MiSa' Story


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11 ... 20  Suivant
AuteurMessage
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:38

Partie 3
Dans la rue

Michael était content de savoir que le lendemain Sara travaillait, le seul soucis, c’est qu’il devait aller en cours.

Elle bosse le matin, si je passe juste avant les cours….. Non c’est trop loin de Loyola. Ou bien je sèche……non c’est pas le moment, avec les recruteurs dans les parages. Comment je pourrais faire ???? Je sais ………….

Il était arrivé sur son campus et se dirigea vers sa chambre.

Bon je prend une bonne douche et je pars voir Linc et Véro.

Michael se prépara tranquillement, histoire de retarder au maximum le moment de la confrontation avec son frère.
Une fois prêt, il partit en direction du centre ville.

Appartement de Lincoln

V : ton frère ne va pas tarder.

L : je sais. Je ne vais jamais pouvoir.

V : ne recules pas, sinon je te l’ai dit, c’est moi qui lui dirait la vérité.

L : je vais le faire.

V : je serai à côté, je préfère que vous soyez seuls.

L : merci.

La sonnerie de la porte se fit entendre. Veronica alla ouvrir.

V : bonsoir Mike.

M : bonsoir.

V : entre.

Elle le vit hésiter et lui prit le bras pour l’entraîner dans l’appartement.

V : pareil tout les deux.

M : c’est bon (dégageant son bras)
Je suis un grand garçon

Lincoln s’était approché et le salua.

L : bonsoir.

M : bonsoir.

L : tu veux boire une verre ? (lui montrant une bière)

M (sèchement) : je ne bois pas, tu le sais
Il me cherche c’est clair

V : ne commencez pas !!

L/M : ok

V : vous allez dans la chambre et vous tâchez de vous expliquer comme des adultes.

Michael et Lincoln partirent dans la chambre.
Ils s’asséyèrent sur le lit, mais aucun ne voulait engager la discussion. Finalement au bout de 10 longues minutes, Michael prit la parole.

Trouve un truc à dire….
M : comment va ton épaule ?

L : bien, enfin un peu douloureuse

M : t’as eut de la chance
Encore une fois

L : oui

M : tu es allé voir la police ?

L : oui cet après midi, j’y suis allé avec Véro et j’ai fait ma déposition.

M : t’as changé ta version des faits ?

L : non

M : … (il ne savait pas quoi dire, si il commençait sur ce sujet, ça finirait sûrement comme la veille)

Ils regardaient tout les deux un point imaginaire dans la chambre. Soudain le regard de Michael s’arrêta sur un objet posé sur la commode, il se leva et le prit délicatement dans sa main.

L : tu as toujours celui que je t’ai fait ?

M : oui, il est sur ma table de nuit.
C’est la seule chose que j’ai gardé

Il se rasseya près de son frère.

M : tu me l’as offert quand maman est morte, tu m’avais promis de ne jamais me laisser tomber.
Il a du en oublier la signification

L : je n’ai pas été un grand frère très présent….

M : je sais que ça n’a pas toujours été facile, aussi pour toi.

L (inspirant profondément) : je dois te dire la vérité..

M : sur quoi ??

Partie 4

L : tellement de choses.

M : commence par le début.
Ça serait déjà bien

L : papa …

M : oui..

L : il n’est pas mort

M (feignant d‘être surpris) : ah bon, alors pourquoi ???
Même si je connais une partie de la vérité

L (prenant une grande inspiration) : il buvait beaucoup et avec maman, ils se disputaient toujours, un jour elle lui a annoncé qu’elle attendait un enfant, il lui a dit qu’il refusait qu’elle le garde, qu’il n’en voulait pas, que de toute façon cet enfant n’était sûrement pas de lui. Elle lui a dit que cet enfant, elle l’élèverait toute seule si il le fallait, mais qu’elle refusait d’avorter, il a claqué la porte et 8 mois après tu es né. Il est passé peu de temps après, tu devais avoir 2 ans, il voulait me voir, mais maman a refusé qu’il rentre.

M : ok (très calmement)

Il a pas du tout comprendre
L (surpris par le calme dont faisait preuve son frère) : tu ….

M : je savais qu’il était en vie, je ne savais juste pas toute l’histoire.
Maintenant je sais

Là c’est moi qui comprend pas
L (surpris) : comment ??

M : les murs sont fins. Je me souviens d’un jour où tu t’es disputé avec maman, à propos d’une soirée où elle ne voulait pas que tu ailles, et tu lui as dit que tu aurais préféré partir avec ton père.

L : désolé.

M : c’est pas à toi de t’excuser, c’est lui qui nous a abandonné.

L : j’ai plusieurs fois, voulu t’en parler, je n’ai jamais trouvé le courage.

M : ouais. Continue, maintenant que tu es lancé.

L : mes bêtises ???

M (rigolant) : on en a pour toute la nuit.
Une nuit de 48h

L : oh pas tant que ça, si je te fais un résumé.
Et si j’oublie quelques détails

M : la dernière.
Celle qui m’a valu un coup

L : ma blessure ??

M : oui !!

L : le résumé ça te va ??

M : si ça suffit pour que je comprenne.

L : maman n’a jamais eut d’assurance vie (il regarda la commode de peur d‘affronter le regard de Michael)

Finalement, il le regarda et pu voir l’expression de son frère, il le sentait complètement paumé par cette révélation. Il se lança dans la suite des explications, voyant que son frère ne parlait pas.

L
: j’ai emprunté l’argent pour que tu puisses aller à l’université, je ne voulais que tout ton potentiel soit gâché.

M : j’imagine que tu ne l’a pas emprunté à une banque ?
Pas besoin d’être un génie pour le savoir

L : pas vraiment !!

M : qui ????

L (prit une grande bouffée d‘air) : mafia

M : waouh je ne m’attendais pas vraiment à ça. (il se frotta la tête)

L : je leur rendais quelques services en échange de délais raisonnables pour les remboursements.

M : mais …………..
Il y a toujours un « mais »

L : je n’arrive plus à leur rendre l’argent et je ne veux plus tremper dans leurs magouilles.

M : ta blessure est un avertissent ??

L : oui

M : j’ai obtenu une bourse à mon entrée à l’université.

L : ….
Comment ?

M : j’avais fait ma demande et elle a été acceptée. Les sous de ma.. Tes sous, je peux te les rendre, je les ais placé et ça a rapporté des intérêts.

L : c’est les tiens, tu les gardes !!

M : reprends les, je garde les intérêts.

L : non !!

M : ok. Prend au moins un peu, histoire de les faire patienter.

L : on en reparlera.

M : ok
Pas la peine d’insister, je ne tiens pas à en prendre une autre

Ils continuèrent à parler pendant près d’une heure, avant que Véro fasse son apparition.

V : je venais vérifier si mes deux hommes ne s’étaient pas entretués.

Rires

M : non ça peut aller.

L : tu restes dîner ??

V : oui s’il te plaît, j’ai fais un gratin comme tu l’aimes.

M : si tu me prends par les sentiments.

Véronica retourna à la cuisine

L : tu me pardonnes ?

M : laisse moi encore un peu de temps, mais on peut prendre un nouveau départ tous les deux.

L : ok

Et ils dînèrent avant que Véronica, ne ramène Michael sur le campus.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:40

Chapitre 13
Partie 1


Lendemain matin
Campus de Northwestern


Sara se réveilla de bonne humeur, elle ne su pas dire pourquoi, mais c’était une sensation très agréable. Peut être ses nouvelles responsabilités ou sa rencontre avec Michael, en tout cas, elle se leva et alla se préparer.
Elle prit sa douche en pensant à lui.

Je vais aller prendre mon petit déjeuner au Starbuck, il y sera peut être.
Je vais mettre une robe… non c’est pas très professionnel. Et puis zut, j’aurai ma blouse à l‘hôpital, c’est pour lui que je la met.
Non mais voilà que je pense, à comment m’habiller pour un garçon avec qui je ne sors même pas, il me rend dingue.


Une fois prête, elle prépara son sac de cours.
Elle arriva au Starbuck, prit un chocolat et s’installa pas trop loin de l‘entrée pour surveiller les personnes qui entraient.
Elle regarda sa montre au bout de quelques instants, 7h22.

Il était déjà là hier, peut être qu’il va arriver.
Ou bien il ne va pas venir
Et si il commence plus tard aujourd’hui
J’aurai tellement aimé le revoir
Bon, je vais y aller sinon je vais être en retard


Puis elle partit vers l’hôpital, mais sa bonne humeur du matin avait laissé place à un sentiment de tristesse.

Campus de Loyola

Pour la seconde fois, la sonnerie de son réveil retentit, Michael se leva d’un coup, regarda le réveil : 7h20

M : mer**, je suis à labour

Il sortit d’un bond de son lit et partit sous la douche, il se mit à hurler car l’eau était glacée.
Une fois finit, il prit son jean et une chemise vite fait dans son placard, les enfila et prit son sac et se dirigea vers l’université.

La prochaine fois, je ne me recouche pas, je suis c**, si ça se trouve elle était au Starbuck, je l’aurai vu et non maintenant me voilà à courir, au lieu de me perdre dans ses beaux yeux.
Si cela ça se trouve, elle n‘y était pas, je ne l’avais jamais vu auparavant. Faut dire qu’on a pas les mêmes horaires, et les siens sont un peu particuliers.
Et si elle y était, je l‘ai ratée.


Il arriva tout juste au moment où la sonnerie retentit.

Hôpital de Northwestern

Katie vit arriver Sara, elle alla la saluer

K : hello ma belle. C’est quoi cette tête d’enterrement ??

Je ne l’ai pas vu ce matin
S : rien

K : mon petit doigt me dit que ça va passer, et plus vite que tu ne le penses

Katie et son optimisme
S : ouais

Elle alla mettre sa blouse, avec toujours Katie prêt d’elle

K : tu veux qu’on déjeune ensemble à midi ?

S : non, je dois aller très vite en cours, je mangerai en chemin.

K : une autre fois. Maintenant qu’on va travailler ensemble encore plus souvent.

S : oui à chaque fois que possible, ça te va ?

Elle l’enlaça

K : allez trêve de marque d’affection

S : oui on va bosser

Et elles partirent pour s’occuper d’un premier patient.

Université de Loyola

Michael avait pas cessé de penser à Sara, il aurait tellement voulu la revoir, mais il pensait surtout à l’idée, qui lui était passé par la tête, quand il avait appelé l’hôpital la veille.

La sonnerie se fit entendre marquant la fin des cours.

Michael se leva, prit son sac et sortit en trombe.

Partie 2

Hôpital de Northwestern

Katie se trouvait à l’accueil, car sa collègue venait d’aller déjeuner et Sara finissait avec un patient avant de partir, elle aussi déjeuner. La salle d’attente était enfin vide.
Un jeune homme arriva.

K (avec un grand sourire) : bonjour

M : bonjour, voilà je viens car …pourquoi on va aux urgences sans pour autant être dans un état lamentable ?

K : vous avez mal à la tête (toujours en souriant)

Bonne idée
M : oui, c’est ça

K : c’est très douloureux (en lui faisant un clin d’œil)

M : oh oui
Elle a deviné ??

K : et vous voulez voir un médecin ?

Et pas n’importe laquelle
M : je pense que ce serait bien

K : c’est que tous nos médecins sont très occupés, ça ne vous ennui pas que ce soit notre interne qui vous examine

Bien au contraire
M : non

K : comme j’imagine que vous avez très mal, je vais pas vous faire patienter trop longtemps

M : c’est gentil

K : suivez moi

Ils allèrent dans la salle d’examen 4, Katie lui indiqua la table d’examen où il s’installa

K : voilà, je vais prévenir le médecin pour qu’il passe vous ausculter


M : merci

Puis elle repartit à l’accueil pour guetter Sara. Elle la vit arriver au bout de 5 min, mais elle se dirigeait vers les vestiaires. Elle l’intercepta alors qu’elle se changeait.

K : remet ta blouse

Elle se retourna vivement

Non, j’ai finit

S : Katie j’ai finit. Je pars déjeuner.

K : non, tu as encore un patient

S : ah non, je suis déjà en retard, j’ai cours après, tu te souviens

K : tu dois y aller

Et elle l’entraîna par le bras vers la salle où se trouvait Michael

S : Katie, demande à Paul

K : non, il est occupé

C’est nouveau
S : il discute avec les infirmières

K : désolée ma puce, tu t’y colles

C’est pas vrai
S (en soupirant) : donne moi sa fiche

Elle lui tendit et Sara la regarda attentivement

Elle se moque de moi
S : merci, mais il n’y a aucuns renseignements dessus

K : oups, tu l’as remplira

C’est pas mon jour
S : tu viens lui pendre au moins les constantes

K : je ne peux pas quitter mon poste

Qu’est-ce qui lui arrive ??

Et elle la poussa légèrement dans la pièce

S : c’est bon, je suis assez grande !!

K : tu me remercieras plus tard

Bah voyons !!!


Partie 3

Katie repartit à l’accueil et Sara entra dans la salle, elle ne leva pas la tête

S : bonjour, je suis le Dr Tancredi

M : bonjour Sara

Cette voix

Elle leva la tête et leurs regards se croisèrent et ne se lâchèrent pas un seul instant. Elle s’approcha de lui.

M (avec une grand sourire) : salut

S (aussi avec un sourire) : salut

M : je … enfin j’ai mal à la tête
Faudrait que j’arrête de sourire pour être plus convainquant

S : ah bon ??
Pas très convainquant

M : oui c’est même très douloureux
C’est-ce que l’infirmière m’a dit

S : je vais devoir t’ausculter alors
Et moi va falloir que j’essaie de me concentrer

M : si c’est nécessaire
J’espère qu’elle va me faire un bilan complet pour que je puisse rester plus longtemps près d’elle

Elle s’approcha encore et se retrouva presque entre ses jambes, ce qui la fit rougir. Elle prit son stéthoscope, qui se trouvait autour de son cou.

S : je …respire et un peu de professionnalisme Sara va falloir que tu déboutonnes ta chemise

Il sourit et commença à enlever les boutons un par un tout en scrutant son regard, elle commença à ressentir, une nouvelle fois, ses joues prendre une coloration rosée.

Elle est encore plus craquante quand elle est troublée

Je devrai l’aider…
non mais… concentre toi un peu


Une fois sa chemise déboutonnée, elle posa son stéthoscope contre son torse et une main sur son épaule et entendit les bruits irréguliers du cœur de Michael

Alors soit il a des troubles du rythme, soit c’est moi qui lui fait cet effet, j’espère que c’est la deuxième hypothèse

Olala son corps est très près… respire…. waouh son parfum m’envoûte, mon cœur va sortir de ma poitrine. Faut que je me ressaisisse…..ses yeux

Il la regarda intensément, et vit qu’elle avait, elle aussi des difficultés à se concentrer.

S : inspire ….expire Wink

Il s’exécuta, ses yeux se noyant dans son regard
Elle retira le stéthoscope et le rangea dans sa poche.

Détendre l’atmosphère, bonne idée
M : au fait comment s’est passée ton examen ?

S : bien merci, je pense avoir la moyenne.
Il s’en est souvenu

Malgré l’envie de continuer à parler, elle essayait de garder son professionnalisme, elle avait peur de perdre le contrôle.

S : je vais te demander de fermer les yeux
Oui comme ça ce sera plus facile de me concentrer

Il s’exécuta, mais les images qui lui apparurent à cet instant, lui fit les ouvrirent

Oh mon Dieu, va me falloir une douche froide

S (dans un chuchotement) : ferme les

Et elle posa sa main doucement sur ses yeux pour lui fermer.
Une courant électrique les parcouru, sa main quitta ses yeux et s’échoua sur sa joue, qu’elle caressa, avant de la poser sur le bras de Michael. Elle déglutit.
Leurs yeux ne se quittaient pas, leurs corps se rapprochèrent, il l’encercla d’un bras et de l’autre il passa sa main dans ses cheveux, s’approcha doucement de son visage et posa ses lèvres sur les siennes. Le temps se suspendit. Une décharge le fit se reculer.
Il la regarda et ne vit aucune réticence dans son regard, alors il recommença. Cette fois, le baiser fut moins timide, elle répondit immédiatement à ce contact, et entrouvrit légèrement les lèvres, Michael passa sa langue dans sa bouche pour y rencontrer celle de Sara, elles se trouvèrent immédiatement et se caressèrent, se repoussèrent. Pendant plusieurs minutes, ils s’embrassèrent avant de se stopper pour reprendre leur souffle.

Waouh
Waouh

Il lui sourit et posa délicatement sa main sur sa joue. Sarah redescendit de son nuage

Qu’est ce que je viens de faire ?

Sans un mot Sara sortit de la salle laissant Michael, dans le flou le plus total.

Elle passa devant Katie, qui se trouvaient encore à l’accueil et partit en direction des vestiaires à vive allure.

K : Sara !!!

Michael sortit à cet instant, Katie s’était levée pour rejoindre son amie.

K : vous risquez de prendre froid

M : hein ??

K : votre chemise

M : ah oui

Il la reboutonna

K : qu’est-ce qui c’est passé ?

M : rien
Pourquoi elle a réagit comme ça ?

Il prit le chemin de la sortie après être retourné prendre sa veste et son sac dans la salle.
Katie, quant à elle, entra dans le vestiaire et trouva Sara assise par terre, recroquevillée et en pleurs. Elle se pencha et s’asseya près d’elle.

K : qu’est-ce qui c’est passé ?

S : rien
Je suis trop bête

K : vous avez au moins la même réponse

S : …

K : dis moi ce qui c’est passé avec le beau brun pour que tu te mettes dans cet état ?

S (entre deux reniflements) : on s’est embrassé

K : et alors, c’est génial

S : non
Enfin si mais …

K : je comprends pas

S : c’est trop compliqué
Je suis trop compliquée

Katie passa un bras autour des épaules de Sara

K : explique moi alors !!

S : c’était WAOUUU, mais ce que j’ai ressenti…je sais pas

K : et lui ??

S : j’en sais rien, je suis partit

K : il embrasse si mal que ça ?

Sara émit un léger rire

S : c’est pas drôle

K : Sara, tu as flashé sur lui dès que tu l’as croisé, pourquoi tu te prend la tête ?

S : ce que j’ai ressenti était indescriptible et ça me fait peur

K : qu’il soit comme les autres garçons avec qui tu es sortit, comme ton père ? Qu’il te laisse tomber??

Sara se remit une fois de plus à pleurer

K : écoute ton cœur

S : je ne veux pas
À chaque fois, je souffre

K : alors laisse lui le temps de s’ouvrir

S : on verra.

K : appelle le pour t’expliquer

Oh non, il va plus vouloir me voir
S : je doute qu’il veuille encore me parler après ça.

K : t’es vraiment une tête de mule et qui sait, il est peut être plus têtu que toi

S : ….

K : aller sèche moi ces beaux yeux

S : merci

Et elle enlaça son amie

S : je vais être en retard

K : je t’appelle ce soir

S : Katie ???

K : oui

S : merci

Katie lui sourit avant d’aller reprendre son poste.
Sara posa sa blouse dans son vestiaire et prit son manteau et son sac avant de se diriger vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:41

Partie 4

Sara sortit de l’hôpital, elle se sentait encore plus mal, mais elle devait aller en cours.

Voix : je suis désolé

Elle se retourna pour faire face à son interlocuteur.

S : pourquoi tu n’es pas partit ? (un peu trop sèchement)

M : je ne me suis pas très bien comporté, alors je tenais à te présenter mes excuses

Elle continua son chemin et Michael la suivit

S : tu n’as pas à t’excuser

M : si, je ne suis pas du genre à sauter comme ça sur les filles, je voulais que tu le saches

S : je ne sais pas ce qui m’a pris non plus

Elle accéléra le pas

M : attends moi

S : je vais être en retard

M : moi aussi mais je veux qu’on en parle

Et il lui agrippa le bras, elle se retourna et il pu voir qu’elle pleurait

M : je suis désolé Sara (sur un ton plus doux)

Il l’entraîna jusqu’à un banc où ils s’asseyèrent

M : je ne voulais pas te faire pleurer

S : ce n’est pas de ta faute (en essuyant ses yeux)

M : j’ai pourtant l’impression que si

S : c’est que dis lui….. ça va trop vite

Il passa son bras autour d’elle

M : pour moi aussi, mais je ..j’aimerai te revoir

S : ….

M : laisse moi une chance, je me sens bien près de toi

S : on ne se précipite plus alors ?

M : ok, je te promet de ne plus t’embrasser

Il lui fit un sourire charmeur

S
: t’as pas aimé ??

M : si et à un point dont tu peux pas imaginer

S : oh que si

M : on repart à zéro ??

S : oui, on apprend d’abord à se connaître un peu plus

M : ça me va

Ils se levèrent et ils partirent vers l’université de Northwestern.

M : ça va trop vite si je te tiens la main ?

Elle le regarda en souriant

S : non

Elle lui tendit la main qu’il s’empressa de prendre et d’y entrelacés leurs doigts.
Ils discutèrent un peu, et une fois arrivé

S : tu vas arriver en retard en cours

M : pas tant que ça

S : ton université est loin de la mienne

M : oui, mais je commence (regardant sa montre) dans 5 min

Rires

S : merci de m’avoir accompagnée

M : de rien

Il se pencha légèrement vers elle

M : un dernier baiser avant de recommencer à zéro ?

S (en souriant) : tu es gourmand

M : je sais

Elle parcouru les derniers centimètres les séparant et posa ses lèvres sur celles de Michael.

Ils s’embrassèrent intensément jusqu’à que la cloche retentisse

S : je t’appelle ce soir ?

M : t’as pas mon numéro

Elle lui fit un clin d’œil

S : si je l’ai

Elle rigola et entra dans le hall de l’université en lui faisant un signe

Chapitre 14
Partie 1


Le reste de la journée avait été plus détendu pour Sara, le cours se passa assez rapidement vu qu’elle ne cessait pas de penser à Michael.
Quant à lui, il avait passé son après midi à la bibliothèque, s’il s’était présenté en cours, il se serait fait remarqué une nouvelle fois. Mais les pages de son livre ne bougèrent pas, il rêvait du dernier baiser échangé avec Sara.

Université de Northwestern

La sonnerie se fit entendre marquant la fin de la journée. Sara partit en direction du campus.
Son téléphone sonna

S : allo

Voix : Sara, bonsoir, c’est le secrétariat de votre père

S : bonsoir Tiffany

Tiffany : votre père aimerait que vous passiez dîner, ce soir chez lui

S : vous lui direz que je ne peux pas, je suis très occupée
Il croit quoi, moi aussi je peux lui faire faux bond

Tiffany : il savait que vous alliez répondre ça, il m’a dit que vous n’aviez pas le choix

S : c’est vraiment pas possible, passez le moi s’il vous plait
Je vais lui dire que c’est non, moi-même

Tiffany : je vais voir ce que je peux faire (et elle la mit en attente)

Deux minutes plus tard

Voix : Sara, je suis très occupé, tu vas arrêter de faire ta petite fille

S : bonsoir papa
Et la politesse

Fr : tu passes ce soir à 20h

S : je n’ai pas envie
Il a du mal à comprendre

Fr : ne prends pas ça comme une invitation dans ce cas

Et bah c’est la meilleure

S : pourquoi as-tu autant besoin de ma présence ce soir ?

Fr : je n’ai pas le droit de vouloir passer du temps avec ma fille

Quel menteur !!
S : c’est pour qui cette fois ??

Fr : 20 h et ne soit pas en retard

Et il raccrocha

Sara se mit à pleurer.
Il ne me traitera jamais comme sa fille. J’ai l’impression d’être une de ses employées


Université de Loyola

Quand la sonnerie avait retentit, Michael se trouvait toujours à la bibliothèque, il prit son sac et partit en direction de la sortie. Une voix le sortit de ses pensées.

Voix : Mr Scofield, il ne me semble pas vous avoir vu en cours cet après midi !!

M : Mr Lery, huh , j’étais en retard et je n’ai pas voulu perturber votre cours
La lèche ça marche bien en général

Prof : oui. J’ai trois recruteurs qui ont demandé après vous, suivez moi, je vais vous donner leurs fiches.

Trois !!!
M : heu oui

Et ils partirent en direction de la salle des professeurs

Prof (lui tendant trois enveloppes fermées) : ceux sont leurs conditions

M
(prenant les enveloppes) : merci
Et c’est moi qui est le choix pour une fois

Prof : lisez les attentivement et faites le meilleur choix pour votre carrière

M : je dois me décider rapidement ??

Prof
: non, mais ne tardez pas trop

M
: je vais étudier ça ce week end
À moins que je passe voir quelqu’un ce week end

Prof : dans les trois, il y a la plus grande boite d’architecture de tout les États-Unis

M : je ne vais pas me précipiter
Je veux choisir celle qui me correspond

Prof : bien passez un bon week end

M : également

Et il partit avec un grand sourire aux lèvres.
En à peine deux jours, il s’était réconcilié avec son frère, allait avoir un vrai emploi et surtout il avait rencontré la plus jolie fille, celle qui faisait, enfin battre son cœur.

Partie 2

Campus de Northwestern

Sara était arrivée, mais au lieu de se préparer pour aller à la stupide réception de son père, elle était allongée sur son lit à pleurer.

Voilà il veut que je vienne uniquement pour me faire jouer la potiche, et il voulait me faire croire que c’était pour passer du temps avec moi
J’en ai marre
Je ne vais pas y aller voilà tout
Oui mais c’est pas très correct, je ne peux pas lui faire ça, il compte sur ma présence
Et puis je vais lui dire que je suis passée chef des internes, il va être fière de moi
Bon aller Sara, arrête de pleurer comme une petite fille et va te préparer


Elle alla vers son armoire pour se chercher une jolie robe, mais les seules qu’elle avait sur le campus, ne ferait pas l’affaire pour ce genre de soirée.

Je vais me préparer et après j’irai chez mon père en avance pour prendre une robe dans ma chambre.

Son téléphone sonna

S : allo

Voix : comment tu vas ??

S : hey Katie. Ça va mieux

K : c’est-ce que j’espérai entendre

S : j’ai bien réfléchi cet après midi
J’ai pas arrêté même

K : alors et ta décision ?

S : en fait quand je suis sortit de l’hôpital, il m’attendait

K : tu vois, t’as trouvé plus têtu que toi

Rires

S : oui

K : donc ?????

S : on va recommencer à zéro et apprendre à se connaître avant d’entamer quoique se soit

K : c’est un début

S : oui mais j’ai peur de trop m’attacher et après…
Qu’il me fasse souffrir

K : je ne veux pas entendre ça

S : je sais

K : quand est-ce que vous avez prévu de vous revoir ??

Tout de suite si j’écoutai mon coeur
S : je ne sais pas encore, je vais l’appeler tout à l’heure avant d’aller chez mon père

K : tu vois ton père ce soir ?

Malheureusement
S : oui, j’ai la joie d’aller à une de ses soirées mondaines que j’apprécie tant

K : c’est l’histoire d’une soirée après il va te laisser en paix jusqu’à la prochaine

Rires

S : oui c’est vrai

K : allez va appeler ton prince

S : Michael

K : si tu veux

S : merci Katie

K : de rien, t’es ma petite sœur

S : oui
Heureusement que je l’ai, elle est toujours là pour moi

K : à lundi alors. Bisous

S : bonne soirée, bisous

Campus de Loyola

Michæl avait balancé ses affaires sur son lit et avait appelé son frère pour lui dire qu’il avait eut trois convocations pour un emploi, celui-ci était très content et allait beaucoup mieux aussi depuis la discussion qu’ils avaient eut la veille.
À peine avait t-il raccroché, que la sonnerie de son téléphone retentit une nouvelle fois.

M : allo

Voix : hey papi

M : Sucre ça va ??

Su : et toi, j’ai attendu de tes nouvelles toute la journée

M : désolé, j’ai été pas mal occupé

Su : alors ta soirée avec ton frangin ??

M : mieux que je l’espérai, on a réglé nos différents

Su : tu l’as renvoyé à l’hosto

Rires

M : non, comme des adultes

Su : tant mieux. Dis tu veux venir ce soir, je voudrais fêter ça ?

Hein??
M : fêter ma réconciliation avec mon frère

Su : ouais et j’ai besoin de toi aussi

C’est bien Sucre ça
M : je me disais

Su : aller viens

M : ok

Su (tout joyeux) : sérieux, je n’ai pas besoin de te forcer pour une fois

M : je suis d’excellente humeur, profites en

Su : ok je passe te prendre dans 1h

M : à tout à l’heure

Et ils raccrochèrent
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:42

Partie 3


Sara avait été prendre une douche et elle se trouvait en peignoir. Elle s’asseya sur son lit

Faut que je me décide à l’appeler
Je lui ai dit que je le ferai
Oui mais qu’est-ce que je viens bien pouvoir lui raconter ??
Oui mais j’ai vraiment envie d’entendre sa voix
Aller hop


Et elle prit son numéro qui se trouvait dans son sac et s’allongea sur son lit, composa les chiffres qui la séparait de sa voix

Une sonnerie
Deux, trois

M : allo

S (avec une sourire radieux) : salut

M : salut (lui aussi arborait un sourire)

S : ça va ??

M : bien et toi ??

S : mieux que ce matin

Ah oui !!
M : c’est du à notre conversation ?

oui
S : peut être

M : à notre baiser
Nos baisers même

S : prétentieux

M : t’as pas répondu

S : le deuxième

M : pourtant le premier était ….waouh
Même si il s’est finit autrement que je l’espérai

S : oui mais le deuxième m’a moins surprise

M : tu fais quoi ce soir ??

S : je vais à une réception
Si je pouvais l’éviter

M : c’est génial

Ah non !!!
S : je n’ai pas envie d’y aller

M : pourquoi ??

S : c’est une réception avec mon père, pour sa campagne je présume

Si c’est pour son père, c’est pas étonnant
M : C’est vrai que tu m’as dit que tu ne t’entendais pas trop avec ton père

S : et toi ?

M : je dois passer la soirée avec un ami
Mon seul ami

S : ah oui. Et il y aura des filles à votre soirée ?

Elle est jalouse
M : serais tu jalouse ??

S : non pas du tout
Enfin si

M : tu n’as pas à l’être

S : et toi??

M : moi ??

S : tu es jaloux ??

M : de ton père ??

Rires

S : non, mais il risque d’y avoir pleins de jeunes politiciens à cette réception

J’espère qu’ils sont tous gay
M : alors oui je suis extrêmement jaloux

Tant mieux
S : c’est vrai ?

M : j’ai envie de te voir
Tout de suite, tu me manques déjà

S : Michael
Fais pas ça

M : je sais
Amis

S : tu ne m’en veux pas ?

M : bien sur que non
Impossible de t’en vouloir

S : juste ami pour le moment

M : juste ami

S : mais demain on peut se voir si tu veux ?

Je vais la faire marcher
M : je ne sais pas

ohhhh
S (sur un ton déçu) : ah

Elle a l’air déçue
M : je rigole, j’ai envie de te voir, je viens de te le dire

Oufff
S : super. Tu passes chez moi ?

M : d’accord

S : je t’attendrai en bas du bâtiment B à 14h

M : ok. Bon courage pour ce soir

S : à demain

M : Sara ??

S : oui !!

M : rien. A demain (dans un soupir)
Bisous

Et ils raccrochèrent. Sara avait un grand sourire béat sur les lèvres mais Michael regrettait son manque de courage. Il finit de se préparer et Sucre arriva.


Partie 4


Sara s’était finalement habillée avec son jean et un pull, elle avait pris son sac, enfilé son manteau et était déjà en chemin pour la villa du gouverneur.
À peine, elle entra dans la propriété que les agents de sécurité étaient déjà en position.
Elle aperçut le garde du corps de son père s’approcher

Garde du corps : Mlle Tancredi (en hochant la tête pour la saluer)

S : bonsoir Alex

Garde du corps : vous vous joignez à votre père ce soir ?

S : je n’ai pas vraiment eut le choix
Comme d’habitude

Garde du corps : je vois

S : je vais me préparer, si vous le voyez, dites lui que je suis arrivée

Garde du corps : je n’y manquerai pas

S : merci

Et elle monta vers son ancienne chambre.

Un bar à Chicago

Su : je voulais te présenter ma Mari

M : c’est gentil
C’est que ça devient sérieux

Su : tu vas voir c’est la plus belle femme au monde

Non, c’est moi qui est la plus belle femme du mondeM : où est elle ??

Su : t’es impatient ?

M : non
Je suis étonné que tu ne sois pas allé la chercher

Su : elle travaille ici

Michael regardait autour de lui pour essayer de la trouver

M : c’est elle (pointant une jolie brune)

Su : ouais

M : pas mal
C’est vrai qu’elle est jolie

Su : pas mal, tu te moques de moi, elle est canon

M : c’est pas mon genre
Mon genre c’est plutôt….en fait il n’y a que Sara

Su : et c’est quoi ton genre

M : aucun
Elle est unique

Maricruz s’approcha d’eux

Mc : je vous sert à un verre ?

Sucre se leva et prit sa main

Su : Michael, je te présente Mari cruz

Mc : enchanté (en lui tendant la main)

Michael s’était levé et serra sa main.

M : enchanté également

Sucre l’embrassa

Su : tu as bientôt finit ?

Mc : je vais me changer et j’arrive

Elle l’embrassa avant de se rendre dans son vestiare pour se changer.

Pendant ce temps

Su : t’as vu, elle est parfaite

L’Amour, je ne vais pas le contredire
M : oui c’est vrai

Su : je n’ai jamais ressenti ça pour aucunes filles avant elle

M : c’est vrai que tu as changé depuis quelques temps

Su : ah bon ??

M : tu es moins dragueur, plus sérieux

Su : j’ai jamais été un dragueur

Rires

C’est nouveau ça
M : non, ce doit être moi le dragueur

Ils continuèrent à discuter pendant plusieurs heures en compagnie de Maricruz.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:45

Partie 5

Résidence du gouverneur

Sara avait finit de se préparer et était descendue rejoindre son père dans son bureau

S : bonsoir papa (en lui faisant la bise)

Fr : tu es resplendissante mon ange

S : merci

Fr : les invités commencent à arriver, viens je voudrai te présenter quelqu’un

Sara le suivit sans grand enthousiasme dans le vaste salon, où déjà plusieurs membres du congrès se trouvaient, mais elle garda son sourire. Franck se stoppa face à un homme d’un soixantaine d’année, encore bien conservé lol! .

Fr : Adam, je tiens à te présenter ma fille, Sara

Adam : enchanté Sara (lui serrant la main)

Fr (s‘adressant à Sara) : Adam est le directeur du Chicago Hope

Bah voyons, étonnant qu’il veuille me le présenter
S : ah oui (en regardant son père de travers)

Fr : Sara est en dernière année de médecine

Adam : donc vous serez bientôt diplômée

S : si je ne râte pas mes examens

Fr : tu ne les râteras pas,
(à Adam) : Sara est une excellente élève

Adam : vous êtes actuellement dans quel hôpital ?

S : Northwestern
Pourquoi ???

Adam : vous auriez du faire votre demande au Chicago Hope, la dernière année est très importante pour le choix de carrière et vous auriez eut un grand choix pour après

S : je me plais bien où je suis et le Northwestern propose également un grand éventail de choix en ce qui concerne les spécialités médico-chirurgical

Fr (gêné par la réponse de sa fille) : après son internat, elle postulera pour votre hôpital

Attends, je suis là
S : je…

Fr : bon Adam, je vais vous présenter Jym, un de mes conseiller

Adam salua Sara et le gouverneur fit de gros yeux désapprobateur à sa fille

Adam : Mr Bennett m’a parlé de ce projet pour votre campagne…..

Ils partirent et Sara soupira et se dirigea vers le buffet.

Voilà c’est repartit, à croire qu’il a honte de mes décisions
Il n’est pas question que j’aille bosser au Chicago Hope
J’ai besoin de me rendre utile, et ça je le ferai pas en réparant le nez d’une actrice.
Bon, je vais le laisser raconter son baratin, je mènerai ma vie comme bon me semble


Tout le début de soirée, Sara la passa à sourire et à faire des compliments sur son père. Depuis son plus jeune âge, on l’avait conditionnée à ça.
Elle finit par céder à la pression et l’ennuie et elle alla prendre un verre de champagne, puis deux, trois avant d’arrêter de compter.
La soirée continuait, son père présentait les uns et les autres, ses collègues rigolaient à ses blagues, les plus âgés parlaient golf, yacht, les plus jeunes, de leurs dernières conquêtes. Sara en avait assez, mais restait pour lui faire plaisir.
Elle attendit que le serveur passe près d’elle, posa la coupe de champagne et en reprit une autre

S : vous n’auriez pas quelque chose de plus fort ?

Serveur : euh non

Le garde du corps de son père s’approcha discrètement d’elle

Alex : Mlle Tancredi, vous devriez monter dans votre chambre vous reposer

S : Alex, je suis censée être présente, c’est-ce que mon très cher père veut. Donc je peux pas aller dans ma chambre

Elle commençait à rigoler et elle but d’un trait son verre et s’en resservit un autre.
Le garde du corps essayait de la raisonner discrètement, son père vit au loin la scène et comprit immédiatement qu’elle avait trop bu. Il alla la voir et lui prit le bras, assez fortement, et l’emmena dans son bureau sans que personne ne remarque ce petit manège.

Fr : tu es pas possible Sara, tu ne sais vraiment pas te tenir

S : oh papa, encore une déception de plus à mettre sur ta liste

Elle s’asseya sur son bureau

Fr : tu vas aller prendre une aspirine et te coucher immédiatement

S : la fête ne fait que commencer

Fr : elle est finit pour toi (en criant)

S : dommage, je commence à m’amuser

Fr : je vais demander à Alex qu’il te ramène (en lui tirant sur le bras) sinon tu montes dans ta chambre à l’étage

S : je ne suis plus une petite fille (se dégageant de son emprise)

Fr : alors comporte toi en adulte !!!

S : quand tu arrêteras de gérer ma vie !!

Fr : je fais ce qui est le mieux pour toi

S : c’est-ce que tu penses !!!!

Fr : j’espère qu’Adam ne t’as pas vu dans cet état

S : pourquoi, il risque de ne plus me vouloir dans son équipe

Fr : c’est pour ton avenir Sara

S : mon avenir…j’aimerai le choisir moi-même

Fr : tu ne sais pas ce qui est bon pour toi

S : j’ai oublié de te dire, j’ai été nommé chef des internes

Fr : ça n’a aucunes valeurs dans ce genre d’hôpital

S : pour moi ça en a

Fr : va à la voiture, Alex va te ramener

S : ….

Sara se mit à pleurer, le gouverneur sortit de la pièce la laissant et voyant Alex dehors, il lui fit signe de la ramener.
Il entra dans la salle. Sara essuya ses larmes et sortit suivit d’Alex qui avait pris son manteau.

S : je suis pitoyable, pas vrai Alex

Alex : non, c’est juste pour qu’il s’intéresse plus à vous

S : ça marche même pas

Alex : je vous ramène

Et ils partirent. Une fois arrivée, Sara s’effondra sur son lit et s’endormit.

Chapitre 15
Partie 1


Le lendemain

Michæl était allé voir son frère pour prendre de ses nouvelles, et avait par la même occasion, essayer de lui extorquer quelques infos sur la provenance de l’argent. Il avait une idée en tête et ces informations aussi minimes qu’elles soient, allaient être très utile. Il déjeuna chez son frère après que Véronica ait insisté, il avait peur de ne pas pouvoir se libérer pour rejoindre Sara.

Sara, quant à elle, ne s’était réveillée qu’à midi et avec un terrible mal de crâne.

J’aurais pas du boire autant, qu’est-ce que j’ai mal à la tête, pourtant je sais que je ne tiens pas l‘alcool.
Et Michael qui va arriver dans 2 heures.
Une aspirine, une bonne douche et ça va aller.


Elle se trouvait sous la douche quand son téléphone sonna, elle en sortit toute savonnée avec juste une serviette autour d’elle.

S : allo

Voix : t’es réveillée, j’espère que tu as une bonne migraine

S : c’est très gentil papa
Toujours aussi attentionné

Fr : ne me refais plus un coup comme hier soir

Il avait employé un ton très dur et moralisateur

S : je suis désolée…

Fr : encore une chance que personne ne se soit rendu compte que ma fille était complètement saoule, de quoi j’aurai eut l’air ?

S : je ne voulais pas te ….

Fr : Adam aimerait bien t’avoir dans son équipe, dès que tu sera diplômée et ce n’est pas en ayant un comportement comme ça, que tu vas intégrer son hôpital

S : je ne le suis pas encore, que déjà tu choisis pour moi ..

Fr : ne recommence pas

Sara n’avait pas le temps de finir ses phrases, qu’il en rajoutait. C’était une habitude chez lui de monopoliser la conversation.

S (énervée) : as-tu déjà été fière de moi au moins une fois dans ta vie ??

Fr : bien sur que oui

S : quand ??
Oui, j’aimerai bien savoir

Fr : arrêtes tes enfantillages, je te laisse, j’ai un déjeuner très important

S : comme toujours
Il ne l’a jamais été

Fr : à bientôt Sara

S : oui

Et il raccrocha, Sara balança son portable sur son lit. Elle repartit sous la douche où l’eau chaude se mêla aux larmes.
Une fois rincer, elle alla s’habiller, et sortit faire un tour pour se changer les idées avant que Michael arrive, elle ne voulait pas qu‘il la voit dans l‘état où son père la mettait après chacune de leur conversation.
Elle s’arrêta au Starbuck et mangea un morceau.

Au bout de 5 minutes elle fut rejointe par un garçon de sa promotion.

Garçon : salut Sara

S : salut..
Comment il s’appelle déjà ?

Garçon : Josh

S : oui c’est ça

J : je peux m’asseoir ?

S : vas y

Il s’asseya près d’elle et commença à parler, mais Sara ne l’écoutait que d’une oreille, son esprit passait de la soirée de la veille, à l’anxiété de son rendez vous avec Michael.

J : et donc je lui ai répondu que ce n’était pas mortel

S : ok

J : Sara ?

S : hum

J : ça va ?

S : oui pourquoi ??

J : tu sembles ailleurs

S : c’est que je suis fatiguée et (regardant sa montre) je dois te laisser. À lundi

Elle prit son sac et se dirigea vers le campus.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:46

Partie 2

Sara attendit près du bâtiment B, elle était assise sur un banc à l’abri du vent sous les arbres, elle scruta les allées pour voir si Michael arrivait, ce n’était pas l’heure, mais elle ne voulait pas remonter.
C’était une belle journée, le soleil était présent ce qui était rare en cette saison, mais le vent soufflait.
Elle profitait du soleil, quand quelqu’un posa ses mains sur ses yeux. Il se trouvait derrière elle, mais elle sut tout de suite qui c’était.

S : Michael

Il retira ses mains et alla d’asseoir près d’elle, en passant une jambe de chaque côté du banc.

M : si ça n’avait pas été moi
J’espère qu’aucun garçon ne lui fait ça

S : j’ai reconnu ton parfum
Il est unique

Il se pencha et déposa un baiser sur sa joue. Ils avaient tous les deux un grand sourire

M : je n’en porte pas (restant près de sa joue)

C’est pas de ce genre de parfum que je parlais
S : tu es en avance

M : non, pile à l’heure (son visage était toujours très proche de celui de Sara)

S : il est 13h45

M : c’est-ce que tu m’avais dit
Je vais l’embêter un peu

Elle recula son visage pour rencontrer son regard et s’aperçu, qu’il la regardait avec un air taquin

S : non

M : si

S : ok

M : tu capitules déjà ??
Dommage

Son corps se rapprocha du sien et il déposa sa main sur la cuisse de Sara et l’autre dans son dos. Ils aimaient tous les deux cette proximité qui pourtant était loin de celle qu’on a, quand on est de simples amis.

S : non, mais je sens que je n’arriverai pas à avoir le dernier mot
En fait cette discussion ne va mener à rien

M : j’aime te taquiner

S : j’avais remarqué

M : comment s’est passé ta soirée ?

S : changeons de sujet
Je suis déjà assez honteuse

Elle posa sa main sur celle de Michael qui se trouvait encore sur sa cuisse et il entrelaça leurs doigts

M : c’était vraiment si horrible que ça ??

S : pire !!

M : ils étaient tous vieux et ennuyeux ?

Rires

S : je ne sais pas, je n’ai pas fait attention

M : tu as fait quoi alors ??

S : j’ai pensé à un beau brun aux yeux bleus
Au début, après j’ai abusé du champagne

M : je le connais ??

S : je ne crois pas !
Moi aussi je vais le taquiner

M : tu te souviens m’avoir demandé si j’étais jaloux ?

S : oui

M : et je crois t’avoir dit que je l’était extrêmement

Sara lui fit un grand sourire et posa sa tête contre son torse

S : c’était vraiment une soirée catastrophique

M : tu peux m’en parler si tu veux

S : non, ça va aller
Il est vraiment attentionné

M : comme tu veux (et il déposa un baiser sur ses cheveux)

S : tu préfères qu’on aille dans ma chambre ou qu’on aille se balader ?

Elle redressa sa tête pour rencontrer son regard et lui sourit

M : waouh. Tu m’invites à monter dans ta chambre alors qu’on a pas encore dîner en tête à tête. Je te croyais une fille bien.

S : tout le monde sait comment finit une fille bien.

M : et tu finis comment ?

S : tout dépend où je commence.

Leurs visages se rapprochèrent, leurs lèvres se frôlèrent mais Sara posa sa main sur son torse.

S : on….
Pourtant j’en ai envie

M : je sais

Il ne se recula pas, et déposa un baiser sur sa joue.

M : tu me fais craquer
À un point que je n’aurai jamais imaginé

S : mieux vaut éviter ma chambre dans ce cas
Je ne résisterai pas

Rires

M : je vais me comporter en parfait gentleman

S : promis

M : promis

Et il posa sa main sur son torse. Elle rigola et partirent vers sa chambre


Partie 3


Ils montèrent les étages à pieds, une fois arrivés ils entrèrent dans sa chambre.

M : elle est plus grande que la mienne et mieux rangée

Rires

S : quand j’ai fait ma demande sur le campus, je n’ai pas attendue longtemps, un des privilèges d’être la fille du gouverneur. Je ne demande rien, mais bon parfois ça serre.

M : faut bien qu’il y ait de bon côtés

S : oui. Installe toi

Elle s’asseya sur son lit et il prit place à côté d’elle.
Ils discutèrent pendant des heures, parlant de leur enfance, de leurs goûts, de leurs projets.

M : quand tu seras diplômée, tu comptes travailler dans quel branche ?

S : je ne sais pas encore, mais je pense faire de l’humanitaire avant de me poser. Je pense qu’il faut faire partie de la solution, pas du problèmes….

M : « le changement est l’affaire de tous, à commencer par soi-même »

Sara rigola

S : tu m’étonnes toujours

M : c’est un compliment ?

S : oui. Et toi, que compte tu faire après ?

M : cette semaine, des boites d’architecture sont passés afin de recruter des élèves et j’ai eut trois propositions

S : c’est génial

M : faut encore que je me décide

S : tu ne veux pas te précipiter ?

M : non, mais ce n’est que transitoire, j’espère pouvoir ouvrir ma propre boîte plus tard

S : tu as de l’ambition, c’est bien

Elle s’allongea sur le lit

M : pourquoi tu as voulu faire médecine ?

Elle ne répondit pas, car elle trouvait sa raison un peu personnelle et avait peur de la partager et qu’il la trouve bête.
Il s’allongea près d’elle.
Elle le regarda et finit par répondre, sachant intérieurement qu’il ne se moquerait pas.

S : ma mère

M : c’est une bonne raison

S : quand elle était malade, je lui ais dit qu’un jour, je la guérirai. Évidemment je ne savais pas ce qu’elle avait vraiment et elle est morte.

Sa vue se brouilla par les larmes qui commençaient à monter et il se pencha vers elle pour lui essuyer.
Elle le regarda et posa ses lèvres sur les siennes.
Il fut surpris, mais se laissa aller. Leurs bouches ne se lâchaient plus, leurs langues se trouvèrent rapidement et entamèrent un doux ballet. Elle se serra davantage contre lui et il passa sa main sous son haut pour caresser sa peau, elle frissonna à ce doux contact.
La fougue les emporta rapidement.
Elle lui retira son sweat et se mit à califourchon sur lui, il continua ses caresses dans son dos, avant lui aussi de lui retirer son pull. Il la retourna et se retrouva sur elle, il embrassa son cou et descendit vers sa poitrine recouverte par son soutien gorge. Il continua de déposer de légers baisers sur sa peau et entreprit de descendre la bretelle de son soutien gorge. Ses doigts effleuraient sa peau et Sara frissonnait.

S (en soupirant): Mic..

Il reprit sa bouche fougueusement, elle répondit immédiatement, leurs mains continuant leur exploration, Michael sentit son désir devenir plus dur à contenir, Sara lui faisait un effet qu‘il ne se connaissait pas. Il glissa sa main sous son soutien gorge et entreprit de douces caresses sur son sein.
Elle sentait le désir de Michael contre son bas ventre, elle devrait l’arrêter, mais elle n’avait jamais éprouvé cette sensation auparavant, sa main passa de son dos à ses fesses encore recouvertes par son jean. Elle le pressa contre elle. Les caresses se faisaient plus pressantes, plus intime.
Au bout de quelques minutes, elle le repoussa légèrement, elle sentait qu‘ils allaient franchir la limite. Leurs bouches se séparèrent, il la regarda dans les yeux et comprit qu’elle ne voulait pas aller plus loin, ils s’étaient emportés et elle était vulnérable en ce moment, c‘est-ce qu‘il l‘avait poussé à l‘embrasser, alors qu‘elle voulait pourtant que son amitié.

S : je suis désolée
Il va me prendre pour une allumeuse

M : non…ne t’excuse pas
J’arrive pas à me contrôler avec elle

Il se redressa et lui passa son pull et remit son sweat
Elle se colla contre son dos, posa sa tête contre lui

S : je …..Michael

Il se retourna pour lui faire face

M : ce n’est pas grave Sara (et il la prit dans ses bras)

Ils restèrent assis, enlacés contre le dessus du lit

Je devrai essayer de lui faire comprendre pourquoi je réagis comme ça
S (inspirant): mon premier petit ami, Nathan, était le fils d’un ami de mon père, j‘avais 16 ans. Il était gentil, ça faisait un mois qu’on sortait ensemble et un soir, on était seuls chez moi, on a décidé d’essayer des bouteilles pour s’amuser un peu (elle le regarda). J’avais trop bu et je ne tiens pas l’alcool, on est allé dans ma chambre et on s’est vite retrouvés sur mon lit. Il a commencé à être entreprenant, je ne voulais pas, je n’étais pas prête, mais il m’a dit qu’il en avait envie et j’ai finit par le laisser faire (regarde le mur). Ça été loin d’être agréable, même douloureux, quand il a finit, il m’a dit que je ne dirai rien à mon père, car il serait très déçu de savoir que sa fille en plus d’avoir bu, n’étais plus vierge maintenant. J’avais honte et je n’ai rien dit, mais je ne l’ai plus revu après.

Michael l’avait écouté attentivement, il avait de la peine, mais il était aussi en colère après ce garçon. Il comprit aussi, pourquoi elle ne voulait pas précipiter les choses entre eux. Il l’obligea doucement à le regarder

M : quel co****, tu n’aurais pas du culpabiliser et tout raconter à ton père

S : c’est du passé

M : je suis désolé pour toi

S : tu es la seconde personne à qui je raconte ça, mais le premier garçon.

M : merci

Ils se regardèrent intensément, il décida de détendre l’atmosphère

M : moi aussi ma première fois, j’étais saoul

Elle lui sourit comprenant sa manoeuvre

S : raconte

M : elle était plus âgée, c’était à une des nombreuses fêtes que mon frère organisait. L’alcool coulait à flot, et je me suis laissé tenter, après quelques verres j’ai commencé à draguer les filles qui s’y trouvait. Une d’elle m’a emmené dans une des chambres à l’étage et … je ne te fais pas de dessin.

S : tu l’as revue après ??

M : en fait, juste après, elle m’a embrassé et m’a dit que j’étais très mignon, que ça avait été très bien, mais qu’elle ne voulait rien d’autres

S : ha

M : je me suis sentis mal, car j’aurai aimé que ma première fois soit avec une fille que j’aimais, mais l‘alcool fait faire des choses stupides. Quand je suis descendu, mon frère n’a rien trouvé de mieux que de me taquiner, en me demandant ce que je faisais à l’étage. Évidemment je ne lui ais pas dit, mais il l’a su, et les vannes ont fusés.

S : en général les garçons se vantent de leurs conquêtes

M : je pense que quand on respecte les filles, on ne va pas raconter partout ce qu’on fait ou pas avec elles. C’est de l’ordre de l’intimité.

S : j’ai toujours eut tendance à donner aux garçons ce qu’ils attendaient en pensant qu’ils m’aimeraient en retour. Je n’ai pas eut beaucoup de petits amis, mais le peu, a toujours voulu la même chose avant de me laisser tomber. Je ne veux pas refaire cette bêtise.

Bêtise ??? Elle pense que ….
M : tu penses que je ne veux qu’une chose de toi ???

S : j’ai peur de m’attacher Michael

M : Sara, je ne veux pas ça de toi…

Elle le regarda stupéfaite, mais lui sourit

M : enfin si…. Mais….. la première fois que je t’ai vu, j’ai ressenti un truc bizarre et j’ai envie d’être près de toi, te serrer dans mes bras…..(il la regarda intensément) t’embrasser

S (lui sourit) : moi aussi

M : c’est comme si on se connaissait depuis longtemps et j’avoue que j’ai envie d’être plus qu’un ami, mais je sais que tu veux qu’on y aille doucement, donc c’est-ce qu’on fera

S : merci d’être honnête

M (rire) : par contre si tu m’embrasses encore, je ne te repousserai pas

S : j’y compte bien (en lui faisant un clin d’œil)

M : on devrait aller se balader avant de se laisser à nouveau tenter

S : oui.

Ils se levèrent du lit

S : Michael ???

M : oui

S : merci

Il l’embrassa sur la joue et ils partirent se balader dans un parc.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:48

Chapitre 16
Partie 1


Le soir, ils avaient dîner ensemble dans un fast food, Michael lui avait promis un filet mignon, quand il serait engagé dans une des boites d’architecture et il avait ensuite ramené Sara sur le campus et après un dernier baiser, il était rentré chez lui. Le lendemain matin, il l’appela, il voulait lui faire une blague.

S : allo (avec une voix toute endormie et encore dans les nuages)

M : alors encore endormi ??
Je suis pas sympa quand même

Elle regarda son réveil

S : il est à peine 8h
Il se lève à l’aube, c’est pas possible

Je vais rigoler un peu
M : on est lundi et tu n’es pas encore en cours

Hein quoi !!!!!
S : mer**, je vais me faire engueuler

M : je rigole

S : quoi ???

M : on est dimanche

S : tu te crois drôle Scofield ???
Il exagère, je l’ai cru

Cette fois elle était bien réveillée

M : non, pas vraiment (mais il rigolait)
C’est vrai que c’est nul

S : pourquoi t’as fait ça ??
En fait peu importe, j’adore entendre ta voix dès le matin

M : à vrai dire je ne sais pas
J’avais juste envie d’entendre ta voix

S : tu aurais pu trouver autre chose pour me réveiller

M : j’ai une petite idée, mais à distance c’est moins facile
Un baiser suivit d’un gros câlin

S : oh je vois de quoi tu parles, enfin j’en ai une idée
Et ça me plait bien comme idée

M : et tu en penses quoi ??

S : que j’en veux bien à avant goût tout à l’heure

On pense pas à la même chose
M : ah bon !!!

S : tu te défiles ??

M : non, mais je croyais que …

Il doit penser à ce qui se passe après
S : j’ai dit un avant goût

M : ah ok

Rires

S : tu fais quoi de beau, à part des blagues ???

M : je suis dans mon lit et je pensais à toi

S : ah oui !!

M : oui. Je me demandais ce qu’on allait faire aujourd’hui
Parce que si on reste dans sa chambre, ça risque de finir comme hier

S : on pourrait aller à la fête foraine au lieu de rester enfermés ?

M : il n’y a pas de fêtes foraines à Chicago

S : non, mais à Aurora, oui

M : waouh, c’est à plus 1h d’ici

S : on prendra ma voiture

M : je ne savais pas que tu avais une voiture

S : il y a encore quelques petites choses que tu ne sais pas de moi
Pas grand-chose, vu qu’on a beaucoup parlé hier

M : je demande à les connaître

S : va falloir les mériter

M : compte sur moi

S : tu sors de ton lit et tu me rejoins chez moi ??

M : oui mais avant tout, je voulais savoir quand tu disais un avant goût c’était sérieux ??
Parce que j’ai vraiment envie de t’embrasser

S : oui, sauf si …
Si tu ne veux plus de moi

M : non. Bon je te laisse, je vais me préparer. À tout à l’heure

S : ok

Ils raccrochèrent, puis allèrent se préparer.

Partie 2

Moins d’½ h plus tard, Sara venait à peine de sortir de sous la douche, elle se séchait les cheveux, quand elle entendit frapper à sa porte.
Elle alla ouvrir, sans se soucier de sa tenue, elle aperçut Michael avec la bouche ouverte.

Waouh

S : ça ne va pas ??
Qu’est-ce qui lui arrive ??

M (avec une grand sourire) : c’est que je ne m’attendais pas à que tu me reçoives dans …(montrant sa tenue du doigt)

Elle se regarda et essaya de cacher ses longues jambes, mais la serviette était bien trop courte. Il entra et elle le tapa sur l’épaule

M : aïe, c’est pas de ma faute

Elle partit vite dans la salle de bain

S : tu pourrais au moins regarder ailleurs

M : tu rêves (sur un ton provocant)

Il sourit et s’asseya sur le lit de Sara. Au bout de cinq minutes, elle l’appela

S : Michael

M : oui

S : mes vêtements sont dans la chambre

M : et….

Il comprit immédiatement pourquoi, mais il voulait la taquiner

S : je dois sortir de la salle de bain, alors ferme les yeux et retourne toi

M : ok

Il ferma les yeux, mais ne se retourna pas, elle sortit et s’approcha de lui, il était toujours assis sur son lit. Elle se pencha pour vérifier si ses yeux étaient bien fermés.

S : tu ne triches pas !!!

Il ouvrit les yeux et lui lança un regard espiègle avant de lui prendre les poignets et de la rapprocher de lui

S (surprise) : Michael arrêtes

M : tu m’avais promis un avant goût

Leurs lèvres se retrouvèrent scellées, avant qu’elle n’eut le temps de répliquer, il l’entraîna sur le lit près de lui, sa main se posa sur sa cuisse découverte et la caressa doucement, elle passa ses bras autour de son cou. Leurs langues se trouvèrent rapidement et se taquinèrent. Après quelques minutes, à bout de souffle, ils se séparèrent.

S (sourire) : t’as triché

M (sourire) : j’avoue

S : je vais m’habiller

M : dommage, cette tenue me plait bien (en lui faisant un clin d’œil)

S : tu en as déjà assez profité

Elle se leva et prit ses vêtements, qui était posés sur le lit et repartit dans la salle de bain.
Quand elle en ressortit, elle le trouva face à la fenêtre

J’aime tant être avec elle, même si on est « qu’amis »
Pourtant à chaque occasion, on ne pas s’empêcher de s’embrasser et elle ne me repousse pas.
Cette situation est assez troublante, mais on prendra notre temps, on a toute la vie.


Elle se plaça derrière lui et il le sentit, elle enroula ses bras autour de sa taille

Il a l’air de réfléchir
Je voudrais qu’on clarifie ce qui se passe à chaque fois entre nous
J’aime être près de lui, sentir ses lèvres contre les miennes


S : Michael, on peut parler avant d’y aller ?

M : bien sur

Il lui fit face et lui prit la main avant d’aller s’asseoir.

S (inspirant) : quand on est ensemble, on arrive pas à rester …. je …on pourrait…
Pourquoi faut que je bafouille

Elle ne savait pas trop comment aborder le sujet

M (interrogatif) : on …

Il lui souriait, sachant très bien ce qu’elle voulait lui dire, mais il voulait l’entendre et il adorait la voir troublée.

S : ne rigole pas, c’est pas facile

M : ok (contenant son rire)

S : on pourrait …..

M (finissant sa phrase) : …..être un peu plus qu’amis

S : c’est ça

Il prit son visage entre les mains et déposa un doux baiser sur les lèvres, auquel elle répondit immédiatement.
Ils s’allongèrent sur son lit, leurs bouches ne se décollèrent pas et leurs corps se lièrent davantage.

S (dans un murmure) : on ne se précipite pas

M : je n’en avais pas l’intention, on va prendre notre temps

Elle lui sourit et reprit leur baiser. Il attendit de la sentir plus pressante pour ouvrir ses lèvres et laisser la permission à leurs langues de se trouver. Elle passa sa main sous son sweat et caressa tendrement son dos, il glissa les siennes sur ses fesses. Ils s’embrassèrent pendant plusieurs minutes, laissant leurs mains parcourirent le corps de l’autre, avant de s’interrompre.

M : on y va ?

S : oui

Mais aucun ne bougea, ne voulant pas briser ce moment, un sourire toujours présent sur leurs lèvres.
C’est le son d’un téléphone qui les obligea à se lever.

M : c’est le mien

Sara lui sourit, il prit son téléphone dans sa veste

M : allo

Voix : je ne te réveille pas ??

M : non

Voix : tu viens déjeuner à midi ??

M : c’est gentil Véro, mais j’ai autre chose de prévu

V : c’est dimanche, tu ne vas pas réviser ??

M : non. Aller à plus tard

Et il raccrocha, coupant ainsi toutes questions succeptible de l’embarrasser face à Sara.

M : c’était Véronica, la copine de mon frère

S : j’ai été jalouse un bref instant ( clin d’œil)

Il l’embrassa, Sara lui passa son manteau et ils partirent main dans la main.

Partie 3

En bas de son bâtiment

M : tu es garée où ??

Elle lui sourit

S : je n’en ai pas besoin quand je suis en cours et à l’hôpital

M : ce qui veut dire ??

S : elle est chez mon père

Elle rigola devant la tête que faisait Michael

S : il n’est pas là, on ne le verra pas

M : tu me rassures, j’ai peur qu’il ne m’apprécie pas et qu’il m’envoie les chiens aux fesses

Rires

S : aller c’est partit, froussard

Il lui fit une grimace et ils partirent vers chez le gouverneur.
Une fois arrivés.

S : je ne comprend pas, il n’est pas censé être là

M : pourquoi ???

Elle lui désigna les gardes à l’entrée

S : je pensais qu’il partait pour Dallas

M : il a peut être annulé

S : c’est pas grave, on y va quand même

Ils pénétrèrent dans la propriété, après que les gardes les aient salués. Une fois entrés dans la maison

S : les clés sont dans ma chambre à l’étage

M : je vais t’attendre en bas

S (avec un grand sourire) : tu as peur ??

Une voix se fit entendre
Michael et Sara se retournèrent vers le propriétaire de cette voix

Voix : ah, Sara c’est toi

S : bonjour Bruce

Ils se firent la bise

B : tu es venue voir ton père ??

S : non.

Bruce regarda les mains enlacées de Michael et de Sara. Elle les dénoua, embarrassée

S : je te présente Michael

B : enchanté (lui tendant la main)

M : moi aussi (lui serrant)

S : Bruce est un ami de mon père.

B : son conseiller aussi

Rires

S : je suis venue chercher les clés de ma voiture, avec Michael, on va aller à Aurora

B : c’est bien. Vous allez y faire quoi ??

S : on va à la fête foraine

B : c’est une bonne chose que tu te décides enfin à sortir un peu

S : euh oui (gênée)

B : alors bonne journée

S/M : merci

Bruce les salua et partit en souriant, laissant Sara et Michael

S : viens

Ils montèrent à l’étage et entrèrent dans sa chambre

M : c’est mimi ici

S (sur un ton boudeur) : tu te moques ??

M : non pas du tout

Il s’asseya sur le lit, prit une peluche qui s’y trouvait

M : Mickey !!!!

S : je l’ai eut quand j’étais petite

Elle voulu lui prendre des mains, mais il anticipa son geste et ils se retrouvèrent allongés l’un sur l’autre.

M : j’aime bien aussi Mickey

S (en faisant la moue) : c’est vrai ??

M : oui.
- Il faudrait que tu te lèves

Elle se mordit la lèvre et lui lança un regard taquin

S : pourquoi ???

M : je n’ai pas envie qu’on se fasse surprendre dans cette position par ton père

S : alors je devrai me lever ??

Il lui sourit et lui déposa un léger baiser sur les lèvres.

M : on devrait vraiment y aller avant que je ne change d’avis

S : et tu feras quoi si je ne me lève pas ??

Il posa sa main sur sa joue et la caressa. Il respira un grand coup et s’asseya, Sara qui se trouvait sur lui, se retrouva à califourchon.

M : on n’en est pas encore à cette étape

S : je sais

Finalement ils se levèrent et elle prit les clés dans la table de chevet. Ensuite ils partirent au parking, chercher la voiture.
Par chance, il ne rencontrèrent pas son père.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:49


Partie 4


Dans la voiture

S : Michael, pour tout à l’heure je suis désolée

M : pourquoi ??

S : quand Bruce est arrivé, je…j’ai lâché ta main

M : ce n’est pas grave, tu n’as pas à te justifier

S : je sais qu’il n’en parlera pas à mon père mais je …pas maintenant

M : ça me va aussi

Et il posa sa main sur sa cuisse, elle lui sourit. Ils n‘avaient pas besoin de finir leurs phrases, ils se comprenaient. Le reste du chemin se fit dans la bonne humeur et dans les rires.

Une fois arrivés

M : je pensais qu’il y aurait plus de monde

S : tant mieux, on attendra moins longtemps

M : alors est-ce que mademoiselle Tancredi est une froussarde ??

S : oh que non !!!

Il lui désigna un attraction

M : le manoir hanté ça te tente ?

S : oui

Ils y allèrent et une fois à l’intérieur

S (avec un grand sourire) : si tu t’évanouis, ne compte pas sur moi pour te faire du bouche à bouche

M : dommage, moi qui voulait profiter de la situation (avec un regard coquin)

Ils se trouvaient à l’intérieur d’un petit wagonnet, l’ambiance était digne d’un film d’horreur, les automates étaient plus terrifiants que natures, les sons étaient un mélange d’hurlements, de grincements de portes et de divers autres bruits macabres. Sara se serra d’avantage contre Michael, il sourit

M : moi qui pensais que tu n’avais pas peur !!!

S : je n’ai pas peur, c’est que ….j’ai froid

M : ah (en rigolant)

S : ne rigole pas

Le petit wagon continuait sa descente vers l’enfer, d’un coup il bifurqua brutalement et descendit à vive allure dans la pénombre la plus totale. Sara se mit à crier et agrippa Michael. Une fois que le wagon reprit une allure correcte, elle se détacha sous les rires de Michael

S : j’ai été surprise (essayant de justifier son attitude )

M : je n’ai rien dit (en se retenant de rire)

S : oh mais tu l’as pensé très fort

Il la regarda intensément

M (ton suave) : si tu savais à quoi je pense maintenant

Elle posa ses lèvres sur les siennes, et sans les séparer

S : à ça

Il intensifia leur baiser, leurs langues se mêlèrent, leurs souffles se mélangèrent. Ils oublièrent totalement les zombies et autres morts vivants qui les entouraient. À bout de souffle, ils se séparèrent mais à contre cœur

S : c’est la meilleure attraction

M : t’as encore rien vu

Ils rigolèrent, le petit chariot continuait sa route à travers le cimetière et entama doucement sa remontée vers la surface, ils pensaient, à tord qu’elle était finit, mais une fois au sommet, le petit train redescendit à une vitesse folle, là tous deux furent surpris et se mirent à hurler.
Après cette dernière émotion, le petit wagonnet se stoppa enfin et ils descendirent.

M : es tu encore partante pour des sensations fortes ??

S : comme ???

M : ça (lui désignant un grand huit )


Spoiler:
 

S : c’est que ..

Il rigola en voyant sa tête, pas très rassurée face à ce gigantesque amas de taules tourné dans tous les sens.

M : t’as la frousse ?

S : non, mais.. j’ai l’estomac fragile

M : c’est quoi cette excuse bidon ??

S : c’est pas …ok, mais je veux un cadeau

Il lui sourit et se pencha vers ses lèvres, elle le repoussa

S : oh non, je veux un autre cadeau

M : ici, ça va pas être très pratique

S : tu peux toujours rêvé. Je parle de ça (lui désignant une peluche)

M : d’accord, mais après

Elle lui prit la main et l’entraîna vers le manège

Une fois bien installés, ils se regardèrent

S : si je vomis tant pis pour toi

M : mais non ça va aller, c’est pas grand-chose

Le petit chariot dans lequel il se trouvait commença à bouger, elle lui serra très fort la main et ferma les yeux. Après quelques minutes de hurlements et de looping, il se stoppa. Ils descendirent. Sara arborait un grand sourire et Michael était devenu tout pâle.

S : Waouuu trop cool

M : ouais

S : oh t’as pas l’air bien ça va ??

Puis elle rigola

M : rigole bien, je me vengerai

Partie 5

Ils continuèrent ainsi plusieurs attractions. La matinée passa rapidement et ils allèrent déjeuner vite fait pour ne pas perdre une minute et poursuivirent leur tournée des manèges, alternant ceux à sensations et ceux plus calmes.
Ce n’est que quand la nuit commença à tomber que Michael rappela à Sara, que le lendemain, ils avaient cours.


S : c'est dommage, je m'amuse bien (employant un ton attristé)

M : on a de la route

S : bon d'accord (en faisant la moue)

M (sourire) : mais d'abord, je te dois une peluche

S : très juste

Ils partirent vers le stand de tirs

M : alors tu veux laquelle ??

Elle inspecta l’étalage de peluches, avant de se décider

S : je veux le petit singe, il est trop mignon

M : va pour Sheeta

Le but du jeu était de “tuer” un maximum de bandits, ce qui n'avait rien de très compliqué. La seule chose était qu'il fallait être rapide, car les petits bonhommes sortaient sans ordre précis.
Au bout de quelques instants, Michael arriva à tous les tuer, et gagna le petit singe, il aurait pu en choisir une autre, mais c'est celle la que Sara voulait.

M (lui tendant la peluche) : j'ai droit aussi à un cadeau ?? (en lui faisant en clin d’œil et un regard séducteur)

Elle lui fit un petit baiser sur la joue et sans s’écarter

S (dans un murmure sensuel) : en rentrant et si tu es sage, on verra pour le reste

Michael resta bouche bée suite à cette insinuation, puis ils partirent vers le parking et Michael proposa à Sara de prendre le volant.
Au bout de quelques kilomètres, elle s’endormit, Michael ne pouvait s’empêcher de lancer des regards en sa direction, elle était si paisible tel un ange.


On a vraiment passé une excellente journée, je ne mettais jamais aussi bien sentit avec une fille. Elle a un effet dingue sur moi, surtout quand elle me taquine, pourtant je sais qu‘elle ne veut pas qu‘on se précipite.
À peine une semaine qu’on se connaît et c’est comme si cela faisait des années. Elle a l’air si forte, pourtant elle cache ce côté fragile, je le sens quand on discute, le timbre de sa voix change ainsi que son regard. Quand elle m’a parlé de ce garçon qui a abusé d’elle, de son père absent, du décès de sa mère, son regard s‘est assombrit.
Ah son regard, j’aime me perdre dans ses yeux noisettes.


Quand ils arrivèrent à l‘entrée de la ville, il était déjà 22h. Michael se stoppa sur un parking et se pencha vers Sara.

M (murmure) : Sara… Sara

S : humm (endormie)

M : on est à Chicago

S : déjà (déçue)

M : tu t’es assoupie (en lui souriant)

S : je suis désolée (en frottant ses yeux)

M : c’est rien. Mon campus est plus près, on prend une pizza et on la mange chez moi ??

S : ça me va (heureuse de partager encore du temps avec lui)

Puis ils repartirent et prirent la direction d’une pizzeria où ils commandèrent une pizza. Le temps qu’elle soit prête, ils restèrent enlacés, la tête se Sara sur son épaule. Le téléphone de Michael sonna

M : allo

Voix : hey papi, ça va ??

M : ça va et toi ?

Su : bien, je suis désolé, on a pas passé beaucoup de temps ensemble ce week end.

M : c’est rien, tu as Maricruz maintenant, tu veux passer du temps près d’elle
Je peux comprendre, ces deux jours passés avec Sara ont été tellement idylliques.

Il ne peut s’empêcher de passer sa main dans ses cheveux et humer le parfum qu’ils dégagent.

Su : ouais. La semaine prochaine on pourrait peut être se faire une sortie ?

M : ouais, ce serait bien.

Su : ok. Je te rappelle dans la semaine pour te dire

M : ok. Bonne soirée

Su : bye frérot

Puis ils raccrochèrent

Sara lui sourit et il la serra plus fort dans ses bras

M : fatiguée ??

S : un peu

Il lui déposa un baiser sur les cheveux

Homme : votre pizza est prête

Sara et Michael se dégagèrent l’un de l’autre, ils prirent leur commande et se dirigèrent vers le parking, ensuite vers le campus de Loyola.
Une fois arrivés, ils montèrent dans sa chambre.

S : c’est vrai que la tienne est plus petite, mais je la trouve très agréable.

M : ça me suffit pour le moment. Quand je pourrais, j’achèterai un appartement avec une grand baie vitrée, au dernier étage d’une tour où je surplomberai la ville.

Sara rigola

M : quoi ??

S : rien

Elle s’asseya sur le lit, suivit de Michael

S : tu sais déjà tout ce que tu veux, j’ai l’impression que ta vie est déjà toute écrite

M : en partie

Il la regarda intensément.

Et maintenant j’aimerai que tu fasses partie de cette vie, même si je dois pour ça modifier tous mes projets

Ne me regarde pas comme ça, si seulement je pouvais être aussi sur de ce que je veux. J’aime tant être avec lui, mais j’ai tellement peur qu’il se rende compte que finalement …si seulement j’étais moins compliqué.

Michael rompit ce silence, en voyant le regard de Sara, il ne comprit pas ce qui d’un seul coup l’avait rendu si attristé

M : la pizza va refroidir

Elle lui sourit et ils commencèrent à manger tranquillement, continuant à parler de tout et de rien.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:50

Partie 6

Une fois la pizza finit, ils s’allongèrent sur le lit.

S : va falloir que je rentre, demain, j’ai les nouveaux internes qui arrivent et je ne dois pas arriver en retard.

M : si tu restais ??

Elle leva les yeux et rencontra son regard pénétrant

S : Michael …

M : je sais me tenir

Si je reste on risque de déraper, c’est même sur, mais je ne veux pas partir, j’ai envie de dormir dans ses bras
S : d’accord

Il sourit et l’embrassa d’un doux baiser sur le front

S : tu as un t-shirt à me prêter ??

M : oui

Il se leva et alla lui chercher de quoi se vêtir pour la nuit, il trouva un long t-shirt et lui donna

S : merci

Elle partit dans la salle de bain et revint quelques instants plus tard, Michael attendait sur son lit, quand il la vit arriver, il ne put s’empêcher de regarder ses longues jambes. Elle s’approcha de lui

S : tu seras sage ?

M : oui promis
Va falloir que je pense à autres choses surtout

Il se redressa et lui laissa la place. Elle s’engouffra vite sous la couette.

M : en général, je dors en sous vêtements, ça te dérange ??

S (rougit) : non

Michael se dévêtit et se retrouva en boxer, il disparu, lui aussi, sous la couette. Il la prit dans ses bras et elle déposa sa tête sur son torse. Leurs jambes se mêlèrent spontanément.

Elle se blottit contre moi, nos jambes s’emmêlent. Je ne peux m’empêcher de lui caresser le bras, sa peau est douce, elle pose sa main sur mon torse et s’amuse à tracer des formes imaginaires, si elle savait l’effet que ça produit en moi, je pense qu’elle arrêterait, pourtant sa main descend. Je lui ais promis de me contrôler.

Je lui demande d’être sage, et moi je ne peux m’empêcher de le caresser, sa main sur mon bras me provoque de tendres frissons. Je me sens bien dans ses bras, en sécurité, ma main descend vers son ventre, je le sens se contracter. J’ai envie qu’on aille plus loin et pourtant je sens que je ne suis pas prête à franchir cette étape.

Elle finit par se retourner pour éviter de succomber.
Michael passa son bras autour de sa taille, la rapprocha et enfouit sa tête dans ses cheveux, respirant le délicieux parfum qui s’en dégageait.
Ils n’arrivaient pas à s’endormir, c’était la première fois pour eux qu’ils se sentaient si bien, en confiance.
Au bout de quelques minutes

M (ton suave) : Sara

S (dans un chuchotement) : faut qu’on essaie de dormir, Michael

Il laissa sa main glisser le long du corps de la jeune femme et elle se retrouva vite sur la cuisse dénudée de Sara, elle frissonna à ce délicieux contact, il attendit un geste de refus de sa part , mais il ne vint pas. Il remonta donc sa main en frôlant sa peau soyeuse et elle passa sous le t-shirt de la jeune femme, effleurant son shorty puis le contourna pour rencontrer son ventre plat. Sa progression continua lentement jusqu‘à atteindre le bas de sa poitrine.

S (murmurant) : Michael
Arrête, je vais pas résister à tes caresses

M (doucement) : je ne te forcerai pas Sara
Jamais

Elle se retourna pour lui faire face et rencontra son regard sincère. Quelques secondes s’écoulèrent, avant qu’elle ne dépose ses lèvres sur les siennes, il répondit vivement à ce contact et entrouvrit sa bouche, Sara y passa sa langue pour y rencontrer celle de Michael, elles entamèrent un ballet enflammé.
Seuls leurs gémissements étaient perceptibles dans la chambre.
Il se redressa sans quitter les lèvres de Sara et se positionna sur elle, elle passa ses mains dans son dos et entama un vas et vient. Lui débuta de douces caresses sur son corps, il commença délicatement par ses cuisses et remonta sous le vêtement de la jeune femme pour y rencontrer une nouvelle fois ses hanches, puis sa progression s‘interrompit. Il cassa le baiser et fixa Sara, qui lui sourit, il redéposa ses lèvres sur les siennes et se recula de nouveau, il commença à lui ôter le t-shirt qui le gênait, une fois débarrasser de ce tissu, il reprit ses lèvres avidement.
Après quelques instants, elle rompit le baiser et sa bouche se dirigea vers la veine palpitante de son amant, qu’elle mordilla. Il enfouit sa tête dans son cou et déposa de doux baisers avant de descendre jusqu’à sa poitrine, il caressa du bout des lèvres un sein et avec sa main câlina l’autre. Elle se cambra sous cette douce torture.
Ce n’est qu’au bout de quelques minutes, qu’elle le rappela de ses mains vers sa bouche. Il sentit son désir l’envahir puissamment, quand Sara passa ses mains sous son boxer. Il se dégagea de son étreinte, elle protesta.

M (dans un souffle) : faut qu’on arrête

S : je sais

Mais leurs lèvres se rejoignirent, leurs langues se retrouvèrent. Quelques secondes se consumèrent, avant qu’il ne se recule de nouveau

M (doucement) : non Sara

Elle capitula sachant pertinemment qu’il avait raison, bien sur elle se sentait bien, elle brûlait d’envie de continuer, mais tous deux savaient que c’est trop précipité. Ils se regardèrent intensément, comme pour lire dans les pensées de l’autre, il lui déposa un dernier baiser avant de se retourner pour essayer de retrouver ses esprits, elle se cala contre lui et passa son bras autour de sa taille, il posa sa main sur son bras.

Chapitre 17

Ils finirent par s’endormir, laissant leur désir de côté.
Au milieu de la nuit, Michael s’était retourné et avait reprit Sara dans ses bras.
Le son du réveil (du portable) le sortit de son rêve, il grogna, puis regarda Sara, qui elle dormait toujours, elle avait les cheveux éparpillés sur son torse.
Il bougea légèrement pour essayer de se lever, elle soupira de protestation et se retourna, pour se retrouver sur le ventre.
Il désirait déposer pleins de tendres baisers sur la nuque, laisser ses mains parcourirent son dos dénudé, mais il se retint, il ne devait pas profiter d’elle pendant son sommeil. Il partit donc sous la douche

Une bonne douche froide, c’est-ce qu’il me faut.
Pourquoi faut il qu’elle me fasse tant d’effets ?


Une vingtaine de minutes s’étaient écoulées depuis son réveil, cette douche froide lui avait fait du bien, il était prêt, mais il devait maintenant réveiller Sara.
Il s’approcha du lit où elle dormait toujours profondément, il s’asseya et se pencha vers elle

M (murmure) : Sara

Elle ne répondit pas. Il glissa donc sa main sur son dos, l’effleura du bout des doigts et fit glisser le drap au mesure de sa descente vers le bas. Il sourit, il n’avait pas remarqué qu’elle avait un tatouage en forme de fée sur le côté.
Elle commença à remuer, il retira doucement sa main et se pencha vers son oreille

M : aller princesse, c’est l’heure

Elle se retourna doucement, il remonta le drap sur elle, pour lui laisser un peu de pudeur. Elle ouvrit les yeux légèrement et s’étira

S (assoupit) : il est quelle heure ?

M : tu as encore un peu de temps, il est 6h

Cette fois, elle ouvrit les yeux en grand et rencontra son regard azur

J’aimerai être réveillée comme ça tous les matins
S (souriant) : bonjour

M (souriant) : bonjour

Il se pencha pour l’embrasser. Le baiser se fit tendre.

S : merci de ne pas avoir insister hier soir

M : on a le temps Sara

Pourtant
S : on était sur le point …..

Pas encore
M : je préfère attendre que tu sois vraiment prête

Elle lui sourit et passa ses bras autour de son cou pour le rapprocher, elle déposa ses lèvres sur les siennes, il ne fallut pas longtemps à leurs langues pour se trouver et commencer à s’enrouler.
Il cassa le baiser, à bout de souffle.

M (sur un ton moqueur) : aller va te préparer !

S : tu me rend mon t-shirt (en lui faisant un clin d’oeil)

Il rigola avant de lui tendre et d‘aller au coin cuisine, préparer le petit déjeuner.
Elle mit le t-shirt, puis se leva.
Il prépara deux chocolat, elle passa derrière lui et enroula ses bras autour de sa taille

S : je passerai chez moi pour me préparer

M : comme tu veux

S : est-ce que ce soir, tu veux qu’on se voit ?
Il ne voudra peut être pas, après tout on n’a pas couché ensemble

On dirait qu’elle a peur que je dise non
M : bien sur que j’en ai envie

Il se retourna et lui tendit sa tasse avec un grand sourire auquel elle répondit

S : merci

Michael s’asseya sur la table basse et Sara sur le lit

M : tu as un très beau tatouage (avec un sourire amusé)

S : Michael !!! (en lui faisant des gros yeux)

M : je n’ai pas fait exprès (toujours en souriant)
Quel menteur !!

S : pourtant il est bien caché
Il est à la limite de mes fesses

M : j’ai légèrement descendu le drap
Enfin plutôt beaucoup

S : oh !! il est tout en bas de mon dos

M : j’en ai vu plus hier soir
Et goûter même

Rires

Il se leva, posa sa tasse et prit celle de Sara et fondit sur ses lèvres. Elle gémit de plaisir, leurs corps basculèrent sur le lit, il déposa sa main sur sa cuisse et la remonta pour passer en dessous du t-shirt. Sara le stoppa, quand sa main approcha de son intimité, elle l’obligea à se retourner et se retrouva à califourchon sur lui,

S (sur un ton malicieux) : attention à tes mains, Scofield

M (souriant) : elles n’ont rien fait (en les plaçant sur ses fesses)

S : et si mes mains passaient par là !!

Elle les fit descendre doucement, jusqu’à arriver au bord de son pantalon, il se raidit

S : tu vois (en rigolant)

M (rougissant) : c’est que sur moi, on va dire que c’est visible assez vite

S : oui

Elle rigola, puis se leva

S : tu vas me mettre en retard

Elle lui sourit et partit dans la salle de bain. Elle mit ses vêtements et le rejoignit dans la chambre.

S : je passe chez moi, prendre une douche et me changer avant d’aller affronter les nouveaux internes

M : ça va bien se passer

S : on verra. Je t’appelle vers 13h ??

M (tristement) : je sens que ça va être long

Elle déposa un baiser sur ses lèvres et saisit les clés qu’il lui tendait et prit son manteau avant de sortir.
Il s’asseya sur son lit et soupira.

Encore 1h avant d’aller en cours, je vais regarder ce que Mr Lery m’a donné pour choisir lequel sera mon employeur.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:51

Chapitre 18
Partie 1


Sara était arrivée chez elle, elle avait prit sa douche et avait enfilé des vêtements propres.

J’ai passé deux jours merveilleux en sa compagnie, je me sens si bien avec lui. Mes défenses tombent quand je suis dans ses bras, je ne sais pas si c’est une bonne chose, hier soir encore on a faillit passé à l’acte. Il est patient, mais c‘est aussi un homme.
Bon je vais me concentrer sur ce que me réserve mes nouvelles fonctions.


Elle partit vers l’hôpital prenant sa voiture, il faisait encore très froid, et la météo annonçait de la neige.
Quand elle arriva aux alentours de 7h, elle vit un petit groupe de jeunes gens attroupés près de la machine à café.

Oh je les sens pas, il me font penser à ……non ne pas juger avant de connaître.

Elle se dirigea vers son vestiaire et y rencontra Katie

K : coucou ma belle, alors t’as passé un bon week end ??

S : merveilleux (Sara arborait un sourire que Katie ne lui connaissait pas)

K (avec un grand sourire) : oh, je sens que t’as plein de choses à me raconter

S : non !!!
Elle va recommencer

K : oh arrêtes, tu as un sourire qui en dit long

S : on verra. Mais tu n’auras pas tous les détails

K : oh mais que si. Et la soirée chez ton père ??

J’avais oublié cette soirée
S : alors ça, une catastrophe

K : à ce point ??

S : pire. Il m’a énervé et je n’ai rien trouvé de mieux que de finir saoule et le lendemain, il m’a appelé pour me demander si j’avais une bonne migraine

K : au moins, il t’a appelé (essayant de rendre la situation moins dramatique)

S : oui, c’est vrai

Rires

K : et sinon vendredi, tu devais appeler un certain jeune homme (en lui faisant un clin d’œil)

Elle n’oublie rien
S : je dois aller voir ses jeunes internes (détournant le sujet)

K : oh non, tu ne vas pas te défiler. Ils devaient arriver à 8h, donc ils vont attendre l’heure

S : humm

K : aller on va en salle de pause, discuter

Katie du la traîner pour l’y emmener, Sara n’avait que moyennement envie de tout lui raconter.
Une fois bien installées, avec de quoi boire, Katie commença son interrogatoire

K : alors tu l’as appelé ?

S : oui

K : et vous vous êtes donnés rendez vous ?

S : oui

K : quand ???

S : le samedi après midi

K : et ??????

S : on s’est vu

K : Sara arrêtes et donne moi tous les détails !!!!

S : Ok, on a passé tout le week ensemble, ça te va ?

K : euh, bah oui

S : samedi après midi, on a beaucoup discuté, de notre enfance, nos projets. Et dimanche, on est allé à la fête foraine d’Aurora.

K : et il embrasse bien (avec un grand sourire)

S : merveilleusement bien (avec les yeux remplis d’étincelles)

K : et ensuite ….

S : j’ai passé la nuit chez lui

K : ….(faisant des grands yeux perplexes)

S : on n’a pas couché ensemble, si c’est à ça que tu penses. Je lui ais parlé de Nathan

K : oh

S : il est très patient et il comprend que j’ai besoin de temps.

K : je suis très heureuse pour toi que tu ais trouvé un garçon comme lui.

S : merci. Aller je vais affronter les nouveaux

K : bon courage

Katie partie faire ses soins, tandis que Sara alla vers le petit groupe.

Partie 2

Université de Loyola

Michael était arrivé en cours, il alla pour s’installer à sa place, quand une voix l’interpella

Voix : Michael

Il se retourna vers la personne

M : bonjour Susan

Susan : j’ai appris que Middleton, Maxwell & Schaum t’avais fait une proposition

M : c’est exact

Susan : à moi aussi

M : c’est bien

Susan : ils n’en veulent qu’un

M : je ne les ais pas retenu, si c’est ça que tu veux savoir

Susan : tu rigoles, c’est la plus grosse boite de Chicago

M : je ne suis pas intéressé par la notoriété d’une entreprise, mais plutôt par les projets qu’ils ont

Susan : ils paient plutôt bien

M : je sais

Susan : tu es vraiment bizarre comme garçon

Puis elle partit s’asseoir à sa place, heureuse de savoir que la concurrence était effacée.
Le cours commença.

Hôpital de Northwestern

Sara avait réunit le petit groupe dans une des salles de réunion, après une brève présentation

S : tout d’abord, je tiens à vous préciser que certains d’entre vous ne travaillerons pas aux urgences, Mr Pope m’a donné vos affectations, mais je resterai votre référente tout le long de votre internat au Northwestern. (les internes ne restent que 6 mois)

Interne 1 : en ce qui concerne les gardes et les horaires

S : je vais me charger de vos planning. Tous les matins, vous devez être présent entre 7h et midi et vous avez des gardes de nuit obligatoires 4 fois par mois et en ce qui concerne les gardes facultatives, je prendrai vos propositions.

Interne 2 : on ne travaille pas les week ends ?

S : je dois finir les planning et vérifier notre effectif, mais chacun d’entre vous travailleras au moins un week end dans le mois, en alternance.

Protestation

S : je vous rappelle que vous avez choisit un métier où les gens malades le sont aussi les week ends, les jours fériés, à Noël, donc pour ceux que ça dérangent, je pense qu’il est tant d’arrêter vos études.

Interne 1 : quelles sont nos responsabilités ?

S : Pour la plupart c’est votre premier poste, donc vous serez sous la responsabilité de médecins titulaires, aucune prescription de médicaments ou de soins ne sera faite sans leurs signatures. Bien évidemment, il arrive qu’il n’y ait pas de médecins titulaires dans les services dans lequel vous serez affectés, comme les week ends, vous devez donc demander l’avis à un interne plus ancien. Pour les urgences, c’est particulier, donc dès que tout le monde aura son affectation, j’en parlerai.

Après encore quelques questions, Sara avait donné leur affectation et planning aux internes, seuls trois seraient aux urgences avec elle.
Elle leur présenta l’équipe et fit visiter les locaux, avant de commencer à examiner les patients présents.

Université de Loyola

Le cours était finit, les étudiants commençaient à sortir

Mr Lery : Mlles Anthony et Cyrus, Mr Bagwell et Scofield venez me voir

Tous descendirent pour aller le voir

Mr L : bon, vous êtes dispensés de cours cet après midi, les recruteurs vont venir pour passer des entretiens et seuls vos noms ont été retenus. Je compte sur vous pour bien représenter notre université

Susan : à quelle heure passent ils ?

Mr L : pas avant 14h30

Michael sourit à cette idée.

Mr L : tenez (leur tendant une feuille) ceux sont les salles où ils se trouveront. Ils auront le dernier mot, donc aller tous les voir pour mettre le plus de chances de votre côté.


Partie 3

Hôpital de Northwestern

Il était déjà 12h30, Sara avait libéré ses internes depuis un moment quand Katie arriva

K : alors, comment ça c’est passé ce matin ?

S : plutôt bien. Certains sont à l’aise, mais d’autres ne vont pas rester

K (rigolant) : tu leur as fait peur

S : non !!! Mais certains ont une idée utopique du métier de médecin

K : il regarde trop la TV

S : et certains pensaient qu’ils n’allaient pas travailler certains jours

K : ils ont crus qu’on fermait le week end !! Et ceux qui sont avec nous, comment ça c’est passé ?

S : sur les deux garçons, un à tourné de l’œil quand j’ai réduit une fracture et l’autre ne pense qu’à reluquer les infirmières, la fille me semble réservée, mais ça devrait aller

K : j’en connais une autre (le ton était plutôt moqueur)

S : de toute façon, cette semaine je les garde avec moi, mais dès lundi, le matin jusqu’à 10h, ils seront avec les infirmières et aides soignantes, ensuite seulement je les prendrai avec moi pour faire les consultations

K : tu vas les faire fuir

S : non, ils doivent se rendre compte de toutes les facettes du métier

K : tu commences les cours à quelle heure ?

S : 14h

K : tu déjeunes avec nous ?

S : non, je vais aller passer un coup de fil et ensuite je pars à l’université pour réviser. Je mangerai sur le chemin

K (exaspéré) : pourquoi veux tu réviser ?

S : je dois être au point, si les nouveaux me posent des questions

K : tu ne changeras pas. Je te laisse aller passer ton coup de fil.

Puis elle partit rejoindre ses collègues et Sara alla chercher son manteau et sortit devant l’hôpital.

Je me demande si il a finit, je ne sais même pas ses horaires.
Je vais attendre 13h c’est plus sur, je ne voudrai pas que son portable sonne et qu’il se fasse remarquer à cause de moi


Un jeune homme arriva sur le parking

C’est un peu raté pour la surprise, quoique si elle reste de dos, il se peut que je la surprenne.

D’un coup Sara sentit deux mains froides se placer sur ses yeux, mais c’est une onde de chaleur qui la parcourut à ce contact. Elle se retourna vivement et deux lèvres effleurèrent les siennes avant finalement de s’y coller complètement. Elle encercla Michael dans ses bras.
Après quelques minutes, Sara cassa le baiser, Michael s’aperçut qu’elle était surprise de le voir ici

M (avec un grand sourire): je ne pouvais pas attendre ton coup de fil

Il la prit dans ses bras et elle enfouit sa tête dans son cou glacé

S : je suis contente que tu sois là, mais … (relevant la tête pour rencontrer son regard)

M : je dois retourner à l’université à 14h30 (comprenant ses doutes)

S : on a 1h rien que pour nous, je reprend à 14h

M : oui. Alors ces nouveaux ?

S : je m’attendais à pire, mais on a parlera ce soir, je veux juste rester dans tes bras pour l’instant

Ils restèrent enlacés pendant quelques minutes à échanger plusieurs baisers avant que Katie ne vienne les déranger

K : humm…euh Sara ?

Sara se retourna, gênée et se détacha de Michael, mais elle lui prit la main qu’il s’empressa de serrer

S : oui

K : ton père a appelé, mais je lui ais dit que tu n’étais pas là

S : tu as bien fait. Katie. Je te présente Michael, mais tu le connais un peu, il me semble (plissant les yeux)

K : je ne crois pas. ( faisant un clin d’œil à Michael) Ah si le jeune homme à la migraine

Michael et Katie se mirent à rires se rappelant de la supercherie

M : enchanté de vous connaître (en lui tendant sa main libre)

Katie le prit dans ses bras

K : moi aussi. Bon aller, je vous laisse tranquille

S : merci

Puis l’infirmière repartit. Sara éteignit son portable.

M : pourquoi tu l’éteins ?

S : il va essayer le portable

M : logique

S : je vais chercher mes affaires et on va aller manger ensemble

M : ok
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:53

Partie 4

Sara revint au bout de deux minutes

M (souriant) : tu es rapide

S : je ne veux pas perdre de temps

M : alors où veux tu manger ?

S : on prend un truc à emporter, j’ai la voiture ?

M : c’est partit

Il l’embrassa et lui prit la main, entrelaçant leurs doigts.
Ils restèrent manger dans la voiture, sur le parking de l’université de Northwestern. Quand ils eurent finit, ils attendirent enlacés, le moment de se séparer, échangeant de tendres baisers.
Vers 13h50

S : je dois y aller (à contre cœur)

M : tu finis à quelle heure ?

S : 18h

M : je pense finir avant, je te rejoins ici.

S : ok. Tiens (lui tendant les clés de la voiture)

M : tu veux que je les garde ?

S (souriant) : non, prend la voiture, ce soir tu me rejoins ici.

Ils s’embrassèrent de nouveau, Sara partit en cours et Michael reprit la direction de son université.
Sur le chemin, son téléphone sonna

M : allo

Voix : hey papi, t’es pas en cours ?

M : non, ne t’inquiètes pas
Mais je suis sur la route

Su : ça va ??

Oh que oui !!
M : oui et toi aussi on dirait

Su : j’ai jamais été aussi heureux

M : ça s’entend

Su : demain soir, on peut se voir ?

Ça va dépendre de ma Sara
M : c’est que, je ne sais pas encore

Su : ok, tu me rappelles pour me donner ta réponse

M : pas de soucis

Ils raccrochèrent.
Une fois arrivé, il se dirigea vers la salle où se trouvait le recruteur qu’il avait retenu. Il frappa à la grande porte

Voix : oui

Michael entra

Voix : bonjour

M : bonjour

Voix : Mr Scofield ?

M : c’est ça

Voix : enchanté. Je suis Mr Williams et voici Madame Todd

Il lui montra la chaise

Mr W : je suis surpris de vous voir, nous avons appris que deux autres sociétés vous avait fait une offre

M : j’ai fait des recherches sur tous ceux qui m’ont fait une proposition et je vous ai retenu

Mme T : c’est très valorisant

M : en fait, j’ai appris que vous placiez une partie de vos bénéfices dans des œuvres caritatives et que vous aviez fait partie de la construction d’un grand centre pour sans abris

Mr W : la ville a été obligée de le faire construire et pour retarder les travaux, ils ont faire des offres tarifaires qu’aucunes sociétés d’architecture pouvaient accepter, on a juste réussit à négocier et tout le monde y a trouvé son compte.

Mme T : je pense que nos concurrents vous ont fait des offres assez alléchantes, vous êtes l’élève le plus prometteur de votre promotion

M : j’ai étudié ce qu’on me proposait, mais j’ai envie de trouver une entreprise qui m’aide à évoluer et me perfectionner, sans pour autant que je perde mes valeurs.

Le reste de l’entretien, ils parlèrent des objectifs de Michael et de la société et ils avaient réussit à trouver un terrain d’entente sur les horaires. Pendant 2 mois, Michael viendrait certains après midi à la place des cours et aussi quelques week ends, le temps de se familiariser avec tout le fonctionnement, ensuite il pourrait travailler sur différents projets à domicile.

Chapitre 19
Partie 1


Université de Northwestern

Les cours étaient passés très rapidement, au programme des évaluations pour les semaines à venir.
Sara avait reçu un appel du directeur de l’hôpital, il avait organisé un staff qui aurait lieu le mardi soir, juste avant sa garde.

Université de Loyola

Michael avait été retenu par l’équipe Williams et Todd, il commencerait dès la semaine suivante. Après un passage chez le doyen pour le tenir au courant, il alla dehors appeler son ami.

Su : allo

M : Sucre, c’est moi

Su : ça va ??

M : oui, je voulais te dire que j’ai obtenu un job

Su : sérieux

M : ouais, ils n’ont pris que quelques étudiants pour un stage rémunéré.

Su : super on va fêter ça

Oups
M : euh, je ne sais pas encore si je pourrais me libérer demain

Su : tu me caches un truc ??

M : non, pourquoi ??
Enfin oui

Su : comme ça. Bon tiens moi au courant, on a pleins de choses à fêter

M : ok

Su : félicitations papy

M : merci bye

Ils raccrochèrent, puis il alla vers la voiture de Sara, il s’installa au volant et réfléchit quelques instants

Si Sara est libre demain soir, je pourrai lui demander si elle veut rencontrer mon ami. Après tout lui m’a présenté sa Mari cruz.
Mais j’ai tellement envie de la garder rien que pour moi.
Je vais aller la retrouver, pour l’instant c’est dans ses bras que je veux être


Il démarra la voiture et partit vers l’université de Sara.

Université de Northwestern

Michael était garé, il attendait patiemment. Il aperçut sur le siège arrière, la peluche qu’il lui avait offert à la fête foraine, il sourit en se remémorant les souvenirs de la veille.
Sara arriva et entra dans le véhicule, elle le fit sursauter alors qu‘il était encore dans ses pensées.

S (rigolant) : je t’ai fais peur ??

M : non !!

Il se pencha pour l’embrasser, le baiser fut d’abord timide, mais il se transforma vite en un baiser plus passionné, leurs langues se rencontrèrent rapidement et se mirent à se chercher et à se repousser.
Ce n’est qu’au bout de quelques minutes, qu’ils reprirent leur souffle.

S : alors ???

C’était Waou. Mais je pense qu’elle parle d’autre chose
M : alors quoi ???

Ton entretien !!
S : tu as été engagé ??

Ah ça
M : oui

S : génial, il faut fêter ça

M : en parlant de ça, mon ami a prévu une soirée demain soir, tu veux venir ? J’aimerai te le présenter.

S (contrariée) : c’est que demain, je suis de garde toute la nuit et juste avant j’ai une réunion

M : ce n’est pas grave, ce sera pour une autre fois

Il lui prit le visage entre ses mains et déposa un doux baiser sur ses lèvres

S : désolée (avec une mine attristée)

M : on peut fêter ça rien que tous les deux, ce soir
Peut être pas le fêter, mais du moins passer la soirée ensemble

S : j’ai des tonnes de papiers à faire, mais dès que j’ai finit
Pourquoi faut il que j’ai tous les plannings à finir ce soir

M : c’est partit

Ils prirent la direction de son campus.

Partie 2

Campus de Northwestern

Michael et Sara étaient assis sur le lit, ils s’étaient racontés leurs journées respectives, elle lui avait expliqué sa journée avec les internes, lui son entretien.
Elle se trouvait entre ses jambes, son dos plaqué contre son torse.
Il la tenait étroitement enlacée pendant qu’elle rédigeait les plannings des internes. Sa tête était enfouit dans son cou, où il y déposait de légers baisers, quand son téléphone sonna

M : allo

Voix : Michael, ça va ?

M : oui

V : je m’inquiète, on a pas beaucoup de tes nouvelles ces derniers jours

M : Véro, tu n’as pas à t’inquiéter, je suis majeur, il me semble

V : oui peut être, mais je ne peux pas m’en empêcher

M : ….

Il continuait d’embrasser Sara dans le cou, n’écoutant pas un seul mot de ce que lui disait Véronica

S (rigolant) : tu me chatouilles

V : tu es avec quelqu’un ??

M : non, enfin si, c’est Sucre

V : ah, donne lui le bonjour

M : hum

Il continuait d’embrasser Sara, pendant qu’elle essayait de se libérer de son étreinte

M : je t’appelle demain

Et il raccrocha, et reprit d’assaut le cou de Sara

S (dans un murmure) : Michael, je ne vais pas y arriver, si tu continues

M : ah ouais !!

Il reprit ces baisers et cette fois, il passa sa main sous le pull de Sara, il lui ôta et recommença ses baisers et caresses. Sa main passa sous son débardeur et effleura son ventre remontant vers sa poitrine.

S (dans un chuchotement) : hum, Michael, je dois finir

Il l’obligea doucement à se retourner et colla ses lèvres sur celles de Sara, il s’allongea sur elle, elle l’encercla et approfondit le baiser.
Ce n’est que quand Michael passa sa main sous son débardeur, au bout de quelques minutes, qu’elle le stoppa

S : Michael

Il releva la tête pour se perdre dans ses yeux noisettes, lui sourit en comprenant sa crainte, il se pencha vers son oreille

M : juste un petit câlin, rien d’autre

Elle passa ses mains sur sa nuque pour le faire revenir à elle, et l’embrassa pour seule réponse.
Plusieurs minutes s’étaient écoulées, ponctuées entre baisers et caresses, il se contrôlait pour ne pas lui enlever ses vêtements, toucher sa peau, il lui attrapa les mains et les plaqua au dessus de leurs têtes pour ne pas céder à la tentation.
Un bruit se fit entendre, les interrompant, ils se regardèrent surprit, gêné de se retrouver privé d’un moment d’intimité.

S : je dois aller ouvrir

M : d’accord (il souriait toujours)

Elle replaça ses cheveux pour se donner bonne allure, Michael se rassit convenablement sur le lit en essayant de retrouver ses esprits.
Sara ouvrit la porte.

S (surprise) : papa !!

Fr : tu es difficile à joindre

Il entra sans y avoir été invité, scruta la chambre et regarda Michael

Fr : tu es occupée ??

S : non, nous révisions

Fr : j’imagine

Elle croisa ses bras devant sa poitrine

S : bon, pourquoi tu t’es déplacée au lieu de me faire appeler par ta secrétaire ?

Fr (très autoritairement) : arrête d’être aussi arrogante !!!

Michael se sentait gêné, pas par la présence du gouverneur, mais il voyait que Sara était en colère, et il se sentait impuissant face à cette situation.

Fr : Adam veut te rencontrer, il aimerait que tu rejoignes son équipe le plus vite possible

S : j’ai déjà un hôpital référent et je viens de renouveler mon internat

Fr : tu n’apprendras rien dans ce genre d’hôpital, et je peux me charger de faire ton transfert. Mr Westmorland n’y verra pas d’inconvénients.

S (haussant le ton) : je ne suis pas d’accord

Michael se leva, mais Sara lui prit la main, ce qui n’échappa pas à son père

Fr : on ne va pas recommencer ce genre de discussion

S : alors pourquoi insistes tu ?? Je veux mener ma vie comme je l’entends, maintenant si tu n’es pas d’accord avec mes choix, fais comme si je n’étais pas ta fille, ça ne changeras rien pour moi

Sara posa sa main sur sa joue endolorie par la gifle qu’elle venait de recevoir, Michael s’approcha vivement de Franck, mais Sara lui agrippa le bras fortement pour le retenir.

Fr : je suis désolé Sara

S : sort !!!

Il la regarda, mais elle détourna son regard et se blottit contre Michael. Il sortit.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:54

Partie 3

Michael la garda contre lui, le temps qu’elle arrête de pleurer.
Ce n’est qu’au bout de quelques minutes, qu’elle sécha ses larmes. Il lui leva le menton et passa délicatement sa main sur la joue encore rosie par la gifle qu‘elle venait de recevoir.

S : je…

Il posa son doigt sur ses lèvres

M : tu n’as pas à t’excuser

Elle lui sourit et déposa un baiser sur ses lèvres.

S (se détachant de son étreinte rassurante) : je dois finir mes plannings

Elle voulait oublier cet incident, donc pour elle le meilleur moyen était de détourner le sujet

M (comprenant) : je ne veux pas rentrer et te laisser toute seule

S (souriant) : je dois vraiment les finir pour demain

M : alors on va faire un marché

S : ah oui !!

M : je vais nous chercher un truc à manger, comme ça je ne serai pas tenter par ton cou

Il l’attrapa et commença à lui mordiller le cou, ce qui la fit rigoler.

S : d’accord

M : chinois, ça te tente ??

S : parfait

M : mais finit vite tes papiers, je ne serai pas long

S : tu n’auras qu’à rentrer directement

Elle lui tendit ses clés, il partit après lui avoir donné un dernier baiser et elle se remit à ses plannings.
½ heure plus tard, Michael arriva, Sara n’avait pas tout à fait finit, elle était allongée sur son lit entourée de papiers. Elle lui lança un sourire.

S : encore 10 minutes et je suis à toi

Il s’approcha d’elle, après avoir déposé les paquets sur une petite table, il se positionna au dessus d’elle, passant une main de chaque côté de son corps pour prendre appui sans l‘écraser.

M : 10 min ???

S : oui

Il descendit légèrement, leurs corps se frôlant, provoquant en eux des tendres frémissements.

S (doucement) : Michael

Il dégagea sa nuque et déposa de délicats baisers dessus, en soutenant bien sur certains endroits plus sensibles.

S : tu devrais aller prendre une douche (se retenant de rire)

M : je n’en suis pas encore à ce stade

Elle se retourna et il en profita pour prendre ses lèvres avidement. Elle cassa le baiser.

S : Michael, ça va être froid si tu ne me laisses pas les finir.

M : je sais (avec un regard séducteur)

Il continua pourtant et prit d’assaut son cou, leurs corps se collant davantage.

S : 5 minutes pas plus

Ils continuèrent de s’embrasser, mêlant leurs langues. Sarah finit par briser leur baiser.

S (souriant) : maintenant, laisse moi finir

Il roula sur le côté, elle rigola en le voyant bouder

M : c’est pas drôle

S : non, c’est vrai

Elle se retourna et continua pendant que Michael la regardait, passant sa main sous son débardeur, caressant son dos tendrement.
Quand elle eut finit, ils grignotèrent en s’échangeant les plats et quelques baisers.
Il était 22h quand ils terminèrent de manger.

S : je vais aller prendre une douche, tu restes ce soir ?

M : c’est que …

S : on peut dormir dans le même lit sans pour autant faire l’amour

Il la prit dans ses bras

M : je voudrai sûrement un câlin

Elle lui sourit et partit vers la salle de bain

S : il se peut que moi aussi

Elle revint ¼ h plus tard, elle le découvrit allonger sur le lit en train de regarder les dessins animés. Elle s’avança et rencontra son regard captivant, puis elle se décida et s’allongea près de lui. Il se tourna pour lui faire face et l’enveloppa contre lui, il alla pour l’embrasser, quand elle dévia sa tête

S (le regardant fixement) : Michael, je sais que ça ne doit pas être évident à comprendre. Mais quand on commence, j’ai vraiment envie d’aller plus loin, je me sens bien avec toi, mais dès que je te sens plus entreprenant, je me bloque. Je ..

Il la coupa

M : je comprend. Je n’aurai aucun plaisir à te forcer. J’ai envie de faire l’amour avec toi, te donner de plaisir, mais quand tu jugeras que c’est le bon moment. En attendant, on se contentera de s’embrasser et de flirter.

Elle lui sourit et passa sa main sur son visage avant de presser ses lèvres contre les siennes. Il répondit à son baiser immédiatement et se remit sur le dos, l’entraînant avec lui, elle se retrouva pressée contre son corps. Ils s’embrassèrent pendant de longues minutes avant qu’il ne commence à passer ses mains sous son haut, il le remonta à moitié et lui caressa lascivement le dos.
Un moment après, il se retrouva sur son corps et les caresses se firent plus aventureuses, les mains de Sara se retrouvèrent vite sous le sweat de Michael qui savourait ce doux contact. Il ne le garda pas longtemps, Sara se fit une joie de lui ôter avec hâte.
Quelques minutes s’écoulèrent encore, agrémentées par de doux baisers et caresses, quand Michael se redressa légèrement, cassant le contact de leurs corps, leurs bouches restèrent, quant à elle soudées. Elle posa ses mains sur ses hanches essayant de ramener son corps contre elle.

M : attend

Elle le regarda sans comprendre. Il s’asseya sur le lit.

M : il y a un inconvénient à flirter

Elle s’asseya également, lui faisant face, il se sentit embarrassé ne sachant pas comment lui dire

M : ça n’étouffe pas le désir que j’ai pour toi

Sara comprit à quoi il faisait allusion, elle redéposa ses lèvres sur sa bouche et glissa sa main sur son torse, descendant plus bas et rencontra le renflement provoqué par le désir retenu de son amant.

M : là j’ai besoin d’une douche

Elle lui sourit et retira sa main. Il se leva et partit vers la salle de bain.
Quant il revint, Sara se trouvait sous la couette, elle la souleva pour qu’il s’installe. Au contact de leur peau, elle frissonna

Il est glacé
S : vraiment froide la douche

Michael sourit et la serra fort contre lui pour se réchauffer, elle déposa sa tête dans son cou. Ils s’endormirent ensuite rapidement.


Chapitre 20
Partie 1


Le lendemain matin, ils se réveillèrent encore blottis l’un contre l’autre. Après un échange de baisers, ils se préparèrent pour partir. Une fois arrivés en bas de l‘immeuble, ils purent s’apercevoir qu’un manteau blanc recouvrait les jardins du campus.

S : j’espère que toute cette neige n’a pas provoquée d’accidents, je suis de garde ce soir.

M : tu n’aimes pas la neige ??

S : plus depuis que je travaille aux urgences

Michael s’était stoppé, Sara ne s’en aperçut pas tout de suite

M : pourtant c’est très drôle la neige

Elle se retourna et ne pu échapper à la boule de neige qui s’abattit sur son manteau. Elle resta sans voix et Michael en profita pour se baisser et rassembler un autre petit tas.

S : arrête (elle lui fit un sourire pour le dissuader)

M : hum
Ça marchera pas ce sourire

Il s’approcha doucement d’elle

S : ne fais pas ça !!

Réfléchissons
M : …..ok

Il laissa la boule tomber à ses pieds, mais continua à la regarder droit dans les yeux, tout en continuant de s’avancer. Elle comprit qu’il avait autre chose en tête, elle se mit à courir, mais il la poursuivit, ils rigolaient.
La neige ne permettait pas une grande facilité à la course, elle se mit derrière un arbre, afin de mettre de la distance entre eux.

M (rigolant) : tu ne pourras pas rester toute la journée derrière cet arbre

S : Michael, je vais être malade

Il contourna l’arbre rapidement, Sara n’eut pas le temps de réagir. Il la plaqua contre l’arbre

S : ne fais pas ça !!

M : quoi ?? (innocemment)

Il passa ses deux mains glacées sous les vêtements de Sara qui cria à ce contact.

S : tu vas me le payer Scofield !!!

Elle essaya de le pousser, mais il ne bougea pas d’un centimètre. Il finit par retirer ses mains et se pencha pour l’embrasser, mais elle détourna son visage et ses lèvres entrèrent en contact avec sa joue refroidie par la température.

S : tu es puni

M : ah oui !!

Il l’embrassa dans le cou

S : tu triches

Elle le poussa et ils partirent vers sa voiture, main dans la main. Quand ils arrivèrent à son niveau, elle soupira, car il fallait enlever toute la neige qui la recouvrait.
Cinq minutes après, il ne restait quasiment plus rien sur la voiture, elle se plaça derrière Michael et glissa sa main pleine de neige sous ses vêtements. Il sursauta, Sara éclata de rires en le voyant se secouer pour enlever la neige.

S : on est quitte

Puis elle entra dans la voiture et mis le contact le temps que le moteur chauffe. Michael en fit de même. Elle le regarda en se retenant de rire, mais ce fut difficile.

S : serais tu mauvais joueur ??

M : non pas du tout

S : tu n’es pas fâché ??

Elle déposa sa main dans la sienne et il se pencha pour l’embrasser.

M : jamais après toi

Finalement ils partirent vers le Starbuck où ils déjeunèrent. Une fois arrivés au Northwestern, Sara laissa la voiture à Michael, ils avaient convenus qu’il la rejoindrait à la pause déjeuner.
Michael passa chez lui prendre une douche et passer des vêtements propres, ensuite il alla en cours.

Partie 2

Northwestern

Après avoir distribué leur planning aux internes et expliquer que la semaine suivante, ils devraient travailler en collaboration avec l’équipe de soins. Sara commença ses consultations, comme elle l’avait pressentit les urgences étaient remplies par d’innombrables entorses et autres contusions provoquées par des chutes sur la neige.
Elle chercha Katie, elle aimait travailler avec elle, car elle formait toute les deux une bonne équipe.

S (à une infirmière) : salut Joyce, Katie n’est pas là ?

J : non, je crois qu’elle est de garde ce soir

Génial, ma garde sera plus agréable
S : ok merci

Elle repartit au triage et consulta les dossiers. Elle en prit deux et rejoignit ses internes.

S : aujourd’hui il y a du monde, donc je vais vous donner un dossier et vous aller faire un premier examen clinique du patient, ensuite vous viendrez me voir pour me donner vos conclusions, et je viendrai compléter le reste. Je ne veux rien d’autres que ce qui doit être remplis.

Clémence : on y va tous les trois ?

S : oui, vous allez vous aider mutuellement.

Elle leur tendit un dossier

S : donc je veux que vous remplissiez bien chaque paragraphes. Si vous avez un doute pour certains paramètres, n’hésitez pas à aller demander de l’aide à une infirmière.

Éthan : prendre une température, et une tension c’est pas très compliqué

S : c’est-ce que tu penses et j’ai dit examen clinique complet , il n’y a pas que ça. Relis tes cours.

L’interne fut vexé, mais ne répondit pas.

S : c’est un cas assez simple, mais ne pensez pas que certaines choses doivent pour autant être mises de côté.

Ils partirent en salle d’attente appeler le patient. Sara prit le second dossier et fit de même.

Box 1

S : Mr Rodriguez, je vois d’après votre feuille d’inscription, que vous êtes tombé d’une échelle

Mr R : oui, c’est ça

S : vous n’avez pas eut de pertes de connaissance ?

Mr R : non

S : qu‘avez-vous ressentit avant de tomber ?

Mr R : ma vue est devenue trouble et puis tout s’est mit à tourner.

S : d’accord

Elle continua son interrogatoire et son examen clinique et ensuite elle demanda aux infirmières de l’emmener au scanner.

Box 2

Les internes étaient en train d’ausculter le patient, que Sara leur avait présenté

Éthan (à Simon) : je te dis que c’est ça

Simon : n’importe quoi

Sara entra et les interrompit

S : où est que vous vous croyez ?

Ils se retournèrent vers elle

S (très autoritaire) : venez avec moi !!!
Au patient : excusez nous deux minutes

Ils la suivirent et entrèrent dans la salle mitoyenne

S (fermement) : quand vous êtes en désaccord, vous vous exprimez ailleurs que devant le patient, il n’aura aucune confiance en votre diagnostic, si vous vous contredisez devant lui.

Simon : cet abruti pense qu’il faut poser une attelle

Sara les regarda tour à tour ne sachant pas quelle attitude adopter face à ce qu’elle venait d’entendre

S : Clémence

Cl : oui

S : qu’en penses tu ?

Cl (timidement): je pense qu’on devrait d’abord faire pratiquer une radio pour écarter une fracture

S : Clémence, tu restes avec moi
Aux deux autres : vous allez avec les infirmières et vous les aidez à prendre les constantes des patients qui arrivent

Ils protestèrent mais Sara les regarda sévèrement.

S : je pensais avoir été claire quand je vous ais demandé de ne faire qu’un examen clinique

Éthan : mais..

S : un examen clinique, pas de traitements, qu‘avez-vous mal compris ? Imaginez que vous lui auriez posé une attelle et que sa jambe soit fracturée. Est-ce que je dois vous rappeler toutes les séquelles que cela peut entraîner ? (là j'ai inventé lol! )

É/S : non

S : bien. Donc aller voir les infirmières.

Ils partirent. Sara et Clémence finirent d’ausculter le patient.
Plus tard et beaucoup de patients après.
Sara se trouvait dans son bureau avec son interne, elles complétaient les dossiers.

S : tu as beaucoup de potentiels, mais il faudrait que tu t’affirmes un peu plus. C’est un milieu où certains ont encore du mal à penser qu’une femme puissent être médecins, il faut que tu t’exprimes plus.

Cl : d’accord

S : demain, tu resteras avec moi et je te laisserai faire les consultations

Cl : c’est vrai

S : oui. Si tu as un doute, tu n’auras qu’à me le dire.

Cl : merci

S : de rien. C’est l’heure, tu peux y aller. À demain

Clémence partit et Sara finit ses dossiers.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:55

Partie 3

Loyola

La matinée était passée rapidement, Michael n’avait pas levé les yeux de son bouquin, pas que ce fut intéressant, mais il rêvassait. Quand la cloche retentit, il se leva rapidement et partit en direction de l’hôpital.

Hôpital de Northwestern

Sara était encore dans ses dossiers quand Michael arriva. Il se présenta à l’accueil, pensant voir Katie, mais il ne la vit pas.

M : bonjour

Secrétaire : bonjour, vous désirez ?

M : j’aimerai voir le docteur Tancredi s’il vous plait

Secrétaire : vous devez remplir ce dossier avant (elle lui tendit avant de répondre au téléphone)

M : c’est que ..
Je ne veux pas la voir pour une consultation

Sara qui sortait du bureau, l’aperçut. Elle sourit, le voyant attendre au comptoir alors que la secrétaire continuait sa discussion au téléphone. Michael la regarda, elle lui fit signe de venir.

Secrétaire : monsieur …

Mais elle vit Sara lui faire signe que c’était bon. Michael la suivit dans son bureau.

S (souriant) : je suis contente que la matinée soit enfin terminée.

Michael l’encercla dans ses bras, elle déposa sa tête sur son épaule

M : tu as eut beaucoup de monde ce matin ?

S : la neige n’est jamais bon signe

Il l’embrassa avant de la conduire jusqu’au fauteuil où il s’asseya, Sara prit place sur ses genoux. Ils restèrent enlacés pendant quelques minutes, il lui caressait tendrement le dos.

M : Tu as l’air d’être fatiguée

S ( le regardant affectueusement) : Pourtant j’ai dormit comme un bébé

Ils se sourirent

M : on va manger ?

S : je suis bien dans tes bras

Elle déposa un baiser sur ses lèvres, se leva et lui prit la main

S : aller on y va

Elle alla se changer. Arrivés à l’accueil.

Secrétaire : docteur Tancredi

S : oui

Secrétaire : vous avez reçu des fleurs

Michael la regarda intrigué, Sara prit la carte et la jeta

S : gardez les, ça égaiera l’accueil

Secrétaire : merci

Elle prit la main de Michael et ils partirent.

Dans la voiture

M : j’imagine que tu ne veux pas en parler ?

S (soupir) : elles viennent de mon père

M : il s’en veut de ce qui s’est passé hier

S : ne lui cherche pas d’excuses, s’il te plait

M : il ..

S (l‘interrompant) : non, on risque de se disputer si tu insistes

M : d’accord (il se résigna)

Il lui embrassa la tempe.
Ils allèrent dans un fast food pour déjeuner. Sara avait prit une salade, Michael des frites et un hamburger.

M : tu ne tiendras pas toute la journée

S : avec tout ce qu’on a mangé ce week end, je dois faire attention

M : tu n’as pas un kilo en trop

S : peut être, mais il faut manger équilibré

M : ok alors tu n’en veux pas ? (il lui tendit une frite)

Sara lui sourit et la prit

S : merci

Ils finirent de manger et repartirent pour le campus de Michael.
Ils attendirent un peu sur le parking.

M : tu commences ta garde à quelle heure ?

S : 20h, mais j’ai une réunion juste avant. On n’aura pas le temps de se voir.

M : demain, je passerai te voir avant d’aller en cours.

S : ça va te faire loin de chez toi

M (sourire) : j’aurai besoin de mon bisou, sinon ma journée commencera mal.

S : comme tu veux et puis ça me fera très plaisir de te voir.

Ils s’embrassèrent et Michael partit en cours, Sara aussi.

Partie 4

Dès que Sara eut finit son cours, elle passa vite chez elle prendre une douche et un rechange pour le lendemain. Elle alla ensuite à l’hôpital pour assister à la réunion et ensuite commencé sa garde.
Quant à Michael, après être rentré chez lui, il alla rejoindre son ami dans un bar.

Su : alors il me faut un truc cool… je sais une lettre

M : pourquoi pas un poème tant que tu es

Su : ouais bonne idée

Je plaisantais

Il prit une serviette en papier et commença à écrire des mots dessus

Su : il n’y a pas un autre mot pour amour

Celui que je ressens pour Sara
M : passion

Su : P/A/C

non
M : hum hum

Su : P/A/S

Il hocha la tête

M : tu l’aimes vraiment ?

Su : ah un point inimaginable

Il finit son poème et ensuite ils parlèrent de tout et de rien. Michael voulu dire à son ami qu’il avait rencontré une fille et à quel point il l’aimait, mais il préférait attendre encore un peu.
Quand la soirée s’acheva, vers 23h, il décida que finalement attendre le lendemain se serait trop long, alors il partit vers le Northwestern.
Il y arriva assez rapidement.
Il n’y avait plus personne dans la salle d’attente, il était ravi, car il se dit qu’il pourrait profité plus de Sara. Il se dirigea vers l’accueil et vit Katie en train de se battre avec la machine à café

Elle va finir par la casser à la secouer comme ça
M : elle est têtue

Katie se retourna et lui sourit

K : saleté de machine, elle ne veut pas me donner mon cappuccino

Michael tapa un peu dedans et le liquide coula dans la tasse

M (rigolant) : faut savoir leur parler

K : je retiens pour la prochaine fois

M : ok

K : j’imagine que vous ne venez pas pour une migraine ?

M : non pas cette fois, je passais voir comment elle allait.

K : OK. On a pas arrêté depuis qu’elle est arrivée, je lui ai dit qu’elle devrait profiter du calme pour aller dormir.

Je ne vais pas la voir ce soir
M (déçu) : oh

K : mais je pense qu’elle serait ravie de vous voir (en lui faisant un clin d’œil)

M : moi aussi, mais si elle dort, ce n’est pas grave

K : vous prenez l’ascenseur jusqu’au sixième étage et vous aller à droite et c’est au bout du couloir. C’est écrit chambre de garde dessus.

M : c’est que..

K : vous devez aussi lui manquer

Après tout
M : ok, au sixième puis à droite

Elle hocha la tête et il partit vers l’ascenseur.
Une fois arrivé, il ouvrit doucement la porte et entra.
Sara était allongée au dessus des draps, encore habillée, sa blouse se trouvait sur le porte manteau.
Il sourit et déposa la couverture sur elle et s’allongea, elle se blottit instinctivement contre lui et il l’encercla.
Il s’endormit quelques minutes plus tard.
Plusieurs heures plus tard.
Un bip le fit sursauter, Sara se réveilla également et sourit en sentant la présence de Michael

S : t’as eut peur ?

M : non

Elle se retourna et prit le téléphone, il se colla contre son dos.

S : tu m’as bipée

K : je suis désolée, il y a une urgence qui arrive dans 10 minutes

S : ok, je descend

Elle raccrocha et posa sa tête sur l’oreiller, Michael lui embrassa la nuque

S : tu aurais du me réveiller

M : je suis arrivé tard

Sara se retourna et commença à l’embrasser, il du briser le baiser

M : faut que tu y ailles

S : tu m’attends ?

M : oui

Elle déposa un autre baiser et partit s’occuper de l’urgence.
Une fois en bas, Katie lui sourit

K : bien dormit ?

S : oui

Elle ne comprit pas tout de suite le sous entendu

Elle est au courant !!
S : tu l’a vu ?

K : c’est moi qui lui ait dit de monter

Ça c’est une amie
S : merci alors

Les ambulanciers arrivèrent avec le blessé, Sara et Katie le prirent en charge. Elles finirent une heure plus tard.

K : tu peux y aller, je remplirai le dossier, tu le signeras tout à l’heure.

S : merci

Elle l’embrassa et repartit dans la chambre de garde. Quand elle y arriva, Michael s’était finalement rendormit, elle se mit à califourchon sur lui et commença à l’embrasser dans le cou. Il sourit, mais garda les yeux fermés. Puis Sara passa ses mains sous son pull, et se pencha.

S (murmurant) : je sais que tu es réveillé

Il se redressa et saisit ses lèvres. Ils s’embrassèrent pendant de longues minutes, avant de s’allonger, ne séparant pas leurs bouches.
Après quelques minutes, ils s’arrêtèrent, mais restèrent enlacés.

M : à quelle heure tu dois te lever ?

S : à 6h, le temps de me préparer et de finir les dossiers

M : ça nous laisse encore 2 bonnes heures

Elle l’embrassa et se blottit contre lui, il les recouvrit avec la couverture et ils s’endormirent.

Partie 5

Quand son portable sonna, Sara grommela et l’éteignit pour ne pas réveiller Michael. Elle le regarda et posa sa main sur sa joue, qu’elle caressa délicatement, il bougea un peu et la serra un peu plus contre lui.

S (doucement) : Michael

Il ouvrit les yeux et lui sourit

S : je vais prendre ma douche et je dois descendre pour mettre à jour les dossiers de cette nuit.

M : ok

Elle déposa un baiser sur sa joue et alla dans la petite salle de bain, Michael resta allongé. Quand elle revint, elle s’asseya sur le lit près de lui

S : tu préfères partir maintenant pour rentrer chez toi ou tu m’attends ?

M : tu as vraiment besoin de poser cette question

Rires

Il la fit basculer sur le lit et se mit au dessus d’elle, il lui embrassa le cou, ce qui la fit rire. Elle s’empara de ses lèvres et leurs langues se trouvèrent rapidement. Après quelques instants, il rompit le baiser, il releva sa tête et la regarda intensément. Il passa sa main dans ses cheveux soyeux, jouant avec ses boucles .

M : Sara

Elle le regarda et c’est comme si elle comprit, ce qu’il allait lui dire, avec rien qu’avec un regard

M : je sais que c’est un peu tôt…
Lance toi

Oh non Michael ne me le dis pas

M : je…

Elle posa un doigt sur ses lèvres

S (murmure) : ne le dis pas, je ne suis pas prête à l’entendre

Elle observa son regard comme pour y discerner une quelconque déception. Elle ne la discerna pas. Il se pencha et l’embrassa sur le front, quand il se releva, elle le retint

S : excuse moi

M : c’est pas grave

Il lui sourit et se leva. Elle descendit pour finir ses dossiers.
Quand elle arriva en bas, Katie comprit que son amie n’allait pas bien, elle alla donc vers elle

K : ça ne va pas

Pourquoi lit elle en moi comme dans un livre ouvert
S : si pourquoi ?

K : viens

Et elle l’entraîna vers le vestiaire

S : c’est rien, je ne veux pas en parler

K : vous vous êtes disputés ?

S : non, je…..il..allait me dire quelque chose que j’ai peur d’entendre
Je ne peux pas entendre un « je t’aime », je suis pathétique

K : tu ne ressens pas la même chose ?

SI !!
S : bien sur que si. Mais je n’arrive pas à me laisser aller avec lui, comment il peut m’aimer

K : peut être parce qu’il ne pense pas qu’à te mettre dans son lit. Les autres voulaient juste coucher avec toi, Michael a envie d’autres choses.

C’est peut être ça le problème
S (changeons de sujet) : je dois aller remplir les dossiers

K : si tu as besoin, tu peux compter sur moi.

S : je sais Katie, merci

Elle partit mettre les dossiers à jour.
Quelques minutes après, Michael descendit et alla vers la machine à café, Katie avait finit ses transmissions à l’équipe de jour et le vit, elle alla vers lui.

K : je prendrai bien un petit café

Il se retourna et lui sourit.
Après avoir passé commande à la machine, il lui tendit le gobelet

M : madame est servie

K : merci Michael. Désolée pour cette nuit, en général pendant les gardes, le médecin dort rarement

M : c’est rien

K : je connais Sara depuis une dizaine d’année, je l’ai connu avant la période Nathan. Il lui a vraiment fait du mal, même si elle pense avoir oublié, inconsciemment il lui reste des séquelles. Quand elle recommencé à avoir un peu confiance en la gente masculine, elle est retombée sur un salopard, il n‘a voulu qu‘une chose d‘elle. Elle a un caractère assez fort, mais dès que ça concerne ses sentiments, elle se braque.

M : ça été trop vite entre nous, on a essayé de mettre un peu de distance, mais c’est un peu difficile. Je serai patient, je tiens vraiment à elle
Vraiment beaucoup, comme personne avant

K : elle a besoin de savoir que vous tenez à elle, même si elle refuse de l’entendre.

M : elle vous en a parlé ?

K (souriant) : elle me parle de beaucoup de choses, mais pas de tout. J’ai vu que ça n’allait pas tout à l’heure, quand elle descendue.

M : parfois je ne sais pas comment réagir avec elle

K : restez vous même

Sara avait finit ses dossiers et elle attendait que ses internes arrivent. Elle décida d’aller prendre un café et de remonter voir Michael, mais elle le vit en train de parler avec Katie, elle se dirigea donc vers eux.

K : c’est bon, tu as finit tes dossiers ?

S : oui, je n’avais pas grand-chose à compléter, tu l’avais fait. Merci

K : de rien, bon je vous laisse je dois aller dormir.

S : d’accord. Repose toi bien

Elles s’embrassèrent et Katie partit, laissant Michael et Sara seuls.


FINIT POUR LES REDIFFS cheers cheers cheers


Revenir en haut Aller en bas
nestella
Origami
Origami
avatar

Féminin
Nombre de messages : 705
Age : 28
Localisation : Dans la cuisine..................sous le tablier de Went....
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Jeu 1 Jan - 15:51

Comme je les écrit sur ton autre fic,je tiens à ta féliciter car tes fics sont vraiment très bien en plus on a le choix entre du Misa et du Wesa tout ce que j'aime alors que demander de plus

VIVEMENT LES SUITES ma Tink
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Jeu 1 Jan - 19:22

merci encore Nestella
donc voilà les inédits cheers cheers pour celles qui suivaient sur unde Wink

Partie 6

Elles s’embrassèrent et Katie partit, laissant Michael et Sara seuls.

Michael lui tendit un café

S : merci

Elle n’osait pas affronter son regard. Michael s’en rendit compte, il s’approcha d’elle et se pencha, posant une main sur sa joue.

M : je ne suis pas fâché Sara

Elle releva les yeux vers lui et se perdit dans son regard azur. Il lui sourit

Dis lui
S : pour tout à l’heure..

M : oui

Je t’aime, dis lui…
S : moi aussi, mais j’ai encore besoin d’un peu de temps
Quelle dégonflée !!

M : je te laisserai tout le temps dont tu as besoin
Tant que je suis prêt de toi

Elle l’encercla et posa sa tête contre son épaule savourant ce doux moment. Il la serra fortement contre lui et enfouit sa tête dans son cou. Ils restèrent ainsi quelques minutes.

S : je dois y aller

Il se dégagèrent à contre coeur, Michael hésitait à l’embrasser, elle s’en rendit compte et lui sourit, elle fit le premier pas et scellèrent leurs lèvres dans un long baiser.

S (hésitante) : j’aimerai rester seule ce soir
J’en ai besoin, même si tu vas me manquer

M : ce n’est pas grave, je dois passer voir mon frère. Je pourrai au moins t’appeler ?

S (souriant) : oui

Après un dernier baiser, ils partirent vaquer à leurs activités respectives.
Michael rentra chez lui se changer et partit en cours, ce jour là il passa chez son employeur et prit connaissance des locaux.
Sara quant à elle, après avoir finit sa garde, était allée en cours.
Le soir, comme convenu Michael était aller voir son frère, il avait prit de ses nouvelles et quelques informations utiles. Il avait appelé Sara, elle était restée chez elle, et en profitait pour réviser, les prochaines semaines allaient être chargées en évaluation.
La reste de la semaine passa rapidement. Ils ne se virent pas avant le vendredi soir, n‘arrivant pas à faire coïncider leurs emplois du temps. Sara l’avait appelé pour qu’ils se voient, elle lui avait demandé de passer chez son père, car il n‘était pas là.

Il était 19h, quand Michael arriva chez le gouverneur. À son arrivée, il n’avait vu qu’un garde avec un chien, qui faisait le guet, il l’avait laissé passé car Sara l’avait prévenu qu‘elle attendait un visiteur.

Je me demande pourquoi elle veut que je passe la prendre ici.

Il sonna à la grande porte. Sara lui ouvrit et ils se sourirent

S : bonsoir Michael
Qu’est-ce que tu m’as manqué

M : c’est très classe (désignant le tablier qu’elle portait)
Elle est toujours aussi resplendissante, même dans cette tenue

Je rêve où il se moque de moi
S (souriant) : attention à ce que tu dit

Elle le fit entrer et il l’embrassa langoureusement pendant plusieurs minutes. Ils se séparèrent à bout de souffle.

M : tu m’as manqué

Il la garda précieusement dans ses bras

S : toi aussi

Elle l’embrassa encore et se dégagea de son étreinte

S : aller viens (lui prenant la main et entrelaçant leurs doigts)

Ils arrivèrent dans la cuisine qui ressemblait à un champs de bataille. Michael rigola

M : quel chantier !!

S : t’es pas gentil, je ne fais jamais la cuisine (Elle le tapa sur l’épaule)

M : aie (mettant sa main sur son épaule)

S : tu l’as mérité

Rires

M : je vais t’aider

S : ah non, je voulais te préparer un vrai dîner

M : je range et tu finis, marché conclus ? (en la regardant amoureusement)

Elle réfléchit

S : ok

Il saisit ses lèvres délicatement pour sceller leur pacte.
Sara continua à préparer le repas et Michael entreprit le rangement de la cuisine. Quand il eut finit, il se mit derrière Sara, qui coupait les légumes et l’encercla de ses bras.

S : attention, j’ai un couteau

Rires

M : alors je ne vais pas trop balader mes mains

En disant ça, il les plaça sous le t-shirt de Sara, qui frissonna à ce doux contact, il lui caressa le ventre du bout des doigts. Il resta serrer contre elle pendant qu’elle finissait, mettant son nez dans ses cheveux pour en humer le parfum.

M : tu ne m’as pas répondu hier, quand je t’ai demandé comment se passaient tes gardes

Il est tenace
S : ça se passe bien

Il l’obligea à se retourner pour lui faire face, il la regarda intensément en lui faisant comprendre qu’il était prêt à l’écouter, mais elle baissa les yeux.

Ne me regarde pas comme ça
S : je t’assure que ça se passe bien

Elle ne veut pas me le dire
M : laisse moi en douter (relevant son menton du bout des doigts)

S : j’ai du mal avec les internes, un des deux garçons est une vrai tête de mule qui pense déjà tout savoir. Je dois constamment surveiller ce qu’il fait et rattraper ses erreurs, la dernière fois, il a faillit administrer un antibiotique à un patient allergique à ce produit .

M : parles en avec le directeur

S : non, je vais régler ça. Aller changeons de conversation

Il se pencha vers ses lèvres, déposa un léger baiser

M : ce genre de conversation ?

Elle écrasa ses lèvres sur les siennes et ils s’embrassèrent, la fougue les emporta vite et leurs langues commencèrent à chahuter. Sara passa ses mains sous son pull et il la plaqua contre le plan de travail. Les minutes qui suivirent furent ponctuées de caresses sensuelles, peut être un peu trop, alors Michael finit pas se reculer.

M : je vais finir de ranger
Oui ça vaut mieux, elle me rend dingue

Sara comprit. Elle s’en voulait, elle avait l’impression d’être une allumeuse.
À chaque fois, qu’ils commençaient à s’embrasser, le désir les emportait rapidement, seulement elle n’était pas prête à aller plus loin et Michael le ressentait.

déjà une suite, ensuite peut être une autre ce soir lol!


Revenir en haut Aller en bas
Sara59
we're gonna figure this out
we're gonna figure this out
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3795
Age : 31
Localisation : Sous la couette avec Went ou Rob, tout depend de mes envies
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 2 Jan - 15:32

Merci pour cette suite ça fesait longtemps que je l'attendais par contre j'ai juste un truc a te demander

est ce qu'il vont bientot ce sauter dessus, s'arrager leur vetements, et faire l'amour sauvagement, parce que là je suis presque aussi frustée que michael lol!
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 2 Jan - 16:01

Citation :
est ce qu'il vont bientot ce sauter dessus, s'arrager leur vetements, et faire l'amour sauvagement, parce que là je suis presque aussi frustée que michael lol!
tu arrêtes de lire si je te dis que tu vas continuer à être frustrée pale pale pale
merci pour ton comm Sara59 ❤

Chapitre 21

Finalement ils dînèrent et le repas fut même excellent. Ils échangèrent beaucoup de regards amoureux et quelques baisers, mais se retenaient par crainte d‘un dérapage.
Michael avait décidé de remettre tout en ordre dans la cuisine, Sara lui demanda, si il n’était pas un peu maniaque, ce qui le vexa, mais ça finit en crise de rires. Ils avaient regardé les albums photos de Sara, à la demande de Michael.

Il était près de minuit

M : il est tard, je vais rentrer

Il se leva, mais Sara le retint

S : tu peux rester si tu veux
J’ai pas envie que tu partes

J’aimerai rester mais ..
M : je risque de finir sous la douche, si je reste

Sans le vouloir, il venait de la blesser par sa remarque, il s‘en aperçut . Il la prit dans ses bras et s’excusa

M : je veux bien rester, mais se serait plus raisonnable qu’on évite de flirter.

S : je suis désolée Michael
Si seulement je me laissais aller avec lui

Elle se dégagea de son étreinte, il ne comprit pas sa réaction et lui attrapa le bras

M : Sara, je ne veux plus que tu t’excuses à cause de ça. Seulement tu peux comprendre que parfois ça va trop loin pour moi et que j’ai plus de mal à m’arrêter

S : je sais
Malheureusement, tu es le seul à t’arrêter

M : j’ai envie de rester, j’aime me réveiller et te voir blottit dans mes bras

S : et moi j’aime être dans tes bras, je m’y sens en sécurité

Il déposa un baiser sur son front et ils montèrent dans sa chambre

S : je vais me changer

M : d’accord

Sara alla dans la salle de bain qui se situait dans sa chambre et Michael se dévêtit et s’engouffra dans le grand lit. Elle revint quelques minutes plus tard, vêtue d’un pyjama. Elle s’allongea près de lui, déposa un léger baiser sur ses lèvres et se retourna, il l‘encercla et la rapprocha de lui.
Aucuns n’arriva à trouver le sommeil

Je l’ai blessé involontairement, j’aurai du dire ça autrement ou plutôt me taire.
Même si c’est vraiment dur de s’arrêter, j’apprécie ces petits moments où on se laisse aller, j’aime l’entendre gémir quand mes mains se font aventureuses, la sensation de sa peau contre la mienne, j’aime cette façon qu’elle a de presser son corps contre le mien, la façon dont on s’embrasse


Je sens qu’il ne dort pas, sa respiration à toujours le même rythme. Je ne peux pas lui demander de me comprendre, il est à l’écoute, mais ça reste un garçon. Pourtant j’aime être avec lui, j’aime quand il m’embrasse, quand il passe ses mains sous mes vêtements, il ressent souvent ce besoin de toucher ma peau, et ça me plait. Je n’ai jamais éprouvé ça pour aucuns garçons, pourtant eux on obtenu ce qu’il voulait, pourquoi avec Michael, je n’y arrive pas.

Sara déposa sa main sur celle de Michael qui était posée sur son ventre, et la caressa du bout des doigts.

M (dans un léger murmure) : c’est moi qui aurait du m’excuser

Sara se retourna, mais Michael la garda contre lui

M : Je t’aime Sara, même si tu ne veux pas l’entendre

Malgré la pénombre, il vit ses yeux s’embuer, il déposa un baiser sur ses lèvres. Elle enfouit sa tête contre son torse, et il lui caressa tendrement les cheveux.
Quelques instants après, ils s’embrassèrent, ils étaient conscients qu’ils allaient devoir se stopper, donc ils contrôlaient le désir qu‘ils ressentaient, du moins essayaient.
Plusieurs minutes passèrent avant qu’ils ne s’arrêtent, ils restèrent enlacés et s’endormirent heureux d‘être ensemble.
Le matin, le portable de Sara sonna, elle se dégagea des bras de Michael et alla répondre

S (endormie) : allo

Voix : désolée, je vous est réveillée

S : c’est pas grave Henri

Pope : j’ai un souci, le docteur Norton est malade et je n’ai aucun médecin sous la main

S : vous voulez que je le remplace ?
C’est ma veine

Pope : je sais que vous avez eut une semaine chargée…

S : j’arrive

Pope : merci Sara

Elle raccrocha et s’asseya sur le lit. Elle caressa le crâne de Michael

S : Michael
Il va m’en vouloir

M (encore endormit) : hum

S : je dois aller travailler

Il ouvrit les yeux

S : un des médecins n’est pas là, je dois le remplacer

M : tout le week end ?
C’est sur que ce n’est pas pour quelques heures

S (tristement) : oui
Malheureusement

Il était visiblement déçu.

M (déçu) : d’accord

Elle l’embrassa et se prépara. Quand elle revint Michael était lui aussi prêt

S : tu aurais pu rester

M : pas sans toi

S : je te ramène ?

M : si tu veux

Elle le ramena devant son campus

S : je t’appellerai

M : bon courage

Il l’embrassa et rentra chez lui. La journée fut très chargée pour Sara, les urgences ne désemplirent pas.

Revenir en haut Aller en bas
Sara59
we're gonna figure this out
we're gonna figure this out
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3795
Age : 31
Localisation : Sous la couette avec Went ou Rob, tout depend de mes envies
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 2 Jan - 19:53

Citation :
tu arrêtes de lire si je te dis que tu vas continuer à être frustrée

Non quand meme pas je veux ma scene hot alors j'attendrais mais c'est dur, quand je vois qu'ils vont dans le lit ensemble j'espere au plus profond de mon petit coeur qu'ils fassent ,mais a chaque fois sara fait ça difficile. moi il y a longtemps que je lui aurait sauter dessus
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 2 Jan - 22:24

merci Sara59
moi aussi j'aimerai bien qu'ils mais bon, c'est pas encore le bon moment

deux suites

Chapitre 22
Partie 1


Cela faisait deux semaines, qu’ils avaient dîner ensemble.
Sara n’avait pas eut de nouvelles de son père, enfin elle avait surtout évité d’en avoir, elle savait par Bruce qu’il voyageait en vue des prochaines élections. Michael avait collecté assez d’infos sur le receleur de son frère et prévoyait déjà un plan.
Entre les gardes répétées de Sara et le planning chargé de Michael, ils ne s’étaient quasiment pas vu, ils s’appelaient tous les jours, mais ce n’était pas pareil. Le peu de soir passé ensemble, ils évitaient de flirter, chose qui dérapait souvent, et ça finissait souvent par des excuses et de la culpabilité.
On était jeudi soir, ils avaient réussit à s’arranger pour passer la soirée ensemble, Sara devait juste réviser pour une grosse interrogation le lendemain.
Il avait décidé d’aller chercher à l’hôpital, car elle avait une réunion après ses cours.
Quand il arriva, il aperçut Katie, il alla la voir

M : bonsoir Katie

K : oh Michael, je suis contente de vous voir

M : moi aussi

Elle l’enlaça

K : je pense que Sara a bientôt finit

M : elle ne sait pas que je viens la chercher
Je veux lui faire une surprise

K : elle va être contente.

M : on a pas passé beaucoup de temps ensembles ces deux dernières semaines. Entre ses gardes et mon travail, impossible de nous cordonner

K : elle devrait bientôt avoir moins de gardes, un nouveau médecin va arriver.

M : j’espère. Je la trouve très fatiguée
Elle devrait ralentir

K : moi aussi, d’ailleurs ça m’inquiète

Pendant qu’ils continuaient de discuter, Sara descendit de sa réunion , elle alla vers le comptoir des infirmières pour leur donner les planning des internes, elle ne vit ni Katie, ni Michael.

Inf 1 : c’est vrai qu’il a l’air bien foutu, il a un beau petit cul

Inf 2 : je le mettrai bien dans mon lit

Inf 1 : c’est clair, il peut me demander ce qu’il veut, je ne lui résisterai pas

S : vous parlez de qui ??

Inf 2 : de l’apollon qui parle avec Katie (désignant Michael)

Sara se retourna et un sentiment de jalousie l’envahit

S (brusquement) : il est gay !!
Non mais, il est à moi

Inf 1 : vous le connaissez ?

S : oui c’est un ami
Mon petit ami même

Inf 2 : dommage, mais je pourrais le faire changer d’avis sur les femmes

Sara commençait vraiment à en avoir assez d’entendre de telles inepties, elle les laissa et partit rejoindre Michael et Katie qui discutaient toujours.

M : je pense que je ne devrai pas m’en mêler

Il sentit deux bras l’encercler par derrière. Il se retourna, mais les deux bras ne se détachèrent pas, il sourit et embrassa Sara

M : bonjour mon ange

S : je ne savais pas que tu passais, ça fait longtemps que tu attends ?

M : non, d’ailleurs tu me surprends en charmante compagnie

S : tu veux me rendre jalouse ?

K : t’inquiètes pas, il est trop jeune pour moi

Rires

S : je vais me changer et j’arrive

K : j’y vais aussi

Elles partirent se changer au vestiaire et revinrent. Sara insista pour ramener son amie, avec l’aide de Michael, deux contre elle, Katie finit par capituler.

Partie 2

Quand ils arrivèrent chez Sara, ils s’installèrent sur le lit

S : je dois réviser juste un peu, regarde la télé en attendant
Ça évitera que je me déconcentre

M : d’accord

Michael ne résista pas 10 minutes avant de commencer à embrasser Sara dans le cou, il avait passé ses jambes de chaque côté de Sara et ses bras autour de sa taille, il se trouvait dos à elle.

Il n’est pas possible, il n’arrive pas à tenir en place.
Hum, j’adore quand il fait ça, ça me procure des milliers de papillons dans le ventre, enfin dès qu‘il est prêt de moi, j‘en ai de toute façon.


Elle sent si bon, je passe mes mains sur ses bras, ses épaules, elle est toute tendue, je vais lui faire un petit massage.

Michael commença à lui masser les épaules sensuellement, en continuant de déposer de tendres baisers sur sa nuque

C’est vraiment très agréable
Et bah voilà qu’il passe ses mains sous mon pull, il aime vraiment toucher ma peau et moi j’aime sentir ses mains contre moi.


Sa peau est vraiment douce, j’aime cette sensation, je sens qu’elle apprécie aussi.

Il caressa doucement son ventre, tout en continuant de déposer de chauds baisers dans son cou.
Il s’écarta légèrement et lui enleva son pull, puis reprit ses baisers.
Après quelques minutes, il dégrafa son soutien gorge et descendit chaque bretelles le long de ses bras, lui provoquant de tendres frissons.
Il lui retira complètement et reposa une de ses mains sur son ventre, l’autre partit explorer sa poitrine.

C’est si agréable, il est si doux.
Faudrait qu’il s’arrête, j’ai pas envie de lui faire ça, de l‘obliger encore à s‘arrêter.


Elle se contracta, il le ressentit immédiatement

M (au creux de son oreille) : détends toi Sara
Je ne te forcerai pas

Sara posa sa tête sur son torse et sa main sur celle de Michael, qui déviait vers son intimité, pour l‘arrêter. Il embrassait chaque parties accessibles de son cou et de ses épaules, laissant une brûlure sur la peau de Sara. Sa main recommença à descendre vers son intimité, il ne voulait pas la forcer, mais ça ne les empêchait pas de se caresser. Il posa sa main et partit de l’extérieur de ses cuisses vers l’intérieur en insistant et ne sentant pas de résistance, il commença à déboutonner son jean pour accéder à ce qu’il convoitait.

Je sens que je perd le contrôle, il commence à déboutonner mon jean

Au moment de passer sa main sous le tissu, elle se retourna et s’empara violemment de ses lèvres, ils se retrouvèrent allonger à s’embrasser fougueusement. Ce n’est qu’au bout d’un instant, qu’elle lui retira son pull et embrassa son torse, laissant des traînées humides. Elle entama une descente jusqu’au sommet de son jean, elle releva la tête et le regarda malicieusement

Qu’est-ce qu’elle fait, ohhhh

Sara venait de passer sa main sur une partie assez sensible, mais encore recouverte par le tissu de son pantalon. Il lui agrippa la main, mais elle commença à déboutonner les boutons, elle reprit ses lèvres avidement, leurs langues se lancèrent dans un ballet endiablé. Elle continua à lui retirer les boutons pendant que Michael passa sa main sur les hanches de Sara et fit glisser son jean, une fois enlevé, ce fut Sara qui lui retira le sien. Michael reprit le dessus et elle l’encercla de ses longues jambes.
La fougue les emporta assez vite, Michael essaya à plusieurs reprises de s’arrêter, mais le désir qu’il éprouvait pour elle était trop intense.
Aucun des deux ne réfléchissait aux conséquences de ce qu’ils faisaient.
Leurs mains exécutaient des chemins encore inexplorés, il lui embrassa avidement chaque seins, appréciant leur saveur. Il passa sa main sous le shorty de Sara et caressa doucement son intimité, il savourait ce contact encore inconnu de sa partenaire, elle approuvait elle aussi ses caresses, ce qui la fit se cambrer.
Elle sentait son désir puissant contre sa cuisse, elle se mit à onduler et il entreprit de lui retirer son shorty.
Leurs bouches ne se séparèrent qu’un bref instant, mais pas leur regard. Il se remit entre ses cuisses et reprit ses lèvres pour y retrouver la langue de Sara. Il colla son bassin contre elle, Sara sentit une vague d’angoisse la submerger, quand elle se rendit compte de ce qu’ils étaient en train de faire.

Arrête

Michael continuait ses caresses sur ses cuisses, ses hanches, son désir devenait plus dur à contenir, il voulait la sentir autrement, il voulait lui montrer à quel point il l’aimait, il voulait la faire sienne.
Il passa sa main entre ses cuisses et recommença à lui caresser son intimité. Mais il ne ressentit plus la réponse aux baisers qu’ils échangeaient, il releva la tête et vit des larmes couler le long des joues de Sara.
Il se redressa

M : pourquoi tu ne m’as pas dit d’arrêter ?
Dans quel état je me trouve maintenant

Elle se redressa aussitôt et reprit ses lèvres

M (la repoussant) : Non Sara
Qu’est-ce que tu fais ?

S (les larmes coulant toujours) : C’est-ce que tu veux (en se rapprochant de nouveau)
Je peux pas te faire ça

M : Arrête ( il lui serra les bras fortement avant de la lâcher)

Il s’asseya au bord du lit, lui tournant le dos. Il se sentait frustré, mais aussi en colère. Elle se mit derrière lui posant sa tête sur son épaule et le serrant dans ses bras

S : on peut continuer, c’est pas grave

M ( se levant et la regardant) : tu n’es pas une pu** Sara, si tu n’en a pas envie, on s‘arrête, mais tu aurais du me stopper avant, j’arrive pas à m’arrêter sur commande à ce stade. Je veux bien être patient, mais là on a été trop loin.

S (pleurant encore plus) : je sais pertinemment que c’est trop dur pour un mec de s’arrêter, le dernier ne l’a pas fait.

En disant ça, elle s’était levée, avait attrapé son pull et était allée s’enfermer dans la salle de bain.

Quoi. Qu’est-ce qu’elle vient de dire. Je croyais que Nathan était le premier …oh, c’est pas vrai, Sara pourquoi tu ne me l’as pas dit

M (tapant à la porte) : ouvre moi Sara, laisse moi te parler

S (criant) : va t’en, laisse moi seule

Michael s’en voulait d’avoir perdu le contrôle, mais surtout de ne pas avoir remarquer plus tôt que Sara n’était pas prête. Il se rhabilla et partit en claquant la porte.
Sara resta prostrée dans la salle de bain, à pleurer jusqu’à épuisement. Tous ses souvenirs en partie refoulés, venaient de revenir comme un boomerang. Elle se sentait bien, elle avait eut envie de continuer, de se donner à lui, mais d’un coup, elle se souvint de la douleur qu’elle avait ressentit quand on l’avait forcée à deux reprises.


voilà je suis désolée mais il y a pire


Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Sam 3 Jan - 15:09

encore deux suites lol! ce n'est toujours pas heureux No No No



Partie 3

Le lendemain, quand Sara arriva à l’hôpital, Katie vu tout de suite que ça n’allait pas. Elle remarqua ses yeux rougis et eut un pincement au cœur.

K : Sara

S (sèchement) : laisse moi s’il te plait
J’ai vraiment pas envie de parler aujourd’hui

Katie fut estomaquée par la réponse de Sara, jamais elle ne lui avait parlé comme ça. Elle se retourna et vit Sara entrer dans les vestiaires, elle la suivit et referma la porte derrière elle, en s‘assurant qu‘elles soient bien seules.

K : Sara, dis moi ce qui ne va pas (se rapprochant de son amie)

Tout va mal, il me déteste sûrement à l’heure qu’il est
S : tout va bien

Sa vue commençait à se brouiller de larmes, qui ne demandaient qu’à s’échapper

K : tu as les yeux rouges, gonflés..

S (désagréable) : tout va bien !!!!

Katie l’a prit dans ses bras malgré sa résistance et la berça un peu, avant de la sentir s’effondrer contre son épaule.

K : raconte moi ce qu’il s’est passé ma puce

Elles s’asseyèrent à même le sol et Sara renifla avant de se confier à son amie.

S : hier, après qu’on t’est ramené, on est allé chez moi.
Je sais pas ce qui s’est passé, on était bien et puis Michael a commencé à m’embrasser dans le cou, il le fait toujours (elle sourit) et puis ses mains sont devenues plus baladeuses, je sais pas ce qu’il m’a prit, mais on a commencé à flirter.

K : ça vous arrive souvent ?

S : oui sauf que là, je crois que je me suis montrée un peu trop entreprenante. On a été trop loin (ses yeux se remirent à couler de plus belle), on s’est retrouvé à se caresser et se déshabiller mais pas comme d’habitude.

Katie observait son amie, essayant de savoir à quel point ce n’était pas comme d’habitude. Vu que justement Sara ne se confiait pas vraiment sur ce qu’elle faisait avec Michael, ça restait encore son jardin secret.

S (triturant ses doigts) : je sentais qu’il en avait envie, moi aussi j’en avais envie, mais je sais pas pourquoi à un moment je me suis sentit mal, il continuait (les pleurs redoublèrent) il a ..mit..sa main…et là …il a comprit que je ne voulais pas. Je m’en suis voulu ..de lui faire ça alors …qu’on avait été trop loin ..et j’ai continué…

K (craintive) : tu l’as laissé faire ?

S : non, il n’a pas voulu, mais il était en colère

K : il était frustré Sara, je ne pense pas qu’il soit encore en colère. C’est pas évident de s’arrêter arrivé à un certain stade de l’excitation

S : je sais

Elle se remit à pleurer, Katie ne supportait pas de la voir dans cet état.

K : je suis sure que ce n’est pas grave, il va sûrement t’appeler et s’excuser

S : ce n’est pas à cause de ça, je ne t’ai pas tout raconté

Katie la dévisagea et après un instant, Sara commença à se confier

S : tu te souviens de Paul ?

K : vaguement, tu ne m’as pas tout dit

S : le troisième

K : oui

S : en fait, il ne me plaisait pas, mais il s’intéressait à moi, alors quand il m’a demandé de sortir avec lui, j’ai accepté. Je pensais que ce qu’il s’était passé avec Nathan était finit. Et je ne voulais pas refaire la bêtise que j’avais faite avec Andrew

K : ce que tu as fait avec Andrew est normal après un viol

S (brusquement) : ce n’était pas un viol, j’ai laissé Nathan faire ce qu’il voulait

K : Sara c’est ..

S (s‘énervant) : non!!!

Katie comprit qu’elle n’avait toujours pas admit ce que Nathan lui avait fait, mais ne préféra pas la contredire et la braquer, elle se confiait et s’était un grand pas

S : j’ai couché avec Andrew juste pour oublier ce que Nathan avait fait, mais avec Paul je voulais essayer de le faire par envie. Mais quand on était ensemble, je n’arrivais même pas à le laisser m’embrasser, un soir on était dans ma chambre sur le campus et il m’a embrassé, je me suis dit que je pouvais le supporter, on a commencé à flirter, enfin je le laissais plutôt

Katie comprit où Sara voulait en venir, elle la serra un peu plus, craignant d’entendre ce qu’elle allait lui avouer

S : je l’ais arrêté, lui disant que c’était trop tôt, mais il m’a fait comprendre qu’un mec ne peut pas s’arrêter au moment où il est …..en érection…

Sara baissa les yeux face au regard de son amie

K (les larmes aux yeux) : Sara, tu …oh non, pourquoi tu ne me l’as pas dit ?

S : je ne pouvais pas, deux fois…deux fois que je laissais un….garçon faire ce qu’il voulait de moi

K : tu as voulu faire ça avec Michael

S : il n’a pas voulu

K : tu t’entends, tu aurais préféré qu’il continue. Il te respecte, il ne veut pas que coucher avec toi

S : pourquoi avec lui je n’y arrive pas ?

K : parce que c’est ton cœur que tu veux lui donner, pas uniquement ton corps

S : je ne veux pas le perdre

K : il t’aime, que tu couches avec lui ou pas. Explique lui ce que tu viens de me dire

S : jamais !!! Il ne voudra pas d’une fille qui s’est…

Sara continua à pleurer, mais cette fois ce fut plus violent, c’est comme si d’un coup elle se rendait vraiment compte de ce qu’elle avait enduré, ce qu’elle n’avait jamais osé appeler par ce mot.
Katie l’a prit dans ses bras et la serra très fort essayant au mieux de la réconforter.

Partie 4

Après plusieurs minutes, quand elle fut à peu près calmée, Katie lui proposa de rentrer chez elle. Sara n’était pas en état de travailler. Elle refusa dans un premier temps, mais Katie la menaça d’aller parler au directeur, de lui raconter qu‘elle était malade, pas ce qu‘elle venait de lui confier. Bien sur elle ne l’aurait pas fait et n’aurait rien dit, mais si c’était le seul moyen de la faire rentrer, elle lui ferait croire n’importe quoi.
Après avoir appelé le directeur, prétextant ne grippe, Sara rentra chez elle.

De son côté Michael, n’avait pas dormit se remémorant chaque mots que Sara avait employé, il espérait avoir mal comprit

Je sais pertinemment que c’est trop dur pour un mec de s’arrêter, le dernier ne l’a pas fait.
Ces mots continuaient de résonner dans sa tête. « Le dernier.. dernier…nier »
Pourtant elle m’avait dit que Nathan était celui qui lui avait fait perdre sa virginité de force, je ne comprend pas, je ne veux pas comprendre.
Elle a déjà subit ça une fois et ses mots me font penser que c’est arrivé une seconde fois.
Oh Sara, je m’en veux, tu dois penser que je suis comme eux.


Il alla prendre un douche et les larmes se mirent à couler en pensant à Sara, il l’avait laissé seule face à ce qu’il s’était passé. Il était en colère contre lui.
Bien sur elle avait été entreprenante, mais c’est lui qui avait commencé à aller trop loin en la déshabillant, il avait été jusqu’à la caresser intimement.
Il savait qu’elle ne voudrait pas, il aurait du s’arrêter, mais son désir pour elle l’avait rendu sourd à ses réticences.

Il finit de se préparer, toujours prit par les remords, il voulait l’appeler, prendre de ses nouvelles, s’excuser, mais est-ce qu’elle serait à l’écoute. Il s’habilla finalement et partit en cours.
La matinée passa lentement, il n’écouta pas un seul mot du cours, ses pensées étaient toutes centrées sur la soirée, il réfléchissait à ce qu’il aurait du faire, lui dire. Finalement quand la cloche sonna, il n’avait trouvé aucunes réponses.
Il partit vers l’hôpital, espérant la voir et au moins s’excuser, même si il ne pourrait pas effacer le mal fait.
Son téléphone sonna

M : allo

Voix : c’est moi, je ne te dérange pas ?

M : non Sucre

Su : ça va ??

M : ouais t’inquiète pas

Su : bon, j’ai trouvé les infos que tu voulais. On se rejoint ce soir au bar où travaille Mari Cruz, je dois l’y rejoindre ?

M : ok, à 20 h

Su : à ce soir alors

Michael arriva au Northwestern, il entra et s’approcha de l’accueil. Katie, qui allait en salle d’attente appeler un patient, l’aperçut. Elle le rejoignit

K : bonjour Michael

M : bonjour Katie, je viens voir Sara

K : j’emmène un patient dans un box et je reviens. Attendez moi là

Elle partit installer le patient dans le box et revint vers Michael.

K : on sera mieux pour parler ailleurs

Elle l’emmena dans la salle de détente des infirmières, Michael était soucieux; car Katie aurait pu simplement lui dire où trouver Sara.

M : j’ai vraiment besoin de lui parler

K : je sais. Asseyez vous

Il s’exécuta. Katie lui tendit un café, mais il refusa.

K : j’ai demandé à Sara de rentrer chez elle ce matin, elle n’allait pas bien….

M : c’est de ma faute

K : non !!

M : c’est à cause de ce qu’il s’est passé hier

K : ça ne date pas d’hier. Écoutez, elle m’en voudra sûrement, mais vous devez savoir quelques choses, qu’elle m’avait également caché

En voyant l’air interrogateur de Michael, elle continua

K : elle vous a parlé de Nathan et de ce qu’il lui a fait (il hocha la tête), en fait 2 ans après elle a rencontré un garçon, Andrew, elle a commencé à se comporter étrangement. Après plusieurs tentatives, j’ai finit par savoir ce qu’il se passait

Elle le regarda, ne sachant pas si elle faisait bien de tout lui raconter, mais elle sentait que c‘était important qu’il le sache.

K : en fait elle pensait que le seul moyen pour qu’un garçon reste avec elle, était de coucher avec lui, elle se laissait faire, mais quand je l’ai appris, je peux vous dire qu’elle a passé un mauvais quart d’heure. Elle voulait oublier Nathan et c’est comme ça qu’elle a pensé que ça effacerait le passé.
Ensuite elle a commencé la médecine, et en première année, un des garçons de sa promo c’est intéressé à elle. Je lui ais dit de ne pas recommencer, elle m’a promis d’y aller doucement. Ce matin, elle m’a raconté la vérité…

M ( la coupant) : le dernier

K : hein ??

M : hier, après qu’on se soit …elle m’a dit que le dernier ne s’était pas arrêté (en disant ça, ses yeux s’embuèrent)

K : non, il ne s’est pas arrêté

Elle posa ses mains sur celles de Michael

K : écoutez, je pense qu’elle a essayé d’oublier, mais c’est revenu à la surface. Vous n’y êtes pour rien alors ne culpabilisez pas

M : qu’est-ce que je dois faire ?

K : j’avoue que je ne sais pas trop. Laissez lui du temps, elle a besoin de réfléchir

Ils discutèrent encore un peu, Katie sentait bien que Michael culpabilisait malgré tout, mais elle ne savait pas trop quoi lui dire pour qu’il ne se sente pas coupable d’avoir réveillé les démons de Sara.
Il rentra chez lui, il ne pouvait pas aller en cours, il était déjà très en retard et franchement à quoi bon y aller, il n’écouterait rien.

je sais que je suis pas gentille pale pale pale


Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Sam 3 Jan - 22:35

Et celle ci non plus n'a pas de nouvelle suite ??? même question que pour l'autre, combien de nouvelles suite as tu écrit depuis ??



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Dim 4 Jan - 0:44

Islemmedemars a écrit:
Et celle ci non plus n'a pas de nouvelle suite ??? même question que pour l'autre, combien de nouvelles suite as tu écrit depuis ??

mais euh, c'est inédit pour les filles d'unde lol! lol! lol!
je suis contente que tu sois revenue


Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Dim 4 Jan - 14:58

encore de l'inédit enfin pour certaines lol! lol! lol! lol!

ce passage est un peu dur, je suis désolée si il est un peu choquant

Partie 5

Campus de Northwestern

Quand Sara était rentrée, elle s’était effondrée sur son lit. Elle se sentait très mal, mais était soulagée d’avoir pu tout confier à Katie, elle savait qu’elle ne la jugerait pas. Elle éprouvait encore de la culpabilité face à ce qui s’était passé, elle devait les avoir provoqué pour qu’il lui fasse ça. Elle s’endormit en larmes et ce n’est que trois heures plus tard, qu’elle se réveilla en sueur et prise de nausées. Elle alla se doucher et partit en cours, une interro l’attendait.

Campus de Loyola

Une fois rentré, il s’installa sur son lit, prit son téléphone et appela Sara. Il aurait pu aller la voir, mais il sentait qu’elle avait besoin de s’éloigner un peu.
Il tomba sur le répondeur, il s’en doutait un peu, mais avait espéré qu’elle décroche.

Université de Northwestern

Sara était installée à sa table et essayait de se concentrer sur ses copies. Malgré ses efforts, elle fut tourmentée par de vagues souvenirs devenant plus concrets au fur et à mesure.

Laisse toi faire

Les mots sur sa copie devinrent illisibles

Si tu résistes ça sera pire

Les larmes commencèrent à tracer un chemin sur ses joues

Arrête s’il te plait

Elle respira un bon coup et essaya de chasser toutes ses images qui revenaient en elle comme un boomerang. Elle essuya ses yeux

Tu penses que je vais m’arrêter alors que tu m’as chauffé

Sa main se crispa sur le crayon qu’elle tenait, des tâches humides se formèrent sur sa copie

Non !!!

Elle se leva et alla rendre sa copie avant de sortir. Elle se dirigea vers les toilettes. Une fois à l’intérieur, elle s’aspergea le visage et regarda son reflet dans le miroir.

C’est de ma faute, je les ais laissé faire. J’aurai pas du leur faire croire qu‘ils pouvaient.
Oh, Michael, si tu savais, qu’est-ce que tu penserais de moi


Elle sortit et les murs se mirent à danser. Elle se laissa glisser contre le mur et le vide l’emporta.

Voix : Sara…Sara

Elle sentit une main sur son front, elle releva le visage

Voix : Sara, vous allez bien ??

Elle regarda la personne face à elle, sans arriver à émerger.

Qu’est-ce qu’il m’arrive

Voix : Sara

S : c’est rien (se frottant la tête)

Voix : vous avez fait un malaise

S : Mr Westmorland

CW : vous avez mangé ?

S : je ne sais pas

CW : ok, aller levez vous

Il l’aida à se relever et l’emmena dans son bureau, elle s’installa et lui tendit des biscuits

CW : mangez un peu

S : ça va aller je n’ai pas faim

CW : je ne vous laisse pas partir sans que je vous ai vu manger ces biscuits

Elle en prit un et commença à le manger

CW : vous n’êtes pas censée être en évaluation cet après midi ?

S : j’avais finit

CW : je sais que vous êtes douée, mais ça a commencé il y a une heure

S : je n’ai pas répondue aux questions

Il la regarda très étonné

S : je vais rentrer, c’est préférable

CW : vous n’êtes pas de gardes ce week end ?

S : non, pourquoi ??

CW : je sais, de Mr Pope, que vous avez pas mal travaillé ces dernières semaines pour compenser les absences et former les nouveaux internes. Donc j’espère que ce week end vous allez en profiter pour vous reposer.

S : je vais me reposer, ne vous inquiétez pas

CW : allez y.

S : merci pour les biscuits

CW : à lundi

Elle sortit et repartit sur le campus, elle ralluma son portable et s‘aperçut qu‘elle avait un message, elle l‘écouta.

Voix : Sara, c’est Michael. Je sais qu’avec ce qui c’est passé hier, tu ne veux plus me parler, mais j’aimerai qu’on en discute. Je t’aime et je sais que tu éprouves aussi quelque chose. Rappelle moi s’il te plait.

Les larmes avaient de nouveau envahies ses yeux, elle raccrocha et rentra chez elle.
Une fois arrivée, elle essaya de joindre son père, mais comme à son habitude, il était trop occupé pour parler avec sa fille.
Elle s’allongea sur son lit et continua de pleurer.

Partie 6

Campus de Loyola

Michael avait finit par s’endormir après avoir cogité pendant des heures. Il se réveilla et regarda l’heure 19h.

Mer**, j’ai vraiment pas envie d’aller rejoindre Sucre, mais il me faut ces infos.
Sara ne m’a pas rappelé, je devrai aller la voir.
Non, je ne devrai pas, elle ne veut sûrement plus me voir.
Mais je ne la laisserai pas tomber, et puis zut, je vais la rappeler


Il prit son portable et composa son numéro

Une, deux, trois, quatre sonneries
« Vous êtes sur le répondeur de… » il raccrocha, énervé

Je sais qu’elle n’est pas en cours, elle est rentrée chez elle. Katie me l’a dit…..mais elle avait une interro aujourd’hui, je suis bête.
Oui mais là, les cours sont finis, pourquoi elle ne répond pas


Campus de Northwestern

Sara s’était également assoupie, elle fut réveillée quand quelqu’un toqua à sa porte. Elle alla ouvrir sans réfléchir

S : Katie

K : je ne te dérange pas

Je préfère être seule
S : non

Sara alla se rallonger et Katie entra dans l’appartement et s’asseya sur le lit près de Sara

K : tu vas me sortir tes fesses de ce lit

S : pourquoi faire ?

K : je t’emmène dehors

S : je ne veux pas sortir

K : c’est pas vraiment une proposition

S : laisse moi

K : je ne te laisserai pas te renfermer sur toi-même comme la dernière fois

S : j’ai besoin de rester seule

K : sort de ce lit, sinon c’est moi qui vais t’en sortir

La sonnerie du portable de Sara retentit.
Sara ne regarda même pas qui l’appelait

K : tu ne décroches pas ?

Non
S : ça doit être Michael

K : bah décroches

Sûrement pas
S : je ne veux pas lui parler

Katie saisit le téléphone et allait pour décrocher, quand Sara lui prit des mains

S (fermement) : je ne veux pas lui parler !!!

K : il t’aime Sara

S : ….

K : je l’ai vu ce matin

Sara se retourna et mit son oreiller sur sa tête. Katie hésitait à lui dévoiler qu’elle avait tout raconté à Michael, elle se tut sachant que Sara serait furieuse.

K : sors de ce lit

Elle l’obligea à se lever

Elle ne me lâchera pas
S : une heure pas plus

K : ça me va

S : aucune allusion à Michael ou à ce qui c’est passé

K : juste une soirée entre filles

Sara alla se changer et elles partirent.

Michael s’était préparé et partait pour son RDV avec Sucre

Bar

Quand il arriva, Mari Cruz lui fit signe, il alla s’asseoir près d’elle après lui avoir fait la bise.

M : Fernando n’est pas arrivé ?

MC : il ne va pas tarder, tu bois quelque chose ?

M : un coca

Mari Cruz travaillant dans ce bar, la consommation arriva rapidement. Ils commencèrent à discuter.
Sara et Katie arrivèrent et le fruit du hasard voulu que ce soit dans le bar où Michael se trouvait. Elles s’installèrent dans un coin tranquille, sans s’apercevoir de la présence du jeune homme.
Le téléphone de Michael se mit à sonner

M : allo

Su : Mike, je suis désolé mais j’ai encore un truc à livrer, je serai en retard

M : c’est pas grave, tu penses être là dans combien de temps ?

Su : pas avant une bonne heure, c’est à l’autre bout de la ville

M : ok, je t’attend

Su : à plus

Ils raccrochèrent

M (à Mari Cruz) : il ne sera pas là avant 21h

Mc : on va pouvoir en profiter pour discuter


Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Dim 4 Jan - 21:45

c'est assez décourageant de voir que les inédits n'interressent pas pale enfin c'est pas grave, je poste quand même



Chapitre 23
Partie 1


Katie et Sara discutaient également de leur côté. Katie lui racontait les bêtises que faisait son fils.
Michael relatait d’innombrables anecdotes sur Sucre, ils rigolaient tous les deux.
Chacun de leur côté, ils essayaient de faire bonne figure face à leur interlocuteur.
Le téléphone de Katie se mit à sonner, elle répondit. Pendant ce temps Sara scrutait la pièce, elle aperçut Michael. En le voyant rire avec cette fille, elle fut prise d’un sentiment de colère


Quel sal**, il me dit qu’il m’aime et il est avec cette fille en train de se marrer
Que je suis bête, je l’ai cru
Oui mais après tout j’ai ignoré ses appels
Évidemment elle, elle ne doit pas refuser de coucher avec lui
On n’est pas marié après tout
En tout cas, c’est finit, plus jamais je ne me ferais avoir.
Moi aussi, je vais m’éclater maintenant


Quand Katie raccrocha

K : ça va ?

S : oui

K : je suis désolée mais je dois y aller, un imprévu

S : c’est pas grave

K : je te ramène ?

S : non, je vais rester un peu histoire de me changer les idées
Et je vais m’éclater

K : très bien, tu m’appelles ce week end

Elles se firent la bise et Katie partit.
Quelques minutes après un garçon vint à la table de Sara avec un verre

Gar : Salut Sara

S : ah salut Josh

J : tiens (lui tendant le verre)

S : merci mais ça va aller

J : le tien est vide

S : effectivement
Après tout, ce n’est qu’un verre

Il s’asseya près d’elle

J : tu es partie vite cet après midi

S : oui j’avais finit

J : faut que tu me donnes ta recette

S : pour quoi ?

J : tu as bouclé une évaluation de 3 h en à peine 1 h

S : le résultat s’en fera sentir
Je vais me faire recaler

J : tu es dans le top de la promo

C’est finit
S : ça ne risque pas de durer

J : j’ai ce qu’il faut pour t’aider à rester dans le top, si tu penses ne pas tenir

Elle le regarda avec de grands yeux et bu une gorgée de son verre

S : pu***, c’est fort

J : c’est un petit mélange. Alors ?

S : alors quoi ?

J : tu veux que je te donne ma recette pour tenir

S : dis toujours

J (il se pencha à son oreille) : morphine

S (elle se recula) : tu plaisantes !!!

J : non, avec ça tu vas avoir l’impression d’être pleine d'énergie, ton jugement sera plus rapide, et ta mémoire sera considérablement développée, sans parler du bien être

S : c’est dangereux

J : pas avec modération

S : ça ne m’intéresse pas

J : en tout cas, tu bosses chez le plus grand fournisseur, si un jour tu changes d’avis, pas besoin d’ordonnance (il lui fit un clin d’œil)

Ils continuèrent à discuter et surtout à boire.

Du côté de Michael, Sucre venait d’arriver. Il embrassa sa fiancée et salua son ami avant de s’installer.

Su : tiens tes infos

M (prenant la feuille) : merci. Tu as réussit sans trop de problèmes ?

Su : non, en fait je livre pas mal d’endroits peu fréquentables et mes oreilles traînent. Ils parlaient du gars que tu recherches à cet endroit. J’ai rien fait de très risqué.

M : ok, merci

Su : tu lui veux quoi à ce mec, commences pas à chercher des ennuis

M : c’est celui qui a tiré sur Linc, je vais lui rendre le fric et il le laissera

Su : tu sais derrière chaque petits poissons, se cache un plus gros

M : je ferai attention

Ils continuèrent à discuter, mais d’autres choses.


Revenir en haut Aller en bas
Sara59
we're gonna figure this out
we're gonna figure this out
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3795
Age : 31
Localisation : Sous la couette avec Went ou Rob, tout depend de mes envies
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Lun 5 Jan - 22:13

super suite mais j'ai peur de ce que michael va faire, quoique si il est blesser sara pourra le soigner.

La suite stp
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   

Revenir en haut Aller en bas
 
This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 20Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11 ... 20  Suivant
 Sujets similaires
-
» meeting de landivisieau 29 /08
» Meeting Aérien de Reims 27 & 28 juin (spotter day le 26)
» Meeting DCP Halloween 2009
» [Powhatans] Meeting DCP de Noël 2009 (12 et 13 décembre)
» meeting de troyes "he oui les gros"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MiSa' Story :: WENTWORTH/SARAH & MICHAEL/SARA :: Fanfictions-
Sauter vers: