

Sara : Mais pourquoi nous convoquer et qui d’abord.

Sucre : Qui, ça vous allez pas tarder à le savoir.

Sara : Comment ça ????

Sucre leur désigna du doigt une voiture qui arriver.

Sucre : Je crois que c’est pour vous !!!

Pope, Sara et Michael virent une voiture noire pénétrer dans la prison.

Un grand type plutôt baraqué sortie de la voiture.

Sara : Non ce n’est pas vrai !!

Pope : Vous connaissez ce type.

Sara : C’est plutôt le type qu’il protège que je connais bien.

Pope et Michael la regardèrent, il ne comprenaient pas vraiment, jusqu'à ce que Sucre parle à nouveau.

Sucre : Je n’y crois pas c’est le gouverneur en personne.

Sara : Qu’est ce qui fait ici celui-là.

Pope remarqua que Sara ne semblait pas vraiment enchanter de voir son père.

Sucre : Sérieux Mike, qu’est ce que tu as encore fait.

Michael : Attends laisse moi réfléchir. Député, sénateur.

Il secoua la tête.

Michael : Non, j’ai rien fait au gouverneur.

Sucre se mit à rire.

Sucre : Alors toi.

Michael : Sérieusement vous savez ce qui me veux, vous encore vous êtes le directeur et le docteur de la prison, mais moi je ne suis qu’un détenu alors qu’est qu’il me veux.

Pope : Si je le savais, je vous le direz croyez moi.

Sara : Attendez, Michael c’est pas votre avocate qui arrive là-bas.

Michael regarda dans la même direction que Sara.

Michael : Si c’est bien elle.

Sucre : Je commence vraiment à m’inquiétez pour toi là mon pote.

Michael : Je dois avouer que je suis pas rassurer non plus, et le fait que Bellick soit en train de parler avec le Gouverneur ne facilite rien.

En effet Bellick venait d’arriver prés du Gouverneur Tancredi et parler avec lui, il afficha un regard sournois quand il regarda dans la direction de Michael.

Pope : Qu’est ce qu’il mijote encore celui là.

Sara : Je n’en sais rien mais étant donner avec qui il discute ça ne promet rien de bon.

Pope : Bon je crois qu’on devrait y aller, ça ne se fait pas de faire attendre le gouverneur.

Sara : Ca pourrait être drôle pourtant.

Pope : Sara !!!!

Sara : J’ai rien dit.

Sucre : Je peux venir avec vous, moi aussi.

Pope : Désoler Fernando, mais c’est impossible.

Sucre fit mine de faire la tête.

Sucre : C’est pas grave, de toute façon, Mike me racontera tout, n’est ce pas Gueule d’Ange.

Michael était plonger dans ses pensés.

Michael : Hein…. Quoi, qu’est ce que tu dis .

Sucre : Je disais que de toute façon, tu me dira tous ceux qui c’est passé.

Michael : Bien sûre !!!!

Puis il regarda de nouveau dans la direction où se tenait encore le gouverneur.

Michael : Tu sais bien que je te raconte tout.

Sucre : Si c’est pas un vrai pote ça !!!!!

Sara remarqua que Michael avait l’air ailleurs.

Sara : Michael tous va bien.

Michael : Je n’en suis pas sure, j’ai un drôle de pressentiment.

Sara : Bon ou mauvais ???

Michael : C’est bien ça le problème, j’arrive pas à savoir.

Pope : Pour savoir y a qu’une solution.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Dim 12 Juil - 19:37

coucou je viens de commencer ta fic et j'adhère totalement j'adore tout simplement !!!!

j'ai pas finit de tout lire donc j'y retourne merci d'avoir posté !!
Revenir en haut Aller en bas
audreyscofield
Inhale/ Exhale
Inhale/ Exhale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 233
Age : 30
Localisation : Dans les bras de Michael a bord du bateau
Humeur : Ca dépend des jours lol
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Dim 12 Juil - 21:17

Re, merci pour ton com je suis contente que ma fic te plaise, c'est la première que j'ai écrite et d'ailleurs je l'ai terminé depuis quelques mois, je te post une suite !!

bonne lecture !!!


Quelques minutes plus tard, Michael, Sara et Pope se retrouvèrent dans la salle où Michael se trouve quelques jours plutôt en compagnie du Dr Brighton. Il était assis sur le rebord d’une fenêtre, quand la porte s’ouvrit sur le Gouverneur Tancredi qui était suivi de Veronica. D’ailleurs celle-ci fusilla Michael du regard dés qu’elle posa les yeux sur lui. Franck Tancredi s’approcha de sa fille.

Franck : Bonjour Sara .
Il voulu la prendre sans ses bras pour l’embrasser mais celle-ci se recula.
Sara : Bonjour.
Franck : Tu n’embrasses pas ton vieux père, ça fait longtemps pourtant qu’on s’est pas vue.
Sara : Pas si longtemps, non.
Franck : Tu es sûre !!
Sara : Je peux te rafraîchir la mémoire, si tu veux.
Franck : Non ça ira.
Sara : Je m’en douter.
Franck : Sinon comment tu vas ???
Sara regarda son père en secouant la tête.
Sara : Arrête, tu t’en fiches de comment je vais.
Elle s’éloigna en plantant son père là et alla rejoindre Michael.
Sara : Je peux m’asseoir.
Elle avait dit ça en désignant la place à côté de lui.
Michael :Bien sûre, allez-y.
Elle s’assit et regarda la fenêtre derrière eux .
Michael : Si vous aviez dans l’idée de vous échapper par la fenêtre, je crois que c’est rater.
Sara : Oui, y a des barreaux à toutes les fenêtres, vous me direz que c’est pas étonnant, étant donner que c’est une prison .
Michael : Ha, c’est pour ça, moi qui croyait que c’était le décorateur qui avait mauvais goût.
Sara éclata de rire, Michael la regardait avec un léger sourire.
Sara : Très drôle, vraiment.
Michael : C’est plus clair pour moi maintenant, des barreaux dans une prison, c’est d’une évidence tous de même.
Sara rigola de plus belle, ce qui attira l’attention des autres personnes dans la pièce.
Son père lui demanda d’un ton froid.
Franck : Tu rigoles bien.
Sara s’arrêta de rire mais ne regarda même pas son père. Michael dit à voix basse, pour faire en sorte que seul Sara l’entende.
Michael : Et moi qui pensais avoir des problèmes.
Sara se remit à rire et regarda Michael.
Michael : Non sans rire, même dans la situation où je suis, je préfère être à ma place qu’à la vôtre.
Sara : Vous êtes sûre.
Elle désigna son père.
Sara : Parce que sinon je vous le prête.
Michael : C’est gentil à vous mais je n’ai jamais vraiment compris à quoi ça servait d’avoir un père.
Sara : Oui c’est vrai que vous avez jamais connu le vôtre.
Michael hocha la tête.
Sara : Et je ne crois pas que le mien soit le mieux placer pour vous vantez les joies de la paternité.
Michael allait répondre quand le gouverneur s’approcha d’eux.
Franck : Bonjour je me présente, je suis………
Michael : Je sais qui vous êtes.
Franck : Vraiment.
Michael : Oui vous êtes le type qui tous les matins va s’asseoir sur le siége du gouverneur.
Franck : C’est une façon de voir les choses.
Michael : C’est la mienne.
Franck : Je suppose que vous êtes Michael Scofield.
Michael : Ca dépend de ce que vous lui voulez.
Veronica : Arrête Michael.
Il se tourna vers elle, c’était la première fois qu’elle lui parlait depuis qu’elle était rentrer dans la pièce.
Michael : Bonjour à toi aussi.
Veronica : Allez arrête tes bêtises et viens t’asseoir.
Michael : Je suis déjà assis ça ne se voit pas.
Franck : Je te trouve que vous avez beaucoup d’humour étant donner les circonstances.
Michael : Etant donner les circonstances je préfèrerai me pendre mais ni le directeur ni le docteur de la prison n’ont l’air très coopérative et puis j’ai fait une promesse à quelqu’un.

Le gouverneur allait répondre quand quelqu’un ouvrit la porte de la salle, c’était un gardien qui pousser une télévision.
Michael se leva.
Michael :Ne me dîtes pas que vous nous avez convoquer tous ici pour regarder un dessin animée.
Sara pouffa de rire.
Franck : Ca t’amuse toi.
Sara : Tu ne peux pas savoir a quel point.
Elle se leva à son tours.
Franck : Ce n’est pas tout à fait un dessin animé.
Il s’approcha de la télé l’alluma, sortie la casette de l’enveloppe puis la mit dans le magnétoscope et finit par lancer la lecture.
Franck : Si j’étais vous je m’assoirai Mr Scofield, parce que je crois qu’on va avoir à parler après.
Michael le regarda quelques secondes et finit par s’asseoir tout comme Pope et Sara.

Quand ils virent les premières images de la vidéo, ces derniers échangèrent un regard de stupeur. Quand à Michael lui, il n’en revenait pas de se qu’il voyait.
Michael : Attendez c’est quoi ce délire.
Franck : Ah, je vois que vous ne saviez pas que votre conversation était filmer et enregistrer.
Il avait dit ça sur un ton ironique, Michael le regarda puis jeta un coup d’œil vers Pope et Sara qui baissèrent la tête, puis il regarda Veronica qui ne semblait pas très contente.
Quelques minutes plus tard, le gouverneur stoppa la casette et regarda de nouveau Michael.
Franck : Je crois qu’on a parler , vous ne pensez pas.
Michael ne répondit pas .
Franck : Vous voulez peut-être tous m’expliquer.
Michael n’ouvrit toujours pas la bouche.
Franck : Vous savez ce que vous risquez à ne pas vouloir me répondre.
Michael : Connaissant votre point de vue je dirai …………hum…………..la peine de mort.
Veronica : Michael !!!!
Il se tourna vers elle.
Michael : Quoi ? Ce n’est pas drôle.
Veronica secoua la tête de gauche à droite.
Veronica : Pas vraiment.
Michael : Linc il aurai trouver ça drôle lui.
Franck : Alors ce que votre frère avait un drôle d’humour.
Michael le regarda avec insistance.
Michael : Non de l’humour tout court, ce qui n’a pas l’air d’être votre cas, quoi que vous préférai peut-être rigolez en vous demandant quelle sentence va choisir un condamné un mort, c’est vrai que ça doit être beaucoup plus amusant.
Veronica : MICHAEL !!!!!!!!!
Michael : Quoi ??
Franck : Je ne savais pas que vous étiez insolent.
Michael : Y a une différence entre l’insolence et l’honnêteté.
Franck : En parlant d’honnêteté, vous n’avez pas était très honnête pendant votre procès sur les raisons qui vous on pousser à braquer cette banque. Vous avez menti à tous le monde et en plus vous avez gâcher votre vie.
Michael : Et alors qu’est ce que ça peux vous faire, c’est pas la vôtre à ce que je sache.
Veronica : Michael ne soit pas agressif .
Michael : Je ne suis pas agressif, pas encore en tous cas.
Franck : Je ne comprend pas comment vous avez pu faire ça.
Michael : Y a rien a comprendre, je l’ai fait c’est tout.
Franck : Vous avez tous abandonner, votre travail, votre situation, juste pour votre frère.
Michael : C’est ce qu’on appelle le lien fraternel, la famille quoi.
Franck : Y a des limites à ce qu’on peut faire pour sa famille vous pensez pas.
Michael : Je pense pas que vous sachiez vraiment ce que le mot famille signifie.
Franck : Si je crois étant donner que j’en est une .
Michael :Et bien laissez moi vous dire qu’on ne dirai pas, et si je devais refaire ce que j’ai fait pour mon frère, j’hésiterai pas une seule seconde, je recommencerai exactement la même chose.
Franck : Je vois que l’amour que vous portez à votre famille n’a pas de limites.
Michael : Exactement, mais je vois par contre que le vôtre en a.
Le Gouverneur ne sut pas quoi répondre.
Michael : Alors maintenant dites-moi ce que vous me voulez, que je puisse retourner à mes occupations.
Veronica : Je t’ai connu plus courtois Michael .
Michael : Et moi plus agréable, mais je commence à comprendre pourquoi tu me regardes de travers depuis que tu es arriver.
Pope : Comment avez-vous eu cette casette.
Franck : Quelqu’un l’a déposer sur le palier de mon bureau il y a quelques jours, sans doute une personne qui voulait aider Mr Scofield.
Franck Tancredi n’avait pas quitter sa fille des yeux en disant ces derniers mot.
Sara :Ne me regarde pas comme ça, j’y suis pour rien, et ce n’est certainement pas à toi que j’aurai remis ces informations pour aider Michael, enfin je dis ça mais ça se trouve tu n’est même pas là pour l’aider.
Franck : Je trouve que tu as une piètre opinion de moi.
Sara : Disons que depuis quelques temps je me suis faites à l’idée qu’il valait mieux que j’arrête d’espérer quelques chose de toi. Ce que toi tu as fait depuis un moment en ce qui me concerne.
Franck : Et bien tu te trompes Sara, parce que je compte bien faire sortir Mr Scofield d’ici.
Michael : Pourquoi vous feriez ça.
Sara : Histoire de se racheter une conscience.
Franck : Sara !!!!
Sara : La seule raison qui fais que tu veux l’aider, c’est parce que tu as fini par comprendre que tu avais laisser mourir un innocent , alors tu veux faire en sorte de te racheter une conduite, en faite tu fais plus ça pour ton bien personnel que pour aider Michael. Tu changeras jamais.
Sara se leva et se dirigea vers la porte.
Franck : Où tu vas j’ai pas fini.
Sara : J’ai des patients qui m’attendent.
Franck : Sara, reviens t’asseoir ici tous de suite.
Sara s’arrêta et regarda son père.
Sara : Tu me prends pour qui au juste, je suis pas un de tes larbins moi.
Elle s’apprêta à partir quand Pope l’interpella.
Pope : Sara attendez.
Il se leva à son tours et s’approcha d’elle, il parla à voix basse pour ne pas qu’on l’entende.
Pope : Vous devriez rester.
Sara : Pourquoi, c’est mon père et je peux même pas le supporter.
Pope : Ne le faîte pas pour lui mais pour Michael.
Sara jeta un coup d’œil vers Michael, lui non plus ne semblais pas supporter la situation.
Pope : Il faut qu’il sente que des personnes le soutiennent et son avocate n’a pas l’air de son côté sur ce coup là.
Sara soupira, d’un coup Michael interpella Pope.
Michael : Dites-moi Monsieur, si le docteur Tancredi s’en va et est ce que moi aussi je peux m’en aller.
Pope le regarda puis se tourna vers Sara qui secoua la tête.
Sara : Laissez tomber Michael.
Elle se rapprocha de la table et s’assit pas très loin de Michael.
Sara : Même-moi je suis obliger de rester, ordre du patron.
Pope les regarda avec un léger sourire.
Michael : Vous savez être dur quand vous voulez.
Pope : Il le faut bien.
Michael regarda Sara.
Michael : On n’a pas de chance sur ce coup là.
Sara se mit à rigoler.
Franck : Bon je peux continuer et reprendre où j’en étais.
Sara/Michael : On n’a pas vraiment le choix.
Ils échangèrent un léger regard.
Revenir en haut Aller en bas
sara991
4th Kiss
4th Kiss
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2324
Age : 25
Localisation : Dans les bracs de Marc Antoine =D (c'était vrai hier ^^)
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Dim 12 Juil - 22:41

oulalala mdr coment michael repond a franck
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sarahwaynecallies338.skyblog.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Dim 12 Juil - 23:38

merci pour cette suite !!

j'adore l'humour de mike !!

sara et michael combiner contre le gouverneur ca déchire !!!!!!!!!!!!

Revenir en haut Aller en bas
audreyscofield
Inhale/ Exhale
Inhale/ Exhale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 233
Age : 30
Localisation : Dans les bras de Michael a bord du bateau
Humeur : Ca dépend des jours lol
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Lun 13 Juil - 22:34

Slt les filles merci pour vos coms, voilà une suite pour vous !!!


Bonne lecture !!!



Pope : Donc vous disiez que vous vouliez aider Michael à sortir de prison.
Franck : Tout à fait.
Pope : Sans vouloir vous offensez Mr le gouverneur je ne crois pas que ce soit aussi facile.
Franck : Détromper vous Mr Pope, j’ai déjà contacter le juge charger de l’affaire de Mr Scofield.
Pope : C’est vrai !!!
Véronica : Tout à fait, d’ailleurs Mr le Gouverneur Tancredi a déjà fait en sorte que les poursuite contre le fils de Lincoln soit annuler.
Michael : Et tu comptais me le dire quand ça.
Veronica : Désoler, ça n’étais sortie de la tête.
Michael : Je vois ça .
Franck : J’ai pu rencontrer votre neveu et……………..
Michael : Vous avez vu LJ ????
Michael regarda Veronica, il ne semblait pas rassurer.
Franck : Oui, votre avocate m’avez dit que c’était un jeune homme très enthousiasme et plein de vie mais je l’ai trouver très………..
Le gouverneur chercher ses mots.
Franck : Très réserver.
Michael : C’est normal, dans la famille on a tendance à se refermer sur soi-même quand on perd un de ses parents, c’est un peu comme une tradition, alors étant donner qu’LJ a perdu sa mère et son père à quelques semaines d’intervalles, il doit pas vraiment être d’humeur bavarde mais bon vaut mieux pour vous qu’il soit réserver en ce moment.
Franck : Ha bon, et pourquoi ça.
Michael : Il a hérité du franc parler de son père, et vous voyez moi à côté c’est rien.
Franck : Et bien en tout cas, il n’avait pas l’air d’aller très bien.
Michael secoua la tête, excéder par ce qu’il entendait.
Franck : Il y a un problème.
Michael : Faut mieux que je me taise.
Franck : Pendant qu’on parle de personne qui vont mal, j’ai une question qui me trotte dans la tête depuis quelques jours, qu’est ce que ça signifie « souffrir d’inhibition latente».
Michael haussa les épaules, comme si il ne savait pas de quoi il voulait parler.
Franck Tancredi se tourna vers sa fille.
Franck : Qu’est ce que ça veux dire.
Sara : Qui te dis que je sais ce que ça signifie.
Franck : Sara, j’ai la preuve en image que le docteur Brighton t’as expliquer ce que ça voulait dire.
Sara : Et ??
Franck : Et je voudrai bien que tu me l’explique.
Sara : Désoler, je ne peux pas.
Franck : Et pourquoi ?????
Sara lui sourit.
Sara : Secret professionnel.
Franck : Ca à l’air de te faire plaisir de ne pas pouvoir m’expliquer.
Sara ne répondit pas, mais avait un regard très explicite.
Franck : J’ai contacté le docteur Brighton, mais il n’a pas voulu m’expliquer non plus.
Sara : Si tu veux tellement savoir tu n’as qu’à regarder dans le dictionnaire.
Michael se mit à rigoler, et Sara ne tarda pas à le suivre mais en voyant le regard de Veronica et du Gouverneur, ils s’arrêtèrent.
Michael toussota légèrement.
Michael : Désoler.
Franck : Je peux savoir ce qui vous fait rire.
Michael : Votre fille, je trouve qu’elle à un sens de l’humour très drôle.
Michael regarda Sara.
Michael : Regarder dans le dictionnaire, vraiment c’était bien trouver.
Sara lui rendit son sourire.
Depuis qu’elle était rentrer dans la pièce avec le gouverneur Tancredi, Veronica avait bien observer Michael, elle lui en voulait bien sûre de ne pas lui avoir avouer les vrais raisons qui l’avait conduit en prison mais elle s’inquiétait quand même pour lui, après tout elle l’avait toujours considérer comme son petit frère. Quand elle l’avait vu parler avec Sara, elle avait trouver qu’il semblait plutôt détendu ce qui n’était pas dans son accoutumer.
Michael était plutôt du genre réserver et distant voir froid avec les gens qu’il ne connaissait pas, même avec les gens qu’il connaissait d’ailleurs, mais là avec le docteur Tancredi il semblait……………………en faite elle ne savait pas comment interpréter sa façon d’être avec elle, c’était la première fois qu’elle le voyait comme ça, c’était sûrement ce qui la surprenait.
Et en dehors de sa façon de se comporter c’était aussi peut-être cette petite étincelle qu’elle avait perçu dans le regard de Michael quand il regardait Sara qui lui fessait penser qu’il y avait peut-être plus qu’une relation médecin-patient entre eux d’autant qu’elle avait crue apercevoir la même lueur dans les yeux de Sara.
Pope : Vous disiez que vous aviez déjà contacter le juge charger de l’affaire de Michael, mais elle n’est peut-être pas d’accord pour revenir sur sa décision.
Franck : En faite une fois qu’elle a visionnait la vidéo, elle m’a dit qu’elle ferait le plus vite possible pour avoir les papiers afin de le faire sortir d’ici.
Michael : Avec le succès que rencontre cette casette vous pourrez bientôt la mettre sur le net.
Franck : C’est vrai que pour une conversation confidentiel, cette vidéo à déjà était vu par au moins 5 personnes.
Michael : Six, vous oubliez le soi disant bon samaritain.
Franck : C’est vrai que j’aimerai bien savoir qui à déposer cette casette.
Michael : Et moi dont. Vous avez pas de caméras de surveillance qui pourrait lever le voile sur ce mystère.
Franck : Bien sûre que si, j’y avait même pas penser. Je fais demander à ce qu’on m’envoie les casettes de surveillances, comme ça vous pourrez remercier votre bon samaritain.
Michael : Contrairement à vous je ne suis pas sûre que la personne qui à déposer cette vidéo à votre bureau, ai fait ça pour m’aider.
Franck : Vous ne croyez dont pas en la bonté humaine.
Michael : Disons que dernièrement mes croyances ont pris un sacré coup.
Franck : Où est dont passé votre éternel optimisme dont me parler votre avocate.
Michael :Dans les courants électriques de la prison.
Franck: Je vois !!! Maître Donovan, vous pouvez donner les papiers a Mr Pope.
Pope, Sara et Michael se regardèrent quelques secondes avant que Pope demande.
Pope : Vous avez déjà les papier.
Le gouverneur Tancredi hocha la tête et Veronica tendit les papiers à Pope qui les prit.
Pope : Ce sont les papiers pour sa libération.
Pope paraissait assez surpris.
Pope : Comment vous avez fait pour que ça aille aussi rapidement.
Franck : Quand je demande quelques chose, la plupart du temps c’est fait assez rapidement .
Sara : Et oui c’est ça quand on a des relations haut placés.
Michael : Attendez une minutes, qu’est ce que vous essayer de me faire comprendre.
Veronica : Michael, une fois que Mr Pope aura signer ces papiers tu pourra sortir d’ici.
Michael : Vous allez me dire que c’est aussi facile que ça.
Franck : Pourquoi ???? Ca vous étonne !!!!!
Michael : Je vous rappelle au passage que j’ai braquer une banque.
Franck : Vous aviez des circonstances atténuantes.
Michael : Si vous le dîtes.
Franck : Vous ne semblez pas très content de pouvoir sortir d’ici.
Michael : J’attend de savoir ce que va me coûter cette excès de gratitude.
Franck : Pourquoi croyez-vous que ça va vous coûter quelques chose.
Michael : Ne me prenez pas pour un imbécile, qu’est ce que vous voulez de moi au juste.
Franck : Vous devriez plus faire confiance à notre système judiciaire Michael.
Michael : Arrêter vous voulez, je suis pas un de vos employés ou de vos associés, vos conneries je l’ai gobe pas moi. Alors garder votre discours sur la confiance en la justice pour vos électeurs moi j’en crois pas un mot. Alors c’est la dernière fois que je vous le demande, après je m’en vais.
Le Gouverneur Tancredi jeta un œil à Pope, ce que Michael remarqua.
Michael : Qu’on me l’autorise ou non d’ailleurs, qu’est ce que vous voulez de moi au juste.
Veronica et le Gouverneur se regardèrent quelques secondes, ce qui ne fit qu’intriguer un peu plus Michael.
Franck : En faite je voudrais vous m’accordiez une faveur.
Michael : Qu’est ce que je disais.
Veronica : En faite c’est plus une promesse qu’une faveur qu’il faudrait que tu fasses.
Michael : Pourquoi je sens que ça va pas me plaire.
Franck : Ecoutez Michael, une fois que vous serez sortie d’ici, il ne faudrait pas que vous cherchiez à savoir ce qu’il s’est vraiment passer en ce qui concerne l’affaire de votre frère.
Michael : Quoi…..
Sara : Attends une minute, pourquoi lui demander un truc pareil si tu crois vraiment en la culpabilité de Lincoln Burrows.
Franck : Je comprend pas où tu veux en venir.
Sara : C’est pas compliquer pourtant, si Lincoln était vraiment coupable ça ne te ferais rien que son frère cherche à l’innocenter, mais si c’est pas le cas Michael pourrait trouver des preuves qui affirmerai que son frère à été exécuter pour rien. Ce qui pourrait être assez embarrassant pour toi et pour tous ceux qui ont fait en sorte qu’il soit condamné à mort pour un meurtre qu’il avait pas commis.
Franck : Y a un peu de ça.
Michael : Sincèrement vous croyez vraiment qu’une fois dehors je vais rester les bras croisés et laisser ceux qui ont piéger mon frère s’en tirer aussi facilement.
Veronica : Michael c’est pour ton bien qui te le demande.
Michael : Parce que toi tu es d’accord, tu veux que j’accepte.
Veronica : Lincoln est mort Michael, d’accord. Alors il est temps de tourner la page.
Michael : Ho non !!!! Je ne suis pas d’accord.
Franck : Ecoutez Michael si vous ne le faites pas pour vous, faites le au moins pour votre neveu, pour LJ.
Michael :C’est justement pour lui que je veux rétablir la vérité, j’ai pas envie que partout où il aille, il soit considérer comme le fils de celui qui a soi-disant assassiner le frère de la vice-présidente. C’était mon frère, et pour moi c’est déjà assez insupportable de savoir que tous le monde le crois coupable, alors j’ose même pas imaginer ce que doit ressentir LJ.
Franck : Vous risquez de vous faire tuer à vouloir savoir ce qui c’est vraiment passer.
Veronica : Tu risques ta peau Mike, je ne sais pas si tu t’en rends compte.
Michael : Risquez, c’est ça le truc, au moins moi j’ai une chance de m’en sortir, Lincoln lui c’était jouer d’avance, on aurait pu faire n’importe quoi qu’il aurait été quand même exécuter.
Quelqu’un avait besoin d’un bouc-émissaire, et il se trouve que Lincoln était dans une mauvaise passe alors il en on profiter, mais dans leur plan machiavélique, ils ont oublier de se renseigner sur son entourage ou alors il l’ont mal fait, mais en tous cas il se trouve que moi je suis là, et je compte bien découvrir qui c’est servit de lui.
Michael vu que le Gouverneur allait ouvrir la bouche mais il le devança.
Michael : Que ça me coûte la vie ou non.
Veronica regarda Michael, elle baissa la tête avant de demander.
Veronica : Est ce que vous pouvez nous laisser, j’aimerai parler à Michael seul à seul, cinq minutes.
Michael :Si tu crois que tu vas arriver à me faire changer d’avis, c’est pas la peine, je suis pas Lincoln, t’as aucune emprise sur moi.
Veronica regarda le Gouverneur, Pope et puis Sara.
Veronica : Cinq minutes, s’il vous plait.
Pope : Bien sûre.
Sur ce, il sorti suivi de Sara et du gouverneur.
Pendant que Veronica parlait à Michael, Pope, Sara et le Gouverneur attendaient en silence, de temps en temps Sara croiser le regard de son père, mais elle ne préférer ne rien dire, ses relations avec lui étaient assez tendu et ce qu’elle avait dit quelques minutes plutôt n’allait rien améliorer.
Pope quand à lui, sentait bien la tension qui régner mais il préférait rester en dehors de ça.
Au bout de quelques minutes, Bellick arriva dans le couloir où ils attendaient.
Bellick : Alors qu’à récolter Scofield.
Pope : De quoi vous voulez parler.
Bellick : Quelle sanction il va avoir, l’isolement ou bien sa peine va être prolonger.
Sara : Pourquoi voulez vous qu’il soit sanctionner .
Bellick : Il a quand même menti à tous le monde, juste pour être avec son frère.
Pope et Sara se regardèrent, ils venaient de comprendre.
Pope : C’est vous qui avez déposer la casette au bureau du gouverneur.
Bellick : Tout à fait !!!!!!!!!
Franck : Alors je vous remercie.
Bellick : Je n’est fait que mon travail, alors de quoi va écoper Scofield.
Sara :Vous allez être content d’apprendre que Michael va être libérer.
Le sourire narquois qu’afficher Bellick disparu aussitôt que Sara avait fini sa phrase.
Bellick : Quoi ?????
Pope : Les informations contenu dans la casette on permis au gouverneur de faire libérer Michael.
Bellick semblait très contrarier d’apprendre que grâce à lui Michael allait être libérer ce que Sara remarqua.
Sara : Et bien Capitaine Bellick vous semblait déçu, vous n’êtes pas content d’avoir aider Michael.
Sara avait un large sourire sur les lèvres, ce qui n’était pas le cas de Bellick.
Bellick : Je dois retourner faire mes rondes.
Il avait dit ça sur un ton dur, il repartit travailler vexer.
Sara quand à elle ne cacher pas sa joie de le voir si furieux.
Sara :Je crois que Michael avait raison, la casette n’était pas là pour l’aider.
Pope acquiesça et regarda Bellick s’éloigna, quand la porte de la salle s’ouvrit sur Veronica, elle la ferma derrière elle .
Franck : Alors ?????
Veronica : Alors il ne veux rien entendre. Et moi qui croyait que c’était Lincoln le plus têtu des deux.
Franck : Je pensais que Michael était le plus calme et le plus réfléchit.
Veronica : Il a une personnalité assez complexe, il n’est pas toujours facile à cerner.
Franck : C’est ce que j’ai remarquer. Donc il ne veux pas abandonner l’idée d’innocenter son frère.
Veronica : Y a aucune chance, j’aurais dû m’en douter de toute façon, c’est pas son genre de laisser tomber son frère, même si il est mort.
Franck : Même si il risque sa vie.
Veronica secoua machinalement la tête.
Veronica : C’est Michael.
Sara: Je peux lui parler ?
Tous les regards se tournèrent vers elle.
Franck : Quoi ?
Sara regarda Veronica.
Sara : Est ce que je peux lui parler, juste cinq minutes.
Franck : Sara, Maître Donovan est son avocate et de plus elle le connaît depuis des années si elle n’est pas arriver à le faire changer d’avis, je ne crois pas que tu puisses grand chose .
Sara : Je t’ai pas demander ton avis.
Elle regarda de nouveau Veronica.
Sara : Juste cinq minutes, s’il vous plait.
Veronica acquiesça .
Veronica : D’accord.
Sara : Merci.
Franck : Mr Pope, faites quelques chose.
Sara regarda Pope, celui-ci soupira.
Pope : Juste cinq minutes.
Sara : Merci
Elle s’approcha de la porte et s’apprêta à l’ouvrir quand son père lui dit.
Franck : Je préférerais que quelqu’un vienne avec toi.
Sara : Désoler, c’est une conversation de médecin à patient, donc c’est confidentiel, et de toute façon je ne craint rien , Michael ne me ferait jamais de mal.
Sur ce elle ouvrit la porte et s’engouffra dans la pièce sous les yeux de son père.
Franck : C’est moi où il y a plus qu’une relation de médecin à patient entre eux .
Pope et Veronica échangèrent un regard entendu.
Revenir en haut Aller en bas
sara991
4th Kiss
4th Kiss
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2324
Age : 25
Localisation : Dans les bracs de Marc Antoine =D (c'était vrai hier ^^)
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Lun 13 Juil - 23:10

oulalala
presser de lire la suite
mort de rire comment misa se moque du gouverneur
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sarahwaynecallies338.skyblog.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Lun 13 Juil - 23:17

ha merci j'adooooore !!!

misa powwahhh:mdr: la mike qui soutient sara dans ces blagues et vice verca tout simplement parfait !!!!!!

Revenir en haut Aller en bas
sara991
4th Kiss
4th Kiss
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2324
Age : 25
Localisation : Dans les bracs de Marc Antoine =D (c'était vrai hier ^^)
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Lun 13 Juil - 23:20

c'est clair tout simplement parfait
a quand la suite ??
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sarahwaynecallies338.skyblog.com
sara991
4th Kiss
4th Kiss
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2324
Age : 25
Localisation : Dans les bracs de Marc Antoine =D (c'était vrai hier ^^)
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Lun 13 Juil - 23:27

tro presser de lir la suite pour savoir ce qui va se passer entre le misa
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sarahwaynecallies338.skyblog.com
portugalita
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 97
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Lun 13 Juil - 23:39

Ça fait du bien de relire cette fic..
Que du bonheur...
Revenir en haut Aller en bas
audreyscofield
Inhale/ Exhale
Inhale/ Exhale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 233
Age : 30
Localisation : Dans les bras de Michael a bord du bateau
Humeur : Ca dépend des jours lol
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Mar 14 Juil - 21:52

Slt les filles vous allez, merci pour les coms, contente de te voir par ici portugalita, voilà une suite , bonne lecture !!!


Quand Sara rentra dans la salle, elle vit Michael assis sur le rebord d’un fenêtre, il avait les genoux plier contre sa poitrine et sa tête dans ses main, le voir comme ça lui donner envie de le consoler.
Elle s’approcha doucement de lui et posa sa main sur son épaule.
Sara : Ca vas ????
Il releva la tête et quand il aperçut Sara, il esquissa un léger sourire.
Michael : Pas vraiment !!!
Sara esquissa elle aussi un léger sourire avant de venir s’asseoir à côté de lui, elle était dos à la fenêtre et lui dos au mur donc elle pouvait voir sa visage.
Sara : J’ai une nouvelle pour vous.
Michael : Bonne ou mauvaise ?????
Sara : Ca dépend de quel point de vue on se place.
Michael la regarda, elle avait réussi à attirer son attention bien qu’elle n’avait pas grand chose à faire pour cela.
Michael : Vous m’intriguez.
Sara lui sourit, ce qui provoqua immédiatement un sourire chez Michael.
Sara : On sait qui à déposer la casette.
Michael : Déjà !!! C’est ce qu’on appelle du rapide.
Sara : La personne c’est vendu toute seule.
Michael : Alors qui est-ce ???
Sara : Le capitaine Bellick, mais vous aviez raison il a pas fait ça pour vous aider, il pensait que vous seriez sanctionner.
Michael : Comment il a sut pour la vidéo.
Sara : Et bien, il est rentré sans frapper dans le bureau de Pope lorsque nous étions en train de………….
Sara baissa les yeux, elle n’était pas très fière de se qu’elle avait fait c’était pas dans ses habitudes d’écouter des conversations confidentielles.
Michael : Entrain de m’espionner.
Michael avait employer un ton assez doux voir amuser, ce qui rassura un peu Sara, quand elle osa le regarder de nouveau elle pouvait lire dans ses yeux qu’il ne lui en tenait pas rigueur.
Sara : Oui, et comme Pope l’a envoyer balader, il a sûrement voulu savoir ce qu’on fessait.
Michael : Et quand il l’a découvert il a pas résister à la tentation d’en faire profiter d’autre personne.
Sara : Je crois que c’est ça, mais maintenant il doit s’en mordre les doigts.
Michael : Pourquoi ??
Sara : Et bien quand j’ai vu son sourire satisfait sur son visage quand il a cru que vous alliez avoir des ennuis, j’ai pas pu m’empêcher de lui dire que « grâce » à lui vous alliez être libérer.
Michael : Il a dû vite perdre son sourire.
Sara : Je vous le fait pas dire.
Ils échangèrent un regard et ne purent s’empêcher de rigoler en imaginant la tête de Bellick.
Après qu’ils se soit calmés, Michael s’aperçut que Sara le fixer toujours, c’est qui commença légèrement à le déstabiliser.
Michael : Quoi ???
Sa voix fit sortir Sara de ses pensés.
Sara : Hein !!!!
Michael sourit légèrement.
Michael : Tout va bien.
Sara : Bien sûre, pourquoi.
Michael : Vous me regardiez bizarrement.
Sara : Non.
Michael : Si je vous assure.
Sara : Arrêter Michael, je sais comment je vous regarde.
Elle avait baisser les yeux ce qui amusa davantage Michael, qui chercha à recapter son regard.
Michael : Vous en êtes sûre.
Sara : J’étais entrain de réfléchir ça vous va.
Michael : Ah et à quoi dont !!!!!
Sara releva les yeux vers lui.
Michael : Enfin si c’est pas trop indiscret.
Sara : J’étais juste entrain de me dire que d’ici quelques heures vous seriez dehors.
Ce fut au tour de Michael de baisser les yeux.
Michael : Ouai.
Sara remarqua qu’il avait pas l’air si ravi que ça.
Sara : Ca a pas l’air de vous faire plaisir.
Michael : Tout compte fait, je sais pas si j’ai envie de partir.
Sara : Quoi !!!!! Vous dîtes pas ça sérieusement.
Michael : Si !!!
Sara : Michael y a rien de bon pour vous ici.
Il la regarda puis regarda dehors.
Sara : Cette prison vous a déjà pris votre frère, vous croyez pas que c’est suffisant.
Il ne répondit pas.
Sara : De plus, y a un gamin dehors qui a besoin de vous. Vous êtes la seule famille qui lui rester vous pouvez pas le laisser tomber, c’est pas votre genre de toute façon.
Michael : Je sais !!!
Sara : C’est ce que vous à demander mon père et Veronica qui vous chiffonne autant.
Il la regarda, elle comprit qu’elle avait trouver ce qui le déranger.
Michael : Je comprend pas comment elle peut me demander un truc pareil.
Sara : Venant de mon père ça ne me surprend pas, mais de la part de votre amie c’était assez inattendue . Quoique compréhensible.
Michael la dévisagea.
Michael : Ha non, vous allez pas vous y mettre vous aussi.
Il s’apprêta à se lever, mais elle lui attrapa le poignet avant.
Sara : Hé !!! Vous pouvez peut-être me laisser finir.
Il lui lança un regard assez dur.
Sara : A moins que vous soyez trop borner pour ça.
Michael : Je ne suis pas borner.
Sara : Si vous l’êtes.
Le regard de Michael c’était radoucie, le fait que Sara le remette à sa place l’avait quelques peu calmer.
Michael : Vous avez gagner, je vous écoute.
Sara : Peut-être pas si borner que ça tout compte fait.
Il sourit légèrement.
Michael : Je vous l’avez dit.
Sara :Ecoutez Michael, votre amie s’inquiète pour vous, tous ceux qu’elle veux c’est vous savoir en sécurité, on peut pas lui reprocher. Je crois que si vous disiez juste que vous ne mettrai pas votre vie en danger, ça pourrait l’aider à se faire moins de soucis.
Michael : C’est pas ce qu’elle veut que je lui promette, ni votre père d’ailleurs.
Sara : Je pense que ça lui conviendrait parfaitement, quand à mon père ni accorder pas trop d’importance, tous ceux qui l’intéresse c’est de ne pas avoir d’ennuis. Faites ça pour votre amie, elle a déjà perdu votre frère, elle veut pas vous perdre aussi.
Michael : Je ne sais pas !!!
Sara : S’il vous plaît Michael, moi non plus je ne veux pas avoir de vos nouvelles dans la rubrique nécrologique.
Elle avait un regard très sincère ce qui dérouta quelque peu Michael.
Michael : D’accord !!!!
Sara : Vraiment, vous ne ferait rien qui risquerai de mettre votre vie en danger.
Michael : Promis, je voudrais pas que vous vous inquiétez pour moi.
Sara : Ne me dîtes pas que vous faites ça pour moi.
Il planta son regard dans celui de Sara.
Michael : Je ne vous le dirai pas.
Elle se mit à rougir malgré elle, puis finit par détourner le regard vers la fenêtre et aperçut Sucre dans la cour.
Sara : Vous allez lui dire au revoir.
Michael regarda à son tour vers la fenêtre et aperçut Sucre à son tour.
Michael : Vaut mieux ou il risque de m’en vouloir.
Sara : Il s’est attacher à vous, il vous aime bien.
Michael : Il est sympa, et en plus il arrive à me faire rire.
Sara : Ce qui n’est pas évident je dois avouer.
Michael sourit.
Michael : Vous êtes entrain d’insinuer que je n’est pas d’humour.
Sara : Tous ce que je dit c’est que des fois il faut se lever tôt pour vous arracher ne serai-ce qu’un sourire.
Michael : Oui alors que vous Sucre vous sort une blague à deux sous et vous vous plier en deux.
Sara resta bouche bée.
Michael se mit à rire.
Sara : Là vous vous marrer.
Michael : Je peux pas m’en empêcher la tête que vous faîtes est trop drôle.
Sara : Je doit prendre ça comment au juste.
Michael : En tous cas ce n’était pas dit méchamment.
Sara sourit.
Sara : Je sais, je vous taquinez c’est tout .
Michael : Et ça vous amuse.
Sara : J’en profite bientôt je n’aurai plus l’occasion de le faire.
Michael : Ne me dîtes pas que je vais vous manquer.
Sara baissa la tête gênée, mais ne répondit pas.
Michael : En tous cas vous vous allez me manquer.
Sara releva doucement les yeux vers lui surprise.
Michael : J’avais prit l’habitude de vous voir tous les jours ces derniers temps.
Sara : C’est vrai que vous m’avez donner pas mal de boulot.
Michael sourit.
Michael : Hé mais j’y pense, je vous doit un dîner, je vais sortir d’ici vivant comme je vous l’avez promis.
Sara : Vous êtes pas encore sortie, je vous rappelle.
Michael : Essayeriez-vous de vous esquivez Docteur.
Sara : C’est pas mon genre, mais………..
Michael : Mais quoi ????
Sara : Je me pose beaucoup de question sur vous.
Michael : Je croyais que ce que vous aviez entendu, avait répondu à vos questions.
Sara : Pas à toutes, il m’en reste encore.
Michael : Tel que ???
Sara : Tel que, que signifie vraiment votre tatouage, qui vous à vraiment blesser aux pieds.
Michael : D’accord je vois.
Sara : J’en est plein d’autre vous savez.
Michael : J’en doute pas. On va passer un accord, si vous venez dîner avec moi, je répondrai à toutes vos questions.
Sara : Toutes vraiment toutes, sans aucune entourloupe, pas de mensonge.
Michael : Aucun mensonge, c’est promis.
Sara savait que Michael tenait toujours ses promesses.
Sara : D’accord….
Michael sourit, il avait réussi à la convaincre.
Ils se regardèrent et commencèrent à se perdre dans le regard de l’autre, Sara n’avait pas remarquer mais elle n’avait pas lâcher le poignet de Michael depuis qu’elle l’avait retenu quelques minutes plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   Mar 14 Juil - 22:01

wahoou merci pour la suite j'ai adorais !!!

mike doit un diner a sara est elle accepte !!!!!!!!!!

mike c'est attacher a sucre

il est difficile de faire rire mike bah en meme temps avec ce qu'il préparait ....mais sara arrive souvent a lui rendre le sourire !!!!!

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au secour de Michael !!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au secour de Michael !!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 9Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Michael Jackson,la plus grande manipulation...
» [Points] Le livre des secrets de Michael Cox
» QUI A DEJA VU LE FILM "THIS IS IT" DE MICHAEL JACKSON???
» MICHAEL JACKSON - BAD (DX03)
» VOICI UN AUTRE FILS DE MICHAEL JACKSON OMER BHATTI CONFIRME PAR JOE JACKSON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MiSa' Story :: WENTWORTH/SARAH & MICHAEL/SARA :: Fanfictions-
Sauter vers: