MiSa' Story


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10 ... 20  Suivant
AuteurMessage
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 26 Déc - 0:23

coucou les filles
voilà je poste ma MISA maintenant cheers

THIS MEETING THAT SAVED ME




Chapitre 1
Partie 1


Amphithéâtre de la faculté de médecine
Northwestern, Chicago, 13h


En ce début du mois mars, les étudiants étaient encore très nombreux en cours, c’était leur dernière année et dans moins de 11 mois, ils seraient presque tous médecin titulaire et beaucoup espérait, après leur examen final, être embauché dans le plus grand et prestigieux hôpital de la ville, le Chicago Hope. Beaucoup ne finirait pas, car cette année étant l’année la plus difficile et éprouvante des 7 années que comptaient les études de médecine, et bon nombre de ces étudiants abandonneraient avant la fin.
Ils étaient tous éparpillés dans cette grande pièce où régnait un brouhaha constant. Certains prenaient des notes, d’autres discutaient de leurs dernières vacances, mais aucuns étaient réellement attentif au cours que donnait cet homme au crâne dégarni, trop âgé pour encore exercé.

Professeur : aujourd’hui je vais vous parler des traumatismes crâniens, vous serez souvent amenés à en voir aux urgences.
Nous allons commencer par l’épidémiologie :
« Les traumatismes crâniens sont la principale cause de mortalité et de handicap sévère avant 45 ans. Les causes principales sont : les accidents de la voie publique (environ 50 %), les accidents sportifs, les accidents de travail, les accidents domestiques, les agressions. »
Il existe différents types de traumatismes :
Tout d’abord, la commotion cérébrale

C’est pas vrai il va me donner mal à la tête, je viens de passer ma matinée dans les trauma et il en remet une couche.

Il s'agit d'un ébranlement du cerveau consécutif à une chute ou à un coup sur le crâne, accompagné d’une perte de connaissance temporaire ou initiale. Il s'agit d'un dysfonctionnement temporaire de la substance réticulée ascendante plus communément appelée, SRA, située dans la profondeur du cerveau et

Si il continue, je crois que je vais partir. Et dire que j’ai pris une garde pour ce soir.

qui est responsable du maintien de l'état d'éveil. C'est la conséquence de la propagation concentrique et de la concentration des ondes de choc vers le centre du cerveau (phénomènes stéréotaxiques).

Et avec tout ça c’est pas le jour.

C'est le tableau le plus banal et il n'y a pas de lésion visible radiologiquement dans le cerveau. Le traumatisme crânien a provoqué une perte de connaissance immédiate. Le patient est « KO ».

Rires

Et évidemment ils trouvent tous ça drôle, je voudrai bien les voir expliquer à la famille que le patient est KO.

Le réveil survient spontanément quelques secondes - minutes - heures après le traumatisme en fonction de l'importance du choc. Il existe parfois des troubles transitoires de la mémoire récente de fixation. Une surveillance médicale ou neurochirurgicale s'impose pour dépister les possibles complications secondaires comme un hématome extra-dural, sous-dural ou œdème cérébral.

Faut que j’appelle sa secrétaire pour savoir pourquoi il n’est pas encore venu, de toute façon, j’aurai du m’en douter, c’est comme ça à chaque fois.

Une perte de connaissance ou une commotion légère isolée restent souvent sans conséquences. Elles peuvent entraîner un syndrome post-commotionnel.

Il existe également le coma profond d'emblée.
C'est une commotion de gravité maximale. Le patient présente un coma profond et persistant après le choc car le dysfonctionnement de la substance réticulée ascendante est plus profond. Des signes de décérébration sont possibles témoignant de la présence de lésions mésencéphanliques et axonales diffuses.

J’en peux plus, il va pas s’arrêter, (personne ne va dire le contraire hein ??? lol! ) il pourrait au moins essayer de lever le nez de ses notes.

Le scanner est pratiqué d'urgence à la recherche de lésions curables chirurgicalement. Qu’il y ait ou pas la présence d’un hématome, il sera donné au patient
un traitement médical de réanimation entrepris en milieu spécialisé……

Voix : c’est faux

Professeur (en cherchant du regard la personne qui l’avait interrompu) : comment ???

Voix : oui, dans le cas où le scanner révèle un hématome, le patient sera conduit au bloc immédiatement. Le traitement n’est donné que si il n’y a pas d’hématomes.

Pr (énervé) : Mlle Tancredi, je vous pris de ne pas m’interrompre pendant le cours.

S : oui, mais je pense que c’est important de rectifier…

Pr (la coupant) : vous pensez ??

S : oui..
comme la plupart des êtres humains

Pr : je tiens à vous voir à la fin de ce cours et prenez des notes au lieu de penser.

Je crois qu’il a pas encore digéré le fait que les femmes fassent médecine, quel Cro-Magnon

Partie 2

Pr (ne la lâchant pas du regard): donc je reprend après cette petite interruption. Le médecin va débuter une surveillance clinique et radiologique de l'évolution. En cas d'aggravation secondaire, des nouveaux examens radiologiques rechercheront en particulier des lésions survenues secondairement et qui pourraient bénéficier d'une intervention chirurgicale. (en appuyant bien sur ce dernier mot)

Quel crétin. Pendant ce temps là je vais réviser un peu mon anapath pour l’interrogation de demain.

Le cours touchait à sa fin et beaucoup d’étudiants étaient déjà sortit ce qui ne plu pas au professeur.
Sara, quant à elle était restée afin de réviser, elle connaissait déjà le cours et ne voulait pas aller à la bibliothèque, sachant que là bas elle ne serait pas tranquille et devrait écouter les pompoms girls raconter quelle figure serait la plus appropriée pour le match de Samedi.
Le cours s’acheva avec l’approbation du peu d’étudiants encore présent.
Elle descendit de l’amphithéâtre et se dirigea vers le professeur.

S (très calme): vous vouliez me parler ?

Pr (avec un air hautain) : oui en effet. Voilà je trouve que votre impertinence commence à dépasser les bornes, vous suivez à peine les cours que je dispense et vous vous permettez de l’interrompre pour me contredire, ce n’est pas un comportement digne d’un futur médecin. Le fait que votre père soit gouverneur m’est égal, je vous considère comme n’importe quelle étudiante et je ne passerai aucun écart de conduite de votre part.

S : je ne veux pas être traitée différemment parce que mon père est gouverneur.

Pr : donc je vous prie de ne plus recommencer ce genre de chose, si vous ne voulez pas recevoir un avertissement et que votre père soit mis au courant. Je doute qu’il soit content d’apprendre que sa fille est une perturbatrice.

S : dans ce cas, essayez au moins de bien lire vos notes la prochaine fois.

Pr (manquant de s‘étouffer): quoi… je ne vous permet pas..

S : quand nous sommes sur le terrain, on ne peut pas se permettre de se tromper et ce que vous avez dit pourrait se révéler être une grave erreur professionnelle.

Pr (en haussant le ton) : vous avez gagné, je vous colle un avertissement, je vais de ce pas au bureau du doyen.

S : comme vous voulez,. Par contre, je pense aussi qu’il sera intéressé sur le fait qu’un patient présentant un hématome n’ait que besoin d’un traitement !!!

Pr : …….

S (avec un large sourire) : je vous laisse, j’ai un autre cours à perturber.

Et sur ces paroles, Sara sortit avec un grand sourire et se dirigea vers son prochain cours.

Chapitre 2
Partie 1


Dans la rue. Chicago

Deux hommes discutent au téléphone

Voix 1 : où te trouves tu ??

Voix 2 : en bas de chez moi, je sais pas ce que j’ai fait de mes clés.

Voix 1 (agacé) : t’es sur qu’elles ne se trouvent pas dans ta poche comme la dernière fois.

Voix 2 : non. Tu me prend pour un imbécile ou quoi ?

Voix 1 : non, mais pour quelqu’un qui a encore trop bu et qui ne sait plus où se trouve ses clés.

Voix 2 : alors Mike, tu peux passer ?

M : je dois repasser au campus pour chercher le double, tu restes où tu es, j’arrive dans 30 min.

Voix 2 : Ok mais grouilles toi, je me les gèle.

M : c’est bon, j’étais en route pour l’université, je dois faire demi tour. La prochaine fois, Linc tu feras attention.

L : oui.
Quel rabat joie.

Après être repassé chez lui, Michael se dirigea vers l’appartement de Lincoln, il était en colère car il savait pertinemment qu’il allait être en retard en cours.
J'en ai marre il peut pas faire attention, je vais être en retard en plus c'est Léry ce matin.

Une fois arrivé, il l’aperçut endormit sur le perron de son domicile.

M : Bien dormit ?

Lincoln sursauta légèrement.

M : Qu’est-ce qu’il s’est encore passé ?

Il se baissa et ramassa le trousseau de clé, et lui lança.

L (en les attrapant au vol) : Où elles étaient ?

M (en lui montrant le trottoir couvert de neige) : à 2 mètres de toi.

L : elles ont dues tomber!!!

Michael le regarda en levant les yeux au ciel.
Oui bien sur et tu les as pas vues!!

Il se leva et commença à ouvrir la porte.

L : comment tu vas ?? Ça fait un bail !!!

M : Bien et toi ???

L : fraîchement.

Les deux frères se regardaient. Michael avait un regard chargé de reproches quant à Linc, il se sentait fautif, mais on ne pouvait entendre que le bruit des voitures. Aucuns ne se décidait, soit à dire ce qu’il avait sur le cœur soit à s’excuser. Finalement Linc se décida à prendre la parole.

L : Bon écoute, il faut que je te parle. Tu viens manger un morceau chez Jo ?

M : non, il faut que j’aille en cours.
je n'ai pas que ça à faire

L : ouais tes cours!!!!
j'ai du mal à croire qu'on est frères parfois

M : j’ai appris qu’on t’avais viré, il y a quelques semaines. Pour quelles raisons cette fois ???

L : tu veux vraiment le savoir ?
il va encore me faire un sermon

M : Tu sais ce que je voudrais…….Ne plus être le frère aîné de mon frère aîné.

Et sur ces dernières paroles, il partit laissant son frère et se dirigea vers l’université de Loyola.

Partie 2

Il arriva avec plus d’une heure de retard, il essaya de ne pas se faire remarquer en s’installant, mais se fut peine perdue.

Professeur : Mr Scofield, merci à vous de nous faire l’honneur de votre présence. Vous viendrez me voir à la fin du cours.

M : désolé Mr Léry, j’ai eut un empêchement.
un empêchement prénommé Lincoln

Pr L : je n’en ai que faire.

Puis le cours continua, Michael prit des notes et rattrapa son retard.
A la fin du cours, il commença à ranger ses affaires, quand le professeur l’interpella.

Pr : Mr Scofield, n’oubliez pas que je désire vous voir.

M : oui.
Comment je pourrais oublier !!

Il descendit de l’amphithéâtre et se dirigea vers lui.

Pr : vous pensez pouvoir vous permettre d’arriver en retard ?

M : non, mais comme je vous l’ai dit, j’ai eut un empêchement.
mon frère immature qui perd ses clés

Pr : quand vous serez engagé dans une entreprise, je doute que votre employeur s’intéresse aux raisons de votre retard.

M : ….
je serai à mon compte voilà tout !!

Pr (le coupant) : profit, ponctualité, combativité, ayez toujours ces mots dans votre tête et vous irez loin.

M : oui.
J’ai mal choisit ma voie, car c’est pas comme ça que je veux devenir, un requin !!

Pr : partez avant d’arriver en retard à votre prochain cours.

Oui, je crois que pour aujourd’hui ça va aller en remarques.
M : au revoir.

Pr : et que ça ne se reproduise pas , sinon j’agirai en conséquences.

M : ça ne se reproduira pas.
Si mon frère me laisse en paix.

La journée s’acheva et Michael prit le chemin du retour quand quelqu’un l’interpella.

Voix : hey Papy, attend.

M : Sucre, qu’est-ce que tu fais là ?

Su : je me suis dit, « tiens, si j’allais voir mon pote »

Ils commencèrent à marcher.

M : ça va ?

Su : ouais et toi ?

M : pareil.

Su : bon ce soir il y a une big fiesta chez les Delta, on y va ??

M : tu n’es même pas étudiant.

Su : ouais, peut être, mais toi si.

M : tu sais que je n’aime pas trop ces soirées.

Su : hey, comment tu vas trouver la femme de ta vie, si tu restes enfermer dans ta chambre avec le nez dans les bouquins.

M : en tout cas pas dans ce genre de soirée.

Su : arrêtes, c’est l’endroit parfait. Des nanas bourrées à mort et qui ne demande pas mieux que de se faire raccompagner par un chevalier servant.

M : c’est pas mon style de filles, tu le sais pourtant ?

Su : moi non plus, mais bon faut bien que tu t‘éclates un peu ?

M : je n’irai pas. Et en plus je croyais que t’avais une nana ?

Su : oui, mais j’y vais pour t’aider à en trouver une.

M : je n’y vais toujours pas.

Su : ok, je laisse tomber. Mais on sort quand même ?

M : on peut aller au Starbuck si tu veux ?

Su : si il y a des filles pourquoi pas.

rires

Ils étaient arrivés chez Michael.

Su : je te prend vers 20h, j’aurai la moto de mon cousin.

M : ok, je vais avoir le temps de réviser.

Su (en levant les yeux au ciel) : tu changeras pas.

Michael lui sourit avant de rentrer.

voilà


Dernière édition par tinkerbel le Dim 29 Nov - 18:43, édité 44 fois
Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 34
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 26 Déc - 0:43

hum cette fic me dit quelque chose... attend que je réfléchisse..... Ah oui tinkerbel, c'est ta fic loooool


bn tu sais moi ce que je veux la suiteeeeeeeee..



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 26 Déc - 0:48

Islemmedemars a écrit:
hum cette fic me dit quelque chose... attend que je réfléchisse..... Ah oui tinkerbel, c'est ta fic loooool


bn tu sais moi ce que je veux la suiteeeeeeeee..


je croyais que tu voulais du lol! lol!




j'ai changé de rang
Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 34
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 26 Déc - 0:58

du aussi lool



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
sosam66
Premier Regard
Premier Regard


Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 26/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 26 Déc - 0:59

tinkerbel a écrit:
Islemmedemars a écrit:
hum cette fic me dit quelque chose... attend que je réfléchisse..... Ah oui tinkerbel, c'est ta fic loooool


bn tu sais moi ce que je veux la suiteeeeeeeee..


je croyais que tu voulais du lol! lol!




j'ai changé de rang


MDR le tit smiley
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 26 Déc - 1:03

ton premier message est pour moi ❤
je suis trop contente que tu sois venue

je vais rameter tous les auteurs comme ça je vais pour voir continuer d'harceler


Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 26 Déc - 13:00

coucou les filles ❤
bon je continue de poster, malgré que pour la plupart vous les avez déjà lu lol!

Chapitre 3
Partie 1


Faculté de médecine
Northwestern, Chicago, 17h


Sara avait finit son dernier cours et se dirigea vers la sortie quand elle entendit son nom au haut parleur :

HP : Mlle Tancredi est attendue au bureau du doyen.

S : Me***
Il y est quand même allé, il a du culot !!

5 min plus tard, elle se présenta au secrétariat.

S : bonjour, je suis Sara Tancredi.

Secrétaire : oui Mlle Tancredi, Mr Westmorland va vous recevoir.

S : merci.
Lui au moins est à l’écoute, encore une veine.

Quelques minutes plus tard, elle fut appeler et entra dans le bureau du doyen.
Ils se saluèrent.

CW (en lui montrant la chaise): Mlle Tancredi, asseyez vous.

S : merci.

CW : vous vous doutez de la raison de ma convocation ?

S : j’en ai une idée, en effet.
Pourquoi d’autres !!

CW : je ne vais pas y aller par quatre chemins. Mr Quinn m’a dit que vous aviez perturbé son cours cet après midi et que vous aviez fait preuve d‘insolence. Je suis très étonné vous connaissant, donc j’aimerai avoir votre version avant de prendre une décision.

Je vais pas l’enfoncer, reste vague Sara.
S : en fait je l’ai repris sur une phrase et je pense qu’il n’a pas trop apprécié mon intervention.

CW : cela concernait quel sujet ?

Tant pis, après tout c’est lui ou moi !!
S : l’intervention chirurgical ou non en cas de présence d’un hématome.

CW (ne comprenant pas vraiment) : vous pouvez être plus clair ?

Ok, tu l’auras voulu !!
S : en fait Mr Quinn a précisé que même en cas de présence d’hématome, le patient recevra un traitement, alors que l’intervention chirurgicale est le seul moyen pour l’évacuer. J’ai pensé que c’était suffisamment important pour être clarifié.

CW : oui en effet. Je me trouve confronté à une situation délicate, je ne peut pas vous mettre d’avertissement alors que votre intervention était amplement justifiée.

S : mais …
Oui il y a toujours un mais.

CW : je ne peux pas lui en mettre non plus.

Rires

S : en effet.
Ce serait plutôt amusant que les professeurs reçoivent un avertissement de conduite

CW : on va en rester là et je vais discuter sérieusement avec Mr Quinn pour que dorénavant il se remette en question.

S : merci.
Au moins il sera que je n’aime pas non plus me faire marcher sur les pieds.

Puis elle partit après avoir salué le doyen.

Partie 2

Sur le chemin qui la ramenait au campus, elle en profita pour appelé au bureau du gouverneur.

Voix : Bureau du gouverneur Tancredi, bonsoir.

S : Bonjour Tiffany, c’est Sara, mon père est là ?

T : ah Sara. Non désolé, il est encore en réunion.

Pourquoi tu t’attendais à autre chose Sara !!
S : il devait déjeuner avec moi ce midi.

T (embarrassée) : il avait un déjeuner d’affaires avec des actionnaires, il a du oublier.

S (attristée): oui je devrai avoir l’habitude de passer en second dans son emploi du temps.
C’est comme ça depuis tellement longtemps.

T : je suis désolée Sara. Je lui laisse un message ?

S : non ça ira, d’ailleurs il ne me rappellera pas.
Comme toujours d’ailleurs.

T : je lui dirai quand même que vous avez appelé.

S : merci. Bonne soirée.

T : Bonne soirée.

Elle raccrocha et arriva au campus.

Il regroupait plusieurs bâtiments de différentes tailles, d’architecture moderne avec un immense terrain bordé de vieux arbres gigantesques et des allées fleuries avec des fleurs d'hiver. Beaucoup d’étudiants de l’université y logeaient ainsi que des professeurs.

La chambre de Sara se trouvait au dernier étage et beaucoup de ses voisins n’étaient jamais là. Elle entra et balança ses affaires sur son lit et alluma la Tv.

Tv : demain le temps sera couvert sur Chicago, la neige devra encore être présente.
Nous allons passer à la page politique. Le Parlement a rejeté à l’unanimité le projet de loi pour la suppression de la peine de mort dans l’état de l’Illinois, le gouverneur Tancredi s’est félicité de cette décision et pense qu’elle devrait s’étendre à tout le pays. Le gouverneur a d’ailleurs précisé qu’il se présentait pour le poste de vice-président, la présidente Caroline Reynolds se dit ravie et soutient sa candidature. Les élections devraient avoir lieu d’ici les prochaines semaines. Nous vous tiendrons informés.

Sara n’approuvait pas les idées politiques de son père, ce qui étaient d’ailleurs souvent source de conflits entre eux.
Elle ferma la Tv.

Je pense que je vais m’allonger un peu avant de partir, ma garde ne commence que dans 2h.

Partie 3

Dans un autre campus, un jeune homme écoutait lui aussi les informations tout en essayant de se concentrer sur ses notes.

La sonnerie de son téléphone retentit, le sortant de ses pensées.

M : allo.

Voix : Michael, c’est Véro. Tu as des nouvelles de ton frère ?

M : pas ce soir, je l’ais laissé ce matin dans son appartement.

V (étonnée): tu l’as vu ce matin ?

M : oui je suis passé, il ne trouvait plus ses clés et était dehors.

V : je n’arrive pas à le joindre, ça m’inquiète.

M : il (hésitant) enfin il doit peut être dormir.
Je vais pas te dire qu’il est en train de désaoûler

V : tu mens très mal Michael.

Raté !!
M : il était …. On va dire qu’il a du faire la fête et là il doit essayer de récupérer.
C’est pas tout à fait un mensonge !!

V : on est en plein milieu de la semaine, Michael.

Ça n’empêche rien
M : je vais essayer de l’appeler si tu veux ?

V : non je vais passer à son appartement.

Je sais pas si s’est raisonnable
M : il est dans une mauvaise passe en ce moment…
Et voilà que je lui trouve des excuses

V : c’est lui qui l'a cherché.

Les tords sont partagés
M : je sais.

V : bon je te laisse, bisous.

M : bisous.

Et il raccrocha. Puis se dirigea vers la salle de bain, s’aspergea le visage et frappa sur l’image que lui refléta le miroir.
Quand Est-ce qu’il va se prendre en charge, j’en peux plus d’assumer à chaque fois ces conneries et de rattraper ses erreurs, et dans tout ça je dois faire comme si tout allait.

Chapitre 4

Dans un appartement, la sonnerie de la porte retentit.
Lincoln regarda sa montre qui affichait 19h20, se leva en grommelant.
Merde j’ai mal au crâne
Il ouvrit sa porte sur son visiteur.

L : Qu’est-ce que tu fous là, Crab ?
Quelle question, tu sais pourquoi il est là!!

C : ça faisait un bout de temps Mr Linc, où étais tu passé ?

Je t’évitais
L : à droite à gauche.

Crab entra dans l’appartement et se dirigea dans le salon.
Lincoln savait pertinemment ce que venait faire « son ami ».

L : tu les auras tes 90.000 $.
Quand je gagnerai au loto

C : oh détends toi mon vieux. Cette dette a déjà été payée.

L : par qui ???
C’est quoi cette embrouille ??

C : par quelqu’un qui aime bien rendre service.

Le père Noël tant que tu y es
L : je ne sais pas ce que t’attend en retour, mais dans moins d’une semaine t’auras ton pognon.
Je sais pas comment, mais je vais me démerder

C : arrêtes de te prendre la tête.

L : alors pourquoi t’es là ????
Je sens les emmerdes

C : je sais que tu ne pourras jamais me rendre le 10 ème de cette somme. Alors parlons plutôt de ce que tu pourrais faire pour moi et notre ami en commun.

L : je ne marche pas dans une autre de tes combines!!!
La dernière fois ça a faillit mal tourner !!

C : je ne t’ai pas dit que tu avais le choix !!

Lincoln était inquiet par la tournure de la conversation.
Je sens qu’il va pas se contenter de cette réponse
Crab, quant à lui, tentait par une autre méthode de faire comprendre ce qu’il attendait de lui.

voilà lol!

Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 26 Déc - 22:42

encore lol! lol! lol!


Chapitre 5


Même heure mais à un autre endroit. La nuit était tombée depuis un moment, le brouillard recouvrait le ciel et la neige commençait à recouvrir les trottoirs.

Sara se réveilla en sursaut, elle jura en s’apercevant qu’elle s’était assoupie et elle devait se dépêcher pour se préparer et ne pas arriver en retard à sa garde.
Elle alla prendre une douche et s’habilla avec ce qui lui tomba sous la main.
Elle partit ensuite et arriva tout juste, encore une chance que l’hôpital se trouvait face au campus.

Le Northwestern n’était pas d’une architecture récente, mais il avait vu défiler bon nombres d’étudiants qui étaient devenus de grands chirurgiens par la suite. Il avait entre autre la particularité de couvrir un grand nombre de spécialités ce qui faisait de lui le plus grand hôpital universitaire de la ville, mais les étudiants lui préférait souvent le Chicago Hope à cause de la clientèle plus aisée qui le fréquentait.

Elle se dirigea immédiatement vers le service des urgences, là ou depuis près d’un an elle y faisait des gardes, en alternance avec ses cours et stages dans les autres services.
Sara attrapa sa blouse et balança son sac dans son casier.

S : bonsoir, Katie.
Heureusement c’est avec elle que je vais faire ma garde

K : ah Sara, j’ai cru que tu n’allais pas venir.

S : je me suis assoupie, mais il est (regardant sa montre) 20h03.

Rires

K : donc je ne préviendrai pas ton chef que tu es en retard.

S : tu es une vraie amie.
Et la seule

K : oui je sais.

S (en regardant la liste de patients en attente) : il y a pas foule ce soir !!
Pour une fois !!

K : attend ma jolie, tu vas voir d’ici peu.

S : pourquoi ??

K : j’ai remarqué qu’à chaque fois que tu es de garde, la salle d’attente se remplit.

S : arrêtes tes bêtises.
C’est pas sympa ça

K : ok, elle n’est pas toujours pleine.

S : faut que ça dure, car demain j’ai une évaluation assez importante.
Et je dois pas me faire remarquer avec une mauvaise note

K : et tu as pris une garde juste la veille !!!!

S : on apprend plus sur le terrain.
Et je voulais aussi éviter de rester seule à broyer du noir

K : tu en sais déjà suffisamment pour être diplômée.

Changeons de sujet
S : allez on va voir le premier patient ?

K : ok.

Elles se dirigèrent vers le triage et Katie appela un homme qui venait pour une migraine.

K : Mr Smith, bonsoir, vous allez me suivre SVP.

Mr S : oui.

Une fois arrivé en salle 4, Sara se présenta.

S : bonsoir, je suis le docteur Tancredi. Allongez vous sur la table SVP.

Katie commença à lui prendre la tension et la température.

S : je vois sur votre feuille d’inscription que vous venez pour de fortes migraines.

Mr S : oui, j’ai très mal à la tête depuis ce matin et la douleur augmente.

K : 13/9 et 37°4

S : Ok (puis s’adressant au patient) : vous pouvez me décrire la douleur.

15 min plus tard

S : alors vous prenez ces comprimés et si la douleur persiste allez consulter votre médecin.

Mr S : merci docteur.

S : de rien, au revoir.

Mr S : au revoir.

Elle continua ses consultations. C’était plutôt calme ce soir, juste des douleurs abdominales, une fracture du poignet et une cheville foulée, rien de très palpitant.
Une fois finit, elle se dirigea vers le bureau des infirmières.

S : Katie.

K : oui.

S : il reste des patients à voir ?

K : non. Allez viens prendre un chocolat.

Sara s’asseya près de son amie.

Chapitre 6

Comme promis Sucre était passé prendre Michael à 20h, et ils étaient maintenant assis dans un coin du Starbuck.

Su : Tu devrais sortir !!

M : on fait quoi en ce moment ?
Du tricot

Su : je te parle de nanas !!

M : oh
Évidemment c’est avec Fernando que je parle

Su : tu vas pas rester célibataire jusqu’à la fin de ta vie.

M : non, mais je ne veux pas d’histoires qui ne durent qu’un soir.
À croire que je suis anormal !!

Su : ouais, mais bon rien ne t’empêches de t’éclater. En plus tu te rends pas compte du nombre de nana qui veut sortir avec toi.

M : pas tant que ça!!
Ou bien je dois porter des lunettes

Su : ma parole, il te faut des lunettes, tu vois pas cette fille là bas qui te sourit depuis au moins 15 min!!

M (la regardant gêné) : je sais pas.
Et puis si ça se trouve c’est à toi qu’elle sourit

Su : et bah, si tu levais plus souvent tes yeux de tes bouquins tu verrais qu’elle n’est pas la seule.

M : arrêtes. Et puis d’ailleurs je n’ai pas toujours les yeux dans mes livres!!
Fait moi passer pour un intélo

Su : ah oui désolé, aussi dans l’ordi.

Rires

La soirée continua dans la bonne humeur, Sucre parlait de Mari Cruz, sa nouvelle copine et cette fois il disait que c’était la femme de sa vie, qu’il allait être l’homme que d’une seule femme.

Retour au Northwestern

K : alors quand est-ce que tu vas me présenter un petit ami ?

Ayé c’est repartit
S : c’est pas pour maintenant.

K : tu travailles trop, entre les cours et les gardes, il ne te reste plus une seule minute de vie privée.

Comme ça j’évite les abrutis
S : ça me va comme ça.

K : c’est-ce que tu dis. Mais je pense que tu devrais sortir un peu, tu es jeune, belle et intelligente.

S : à chaque fois c’est pareil, quand un garçon apprend que je suis la fille du gouverneur, soit il part en courant soit il me demande de faire sauter ses PV.
Quand c’est pas autre chose

K : je suis sure qu’il y en a un qui en aura que faire de la profession de ton père.

S : j’aimerai bien trouver un homme qui m’aime comme je suis, qu’il soit patient, intelligent, doux, généreux…

K : le prince charmant.

oui
Rires

S : très drôle.

K : tu finiras par la trouver ta perle rare.

j'espère

Le son du bipper de Sara retentit.

K : la récré est finit.

S : je pense.

Sara regarda le nom et appela :

S : ici le docteur Tancredi, vous m’avez fait bipper.

Ambulancier : oui ici unité 40, on a une blessure par balle, on vous l’emmène.

S : Ok, on est près.

Ambulancier : dans 10 min, le temps de l’évacuer.

S : à tout de suite.

Puis elle alla avec Katie et deux autres infirmières préparer le matériel nécessaire pour l’arrivée du patient.

Chapitre 7

Starbuck 22h45

Su : je te le dit ce mec est un gros naze, il n’est même pas foutu de marquer un touchdown…

La sonnerie d’un portable se fit entendre.

M (en prenant son portable) : fais chie*, qui ça peut bien être ?

M : allo.

Voix : vous êtes Mr Scofield ?

M : oui.

Voix : ici l’officier Bellick, votre frère est bien Mr Burrows ?

M (inquiet) : oui pourquoi ?
Qu'est ce qu'il a encore fait ?

B : votre frère a reçu une balle, il va être transporté à l’hôpital de Northwestern.

Michael avait l'impression que le monde s'effondrait une nouvelle fois.

M : comment ça s’est passé ?

B : on n’en sait pas plus pour le moment.

M : c’est grave ??
Si j'avais parlé avec lui ce matin...

B : je ne sais pas les secours l’ont transporté immédiatement après leur arrivée.

M : j’y vais.
Faut que je sache

Et il raccrocha, pris sa veste et se dirigea vers la sortie, suivie par Sucre.

Su : qu’est-ce qu’il se passe papy ??

M : faut que j’y aille, Linc s’est fait tirer dessus.
Pourvu que ....

Su : mer**, dans quel pétrin il s’est mis ?

M : j’en sais rien.

Su : je t’emmènes, on ira plus vite en moto.

M : ok merci.

Su : il est à quel hôpital??

M : Northwestern.


Revenir en haut Aller en bas
angie-nina
First Kiss
First Kiss
avatar

Féminin
Nombre de messages : 577
Age : 27
Localisation : Caché dans sa chambre entrain de baver sur Went Miller
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 26 Déc - 23:11

OH! c la 1ere fois que je lis cette fic

JADORE....je veux savoir ce ki se passe....aller poste les suites tink plzzzzzzzz

Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 26 Déc - 23:23

alors je poste plus qu'un chapitre, je ne voudrais pas que tu me fasses une overdose
merci pour ton comm
Revenir en haut Aller en bas
angie-nina
First Kiss
First Kiss
avatar

Féminin
Nombre de messages : 577
Age : 27
Localisation : Caché dans sa chambre entrain de baver sur Went Miller
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Ven 26 Déc - 23:32

Citation :
alors je poste plus qu'un chapitre, je ne voudrais pas que tu me fasses une overdose

LOLLLLLLLLLLL

T'inquiète je suis assez résitante... Wink

le probleme c que jai peur de commencer à mélanger les fics dans ma tete tellement j'en lit...
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Sam 27 Déc - 0:35

angie-nina a écrit:
Citation :
alors je poste plus qu'un chapitre, je ne voudrais pas que tu me fasses une overdose

LOLLLLLLLLLLL

T'inquiète je suis assez résitante... Wink

le probleme c que jai peur de commencer à mélanger les fics dans ma tete tellement j'en lit...

si tu savais le nombre de fics que je lis
à part certaines où les auteurs mettent du temps à poster( où l'à j'avoue que je dois relire un peu), en général je me souviens de beaucoup de choses

Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Sam 27 Déc - 22:09

hello les filles ❤
donc voilà de l'inédit pour certaines et des rediffs pour d'autres lol!

Chapitre 8
Partie 1


Hôpital de Northwestern

Ambulancier ( à Sara) : homme d’une trentaine d’année blessé par balle à l’épaule. Inconscient à notre arrivée. Tension à 8/4, pouls à 118, Glasgow à 8, perfusé avec du voluven , a été retrouvé par son amie.

S : son nom ?

Amb (regardant sa fiche) : Burrows, Lincoln

Ils étaient arrivés en salle de déchocage et se préparaient à transférer le patient sur la table d’examen.

S : ok à trois…un, deux, trois

Et tous le soulevèrent.

Amb : son amie doit arriver.

S : ok.

Amb : à plus.

S (lui fit un signe de la tête et reporta son attention sur le patient) : je veux des gazs du sang, groupe Rh, NFS, plaquettes, hémoglobine, créat, IONO, recherche d’alcoolémie et toxiques.

Elle commença à retirer doucement le pansement compressif sur la plaie.

K : Sara, il reprend conscience.

S : Mr Burrows ?

L (ouvrant légèrement les yeux) : où je suis ?

S : à l’hôpital Northwestern, vous avez été blessé. Vous vous souvenez de quelques choses ?

L (en gémissant): non.

Pendant ce temps dans la salle d’attente, Véronica était arrivée et attendait d'avoir des nouvelles. Un homme s'approcha d'elle.

Policier : Mlle Donovan ?

V : oui.

Policier : officier Brad Bellick. Je dois vous posez quelques questions.

V : d‘accord.

Policier : que s’est’il passé ?

V (en pleurs) : je n’arrivais pas à le joindre, alors je suis passée à son appartement, et quand je suis rentrée je l’ais trouvé inconscient et il était blessé.

B : avez-vous une idée de comment cela a pu arriver ?

V : non.

B : lui connaissez vous des ennemis ?

V : non, en fait on ne se voit pas beaucoup, je suis de passage à Chicago et je voulais le voir.

B : quelques genre de relations entretenez vous avec la victime ?

V : je suis (ne sachant pas trop ce qu'elle représentait aux yeux de Linc) enfin son ex petite amie.

B : quand l'avez vous vue pour la dernière fois ?

V : on s'est vus il y a deux semaines, mais je l'ai appelé en début de semaine.

B : comment était il ??

V : on s'est disputé, comme à chaque fois.

B (finissant d'écrire) : ok

B : je vais donc attendre son frère. Il pourra peut être me donner plus de renseignements.

V : Michael a été prévenu ?

B : oui j’ai trouvé son numéro dans son portable et le central m’a confirmé son identité.

V : je peux savoir comment va Linc ?

B : allez demander aux infirmières, je ne sais pas dans quel état il est. Mais restez ici, au cas où j’aurais besoin de plus d’informations.

V : d’accord.

Elle alla voir les infirmières mais aucunes n'avaient de nouvelles, il fallait attendre le médecin. Elle repartit encore plus désemparée.

Partie 2

Quelques instants plus tard

Michael et Sucre venaient d’arriver sur le parking de l’hôpital et ils se dirigèrent immédiatement à l’intérieur.
Quant il aperçut Véronica, il l’interpella

M : Véro

V (le serrant dans ses bras) : Mike

M (inquiet) : que s'est t'il passé ??

V (en pleurs) : j’en sais rien, je l’ai retrouvé et il …. (elle n’arrivait plus à parler)

M : où il est ??

Elle n’eut pas le temps de lui répondre que l’officier Bellick s’approcha d’eux

B : Mr Scofield ?

M (se tournant vers lui) : oui.

B : officier Bellick. C'est moi qui vous ait appelé, je dois vous posez quelques questions.

pourquoi ??
M : pourquoi ?

B (désignant la salle 2) : suivez moi, on sera plus tranquille.

Si ça n'allait pas, se serait un médecin qui viendrait. Que me veut 'il ??

Michael regarda tour à tour Véro et Sucre avec un air interrogatif mais obtempéra.
Ils se dirigèrent vers une salle vide un peu plus loin.
Sucre essayait de réconforter Véro qui n’avait toujours pas arrêté de pleurer.

Dans la salle 2

M : vous savez comment il va ?
Faut que je sache et vite

B : non, apparemment les médecins sont avec lui, il était toujours inconscient à son arrivée.

C'est mauvais signes.
M (s’asseya) : comment s’est arrivé ?

B : d’après les premières informations recueillis sur place, il n’y a pas de traces d’effraction et Mlle Donovan l’aurait retrouvé inconscient à son arrivée.

Pourtant il ne s'est pas tiré dessus tout seul
M : que voulez vous que je vous dise ?
Je sais rien de plus

B : quand lui avez-vous parlé pour la dernière fois ?

M : ce matin. je suis passé chez lui car il avait perdu ses clés.

B : dans quel état était il ?

Il avait passer la nuit à boire, comment tu veux qu'il soit
M : comme à son habitude.

B : Est-ce qu’il vous semblait avoir des ennuis, quelques chose le tracassait il ??

Je ne lui ais pas laisser le temps de parler
M : on a pas beaucoup discuté, je devais aller en cours.

B : vous lui connaissez des ennemis, quelque un qui pourrait avoir une raison de lui en vouloir ?

M (agacé) : j’en sais rien. Il s’est fait licencié il y a quelques semaines, c’est la seule chose que je peux vous apprendre.
Où il veut en venir ?

B : d’après les premières constatations, il s’agirait d’un règlement de compte. Le bureau va ouvrir une enquête et dès que votre frère sera réveillé, nous l’interrogerons.

M : je peux y aller, je veux savoir comment il va ?
Je m'en fout de tes questions

B : oui, mais (lui tendant sa carte) si quelque chose vous revenait en mémoire, contactez moi.

Compte la dessus
M : bien.

Puis il repartit en direction de ses amis.

Partie 3

Dans la salle de déchocage

Après avoir examiné et nettoyé la plaie

S : la balle est ressortie et n'a pas provoquée de blessures profondes. Je vais vous recoudre sous anesthésie locale et vous faire passer une radio pour voir si il ne reste pas de débris de la balle.

L : je pourrai sortir après ?

NON !!
S : non, vous devez rester en observation pendant 24h, vous avez perdu une importante quantité de sang.

L : si je signe une décharge ?

Bah voyons
S : c'est déconseillé, mais je ne peux pas vous forcer à rester contre votre grès. Je veux seulement être sûre, que quelqu'un vienne vous chercher et se charge de rester avec vous pendant 24h.

L : où je dois signer ?

S : attendez au moins que je finisse de vous recoudre et que tous les examens soient revenus.

L : Ok

Sara continua ses soins dans le silence.

En salle d'attente

Sucre était en retrait, car il voulait laisser les deux amis seuls, il pensait que cette conversation ne le regardait pas vraiment.

V : tu sais qui a pu lui faire ça ?

M : non

V : si il devait mo....

STOP !!
M (la coupant) : ça n'arrivera pas, Ok ??

V : il y avait tellement de sang, Mike

M : quand je l'ai vu ce matin, j'étais en colère, il avait besoin de me parler mais je ne l'ai pas écouté.
Tout est de ma faute

V : ce n'est pas ta faute.

M : peut être que si.
A qui d'autres, j'aurai pu éviter ça

V : il s'est mis tout seul dans les ennuis

M : je ne m'en remettrai pas, si il lui arrivait quelques choses. C'est la seule famille qui me reste.

V : il ne va pas nous abandonner, Michael

Salle de déchocage

Sara avait finit les soins.

S (lui tendant des comprimés antalgiques) : prenez ça.

L : c'est quoi ?

S : des antalgiques, je pense que dès que l'anesthésie va passer, vous allez en avoir besoin.

L (prenant les cachets) : merci

S (à Katie) : tu peux l'emmener en radio STP

K : oui

S (à Linc) : je vais voir si votre amie est là et la rassurer.

L : mon amie ??

S : celle qui a appelé les secours!!!

L : je ne me souviens de rien.

S : dès que vous aurez passé votre radio, je la laisse venir vous voir.

L : merci docteur.

Puis Sara se dirigea vers la salle d'attente et vit seulement 3 personnes en salle d'attente, mais deux policiers l'interceptèrent.

B : Docteur.

S : oui.

B : officier Bellick (et montrant son collègue) officier Geary. Nous aimerions savoir si Mr Burrows a reprit conscience ?

S : oui, il vient de partir en radio.

B : ok, dès qu'il revient, nous aimerions nous entretenir avec lui.

S : bien.

B : vous nous ferez aussi le rapport A8-b7, une enquête va être ouverte.

S : je le sais, merci de me le dire, j'aurai oublié.
Pour qui il se prend ce flic. C'est pas ma première blessure par balle.

B : d'accord.

Partie 4

Puis Sara repartit vers la salle d'attente où attendait la famille de son patient.

S : bonjour, je suis le docteur Tancredi.

V (se levant d'un coup) : comment il va ????

S : bien, ne vous inquiétez pas.

V : je suis Véronica Donovan et (désignant Michael) Michael Scofield, son frère, Fernando Sucre, un ami.

Sara et Michael échangèrent un regard insistant.

Waouh elle est jolie !!
Waouh quels yeux !!

Elle était troublée par son regard et reporta donc son attention sur Véronica.

Sara concentre toi
Michael c'est pas le moment, écoute là

S : Mr Burrows a été blessé superficiellement, la balle lui a traversé l'épaule. Il a quand même perdu une importante quantité de sang, mais j'attend son bilan pour voir si son taux d'hémoglobine est correct.

Michael ne pouvait pas s'empêcher de la regarder, Sara, quant à elle, sentait son regard insistant, mais elle ne trouvait pas ça déplaisant, bien le contraire

V : on peut le voir ?

S : 15 min, le temps qu'il revienne de la radio.

Michael se décida à parler.

M : il se souvient de quelque chose ?

Sara lui fit face et se perdit dans ses prunelles azurs.
Son regard m'hypnotise

S : apparemment pas trop, mais les policiers vont aller l'interroger.

M : hum!!
Ferme la bouche, Michael.

V : il pourra rentrer ?

Sara eut du mal à reporter son attention sur Véronica.

S : il m'a posé la même question. En fait le protocole serait que je le garde en observation pendant 24h, mais il est près à signer une décharge.

V (regardant Michael qui n'avait pas encore lâché Sara du regard) : c'est bien ton frère, ça

Sourires

M : oui
Qu’est-ce qu’elle est jolie, son nez, ses lèvres ..je l’embrasserai bien
Mike arrêtes qu’Est-ce qu’il te prend ?


Il est trognon quand il sourit, ses lèvres ..

S : si je signe sa sortie, je dois m’assurer que quelqu’ un reste avec lui cette nuit et demain pour être sur qu’il ne fasse pas d’hémorraghie ou de complications.

V : je resterai avec lui.

M : moi aussi.

S : ok, quand il revient de la radio, je lui en parle. J’attends aussi ses résultats sanguins, mais si ils sont mauvais, je le garde.

M : pas de problèmes.

Puis elle repartit en direction du poste de soins, un peu à contre cœur, car elle aurait aimé rester auprès de Michael mais pour quelle raison.

Pourquoi j’ai envie de rester près de lui, je ne le connais même pas !!
Pourquoi faut il qu’elle s’en aille ?

Sucre qui avait entendu, rejoigna ses amis.

Su : hey papy, je suis heureux. Ton frère va bien.

M : moi aussi. Merci d’être là.

Su : de rien, on est pote, c’est fait pour ça les amis !!

M : oui, mais merci quand même.
C’est vraiment un mec bien et dire qu’on se connaît depuis déjà 10 ans

Su : bon je vas y aller, je crois que ma mère va faire une attaque sinon.

Faut vraiment qu’il se trouve un appart.

Rires

Ils se firent une accolade amicale et Sucre embrassa Véro.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Sam 27 Déc - 22:09

Partie 5

Lincoln remonta de sa radio accompagné de Katie.

K : tiens ma jolie, la radio de Mr Burrows.

Elle la regarda avec attention puis :

S (à Linc) : très bien, pas de fractures, ni de débrits de balle. Vous allez pouvoir sortir, dès que vos résultats arrivent. J’ai parlé avec votre amie et votre frère , ils veulent bien prendre la responsalité de vous surveiller.

L : mon frère est là?? oh il doit être furax ?

S : inquiet, serait le mot que j’emploierai.

L : vous êtes sur que c’est à mon frère que vous avez parlé ?

Rires

S : oui, j’en suis sûre.
Grand brun, yeux bleus à croquer, un sourire WAOU

Katie arriva et lui tendit les résultats.

K : mademoiselle est servit

S : merci

Après avoir regardé

S : très bien, vous êtes assez résistant, votre hémoglobine est correct, donc (le fixant avec un grand sourire) je signe votre sortie, mais contre avis médical.

L : je demandais pas mieux Docteur.

S : et juste avant, il faut que la police vous pose quelques questions.

L : on peut pas signer une décharge aussi pour ça ?

Il a de l’humour, je me demande si son frère aussi en a.
S : non, je doute. Mais vous savez que ceux qui vous ont fait ça risque de recommencer et même pire.

L : ouais.

S (à Katie) : tu peux lui prendre les dernières constantes, Stp.

K : oui

S : je vais remplir le formulaire et ( à Linc) dire à votre famille qu’ils peuvent venir

L : merci

Puis elle se dirigea vers la salle d’attente

B : docteur

Quel plaie ce mec
S (avec un sourire ) : oui officier Bellick

B : je croyais que vous deviez me prévenir quand Mr Burrows revenait ?

S : oups j’ai du oublier, je cherchais quel formulaire je devais remplir.

B : vous vous foûtez de moi ?

S : non Mr l’officier, je ne me permettrai pas.

B : ok, je vais voir votre patient.

S : bien

Puis chacun prit une direction opposée.
Sara arriva devant Michael

S : euh, les policiers sont partit l’interroger mais vous allez pouvoir le voir.
Je dois avoir les joues toutes rouges, c’est dingue son regard, l’effet qu’il a sur moi.

V : vous avez eut ses résultats ?

Mer**, Sara les résultats, dis lui
S : oui, oui les résultats sont très bons compte tenu des circonstances et son hémoglobine est dans les normes et sa radio est revenue sans anomalies.

M : c‘est une bonne nouvelle.

S : oui en effet.
Bon Sara arrêtes de le regarder et va remplir ce maudit formulaire

Véronica en croyait pas ses yeux, Michael était complètement perdu dans les yeux du docteur et aucun des deux ne se décidaient à arrêter cette confrontation des regards.

V : on peut y aller

Michael et Sara revinrent à la réalité

S : oui, oui. Bien sûr, suivez moi.

Puis ils allèrent dans la salle de déchocage.


ayé lol!


Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Sam 27 Déc - 23:03

Tout aussi génial lol!
allez m@ Tink chérie, posteeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Dim 28 Déc - 21:44

merci ma petite Angie ❤ ❤
les suites cheers

Partie 6

Pendant ce temps

B : alors soit vous nous dites comment s’est arrivé, soit en vous embarque au poste.

L : je vous dit que je ne les connaissais pas.

G : vous vous foûtez de notre gue*** ?
Ils sont entrés comment ?

L : ils se sont fait passer pour des vendeurs.

B : vous les avez déjà vu dans le quartier auparavant ?

C’est à ce moment là que Sara, Michael et Véro firent leur entrée.

S : officier Belllick vous avez finit ?

B : non.

S : dommage, je vais vous demander de sortir, pour que mon patient puisse s’entretenir avec sa famille.

Waou quel caractère

B (s‘adressant à Linc ) : on n’en a pas finit avec vous.

L : je ne bouge pas.

Dès que les deux policiers furent sorti, Véro sauta dans les bras de Linc.

L : aieee

V : désolée

L : ça va aller, t’inquiètes pas

M : ça va ??

L : ouais

Ils étaient gênés par la situation, car une chose était sur c’est que les frères ne savaient pas se parler.

S : je vous laisse, je vais ….remplir votre feuille de sortie

M : merci.

Puis elle partit vers le poste de soins, mais fut interceptée par Bellick

B : Sara, vous permettez que je vous appelle par votre prénom ?

NON mais puis quoi encore!!!
S : non, je préfère Docteur Tancredi. Officier Bellick.

B : appelez moi Brad.

C’est pas vrai, je fais un cauchemar
S : que voulez vous, je suis occupée.

B : je me suis dit que je pourrai vous inviter à dîner.

Ben voyons
S : c’est très gentil, mais il se fait tard et je suis de garde.

B : non, pas ce soir, mais un autre jour. Demain par exemple ?

une excuse, une excuse….
S : je suis mariée.

B : vous êtes mariée ?

C’est un peu gros comme excuse, je te l’accorde
S : oui c’est ça,je suis mariée

B : mais ça ne me gêne pas. Je ne suis pas de nature jaloux.

Ça m’aurait étonnée
S : mon mari l’est extrêmement par contre.

B : bien, mais si vous changez d’avis.

Alors là tu rêves mon coco
S : je ne pense pas.

Pendant ce temps en salle de déchocage

M : comment s’est arrivé ?

L : j’en sais rien, je viens de le dire aux flics.

V : Linc arrêtes, tu sais qu’on va pas te croire.

L : c’est bien dommage.

M : ce matin tu voulais me parler, c’était de ça ?

L : non.

V : tu es une vrai de tête de mule.

Il m’énerve
M (en haussant le ton) : grandit un peu et assumes tes conneries

L (s‘énervant) : que j’assume !!!!!

M : oui

V : arrêtez de vous engueuler, vous êtres frères, ça suffit !!

M : j’en ai marre….

L : bien je ne t’obliges pas à …

V : ça suffit. Michael tu sors !!

Michael qui avait les yeux embués sortit en furie de la salle.

V : tu peux pas t’en empêcher ?

L : de quoi ?

V : de le chercher.

L : je ne le cherche pas, il a commencé.

V : très mature comme réponse.

L : peut être, mais c’est comme ça.

V : je sais ce qui s’est passé, mais parles en lui..

L : je ne veux pas qu’il le sache, tu m’as promis de ne jamais lui dire.

V : je sais, mais tu lui doit la vérité.

L : et comment tu crois qu’il va le prendre ?

V : et pourquoi il le prendrait mal ?

L : il est trop fier. Il aurait jamais accepté autrement.

V : c’est là que tu le connais mal. Depuis qu’il est tout petit, il t’idolâtre et écoute ce que tu lui dit. Tu l’as toujours tenu loin de la rue et des embrouilles pour qu’il devienne quelque un de bien. Si seulement tu lui disais que tu es fier de ce qu’il est.

L : fallait bien qu’au moins un de nous deux réussisse.

V : dis lui.

L : ….

Chapitre 9

Michael ne s’était pas résolu à rentrer au campus, il avait promis de le surveiller pour s’assurer qu’il aille bien, donc il mettrait sa rancune de côté et après il aviserait.

Sara qui se trouvait accouder au comptoir en train de finir de remplir la feuille, observa Michael.
Il me parait pas aller très bien depuis qu’il est sortit de la salle. Je me demande ce qui s’est passé.

Finalement elle se décida à aller le voir.

S (s‘asseyant près de lui) : ça ne va pas ?

M (levant les yeux) : si, c’est que j’ai eut beaucoup d’émotions aujourd’hui.
La seule chose positive c’est de t’avoir rencontré

S (en lui souriant) : c’est pas tous les jours que vous devez aller à l’hôpital.
T’aurais pu trouver autre chose Sara, c’est nul

M : en fait la dernière fois, ça c’est mal finit.
Pourquoi elle nous abandonnée

Voilà, le reine des gaffeuses, j’ai nommé Sara Tancredi S : désolée.

Elle est vraiment trop charmante
M : c’est rien.

S : je …
Sara sort quelque chose

M (en lui faisant un grand sourire) : vous ?
Elle me semble gênée, c’est mignon

S (lui tendant la feuille de sortie) : Tenez.

M : merci. Vous êtes interne ??

S : oui, pourquoi ?
Il ne me prend pas au sérieux

M (désignant son badge) : c’est que je me disais.. que vous étiez très jeune pour être déjà médecin.
Jeune et belle

Ah c’est juste ça
S : en fait j’ai 24 ans. Et c’est ma dernière année.

M : je suis impressionné, à 25 ans vous serez médecin.

Arrête je vais rougir
S : et vous ? Vous êtes étudiant ?

M : oui, dans le génie civil.

S : alors là, c’est moi qui suis impressionnée , il y un grand tri aux admissions.
Il doit être très intelligent, en plus d’être mignon

M : un coup de chance

S : modeste

M : vous êtes à quelle université ?

S : Northwestern. Et vous ?

M : Loyola.

S : je ne vous avais jamais vu avant.

M : je ne sors pas trop en fait.
Mais avec toi, j’aimerai bien.

S : moi non plus. Faut dire qu’entre les cours et les gardes, je n’ai pas trop de temps.
Et personne qui me donne envie de sortir

Allez Mike demande lui
M : on pourrait ….

Une voix les interrompu

Merde / merde

V : Est-ce que tu peux venir ?

M : oui (à Sara) désolé.

S : c’est rien.

Puis ils se levèrent et partirent en direction de la salle.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Dim 28 Déc - 21:44

Chapitre 10
Partie 1


Dans la salle de déchocage, le policiers se trouvaient avec Linc, mais cette fois ils lui tendirent leur carte et lui demandèrent de passer au poste dès le lendemain pour signer une déposition.

S : je viens de donner à votre frère votre bulletin de sortie et je vais vous faire une ordonnance pour des antalgiques.

L : merci.

S : mais au moindre problèmes, j’aimerai que vous reveniez.

V : comptez sur moi.

L : Waou, je vais avoir deux anges gardiens sur le dos.

S (lui tendant son ordonnance) : Tenez. Vous passerez dans une dizaine de jours pour enlever les points de suture et faire un contrôle sanguin.

M : vous serez là ?
Dis oui !!

S (avec un sourire charmeur) : il y a de grandes chances.
Faut que je me débrouille pour être là

M : on se verra peut être.
Même si je dois camper ici

S : oui.
T’as intérêt même

L : on y va ?

M : ok.

Puis ils allèrent vers la sortie pour attendre Véro, qui était aller chercher sa voiture qu’elle avait garé plus loin.

L : merci d’être là.

M : on est frères, c’est normal.

L : j’ai pas toujours été là pour toi ces derniers temps.

M : rattrapes toi à l’avenir.

L : promis

M : ne me promet pas une chose que tu ne pourras pas tenir.

L : je ferai de mon mieux pour la tenir cette fois.

M : ok

Partie 2

Sara qui se trouvait non loin de là, était perdue dans ses pensées.

K : Sara ?

S : hum !!!

K : j’en reviens pas, pincez moi

Sara s’excécuta

K : aie !!
Ça va pas ??

S : tu as dit « pincez moi« , je l’ai fait

Rires

K : c’est une façon de parler

S (en souriant) : oui mais qu’est-ce que c’est drôle
Mais je doute qu’elle est apprécié

K : ouais

S : quoi ??

K : hein ???

S : tu as dit que tu n’en revenais pas, donc quoi ??
Mon dieu elle a oublié ce qu’elle voulait

K : ah oui…… Ça !!!!!

S : essaie d’être plus clair.
De quoi elle parle ?

K (en désignant Michael) : ce beau jeune homme.

S (rêveuse et avec un grand sourire) : Michael.
Quel beau prénom

K : et il a un prénom

S : c’est le frère de Mr Burrows

K : et alors ?

S : rien
Je risque de ne jamais le revoir

K : t’as flashé

S : nonnnn
Siiiiiiiiiiiiii

K : oh que si.

S : qu’est-ce qui peut te faire supposer ça ?
Comment elle peut le savoir

K : ton regard.

mon regard
S : mon regard ???

K : je te connais depuis suffisamment longtemps pour savoir que ce regard, tu ne l’as pas pour tout le monde.

S : cette conversation va prendre fin
Tout de suite

K : tu détournes le sujet ?

S : oui

K : et tu penses que ça va suffire pour me faire lâcher l’affaire ?

S : j’aimerai bien et de toute façon il n’y aura rien.

K : pourquoi pas ?

S : je peux te faire une longue liste.

K : attend

Qu’Est-ce qu’elle mijote ?

Puis elle s’éloigna et Sara se remit à regarder Michael avec tristesse.
Michael se retourna et lui fit un grand sourire et partit avec son frère et Véro.

J’aurai aimé

K : tiens (lui tendant une feuille)

S : qu’est-ce que s’est ?

K : regarde

Sara regarda et ..

K : c’est son numéro de portable

S : comment ?

K : il a du le donner aux policiers, comme ils ont du l’interroger pour la blessure de son frère.

S : je ne pourrai jamais l’appeler.

K : pourquoi pas ??

S : parce que …

K : attend Sara, ne me dit pas que tu es timide à ce point.

S : à croire que si.

K : appelle le !!!

S : ok !!!
Mais pas maintenant et même jamais.

ouffffffffff voilà lol!


Revenir en haut Aller en bas
angie-nina
First Kiss
First Kiss
avatar

Féminin
Nombre de messages : 577
Age : 27
Localisation : Caché dans sa chambre entrain de baver sur Went Miller
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mar 30 Déc - 9:38

Dis moi pas ke c tout!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! *panique* respire...ok sa ne peu pas etre tout...POSTE LA SUITE STP, tu veu mes suites alors postes les tiennes...
je suis accro a cette fic...jadore les petites pensées


UNE SUUUUUUUUUUIIIIIIIIIIIIIITTEEEEEEEEEEEEEEEEEE

Revenir en haut Aller en bas
Sara59
we're gonna figure this out
we're gonna figure this out
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3795
Age : 31
Localisation : Sous la couette avec Went ou Rob, tout depend de mes envies
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mar 30 Déc - 22:27

est ce que tu compte poster une suite a ta fic sur undeniable moi je continue de la lire la bas en plus tu es plus en avance.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 0:42

Sara59 a écrit:
est ce que tu compte poster une suite a ta fic sur undeniable moi je continue de la lire la bas en plus tu es plus en avance.

non, je suis désolée No je ne la poste plus sur undeniable, mais je me dépêche pour rattraper et poster les inédits ici cheers

merci beaucoup à toi

Revenir en haut Aller en bas
Sara59
we're gonna figure this out
we're gonna figure this out
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3795
Age : 31
Localisation : Sous la couette avec Went ou Rob, tout depend de mes envies
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 22:16

tinkerbel a écrit:


non, je suis désolée No je ne la poste plus sur undeniable, mais je me dépêche pour rattraper et poster les inédits ici cheers

merci beaucoup à toi


Bon tanpis je patienterais, mais depeche toi quand meme lol!
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 22:26

merci Sara59 ❤ et angie-nina ❤


Chapitre 11
Partie 1


Chez Lincoln

Ils venaient tous d’arriver, la pagaille était encore visible. Lincoln partit dans sa chambre, le chemin de l’hôpital à la maison avait été très pesant, le silence y régnait.

V : je vais nettoyer.

M : laisse, je vais le faire. Va l’aider à se préparer plutôt.

V : merci.

Et elle se dirigea vers la chambre où Lincoln venait d’entrer.

Michæl nettoya assez vite, mais il en avait des nausées, il était en colère contre son frère pour plusieurs raisons, il lui avait encore menti, il avait eut peur de le perdre et il refusait toujours de se prendre en charge. Tous ses sentiments contradictoires le rendaient dingue. Il avait l’impression de perdre le contrôle de la situation.

Une fois finit, il alla dans la chambre les rejoindre, en essayant de rester calme.

M : tu as faim ?

L (sèchement) : non

V : il faut que tu manges pour récupérer des forces.

L (haussant le ton) : j’ai dit non

M : ne lui parles pas comme ça.
Elle en a assez bavé pour ce soir

L : je ne t’ai rien demandé.

V : Linc arrête !!!

L : quoi arrête, je fais ce que je veux.

V : des conneries par exemple.

L : ça serait jamais arrivé si tu ne m’avais pas quitté.

V (sur la défensive) : tu m’a trompé !!!

M : STOP

arrêtez

Ne prêtant pas attention à Michael.

L : et toi t’es partit !!

V : je devais aller à l’université.

L : pourquoi à New York ?

V : c’est la meilleure université de droit.

L : oui et moi je ne comptais pas assez !!

V
: tu sais bien que ce n’est pas vrai

M
: arrêtez !!!!!
J’en peux plus de tous ses cris

V : oui c’est mieux avant qu’on ne se dise des choses qu’on pourrait regretter.

L : je ne regrette pas ce que j’ai fait.

V : bien. Alors dit à ton frère ce que tu as fait.

L : Véro !!!!

V (s‘énervant un peu plus) : regarde le dans les yeux et dis lui

M (surpris) : me dire quoi ??
Qu’est-ce qu’il doit me dire ???

V : alors ??

L (hurlant) : non

M : dis le moi
Sinon je vais m’énerver

L
: non !!!

Michael l’attrapa par le col de la chemise et le poussa contre le mur.

M : j’en ai assez de ton comportement, tu te mets toujours dans les emme**** et tu attends que ce soit les autres qui t’en sorte..

Lincoln le repoussa tellement violemment qu’il se retrouva projeté au sol.

L : je suis désolé
Mer** qu’est-ce que je viens de faire

M : non tu ne l’es pas .

Il se releva et se mit face à lui.
Lincoln voyait dans les yeux de son frère, de la peur et de la colère mélangées.

L : j’ai pas fait attention
Je voulais pas te faire peur

M
: tu vas devenir comme ton père.
Ce n’est pas le mien, il m’a abandonné

L (criant) : retire ça tout de suite !!!

M (avec la mâchoire crispée) : pourquoi ?

Lincoln lui colla son poing sur le visage, Michael essuya sa lèvre qui saignait.

M : un homme violent

Lincoln déglutit difficilement mais ne su pas quoi répondre, il n’avait jamais levé la main sur son frère.
Michael partit en claquant la porte.


V (lui criant dessus) : tu n’es pas bien !!!

Il s’asseya sur son lit et mit sa tête entre ses mains, Véro se mit à côté de lui et posa sa main sur la jambe.

V : demain, je veux que tu ailles le voir et que tu lui racontes tout et que tu t‘excuses.

L : il ne me pardonnera jamais.
Je lui ment depuis si longtemps

V
: mais il sera la vérité.

Il s’allongea sur son lit, Véro resta à ses côtés et ils s’endormirent.

Michael avait marché jusqu’au campus, une fois arrivé il avait balancé tout ce qui traînait dans sa chambre et finalement s’était allongé sur son lit en pleurs.


Partie 2

Le lendemain matin

Hôpital de Northwestern


Katie alla réveiller Sara qui s’était allongée en salle de repos pour réviser, après la blessure de Lincoln, il n’y avait eut que deux patients, mais rien de très grave. Elle en avait donc profité pour se détendre, mais le sommeil l’avait vite emporté.

K : Sara ma belle, réveille toi

S (s‘étirant) : hum, il est quelle heure ?
Je rêvais d’un beau brun. Waou, dommage que ce ne soit qu’un rêve

K : 6h, mais tu dois te préparer et aller en cours ce matin.

S (se levant brusquement ) : j’ai pas assez révisé.

K : calme toi, ça va aller.

S : je sais pas, je me suis endormie et …
Je vais foirer mon intéro

K (la prenant par les épaules) : arrête ça. Tu connais tes cours par cœur, alors tu vas prendre une douche et un bon petit déjeuner et tu files en cours et ce soir tu m’appelles.

S : ok

Elle l’enlaça très fort et alla faire ses transmissions au médecin de jour puis partit vers le campus.

Appartement de Lincoln

Lincoln se réveilla avec de terribles douleurs à l’épaule.

V : tu as mal ?

L (en grimaçant) : ça va passer.

V
: je vais te chercher des cachets à la pharmacie.

L : j’en ai dans la salle de bain.

V : ok .

Elle alla prendre les comprimés et un verre d’eau et lui donna.

L : merci.

V : je vais préparer un truc à manger.

Puis elle prit la direction de la cuisine et prépara un petit déjeuner. Lincoln s’asseya et ils mangèrent dans le silence.
Une fois finit, elle débarrassa et se tourna vers lui et se décida à rompre le silence.

V : va voir Michael.

L : je pourrai pas le regarder en face, avec ce que je lui ais fait hier.

V : si tu ne lui en parles pas, je le ferai. Et là ne t’étonnes pas des conséquences.

L : je n’ai jamais levé la main sur lui, auparavant…

V : c’est pas ce qui est le plus douloureux pour lui.

L (résolu) : je lui dirai tout.

V : merci

Campus de Loyola

Michæl avait très peu dormit. Il était encore troublé par ce qui s’était produit la veille, il se leva et alla prendre une douche, puis il sortit en direction du Starbuck pour prendre un petit déjeuner. Il pensait à Sara, il aurait aimé la revoir, mais il savait au moins où la trouver, la seule chose était d’avoir le courage et une bonne raison pour aller à l’hôpital la revoir. Son frère, aussi occupait ses pensées, comment allait il, regrettait il se qui s’était passé …
Une fois arrivé, il prit un muffin et un café et alla s’installer à une table.


Dernière édition par tinkerbel le Mer 31 Déc - 22:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 22:27

Partie 3

Dans la rue

Bon je vais aller manger un truc et après c’est partit pour le massacre

Sara avait pris sa douche chez elle en sortant de sa garde, elle s’était préparée en pensant à Michael, elle se demandait si elle le reverrait bientôt, si il la trouverait jolie avec cette jupe. Elle était toujours perdue dans ses pensées quand elle arriva au Starbuck, pour y déjeuner. Elle entra et commanda.
Michæl avait le nez dans un bouquin et mangeait en même temps, soudain il leva la tête.

C’est elle

Sara prit sa commande et …

C’est lui

Tous les deux, en croisant leurs regards se mirent à sourire.
Sara s’approcha de lui.

S (timidement) : salut

M : salut

S : tu déjeunes ici ?
Mer**, je suis entrain de le tutoyer

M : toi aussi, on dirait
Je peux la tutoyer, c’est plus un médecin et puis elle a commencé

S ( avec les joues rouges) : oui

M : tu veux t’asseoir ?
S’il te plait

S : c’est que …Assied toi au lieu de parler merci

M /S : je

M (en souriant) : vas y

S (inquiète) : tu t’es blessé ? (désignant sa lèvre fendue)

M : euh oui (embarrassé)
Si elle savait comment, elle serait déçue

Elle s’aperçut qu’il ne voulait pas aborder le sujet, vu le ton qu’il avait employé pour répondre, il semblait gêné par cette situation.

Changeons de sujet
S : comment va ton frère ?

M (baissant les yeux) : hum, en fait je ne sais pas.
Pourquoi tu me demandes ça !!

S
: ..
Tu devais rester avec lui

M : on s’est disputé en rentrant, je l’ai laissé avec notre amie.
J’espère qu’il va bien

zut
S : il est dur avec toi ?

M : non, je crois qu’on arrive pas à se comprendre en fait.
On s’est même jamais compris.

S : je connais ça.
Malheureusement.

M : tu ne t’entends pas avec ton frère ?

S ( en rigolant) : mon père. Je suis fille unique.

M : désolé.
Tu devrais tourner ta langue dans ta bouche avant de parler Michael.

S : ne le soit pas.
Il est vraiment craquant.

M : pourtant je pensais que ton père était quelqu’un très famille, en tout cas c’est-ce que fait comprendre sa campagne.
Des mensonges comme tous les politiciens, je suppose.

S : oui, mais sa famille n’a pas la même signification que pour toi et moi. Pour lui ceux sont ses électeurs et ses lèches bottes qui passent en premier.
Pourquoi je lui raconte tout ça, moi

M : tu dois être plus proche de ta mère ?

S (sur un ton triste) : ma mère est …….enfin elle est morte.
En partie à cause de lui

M : mer**, je suis le roi des gaffeurs.
Qu’est-ce que je suis c** des fois.

S : tu pouvais pas savoir.

Il posa sa main sur la sienne, elle le regarda en souriant. Ce geste leur paru tellement naturel, qu’ils n’y prêtèrent pas attention plus que ça.

M : on est pareil tous les deux, pas vraiment de présence parentale.

Ah bon !!
S : toi non plus ?

M : non, mais je vis très bien comme ça.
Enfin je me force à y croire

Changeons encore de sujet, c’est trop déprimant.
S : tu pars en cours après ?

M : oui.
Mais je préfèrerai rester près de toi.

S : je vais y aller aussi, j’ai une grosse intéro ce matin.
Sinon je serai restée parler avec toi.

Et bah elle aurait pas du travailler cette nuit.
M (stupéfait) : et tu as travaillé cette nuit !!

S
: oui.
Ce qui m’a valu de te rencontrer.

Demande lui, aller bouge toi !!
M : je …….enfin……. est-ce que …

Le téléphone retentit.

Mer**

Qu’est-ce qu’il voulait me demander ?
S : je dois y aller.

Elle dégagea sa main et se rendit compte de ce qu’elle éprouva à ce moment là. Un manque.

M : Sara ??

Elle se retourna et se noya dans ses grands yeux bleus

S : ….

M : bon courage.
Quel dégonflé, je fais

S : merci.

Et elle partit vers son université et lui répondit.

M : allo.

Voix : Michael, c’est Véro;

C’est Linc !!
M
(inquiet) : Linc va mal ?

V : non, ne t’inquiètes pas. Je voulais savoir comment, toi, tu allais ?

M : ça va. je dois te laisser, je pars en cours.
Et je n’ai pas envie de te dire comment je vais.

V : ne te renfermes pas sur toi, je sais que tu as mal vécu ce qui s’est passé hier.

M
: je ne veux pas en parler.
Elle me connaît trop bien.

V : d’accord. Ce soir passe chez ton frère stp

M : non je ne veux pas.
Et puis quoi encore !!

V : alors on passera au campus.

Ça va pas !!
M (résolu) : je viendrai.

V : merci, à ce soir.

M : ouais
Je vais encore passer une mauvaise soirée.

Et il partit en direction de Loyola.

C’est décidé, je vais aller voir Sara, j’ai envie de la connaître, je me sens bien près d’elle, et tout à l‘heure la sensation de sa main sous la mienne m‘a troublé. Va falloir prendre mon courage à deux mains et foncer.



Partie 4


Northwestern


Professeur : bon, comme vous le savez cette évaluation est très importante et les notes en dessous de la moyenne ne pourront pas être rattrapées. Donc donnez vous vraiment la peine de bien répondre à chaque question.

Puis la distribution se fit dans le plus grand silence.

Olala et dire que je n’ai pas assez révisé, je vais me ramasser.
Alors voyons les questions…

Donner la définition « HEMOCHROMATOSE » ainsi que ses caractéristiques
Ça je connais.

En donner l’épidémiologie
Ok donc, la génétique, le Système ………… HLA, la prévalence, l’âge et le Sexe
Ça va aller, je vais juste développer chaque partie.

Quel en est étiologie ?
Oui, ça va aussi.

Donner les signes cliniques

Donc les formes asymptomatiques et les formes évoluées.
Pas de problèmes.

Quels sont : le diagnostic différentiel, les examens biologiques, le diagnostique, les complications, le traitement, l’évolution et le pronostic et existe-t-il une prophylaxie
Et bah après tout ça, je vais avoir une bonne migraine.
Aller je commence et ensuite je passe à la seconde question.


Loyola

Michael était arrivé et s’était installé.

Professeur : bon aujourd’hui, nous avons dans la salle des recruteurs de grandes sociétés d’architecture, ils ont l’intention de s’entretenir avec certains d’entre vous. Donc je vais faire passer des questionnaires dans les rangs, qui leurs seront remis par la suite et ils vous contacterons, s’ils sont intéressés par vos motivations.
Je tiens aussi à préciser que ces recrutements se font avant la fin de vos examens, ce qui permettra à ceux choisit, d’avoir un stage et de se faire une idée sur le milieu du travail.

Élève : on sera payé ??

Rires

Prof : bien évidemment Mr Bagwell.

Puis les questionnaires furent donner à chaque élèves.

Ça serait bien, je pourrai toucher de l’argent, avoir plus d’autonomie et trouver une boîte pour enfin mettre mes idées en place. Finit la théorie. Et ensuite je pourrai ouvrir ma propre entreprise.

La matinée passa vite pour Michael et Sara. Chacun dans leurs universités respectives, ils allèrent déjeuner.
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 22:28

Partie 5

Northwestern

Sara alla à la cafétéria pour manger un peu, et elle en profita pour appeler son amie.

S (Tél.) : allo Katie, c’est moi.

K
: alors ma belle, comment ça s’est passé ce matin ?

S : plutôt bien, je pense que la première partie sera validée.
Enfin j’espère

K : tu vois je te l’avais dit.

S : oui, mais c’est pas encore finit..

K : tu sais que tu es énervante.

Quoi, c’est la meilleure !!

S : ah bon ??

K : oui. Tu vas réussir et j’en suis sûre, mais à chaque fois, c‘est pareil tu penses que tu vas rater et blabla.

S : je m’y suis prise à la dernière minute pour les révisions.
Comme toujours

K : arrêtes de douter comme ça de tes capacités.

S : demain tu travailles ?

K : oui, mais toi, tu ne commences pas ton nouveau stage ?

S : si, mais j’ai renouvelé celui aux urgences.

K : tu ne devais pas aller au bloc ?

S : j’ai changé d’avis et comme il manque du personnel, Mr Pope a accepté de changer mon affectation et je connais le service, ce qui évitera de faire une intégration.

K : je suis très heureuse de travailler avec toi plus souvent. Ton stage dure combien de temps cette fois ??

S : 6 mois minimum, toujours en alternance avec les cours.

K : donc pas de changements.

S : si, je passe chef des internes.

K
: félicitations.

Et j’ai rien demandé

S : merci.

K : et tu sais ça depuis combien de temps, petite cachottière ??

S : j’ai reçu le courrier de confirmation hier, mais je ne l’ai ouvert que ce matin.
Et encore, j’ai même faillit le laisser traîner.

K : bien. Dis moi, tant que j’y pense tu as appelé le beau brun ?

Et voilà c’est reparti
S (levant les yeux au ciel) : Katie !!!

K : j’imagine que non !!!

S : en effet, mais je l’ai vu ce matin.
D’ailleurs, si j’avais pu rester plus longtemps avec lui

K : sérieux et alors il t’a invité à dîner ?

S : tu changeras pas

K : donc ce soir….

S : je reste chez moi.
Malheureusement

K : je vais te sortir moi.

Une sortie de secours et vite
S : je dois te laisser, j’ai un double appel
Je suis vraiment menteuse des fois

K : ok bisous

S : bisous

Et elle raccrocha, elle savait que quand son amie était lancée dans sa recherche d’un potentiel petit ami, elle devenait intarissable. Elle finit de déjeuner et appela pour prendre RDV avec le directeur de l’hôpital, elle devait se présenter le soir même.


Partie 6


Loyola


Michael déjeunait également à la cafétéria, quand son téléphone sonna

M : allo

Voix : salut papy, c’est moi.

M : comment tu vas ?

Su : et toi, comment va ton frère ??

M : plutôt bien
Enfin d’après Véronica

Su : uh, je sens que toi t’as pas la forme

M : on s’est …on va dire qu’on a du mal à se comprendre tous les deux.

Su : vous vous êtes encore engu**** ?

Plus que ça
M : on en est venus aux mains.

Su : c’est sérieux. Va falloir que vous essayer de mettre votre rancune dans un coin et discutiez comme des adultes.

M : on doit se voir ce soir, justement.
Malheureusement

Su : c’est une bonne chose.

M : on verra ce que ça va donner.
On ne sait jamais

Su : tu me tiens au courant je dois te laisser, je vais me faire taper sur les doigts si je vais pas livrer.

M : merci d’avoir appelé.

Su : de rien frérot.

M : bye.

Et il raccrocha et se lança dans la rédaction de sa lettre de motivation et sa candidature.


Northwestern

Sara était retournée en cours pour la seconde partie de son examen, comme prévue elle connaissait bon nombre des réponses. Une fois finit, elle rendit ses copies au professeur et remonta s’asseoir à sa place, en attendant que la sonnerie retentisse pour sortir de la salle.

Elle sortit son agenda de son sac et tomba sur la feuille où se trouvait le numéro de téléphone de Michael.

Je pourrai peut être l’appeler et savoir ce qu’il fait ce soir.
Non mais si il m’envoie balader, j’aurai l’air de quoi après ça !!
Pourtant ce matin, j’avais l’impression qu’il était content de me voir….
Ou je me fais des idées…….. Non……….. il a posé sa main sur la mienne et puis c’est peut être qu’un geste amical.
Et si il a une petite amie….. oui c’est même sur, il ne peut pas être célibataire alors qu’il est si mignon. aaaaaaaaaaaa, j’en ai marre c’est si dur de prendre cette décision.


La sonnerie retentit la sortant de ses pensées.

Loyola


Michael était, lui aussi, retourné en cours, il avait rendu sa demande au professeur et suivit le programme de sa journée. Pourtant ses pensées étaient loin du comportement statique et dynamique et les facteurs d'amplification dynamique.


Je me demande si elle a réussit son intéro de ce matin.
J’aimerai bien la revoir. Je pense que je vais aller faire un tour du côté du Northwestern ce soir………. Ah non, mon frère………. zut.
En plus elle ne doit pas travailler ce soir, peut être demain. Je crois que le mieux c’est d’aller sur son campus, Waou, mais vu la taille du campus, autant chercher une aiguille dans un botte de foin.
Mais si ça se trouve, je me fais des idées, elle doit avoir un petit ami, et moi qui veut la revoir, elle va m’envoyer balader. Pourtant ce matin, j’ai eut l’impression qu’elle était contente de me voir. Aaaaaaaaaaaaaaaaaa qu’est-ce que je dois faire ???


La sonnerie marquant la fin du cours, retentit.


alors ????????????

gros
Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 40
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   Mer 31 Déc - 23:37

Chapitre 12
Partie 1


Northwestern

Sara partit en direction de l’hôpital, car elle avait RDV avec le directeur.
Une fois arrivée, elle alla directement au bureau de Pope.

S : bonjour, je suis le docteur Tancredi, j’ai rendez vous avec Mr Pope.

Secr : oui veuillez vous asseoir.

Après quelques minutes.

Secr : Mlle Tancredi, vous pouvez entrer. Mr Pope vous attend.

S : merci

Et elle se dirigea vers le bureau, frappa.

Po : entrez.

S : bonsoir.

Po : bonsoir Sara, installez vous.

S : merci.

Po : je suis très content que vous reveniez travailler aux urgences.

S : j’y ai beaucoup appris et malgré les idées reçues, c’est la discipline la plus polyvalente, on y trouve de la médecine et de la chirurgie confondues.

Po : et vous êtes un très bon élément. Je n’ai eut que de très bons retours des chefs de service. Et bon nombre des étudiants qui passe par ici, ne veulent jamais continuer, donc je n’allais pas refuser une interne aussi consciencieuse.

S : merci, mais mes collègues préfèrent l‘estime lié au rang de médecin, plus que la signification réelle de cet emploi.

Po : bon je pense qu’on va garder les horaires que vous aviez déjà, vous avez toujours cours l’après midi ?

S : oui. Et je pense continuer mes gardes dans le service, également.

Po : mais vous devrez ralentir, c’est votre dernière année.

S : j’arriverai à gérer.

Po : sinon vous ne voyez pas d’inconvénients à que je vous ais nommée chef des internes ? Je n’ai vraiment pas envie d’avoir tous les petits nouveaux qui me fassent de la lèche pour obtenir ce poste ?

Rires

S : non je pense qu’au contraire, c’est assez bénéfique d’avoir à gérer les patients et de voir aussi la gestion du service et des autres internes.

Po : j’en suis ravi. Mais c’est une grande charge de travail supplémentaire.

S : ça ne m’intimide pas.

Rires

Po : vous voulez commencer quand ?

S : pourquoi pas demain ?

Po : déjà. Mr Westmorland m’avait dit que je devrais sans doute, attendre lundi.

S : oui, mais c’est un renouvellement, donc pas besoin d’attendre.

Po : d’accord. Bon je pense qu’on a fait le tour. Vous avez des questions ?

S : non, je pense que ça va aller.

Po (lui tendant un gros dossier) : tenez le formulaire sur vos nouvelles responsabilités en tant que chef des internes. Mais je tiens à vous dire que si vous ne voulez plus de ce poste, je ne serai pas vexé, c’est très contraignant et je comprendrai.

S : je vais faire une période d’essai.

Po : ça me va. Donc à demain ?

S : à demain. Bonne soirée

Po : également

Et elle descendit voir Katie qui se trouvait au téléphone, elle attendit près d’elle.



Partie 2


Loyola

Michael quitta l’université et pris le chemin du campus. Il prit son téléphone et le regarda pendant 2 longues minutes avant de se décider à appeler.
Je le fais………. Non……….. Si…………… et puis zut, c’est partit

Northwestern

Katie (au tél) : service des urgences, bonsoir

M : oui, bonsoir. Je ….enfin, est ce que le docteur Tancredi travaille ce soir ?
Dis oui

Katie : non

Mer**
M : euh et demain ?

Katie : vous voulez que je lui laisse un message ?

M : non, c’est que je… trouve une excuse je ne me souviens plus quand mon frère doit revenir, pour enlever ses points de suture.

Katie (en comprenant de qui il s’agissait) : attendez je regarde (avec un grand sourire)

Et elle fit semblant de regarder dans ses feuilles.
Sara la regarda intriguée.
Mais qu’est-ce qu’elle fabrique ??

Katie
: demain matin, elle sera là.

Sara qui écoutait, se demanda pourquoi Katie rigolait.

M : d’accord, merci. Au revoir
Demain ……. (rêveur)

Katie : au revoir

Et ils raccrochèrent.

Dans la rue


M : yes !!!!

Il avait dit ça à haute voix et les gens s’étaient retournés, mais il s’en fichait littéralement. Il ne pensait plus qu’à une seule chose, plutôt à une seule personne.

Northwestern

S : qu’est-ce qui te fait rire ? (en la regardant avec un air soupçonneux)
Tu mijotes quelque chose

K : rien

S : dis moi pourquoi !!!
Elle fait semblant de chercher une info et elle répond……..

S (surprise) : c’est moi qui est là demain, c’est ça ?????

K (à la limite de la crise de rires) : je ne vois pas de quoi tu parles.

S : ouais c’est ça . Attends tu fais semblant de chercher quelque chose et après tu as répondu, que je ne sais pas qui était là demain matin. Et je suis la seule à bosser demain !!!!

K : tu es parano, c’est peut être Max.

Elle se moque de moi
S : tu as dit ELLE

K : j’ai toujours raison.

HEIN ???
S : alors là je ne comprend rien.

K : cherches pas à comprendre.

S : non, tu es trop mystérieuse pour moi.
Impossible de la comprendre sur ce coup

K : bon alors et la deuxième partie de ton examen ??

Vas y change de sujet. Tant pis je finirai par savoir
S : les différents traumas et leur prise en charge aux urgences, et un max de questions diverses sur les sujets des 6 années.

K : donc c’est ok, avec toute l’expérience sur les traumatismes, que tu as eut ici. Et pour le reste des questions, je ne me fais pas de soucis.

S (avec un grand sourire): oui ça été.
Bon, j’espère juste que je n’ai rien oublié

K : pourquoi tu es là au fait, tu bosses quand même pas ce soir ?

S : non, j’avais RDV avec Pope.

K : alors ???

Sara se posait toujours des questions sur ce mystérieux coup de fil.

Au fait comment elle sait que je travaille demain
S : comment tu sais que je bosse demain ??

K : tu m’as dit que tu allais reprendre ton stage ici, et comme je te connais, je sais pertinemment que tu n’attendras pas lundi pour venir.

Je suis si prévisible
S : ouais (en boudant)

K : moi à ta place, j’aurai gardé mon vendredi pour sortir.

Bah oui en semaine
S : j’ai cours l’après midi, je ne vais pas sortir !!

K : pas demain, ce soir pour fêter ta promo !!

Toute seule, j’aurai l’air bien tiens !!
S : je ne vais pas la fêter toute seule !! Et toi tu travailles demain matin, donc pas de sortie ce soir.

K : non, mais je sais qui tu pourrais inviter (en lui faisant un clin d’œil)
C’est pas vrai, elle lâche jamais l’affaire
S : étonnant (en levant les yeux au ciel)

K : tu vas l’appeler, oui ou non ??

S : non !!!

K : ok, si tu veux je peux le faire pour toi !!

S : ça va pas !!!

K : bien !!

Et elle partit vers la pharmacie. Sara ne comprenant pas qu’elle lâche l’affaire si facilement, la suivit.

Et elle me laisse en plan
S : Katie !!

K : quoi ??

S : tu n’insistes pas ??
Tu es malade ??

K : non, je vais laisser les choses se fairent par elles mêmes

S : d’accord (avec un grand air étonné)
Ou bien elle a reçu un coup sur la tête

K : je ne m’ennuie pas, mais je vais aller travailler.

Katie avait envie de lui dire que c’était Michael qui avait appelé, mais elle préférait attendre, car elle se demandait pourquoi il avait appelé, enfin la vraie raison, donc si Sara ne l’appelait pas, ce serait peut être lui qui ferait le premier pas. Donc pour une fois, elle laissa Sara tranquille.

S : ok, à demain et bonne nuit

K : toi aussi

Et elles s’embrassèrent.
Sara quitta le Northwestern et partit vers son campus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)   

Revenir en haut Aller en bas
 
This meeting that saved me (ch 90 p 4- 29-11-09)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 20Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10 ... 20  Suivant
 Sujets similaires
-
» meeting de landivisieau 29 /08
» Meeting Aérien de Reims 27 & 28 juin (spotter day le 26)
» Meeting DCP Halloween 2009
» [Powhatans] Meeting DCP de Noël 2009 (12 et 13 décembre)
» meeting de troyes "he oui les gros"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MiSa' Story :: WENTWORTH/SARAH & MICHAEL/SARA :: Fanfictions-
Sauter vers: