MiSa' Story


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Nothing''s gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Mer 24 Déc - 19:15

Moi aussi je reposte mon Big OS (c'est pas vraiment un OS ni une FIC)

Bon j'ai voulu essayer un petit OS MiSa (je vous sers le début) et puis la suite viendra aprés... enfin si ca plait... je pense faire 2 autres parties tout au plus... dans cette partie j'annonce plus le décor qu'autre chose..






bleu = pensées de Mike
rose =pensées de sara



Chapitre 1


Salle de réception, pendant le discours du Sénateur.

J’ai du mal à le croire mais, ce jour qu’on attendait tant Sara et moi, est enfin arrivé. Un jour que je lui avais promis. Je me souviens encore de l’expression de son visage, de sa main caressant ma tête avant d’y déposer un tendre baiser, après que je lui eu dit qu’un jour on laissera tous ca derrière nous et qu’on disparaitrait pour toujours avec le petit bateau.

Tout ce qu’on a vécu ces derniers mois furent les épreuves les plus difficiles qu’on eu à traverser. Retrouver les 5 autres porteurs de scylla, comprendre leur enjeu, infiltrer la compagnie et la faire tomber. Ma maladie et cette opération que je retardais alors que je me sentais de plus en plus mal. Et dans tout ça, pas facile de construire une relation seine. Sara avait déjà subit beaucoup trop de chose à cause de moi, mais la mort de Bruce et ce qu’on lui a fait, l’avaient totalement anéanti. Et si Cette mission lui avait permis un temps soit peu de dissimuler toute la rage qu’elle cumulait en elle, lui permettant en quelques sortes de penser à autres chose, je savais que ce serait difficile.

Chaque fois qu’elle était sur le point de craquer, je tentais tant bien que mal de la rassurer. Lui dire que tout irait bien. Mais je ressentais ca, comme un mensonge. Un terrible sentiment d’impuissance. Un échec. Je ne pouvais rien faire. Excepté cette même et difficile promesse. Un jour. Et même si je la savais fragile, c’est en elle que je parvenais à puiser ma force pour combattre la compagnie et nous rapprocher un peu plus de ce jour. Je devais juste préserver les apparences. Trompeuses. Juste pour la protéger.

Alors que j’étais plongé dans mes pensées, que les souvenirs de chacune de nos actions se fracassaient dans mon esprit, je fus interrompu et ramenait à la réalité. Sara me pressa la main avec force et douceur en même temps. Je caressais la sienne de mon pouce en guise de réponse tout en lui souriant. Je sentais la hâte qui se manifestait discrètement en elle, pour ce moment tant attendu. Aussi forte que la mienne.

Le discours du sénateur commençait sérieusement à s’éterniser et par la même, retarder notre départ pour le port ou le SS Minow nous y attendait. Il disait combien il était fier de ce que nous avons accompli. De notre courage. Notre bravoure. Mais savait-il vraiment ce que ça nous a coûté, j’en doute. Nous avons perdu des hommes durant cette quête de la vérité. Et pour moi, ça change tout. Je n’avais pas vraiment envie de venir écouter ces chimères, de recevoir une médaille. C’était la dernière chose qui comptait pour moi. J’étais loin de tout ça. Mais je devais être, on devait être la. Alors que je ne voyais plus la fin de cet interminable discours auquel je n’étais absolument pas connecté. Et Sara l’avait remarqué. Elle en riait. Je replongé instantanément dans mais rêveries après avoir sensuellement répondu à son sourire.

Ce matin quand je me suis réveillé, seul dans le bateau, j’ai cru que tout ce qui s’était passé jusque la, n’était qu’un rêve. J’aurais pu dire cauchemar, mais Sara en faisait partie. Et puis je la revoie descendre les marches une à une pour me retrouver.


Flash back

- Eh mais t’es pas encore levé, nous allons être en retard…

Je la regarde et lui sourit, elle comprend immédiatement que je n’ai guerre envie d’y aller, mais ce n’est pas comme ça que je l’aurais. Elle s’approcha de moi, s’assit au bord du lit et me tapota gentiment l’épaule, m’ordonnant de me dépêcher. Le regard plus que sérieux. Mais moi j’interprétais cela autrement. Plus vite on y sera et plus vite on se retrouvera seuls tous les deux dans notre petit bateau.

- Ok, ok, je me dépêche.
- Presse-toi, on est les derniers, les autres sont déjà partis.

Après quelques minutes à l’admirer se pavanant dans ce petit espace, je finis par me lever et me préparer afin de plus perdre une seule minute. Même si j’aurais préféré prendre le large avec elle sur le champ.

Fin du flash back

Cette façon qu’il a de me regarder me fait tressaillir comme quand il me touche. Ce sourire qu’il m’accorde, me fait frémir de plaisir comme quand il scelle ses lèvres aux miennes et m’embrasse fougueusement. J’aimerais qu’il embrasse fougueusement, la tout de suite. Mais je doute que le Sénateur apprécie cela.

J’ai envie de pourvoir me retrouver seule avec lui. J’ai envie de lui dire combien il m’a manqué tout ce temps. Pas de sa présence non. Mais plutôt de ses caresses, ses baisers, ses étreintes. J’aime quand il me prend dans ses bras. Je m’y sens en sécurité. Mais à chaque fois que je sentais le besoin de m’approcher de lui, de le toucher, le sentir ou tout simplement l’aimer comme il le mérite, quelque chose en moi, quelque chose de destructeur, me faisais me rétracter. Comme si ce que je m’apprêtais à faire, ne pouvais que le faire souffrir. Oh ! Combien j’aurais voulu réagir autrement face aux derniers événements parvenus.

Je crois, je crois juste que je n’étais pas prête pour ça. Trop de choses brouillaient mon esprit. Mais à présent je sais que je ne veux qu’une chose, m’éloigner de tout ça avec lui, seulement lui. Je sais qu’il nous reste encore un bon bout de chemin à faire ensemble avant de dire qu’on pourra vivre d’amour et d’eau fraiche. Je n’ai pas oubliais mon passé. N’y le sien. Et je sais que je n’y parviendrais qu’avec lui. Qu’après lui en avoir parlé. Qu’après lui avoir livré tous mes secrets aussi pénibles soient-ils. Mais pas toute suite. Je ne veux pour rien au monde gâcher ce merveilleux moment. Même si la situation ne s’y prête pas vraiment. Mais je suis avec lui, c’est déjà beaucoup.


« …C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, je suis là. Pour leur dire merci pour tout ce qu’ils ont fait. Ce qu’ils ont apporté à l’Amérique. »

Voila ce qui me fit sortir de mes pensées, la dernière phrase que le Sénateur prononça et qui déclencha une avalanche d’applaudissements. Encore quelques instants parmi les invités. Quelques salutations et alors nous pourrons partir.

- Eh ca va ?
- Oh oui ca va. J’ai juste envie de…
- Partir ?
- Oui. Dit-elle en riant. Disons que ce genre de rassemblement, ce n’est pas vraiment ce que j’aime, ajouta-t-elle ensuite.
- Je sais. Moi non plus.


Si je n’étais pas en train de vivre ce jour, je n’y croirai pas. Je pouvais être englouti dans un de mes rêves, mais elle était plus réelle que jamais pour que ça soit cela. Et je ne rêvais pas. J’en étais certain. De nombreuse fois, j eus cru qu’elle était qu’une illusion, depuis que Lincoln m’avait dit qu’elle était m… Mais je ne serais pas là, si cela avait été le cas, et puis ce ne serait certainement pas un rêve.

La foule commençait à se dissiper un peu partout dans la salle. Les uns allant au bar pour se désaltérer. D’autres s’approchaient de nous, Lincoln, Mahone, Sucre Sara et moi, pour nous saluer, nous féliciter. D’autres encore restaient s à leur place à discuter de sujets qui n’avaient de rapport avec ce rassemblement.

Alors que mon regard se perdait dans tout la salle, Sara m’attrapa par le bras et fit glisser sa main jusqu’à la mienne. Je l’a serrait un instant avant de la laisser partir.


- Je reviens tout de suite dit-elle.

Quelques minutes plus tard, c’est moi qui quittais mon frère, Sucre et Alex, pour la rejoindre. A cet instant, je ne savais pas si, elle avait besoin d’un petit moment pour nous deux ou si elle voulait partir tout de suite.

Le soleil brille, les oiseaux chantent, la vu d’ici est imprenable. Ce jour est tout bonnement magique. Alors que je me perds dans ce magnifique paysage depuis le balcon, je sens deux mains passer autour de ma taille. Un sourire se dessine sur mes lèvres. Je frisonne. Michael.

- Tu veux qu’on s’en aille maintenant ?
- Ce ne serait pas bien…
- Je sais que tu en envie.
- Oui mais on ne peut p…
- Allons-y.
- On pourrait peut-être aller saluer…
- Non, partons maintenant.

Et nous partîmes tous les deux laissant les autres dans l’ignorance. Nous retrouvâmes notre petit bateau échappant au brouhaha de la fête. C'était vital. Être juste avec elle.

Cinq ans plus tard…





Dernière édition par IsLeMMe le Ven 15 Mai - 21:38, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Mer 24 Déc - 19:16

Voici une tite suite...

rose : pensées de sara
Chapitre 2

Cinq ans plus tard…

Il n’y a que dans ses bras que je me sens bien. Que je revis. Il est mon oxygène, ma raison de vivre. Je ne sais vraiment pas ce que je ferais sans lui. C’est bien simple, désormais, je serais dans l’incapacité d’imaginé ma vie sans lui. Et quand je repense à ce que je j’étais quelques années plutôt, je remercie Dieu de l’avoir mis sur mon chemin.

Alors que je suis totalement perdue dans mes pensées, je sens son corps se coller au miens. Il écarte d’une douce caresse mes cheveux, pour y déposer un baiser sur mon cou. Ce qui me ramène à une toute autre rêverie encore plus belle que celle ou je m’étais volontairement égarée.


- C’est à moi que tu penses ?
- C’est si évident que ça ? Dis-je en souriant.
- Oui, me dit-il d’un ton fier et amusé.
- Et toi, est ce que tu penses à moi ?
- Hum ouais, de… temps en temps…
- Oh ! Lui répondis-je, surprise que ce son m’eu échappé aussi fort.
- En faite… le contraire m’est totalement impossible.

Soulagée de cette nouvelle réponse, je me retourne vers lui pour lui faire face. Je plonge mon regard dans le sien sans ne plus pouvoir m’y détacher. Je reste ainsi figée dans ce regard océan comme si je contemplais la plus belle merveille du monde. C’était le cas. Je sentis une de ses mains glisser lentement sur ma taille pour me rapprocher encore plus prés de lui. Je frissonne. A cet instant, je n’ai qu’une seule envie, qu’il m’embrasse. Aussitôt pensée, aussitôt fait. Il posa lentement ses lèvres sur les miennes y déposa plusieurs petits baisers. Il joue. Et j’aime ça. Soumit à la tentation, il finit par m’embrasser fougueusement et je lui répondis. Il mêla sa langue à la mienne et la fit danser passionnément. A bout de souffle, il me relâcha un instant, le temps de reprendre nos respirations devenues haletantes et par la même, mes esprits. Quel baiser ! Enfin, sa bouche retrouva la mienne dans une danse frénétique. Rassasiée de ses baisers, à présent, je voulais plus. Je le lui fis comprendre d’un simple regard.

- Tu es sûre ?
- Hu hum.

Dans un premier temps, il répondit à ma requête par une pluie de baisers et de caresses plus enivrants les uns que les autres. Une chaleur immense s’empara de tout mon être. Je compris alors que le doute n’existait plus, je voulais être sienne pour toujours. Le contact de sa peau brûlante réveilla en moi des sensations que je ne soupçonnais même pas.

A ma demande, il déboutonna lentement chaque bouton de mon chemisier et le fit glisser à terre. A mesure qu’il découvrait mon corps, il parsemait de baisers chaque parcelle de peau qu’il dénudait. Bientôt, je me retrouvais dos au mur, le laissant continuer son exploration charnelle. Il laissa descendre ses mains le long de ma colonne vertébrale jusque sous mes fesses.
Il me transporta, j’encerclais alors mes jambes autour de sa taille, et nous continuâmes ainsi notre danse d’amour. Tout en poursuivant notre ballet, il me conduisit jusqu’au lit ou il m’y déposa délicatement. Il mit un genou sur le matelas et s’approcha de moi pour dégrafer mon jean qu’il me retira sensuellement, le faisant rejoindre rapidement mon chemisier au sol.
A mon tour, je lui enlevais son sweat et son jean. Seuls quelques bouts de tissus séparaient encore nos deux corps enlacés.
Il s’allongea sur moi et me regarda intensément durant quelques minutes. Je savourais. Puis il reprit activement son exploration et me couvrit de baisers partant du visage, passant par mon cou, s’égarant sur une épaule et alla finalement rejoindre ma poitrine après y avoir retiré le tissus de soie qui l’en séparait. Il joue. Encore. Et j’aime. Encore. Dans sa course aux baisers brulants, il encercla la pointe de mon sein qu’il agaça du bout de sa langue.
Tout en caressant un de mes seins, il descendit avec lenteur le long de mon ventre frémissant. Se perdit entre mes cuisse la ou la peau se fait plus tendre, plus douce, vers le cœur de ma féminité. Mes doigts se crispaient autour du drap froissé et je sentis une vague de bonheur me submerger. Lasse de ce petit jeu, j’arquais mon dos, m’offrant totalement à lui. Enfin nous retirâmes les derniers bouts de tissus qui isolaient nos corps de l’autre et je le suppliais de s’unir à moi.

Sa hâte se lisait dans ses yeux. Il répondit alors à mon souhait. Il se glissa doucement en moi. Je me mordis la lèvre pour ne pas hurler toute la jouissance qui m’habitait à cet instant. Dans un ultime mouvement de vas et viens il me fit découvrir la véritable signification du plaisir. J’enlaçais mes mains autour de son cou et l’embrassa avec fougue.

Jamais je n’avais ressentis pareil sensation. Seul Michael Scofield pouvait me faire vivre ça. Après notre petite danse érotique, nous restâmes dans les bras l’un de l’autre à profiter de chaque minute qui nous était offerte. J’enfouis ma tête dans son cou, sentant son corps humide et brulant de désir et m’endormi.

Je me réveil en sursaut. Poussant un petit cri enraillait. Je passe lentement mes mains sur le lit. Je suis seule. A bout de force, le sommeil m’emporta de nouveau. C’est alors que je sentis une main froide presser mon bras. Je dors. Je rêve. Je suis bien. Je ne veux pas me lever. Pas de suite. Mais ce contact froid ne cède pas.


- Maman… maman… maman

Je me relève brutalement.

- Michael ?





Dernière édition par Islemmedemars le Mer 14 Jan - 22:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Mer 24 Déc - 19:17

Bleu = Pensées de Michael.
Rose = pensées de Sara
Vert = Pensées de Lincoln.
Chapitre 3

Voila cinq ans, cinq ans que je fais le même rêve, et qui se transforme automatiquement en cauchemar des que je me réveil. Tous les matins je prends conscience que je suis seule. Et rien ne vient apaiser la douleur qui s’ancre au font de moi quand son nom m’échappe, « Michael ? » Je sais qu’il ne me répondra pas. Je tente alors de reprendre mes esprits. Soudain je réalise que je ne suis pas seule. Il n’est pas la. Lui. Mais je ne suis pas seule. Adam.

Le contact de sa main froide me lassa encore un instant à mi chemin entre mon rêve et la réalité. Puis la petite voix aiguë qui accompagna son geste, me réveilla complètement. Je le regarde avec insistance. Un sourire se dessina instantanément sur mon visage.


- Bonjour mon cœur.
- Bon - jour ma - man.

Je me lève, le prend dans mes bras et l’embrasse tendrement. Je descends avec lui rejoindre la cuisine préparer rapidement son petit déjeuné afin de ne pas être en retard pour l’emmener à l’école. Adam s’était assit sur sa petite chaise. Je le regarde tout en préparant son chocolat. Je ne pu empêcher une larme de s’échapper, coulant le long de ma joue pour finalement aller s’écraser à mes pieds. Il me fait tellement penser à lui. Les mêmes yeux océan. Soudain je sens mon cœur battre à tout rompre. Je ne serais pas à la hauteur aujourd’hui. Je le sais. J’aime mon fils, plus que tout, mais aujourd’hui est un jour si particulier. C’est son anniversaire, 36. Il aurait eu 36 ans. Je lui donne son verre et une tartine qu’il commence à dévorer sans aucune retenue. Ce qui m’arracha un sourire. Je ris tellement peu, que je me rends compte à quel point cela me fait un bien fou.

On sonne à ma porte. C’est étrange, je n’attends personne. Pas de si bonne heure en tout cas. J’avance d’un pas lent rejoindre l’entrée. C’est Lincoln.


- Salut, ca va ?
- Ca peut aller et toi ?
- Bien merci.
- Entre je t’en prie.
- Merci.
- Qu’est-ce qui t’amène de bonne heure, dis moi ? Lui dis-je en m’arrachant un sourire forcé.
- Eh bien, j’avais envie de te voir.
- Lincoln, je n’ai pas l’intention de faire de conneries, tu sais.
- Non, non ne te méprends pas sur mes intentions, j’avais juste envie de vous voir. Me dit-il gêné. Ecoute c’est l’anniversaire de Michael aujourd’hui. Et… Je me suis dis que voir la famille ca te ferais du bien. Ajouta t-il finalement. Incertain.
- C’est… c’est très gentil Lincoln… mais je préfère rester seule.

Je sais qu’il essai de m’aider, il fait tout ce qu’il peut pour que je me sens bien. Mais aujourd’hui, c’est particulier, je veux réserver toutes mes forces, mes faiblesses, mes joies et mes peines uniquement à Michael. Lincoln est un bon père et certainement le meilleur oncle qu’il m’était donné de connaitre. Adam l’aime tant. Il a toujours était là pour nous. Depuis que Michael est m… Oh ! Il me manque tellement. Je change de sujet.

Tu veux du café ?
Non, non merci je viens juste d’en prendre un.
Pourrais-tu faire quelque chose pour moi ?
Oui bien sûr. Ce que tu veux.
Est-ce que tu pourrais conduire Adam à l’école s’il te plaît ? J’ai... J’ai…
Besoin de te retrouver seule ?
Oui, lui répondis-je en lâchant un sourire involontaire.
Pas de problème… tu m’appelles si tu as besoin de quoique ce soit d’accord ?
Ok. Merci.

Je l’admire vraiment. Elle prétend vouloir être seule. Mais en réalité je sais qu’elle ne veut pas qu’Adam la voit dans tous ses états. Sa souffrance. Elle ne tient pas à lui faire de peine. Et ça, ça dure depuis cinq ans. J’admire le courage dont elle fait preuve depuis tout ce temps. Elle aurait pu abandonner. Et ce ne sont pas les occasions qui ont manqué. Mais elle a choisit de survivre à tout ca pour son fils. Votre fils. Ou que tu sois Michael, tu peux être fier d’elle. Le temps qu’elle prépare Adam, je fis le tour du salon. Je remarque alors qu’ici rien n’a changé. Même la photo de votre mariage à Vegas est toujours la. Une chose est sûre, elle ne t’oubliera jamais. Elle revient.

- Si… si tu veux Sara, je pourrais garder Adam à la maison ce soir, j’irai le prendre à l’école et…
- Euh, non… je préfère aller le chercher moi-même. Je le conduirais chez toi plus tard.
- C’est... c’est comme tu veux.
- Oui, je veux juste l’emmener voir son père.
- Ok. On fait comme ça. (A Adam) On y va petit gars.
- Oui Oncle Linc.
- A tout à l’heure mon chéri, dis-je à mon fils en l’embrassant. Bye Lincoln.
- Bye.

Me voila seule. Je retourne dans la cuisine, me sers un café et m’assoie. Je tombe instantanément dans mes pensées, comme j’en ai prit l’habitude c’est dernières années. Je tourne machinalement la cuillère sans vraiment y prêter attention. Je suis déjà partie. Commence alors dans mon esprit une véritable bataille entre mes bons et mauvais souvenirs se percutant les uns aux autres sans trêve. J’ai mal. Je ne remarque pas de suite mais des larmes s’échappent. Je pense, je pleure. Il me manque. Je sens les larmes déferler plus abondement sur mon visage et je ne peux rien pour arrêter ça.

J’essaie fortement de penser aux meilleurs moments passés avec lui. Je ne parviens qu’à faire l’inverse. Je l’ai perdu. Il n’y a pas une seconde de ma vie ou je ne pense pas à lui. Tout me ramène à lui. Quand je vois un couple dans la rue, j’ai mal. Quand je sens son parfum sur un autre, j’ai mal. Quand j’entends une musique qu’on écoutait, j’ai mal. Même le bonheur des autres me fait mal. Il aurait du être la. Oh mon Dieu ! Je me rends compte que je lui en veux. Pardon.

Lasse de cette souffrance, je balance fortement les bras suivit de ma tête sur la table. La tasse valse. Le café coule. Mais ça m’est égal. Je pleure. Encore. J’ai besoin de ma dose journalière. J’évacue tout la rage, la peine, la souffrance et autres sentiments néfastes qui m’habitent. J’essaie de me raisonner. Je me dis qu’il faut que j’aille travailler comme je le fait tous les jours pour oublier. Mais aujourd’hui je ne peux pas. Il est trop présent en moi. Je ferme les yeux.

Les souvenirs m’assaillent, cette blessure me déchire le cœur. Je sens que je tombe dans la folie. Il faut que je me ressaisisse. Pour Adam. Dans un effort démesurer qui m’arrache une douleur dans mon ventre, Je repense à mon plus beau souvenir de lui.


Flash Back

Vegas. Je sais que ce n’est pas le genre de mariage dont elle rêve, mais je veux l’épouser maintenant. Elle connaît notre destination mais elle n’en connaît rien à mes motivations. Elle voulait savoir, mais je n’en dit rien. Elle me demanda aussi pourquoi nous n’avons pas prit le bateau. Plus tard. Je lui répondis que c’était plus important ce que nous allions faire. J’aime quand elle me regarde ainsi.

Nous sommes arrivés. J’attrape sa main e sans plus attendre la guide vers l’extérieur. Je fis signe à un taxi pour partir. Elle continue de me regarder avec cet air inquiet mélangé à de l’incompréhension. Quelques minutes plus tard, nous arrivâmes à destination.


- Ou m’emmènes-tu Scofield.
- On y est presque.
- Dis le moi, s’il te plaît.
- Regard !

Une chapelle. Je me retourne vers lui. Il me sourit.

Sara Tancredi, J’aimerais t'épouser.
Vegas ? Lâche-je dans un fou rire incontrôlé.
Je sais… je sais que ce n’est pas ce que tu voulais mais… j’ai tell…
Oui. Oui je le veux. Oui, Oui, Oui...

Sa réponse me surprit d’abord, puis me combla de joie. Je la pris dans mes bras et la fit danser. Nous nous dirigeâmes frénétiquement vers la petite église. Quelques minutes plus tard elle était Madame Scofield. Je ne pouvais pas être plus heureux que ça.

Je contemplais l’anneau qu’il avait glissé à mon doigt. Je n’arrive pas à y croire. Je suis Madame Sara Scofield. Je ne peux pas être plus heureuse qu’en cet instant.
Je ne connaissais pas la suite du programme mais je m’étais plus à l’idée qu’il avait tout prévu. Vegas, le mariage, un hôtel ou nous passerions notre première nuit ensemble. Mais j’avais tout faux. Nous retournâmes à l’aéroport pour Los Angeles. Je ne comprenais pas. Mais j’étais trop épuisée pour réfléchir ou poser des questions. J’enfouille ma tête au creux de son cou et m’endormi.

Quand je me suis réveillée, nous étions dans le bateau. Ouah, je ne pensais pas être aussi fatiguée. Je me lève. Je le cherche mais ne le voit pas. « Michael, Michael ? » Je monte sur le ponton et le trouve à la barre. Je me dirige énergiquement vers lui. Passe délicatement mes bras autour de sa taille.


- Bonjour.
- Bonjour, bien dormi ?
- Comme un bébé.

J’aime la voir sourire. J’aime la voir heureuse. Aujourd’hui elle est tout ce qu’il y a plus précieux dans ma vie. « Je t’aime Sara ».

Fin du flash back

Un téléphone sonna. Je me réveil brusquement. Ma cuisine. Je suis dans ma cuisine.
- Je t’aime aussi.





Dernière édition par Islemmedemars le Mer 14 Jan - 22:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Mer 24 Déc - 19:18

bon une suite (toute petite) finalement ce n'est pas la dernière... parce que je prefère couper ici...

*************
Chapitre 4

L’hôpital. Katie vient de me rappeler à l’ordre. Je suis en retard. Mais je ne veux pas y aller. Elle sait. Elle fera tout ce qu’elle peut pour me couvrir. C’est mon amie. La meilleure. La seule. Je remarque que les manches de mon sweat son humide. A cause de mes larmes. J’ai tellement pleuré. Et je sais que je n’en ai pas fini. J’ai envie de me lever, de dire stop. Tourner la page. Penser plus à Adam. Vivre. Mais je n’y arrive pas. Je sais juste que ce jour, je le vivrais comme ses autres anniversaires. En compagnie de ma solitude, ma tristesse et mes larmes. Mes pensées aussi. D’ailleurs je replonge. Mon pire souvenir remonte à la surface. Sa mort.

Flash back

Moi qui pensais qu’on aller partir en douce de la réception, il a fallut tout de même que Michael aille retrouver Lincoln pour lui demander les clefs de sa voiture. Nous n’avons pas besoin de s’inquiéter pour lui. Il partira avec Alex et Sucre.

- Ou est-ce qu’on va ?
- On quitte la ville.
- Maintenant ?
- Tu y vois un inconvénient ?
- Aucun. Tant que je suis avec toi.
- Alors c’est parti.

Je le suis. Sans dire mot. Maintenant que nous sommes réunis, je sais que tout va bien se passer. Je n’en ai rien su jusqu'à notre destination mais ma surprise fut énorme. Avant de partir, je lui avais tout de même demandé quelques minutes pour me changer. Ma robe était jolie, mais un jean et une chemise, c’était beaucoup plus pratique pour voyager. Vegas. Mariage. J’étais tellement heureuse. Notre retour à Chicago ma un peu déconcerté sur le moment. Mais je ne m’en inquiétais pas tant. Je lui accordais toute ma confiance.

Pour moi, le retour fut très rapide. Je dormi tout le temps. A mon réveil, nous avons passé notre première nuit d’amour. A cet instant plus rien de manquait à mon bonheur. J’avais parlé trop vite.


Le lendemain matin, nous nous sommes tous rendu au bureau du sénateur. C’est lui qui devait nous remettre tous les documents en règle. L’assurance de notre liberté. L’entretien ne dura que quelques minutes. Quelques explications. Encore des remerciements et puis surtout la remise des documents. C’est à ce moment précis que Michael s’est sentit libre. Je l’ai lu dans son regard.

- On y va.
- Ok. Dis-je en même temps que Lincoln.

En sortant de la toilette des dames, je me dirige énergiquement vers l’ascenseur pour rapidement retrouver Michael. Une fois en bas, je pousse un hurlement. Je vois Lincoln à genou, au sol. Michael tombé dans ses bras. Le sang maculait sa chemise blanche. Je ne comprends pas. Tout était sensé être terminé. Je me rapproche de lui. Il est encore conscient. Je n’y crois pas mais je lui dis que tout vas bien se passer. J’apprends dans le tas qu’il a reçu deux balles. Une à l’épaule, une dans le ventre. J'ai peur. Quelqu’un a appelé une ambulance. Il est conduit d’urgence à l’hôpital le plus proche.

Quelques heures plus tard, Lincoln et moi apprenons de la bouche du médecin que c’était fini. Terminé. Michael est mort. Mais pourquoi ? Je me jette instantanément sur Lincoln et commence à verser toutes les larmes de mon corps.


- Je veux le voir.
- Je suis désolé madame mais c’est impossi…

Fin du flash back

Je regarde autour de moi. Ma cuisine. Je viens de me réveiller. Encore. Je n’avais pas vu Michael se faire tirer dessus. Je n’ai pas vu son corps non plus. Je ne voulais pas y croire. Mais Lincoln me la certifier. Michael était mort. Il disait que c’était pour mon bien. Que je souffrirais moins. Baliverne. Je me souviens avoir hait Lincoln pour m’avoir persuadé de ne pas aller le voir. Mais maintenant, je me hais encore plus moi-même pour l’avoir écouté. J’avais le choix de le voir une dernière fois et je ne l’ai pas fait. Il me manque.
Je suis à présent dans ma chambre. Allongée sur mon lit. Sa photo dans les mains. Une des rares qu’on a pu prendre ensemble. Je sais que c’est grâce à Adam si j’ai réussit à tenir jusque là. Mais plus les années passent, plus je me sens faible. Et le combat me parait de plus en plus difficile. A penser ça, je me sens une mère indigne. Mais je ne parviens pas à faire autrement. Je suis perdue. Sans lui.

Il est déjà quatorze heures. Je n’ai fait que dormir, pleurer, penser aujourd’hui. Il faut que je me ressaisisse. Je me prépare. Aujourd’hui j’ai décidé d’aller le voir avec Adam. Lui parler. Parfois ca me fait du bien. Adam termine l’école à quatre heures d’habitude, mais je suis sûre que sa maîtresse comprendra.

Voila, je suis prête. Je descends les escaliers, me dirige vers la porte. Je pose ma main sur la poignée et m’apprête à l’ouvrit. Quand la sonnerie retentit. J’ouvre la porte. En voyant la personne, je reste béat.


- Oh mon Dieu !
- Sara…





Dernière édition par Islemmedemars le Mer 14 Jan - 22:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Mer 24 Déc - 19:19

Chapitre 5


Je n’arrive pas à y croire. Je suis sous le choque. Je m’apprêtais à lui débiter tout un tas de chose pour définir ma surprise. Ma colère aussi. Mais je remarque qu’il est blessé. Instinctivement mes reflexes de médecin me font réagir. J’ai envie de lui poser tout un tas de questions sur sa blessure. A commencer par : Comment s’est arrivé ? Qui lui à fait ça ? Et pourquoi venir chez moi ?

Pendant que ces questions se fracassent les unes aux autres dans mon esprit, je le fis entrer. Le conduit rapidement au salon, l’aide à s’allonger sur le canapé. Je me dépêche d’aller chercher ma trousse de soins. J’en ai toujours une à porté de main. De plus en plus de questions viennent s’ajouter dans ma tête. Plus tard. Je m’efforce de garder une certaine concentration pour m’occuper de lui.

Je soulève son t-shirt. Je vois les dégâts. Une blessure par balle. Encore des questions. Je m’évertue de ne pas y penser mais c’est plus fort que moi. Pendant que je le soigne, que je m’apprête à lui retirer le projectile, ma curiosité s’annonce. « Comment est-ce arrivé ? » Il ne me répond pas. Je me doutais bien. Ca devait juste sortir.

Je fini au bout d’un moment par extraire la balle. Je continue de presser des compresses pour éponger le sang qui coule. Mais j’ai les mains qui tremblent. Je sens que je n’y arrive pas. Tout ce sang me rappel la première fois. Je tente de me ressaisir. Je sais qu’il ne va pas mourir. Mais je dois faire vite. Je nettoie tout le sang qui se trouve sur l’entaille pour y voir plus clair. Je prépare rapidement le matériel pour lui faire quelques points de sutures et lui donne quelque chose pour atténuer la douleur. Je le laisse se reposer. Il en a besoin. Plus tard nous discuterons. Je dois partir. Il est temps d’aller chercher Adam à l’école.

En début d’après midi, j’avais l’intention de l’emmener au cimetière pour la première fois. Mais à présent c’est inutile. Sur la route de l’école, je pense à lui. Mon esprit ne cesse de m’envoyer des images horribles. En guise de réponse à toutes mes questions. Je fini pas secouer la tête. Comme pour tenter d’effacer tout ça. Je dois me concentrer sur la route.

A l’école je récupère Adam. Je discute avec lui comme je le fait tous les jours sur sa journée. Je ris. Oublie un instant qui est chez nous. Je prends mon fils dans mes bras et l’embrasse. « Je t’aime si fort ». Je le glisse ensuite sur son rehausseur. L’attache. Nous rentrons. Sur le chemin du retour je ne cesse de me demander comment je vais expliquer ça à Adam ? Il ne sait pas qui il est. Le peu de photos que j’ai de lui l’on bien mal renseigné.

De retour à la maison, je ne le vois plus dans le salon. Je perds mon regarde dans toute la pièce. Il n’est plus. J’espère qu’il n’est pas partit. Je ne veux pas qu’il parte. J’ai besoin de savoir ce qui s’est passe. De savoir surtout ou il était tout ce temps. J’entends du bruit provenant de la cuisine. C’est lui. Je demande à Adam d’aller dans sa chambre, je vais le rejoindre rapidement. Il s’exécute. Il ne m’a jamais désobéit. Je me dirige expressément vers la cuisine. Il mange.


- Sara je…
- Ne t’en fais pas. Je comprends que tu ais faim. Et surtout ne te gène pas pour ça.
- Merci.
- Tu sais… je me racle la gorge J’ai besoin de savoir… ce qui... ce qui s’est passé.
- Oui je sais… mais… Mais malheureusement je… je ne peux rien dire pour le moment.

Je le regarde me dire ça avec tellement de peine comme s’il n’avait pas le choix. Quelqu’un l’empêche de parler. Qui ? Pourquoi ? Je ne comprends pas. Tout ce temps d’absence et il croit qu’il va s’en sortir comme ça. Il rêve. Je suis désolée pour lui mais il va me parler.

- Tu crois… tu crois vraiment que je vais te laisser partir comme ça, sans dire -mot ? Lui dis-je tout à fait calmement, bien que j’eusse envie de hurler.
- Non, je sais bien, laisse moi juste un instant. Je reviens.
- Ou vas-tu ?
- Je reviens, je te le promets.

Je le laisse partir. De toute façon, aurais-je vraiment était capable de le retenir ? Malgré tout ce temps d’absence je parviens à lui faire confiance comme autrefois quand nous faisions équipe. Quelque chose fait que je veux le croire. J’espère ne pas me tromper.

Mon fils ! Je me dépêche de le rejoindre dans sa chambre, le chercher pour lui donner son gouter. J’entre. A ma grande surprise, il s’est endormi. C’est une première. Je le laisse. Je retourne à la cuisine. J’ai besoin d’un bon café. Et d’une clope. L’autre chose qui me fait tenir. Je rempli ma cafetière d’eau. Ajoute le café et la met en route. Je m’assoie. Je croise les bras sur la table et pose délicatement ma tête dessus. J’attends. Le café. Son retour.

Je ne sais pas comment je vais réagir, une fois qu’il m’aura tout expliqué. Je me pose encore des tonnes de questions. Je veux éviter mais je n’y parviens pas. Je ne sais pas non plus si je vais accepter. Je ferme les yeux. Passe mes mains sur ma tête et frotte énergiquement, comme si toutes ces questions pouvaient disparaître tout simplement. J’attrape le paquet de cigarette. En tire une. L’allume. Je l’a commence. Je savoure. J’arrive à oublier. Mais seulement pour me perdre encore et toujours dans mes pensées. Quand j’y repense.


Flash back

Je marche d’un pas lent. Je veux être prés de lui mais je veux prendre mon temps. J’ai peur. C’est la première fois que je viens ici. Depuis qu’on l’a enterré. J’avais trop mal. La où il est, je sais qu’il doit m’en vouloir. Pardon. C’est pour lui parler d’une chose très importante que je suis la. Je ne suis plus très loin. Je ne sais pas encore comment je vais lui dire. J’ai tellement de chose à lui dire. Il est partit trop tôt.

Voila. J’y suis. Michael Scofield. 1974 – 2005 vraiment trop tôt. Je me mets à genoux. J’ai apporté des fleurs fraiches. Je m’empresse de retirer celle qui s’y trouve déjà. Celles que Lincoln à du déposer. Et les remplacent par les miennes. Je les arrose avec ma bouteille. Je commence.


- Bonjour Michael. C’est la première fois que je viens ici depuis que tu es parti. Pardonne-moi. Je n’ai pas eu la force. Mais quelque chose viens de se passer. Je me devais de t’en parler. J’aurais tellement voulu que tu sois la. A mes côtés. A nos cotés.

Je parviens à extirper un sourire malgré les larmes qui commence à couler le long de mes joues.

- Je vais… nous allons avoir un bébé. Regarde ! Je t’ai apporté la photo de ma première échographie. Je ne sais pas encore si c’est un garçon ou une fille. Qu’importe. Je veux juste que notre enfant te ressemble.

Je continue ainsi à lui parler. Lui dire combien je l’aime. Combien il me manque. A quel point j’aurais voulu d’une autre vie avec lui. Je pensais que je serais plus forte que ça. Mais non. Je sens que je vais m’effondrer. J’ai tellement mal. Je ne comprends pas pourquoi elle t’a tiré dessus puis s’est infligé la mort. Je ne comprends pas. Malheureusement, je sais que tu n’as aucune réponse pour moi. Je sais ce que tu veux Michael. Que je sois forte. Je ne peux pas te promettre que j’y parviendrais. Mais je vais essayer. Pour notre bébé.

Mes larmes continues de se déverser sur sa pierre tombale. Le soleil brille s’y fort qu’elles sèchent rapidement. Mais moi je me plais à croire que c’est toi. Toi qui essayer de faire taire mes larmes. Je vais y aller maintenant. Mais avant je m’allonge un instant sur la pierre. Je lui dis au revoir et lui promets de revenir. Maintenant qu’il y a une petite vie en moi, je sais qu’il voudra tout savoir. Je me lève. Retourne sur mes pas et quitte cet endroit. Je sens une odeur étrange.


Fin du flash back.

Le café ? Non ce n’est pas ça. L’odeur est plus prés encore. Oh non, la cigarette. Je me suis assoupie. J’ai oublié de l’éteindre. Une mèche de mes cheveux sent la cendre. C’est ça. Je me lève d’un bon de ma chaise. Mon état semi endormi me fait perdre la tête. Je me sers un café et me rassoie. Par simple précaution, j’éteins la cigarette. Je m’aperçois qu’il n’est toujours pas revenu. M’a-t-il menti ? Aurait-il changé à ce point ? Non, je sais qu’il va revenir, ne serait-ce que pour sa blessure. Il aura besoin de moi.

Mon café terminé, je me rends comptes que je me suis assoupie une bonne demi-heure. Je me lève rapidement pour aller voir Adam. Il dort encore. Je suis inquiète, Sucre n’est toujours pas revenu.

Je descends les marches lentement, ma main serrant fortement la rambarde. Je me sens si fatiguée. Mais je ne veux pas dormir. Pas maintenant. Je dois appeler Lincoln, pour qu’il passe prendre Adam tout à l’heure. Je n’ai pas la force de l’y conduire moi-même. Sur la dernière marche, je stop net. Les yeux écarquillés, la bouche grande ouverte. Je suis sous le choque. Sucre ne m’a menti. Il est revenu. Mais il n’est pas seul. Je sens que je tombe. Je tombe. Je sombre.

J’ai les yeux clos. Je reste ainsi. J’ai peur de les ouvrir. Le doute s’emmêle. Je suis sous le choque, ce que j’ai vu n’est pas possible. Ma peur est immense et inconnue. Je vais finir par me décider. Mais je ne sais pas si je veux qu’il soit encore la ou pas. Je les ouvre. Je m’étouffe presque dans une inspiration rapide et incontrôlée. Puis elle s’accélère. Haletante. J’essai de me calmer. Impossible.


Sara calme toi. Calme-toi, c’est moi… Michael.





Dernière édition par Islemmedemars le Jeu 22 Jan - 2:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Mer 24 Déc - 19:20

Voila une suite les filles. Bon ca n'est pas la dernière, d'ailleurs j'arrête de dire ça parce que c'est jamais vraie lol, jusqu'à ce que je posterai la vraie dernière lol.

Bleu = Pensées de Michael
Rose = Pensées de Sara

Chapitre 6


Elle est effrayée. Je le comprends. Je n’aurais pas réagit autrement à sa place. Elle me croit mort depuis si longtemps. Je m’en veux. Je m’en veux tellement. Je ne me le pardonnerais jamais. Et je n’attends pas d’elle qu’elle le fasse. Comment pourrait-elle ? J’essai de la calmer. Mais sa peur est trop grande. Elle croit rêver. Je demande à Sucre de nous laisser seuls un instant. Il quitte la pièce.

Elle est très agitée. Je ne sais pas quoi faire. Peut-être devrais-je la laisser extérioriser toute la rage qu’elle peut ressentir à cet instant. Après, ca ira mieux. Je l’espère. Je me lève donc et part retrouver Sucre dans la cuisine. Elle a besoin de temps et ça commence maintenant.


Au mon Dieu ! Je n’arrive pas à y croire. Comment cela est-ce possible ? Il est mo… C’est pourtant lui que je viens de voir. C’est lui que j’ai entendu. Cette voix, c’est la sienne j’en suis certaine. Ce regard si intense figé dans le mien. Mais c’est tellement improbable. Non c’est impossible. Je rêve. Mais si c’était lui, si c’était vraiment lui, pourquoi, pourquoi maintenant ? Il faut que je sache.

Je me lève et me dirige le pas incertain vers la cuisine. J’écoute. Que peuvent-ils bien se dire, je ne comprends pas. J’entends leurs voix mais pas ce qu’ils disent. Je veux entrer, mais quelque chose m’en empêche. Lui. J’ai peur de me retrouver face à lui. De ne pas réussir à m’exprimer. De paniquer. Comme précédemment. Des bruits de pas dans l’escalier. Adam. Comment vais-je lui expliquer ? Trop de questions me submergent. Il faut que je me calme.

Je me dirige vers mon fils, lui demande de s’asseoir sur le canapé de regarder la télé et de m’attendre. Je décide à cet instant de prendre mon courage à deux mains et d’y aller.


Elle est la. Mon cœur est sur le point de lâcher. Elle est si belle. Non, non il ne faut pas que je pense à ça. Pas maintenant. Il faut qu’on parle. Elle s’avance vers moi avec crainte, comme si elle avait peur que je disparaisse. N’ai pas peur Sara, je suis là. Je ne te quitterai plus. Pas si tu veux encore de moi, une fois que tu sauras la vérité. Toute la vérité. Sucre s’éloigne, il comprend que nous avons besoin de nous retrouver encore seuls. Tous les deux. J’apprécie.

Elle s’avance prés de la table, les mains tendues comme pour se guider. Tire une chaise. S’y assoie. Elle a les yeux baissés. Elle a peur. Moi aussi. Je l’imite. M’assoie juste en face d’elle. Je la regarde. Elle lève les yeux. Je les baisses. Une de ses mains est posée sur la table. J’approche la mienne, tremblante. Je la touche presque. Elle retire instinctivement la sienne. Elle a peur. Moi aussi. Mes lèvres bougent. J’essaye de parler mais rien ne vient. Aucun son ne sort de ma bouche. Je relève la tête. Je tombe sur son regard. Je reste figé, pris au piège. Je dois me lancer.


Je le regarde avec insistance. Assoiffée par la curiosité. Je veux savoir, même si au fond j’ai une peur terrible d’entendre la vérité. Le ton qu’il a prit quand il a employé ce mot, annonce forcément une vérité difficile à entendre. Il ne s’agit pas seulement de son départ, ou du fait qu’il m’ait mentit sur sa prétendue mort. Il y a autre chose. J’ai peur. Lui aussi.
Tout à l’heure, il a essayé de toucher ma main, je ne l’ai pas laissé faire. C’était insuffisant. Cinq ans. Cinq ans qu’il est partie. Je me lève difficilement. Il s’en rend compte, fait de même, pour me protéger, je crois. Nous nous trouvons alors face à face, à quelques centimètres l’un de l’autre. Sans réfléchir, m’interdisant toutes pensées, je me jette dans ses bras ou il m’encercle.
« Sers moi, sers moi fort ». Un soulagement indescriptible vient parcourir tout mon corps. Ce n’est pas un mirage. Il est la, il est vraiment la. Je peux le toucher. Le sentir. Je souris. Je dépose un baiser dans son cou. Je profite autant que je peux de ce contact qui m’a tant manqué. Car je sais, je sais que dans quelques minutes tout va changer.

Je la sers fort. J’aurais vendu mon âme au diable pour la prendre dans mes bras ces cinq dernières années. Mais j’aurais risqué sa vie et celle d’Adam. Mon fils. Elle me lâche. Aussi brutalement qu’elle s’était jetée sur moi. Son regard toujours aussi persistant. Aussi interrogateur. Inquiet. Je n’ai pas envie de lui dire la vérité maintenant. Mais je n’ai pas le choix. Je manque de temps. Je dois les protéger de cette menace qui pèse sur eux. Pourvu qu’elle me croit. Le silence continu de s’imposer entre nous. La tension est presque palpable. Elle s’inquiète de plus en plus, je dois le faire. Voyant que je ne parviens toujours pas à trouver les mots. Les bons. Elle commence. Difficilement.

- Pourquoi ? Pourquoi as-tu fais ça Michael ? me dit-elle la voix tremblotante, cassé.
- Je n’avais pas le choix Sara, je devais vous protéger. Toi et Adam.
- Nous protéger ? Cria-t-elle. Je croyais que tous ça c’était terminé. Que… que nous allions enfin pouvoir vivre notre vie à deux. Ajouta-t-elle la voix prise dans un sanglot.
- Je le croyais aussi Sara. Mais c’était faux. Ca ne s’arrêtera jamais.
- De quoi tu me parles la ? T’es en train de me dire que t’es revenu, pour mieux me quitter ensuite c’est ça ?
- Non, non Sara, je ne te quitterai plus jamais. Je suis venu pour vous emmener avec moi.


Cette dernière phrase, qu’il a prononcé me glaça le sang. Mon corps se fige. Une multitude de questions attaquent mon esprit de plein fouet. Ma peur s’intensifie. Je comprends de moins en moins ses motivations quant à son retour spectaculaire. Pourquoi veut-il nous emmener ? De quoi cherche t-il à nous protéger ? Quelle est cette vérité qu’il a si peur de m’avouer ? Je veux lui poser ces questions, mais je n’y arrive pas. Je ne sais pas si j’ai réellement envie de savoir. Envie de revivre tout ça. Non je ne veux pas faire subir tout ça à Adam. C’est si dur. Alors que je m’apprête à lui répondre, un rire nerveux m’échappe.

- Nous emmener ? Tu réalise un peu ce que tu es en train de me dire ?
- Sara je veux juste…
- Non ! Tu te pointe ici, cinq plus tard, et sans me donner la moindre explication sur ta disparition, tes mensonges, cette foutue vérité et... et tu t’attends à ce qu’Adam et moi on te suit comme ça, sans… sans rien dire.
- Je sais combien c’est difficile, mais crois moi Sara, tu dois me faire confiance.
- Te faire confiance ? Criai-je. Tu m’as abandonné tout ce temps, m’as fait croire que tu étais mort. Je t’ai pleuré, Oh je ne sais combien de fois sur ta… cette tombe. . Et tu as le culot de venir me demander ça, comme si de rien était.



Je comprends sa colère. Je ne peux la blâmer pour ça. Je comprends qu’elle veuille protéger notre fils de tous ca. Mais je ne peux pas attendre plus longtemps. C’est maintenant ou jamais. Elle doit comprendre que je suis revenu pour eux, pour les protéger. Moi aussi. Je lui demande de s’asseoir. Elle le fait. Elle en aura besoin pour ce que je m’apprête à lui dire. Je m’assoie également.

- Es-tu prêtes Sara à tout entendre ?

Je m’assoie. Je crois que je vais en avoir besoin. Je ne sais pas si je dois lui faire confiance. Mais je peux au moins l’écouter. Il a l’air si terrifié. Si mal. Je ressens ce mal. Je souffre d’avantage. Mais non je ne suis pas prête du tout. J’ai peur de ce qu’il s’apprête à me dire. Je mens.

- Oui, je … je le suis. Lui dis-je effrayée.
- Es-tu vraiment prête à entendre toute la vérité ?
- Hum, hum, lui répondis-je d’un signe de la tête.
- Très bien (...Il prend une inspiration) Tout a commencé le jour ou on a quitté le bureau du sénateur.
- Quand… quand elle t’a tiré dessus ?
- Oui.


Flash back

Je ne comprends pas ce qui m’arrive. Ou suis-je ? Sara ou es tu ? Je me sens mal, je souffre. Du sang ? Que s’est-il passé ? Une flopée de questions me donne un mal de tête. Je sens que je sombre, que m’arrive t-il ? Je vais mourir sans avoir vu Sara une dernière fois. NON, NON, NOOON… je pars.

Je me réveil. Je vois flou. J’ai mal au crâne. Je perds mon regard dans toute la pièce. Je suis seul. Sara ou es tu ? J’essaye de me relever. Je n’ai aucune envie de rester ici. Mais je me rends rapidement compte que je suis attaché comme un mal propre. Je hurle ton nom. Mais je comprends très vite que ca ne sert à rien. On m’entend mais on ne m’écoute pas. On me voit, mais on ne vient pas. Je suis seul dans un endroit que je ne connais pas. Je n’ai pas peur mais je ne comprends pas.

Alors que la lassitude me gagne peu à peu, quelqu’un fini par entrer dans cette pièce froide, impersonnelle. Une femme. Elle s’approche de moi. M’appelle par mon prénom. Il y a quelques seconde, je me méfiais, je ne me sentais pas à ma place ici. Mais cette façon qu’elle a de me regarder. Ce sourire figé sur ses lèvres. Me rassure presque. Elle semble me connaître


- Bonjour Michael.
- …
- Ne t’inquiète pas, tout va bien se passer.
- Qui êtes-vous ?
- Ca n’a pas d’importance pour le moment. Il faut que tu te repose.
- Qui êtes-vous ? Criai-je. Qu’attendez-vous de moi ?
- Rien ne presse Michael repose toi.
- Non, non, je veux savoir ce qui se passe. Pourquoi m’avez-vous attachez ?


Sans même prendre en considération mes questions, elle a quitté la chambre. Je ne l’ai plus revu après plusieurs jours. J’avais cru devenir fou. Je ne sais pas ce qu’ils attendent de moi mais je vais le découvrir.

Quelques jours plus tard, je me sens mieux. Les blessures ne sont plus qu’un mauvais souvenir. Mais je suis toujours en captivité. Je ne sais toujours rien sur ma présence ici. Ce qui me surprend, c’est qu’on s’occupe bien de moi. On me soigne, me nourris, me vêtis. Je n’ai pas la sensation d’être enfermé et pourtant. Je ne comprends toujours rien. Je ne me sens pas à ma place. Alors je pense. A vous. A toi surtout Sara. Je reste allongé sur le lit, espérant rapidement m’endormir et rêver de toi. C’est la seule chose qu’ils ne peuvent pas me retirer. Je commence à sentir mes paupières s’alourdir, je ne vais pas tarder à venir te rejoindre quand soudain, cette femme entre dans la pièce.


- Il est temps qu’on discute Michael.

Fin du flash back

Je l’écoute. Attentivement. Il y a quelques minutes, je lui faisais comprendre que je lui en voulais de nous avoir laissé. Mentit. Mais je comprends à travers son récit qu’il a souffert. Enormément. A présent, je ne me sens plus aussi craintive que tout à l’heure. J’ai envie de comprendre, de l’aider, de le soutenir, même si je ne sais toujours pas le fin mot de l’histoire. Même si la peur est toujours présente en moi. Même si je sais que le pire reste à venir. Plus il me parle, plus je ressens à quel point c’est difficile pour lui. J’interviens.

- Combien… combien de temps es-tu resté ainsi captive ?
- Des jours, des semaines peut-être bien des mois, je n’en ai aucune idée. Je n’avais aucune notion du temps… Mais aussi étrange que cela puisse paraître, cette femme, cette femme ne me voulait aucun mal. Elle s’est même très bien occupée de moi.
- Pourquoi ?
- Je me suis posé exactement la même question. Tant de fois. Puis, j’ai découvert qu’il s’agissait de ma mère.





Dernière édition par Islemmedemars le Jeu 15 Jan - 22:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Mer 24 Déc - 19:22

tu sais ce que je vais te dire Suspect


LA SUITEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE cheers cheers cheers cheers

DU HAPPY 🐱 UN KISS geek AND ONE BABY lol! lol!

bisous
Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Mer 24 Déc - 19:28

La nouvelle suite qui n'est pas sur Undé..

Chapitre 7


Sa mère. J’essai d’imaginer à quel point ça a du être très difficile pour lui d’apprendre ça. Il l’a croyait morte depuis tant de temps. Moi qui me plains. Et je ne sais pas encore tout. Il m’a encore rien dit et déjà je sens la souffrance qu’il peut ressentir rien qu’en évoquant ces mots. Il a mal. Et moi aussi. Je commence à me dire que tout n’est peut-être pas de sa faute. Il marque une pause. Il souffre d’avantage. Je vois une larme s’échapper, glissant le long de sa joue. Il l’a laisse rouler. Une sensation forte s’empare alors de moi et guide mon doigt jusqu’ou la larme tente de tomber. Je la stoppe. Il pause son regard sur le mien et laisse ses lèvres s’étirer de quelques millimètres. Il sourit. Je le suis. Ce petit moment passé, il continu son récit. Toute la vérité, a-t-il précisé.

Ce geste qu’elle vient de faire est si beau. Et bon. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit si compréhensive. Et pourtant, je n’ai encore rien dévoilé. La vérité est beaucoup plus pénible que ça. Je ne cesse de me demandais depuis que j’ai commencé à raconter, comment fait-elle pour ne pas craquer ? Elle est juste là, assise en face de moi. Attentive au moindre mot que je divulgue. J’ai l’impression de la voir comme une bombe à retardement. Une fois que j’aurais prononcé les mots interdits « La compagnie » elle risque d’exploser. C’est à cause d’elle qu’on en est là. C’est ca cause d’elle qu’elle a souffert. Que j’ai souffert. Que je n’ai pas connu mon fils. Que je ne sais rien de lui. Qu’elle m’en veut.

Alors qu’elle croit que c’est terminé. Comment puis-je lui avouer cela sans la blesser ? Impossible. Je le sais et je dois l’accepter. Mais elle, le pourra-t-elle ? Je m’étais égaré un instant dans mes pensées, mon regard plongé dans le sien. Elle m’en sortit d’une caresse sur ma main.


- Comment as-tu réagit quand… quand tu l’as su ?
- J’étais sous le choque. Lui répondis-je calmement. Je ne pouvais pas y croire. Toute ma vie je l’ai cru morte. Je m’en suis voulu parce que je culpabilisais tellement. Mais en apprenant cela, j’ai aussi apprit qu’elle avait agit comme mon père. Elle nous avait abandonné Lincoln et moi. Cela m’avait mit dans une colère si forte que je lui ai dit des choses… des choses que je ne pensais pas et qui l’ont blessé.
- Tu en avais juste besoin pour extérioriser ta peine. Pour son départ inexpliqué et ce mensonge. Me dit-elle en baissant la tête, dissimulant ainsi sa mine triste.
- Comme toi. Et je suis tellement désolé. Je me rends compte que j’ai fait exactement la même chose qu’elle.
- Ne dis pas ça. Ce n’est pas toi qui as fait ça. C’est elle.
- Ce n’est pas elle non plus Sara.
- Qui alors ?
- …
- Dis le moi Michael ?
- La… la compagnie.
- La compagnie ? Répéta-t-elle la vois élevée, les yeux écarquillés de stupeur.
- Plus exactement, mon père.
- Je ne comprends pas. On en a terminé avec eux. Le général Krantz et ses acolytes sont tous morts ou enfermés dans des prisons de hautes sécurités. Et je croyais que ton père était m…
- Je te parle de son départ à elle. C’est la compagnie qui l’a retenu par le biais de mon père à l’époque ou il bossé pour eux, et aujourd’hui… (Silence)
- Aujourd’hui ? … Aujourd’hui ?
- Aujourd’hui, elle travaille pour la compagnie.
- Elle travaille pour eux ?
- oui.

Flash back

J’ai les paupières lourdes. Je sens la fatigue m’emporter. J’espère te rejoindre rapidement. Mais quelque chose m’en empêche. Une voix. Sa voix. « Il faut qu’on parle » entendis-je. Elle s’approcha de moi. S’assit sur la chaise posée à côté du lit. Elle me regarde. Je baisse les yeux. Je ne suis pas encore prêt à affronter son regard. Elle reste silencieuse un long moment. Me regarde encore. Me sourit. Et finalement brise ce silence.

- Michael, je sais à quel point tu dois m’en vouloir et je le comprends.
- J’en doute. Lui répondis-je sèchement.
- Michael je suis ta mère et je te connais mieux que quiconque, malgré ce que tu peux penser.
- Tu nous as abandonné depuis si longtemps comment peux tu me dire cela ? Je te croyais malade. Et puis morte. Mais je me suis bien trompé. Tu te portes comme un charme.
- J’ai été malade Michael. Comme toi.
- Comment le sais-tu ? Lui dis-je étonné.
- Je le sais, c’est tout.
- Comment ? Criais-je.
- Ce n’est pas le plus important.
- Pour moi ca l’est.
- Comme pour moi, la compagnie t’a sauvé.
- Au prix de ma vie. Regarde ou je suis. A l’heure qu’il est je devrais être avec Sara. Je n’ai aucune nouvelle d’elle. Ni de Lincoln. LJ. Ma famille. Ma vraie famille.
- Ils vont bien ne t’inquiète pas pour eux.
- Tu sembles savoir bien trop de choses que tu refuses de me dire. Pourquoi ?
- Tu sauras tout ce que tu dois savoir en temps et en heure.
- Qui est tu ? Qui est tu ? Répète-je une seconde fois en hurlent.
- Ca ne t’avancera à rien de hurler ainsi. Tout ça sera bientôt terminé.

Le silence revient. Plus elle me parle et moins je comprends. Les questions fusent dans ma tête. Pourquoi me parle-t-elle de la compagnie ? Que fait-elle ici. Quel est son rôle ? J’en ai vraiment assez de ces énigmes. D’être la. De la voir. Je suis fatiguée de ne pas comprendre. Mais qu’attend-elle pour me parler ? Je refuse de rester une seconde de plus dans l’ignorance. Je brise le silence.

- Je veux savoir. Tout. Et tout de suite. Je ne sais pas ce que je fais ici. Encore moins ce que vous attendez de moi. Mais soyez certain que je ne coopérerais pas quoiqu’il arrive.
- Si seulement tu avais le choix.
- J’en ai assez de votre petit jeu. Parlez ou partez.
- Je suis désolée Michael.

Elle quitta la pièce. La mine abattue. Le cœur lourd de regrets. Je compris alors. Elle voulait me parler. Mais elle ne pouvait pas. Quelqu’un, quelque chose l’en dissuadait. Je n’en su rien. Jusqu'à ce que mon regard se posa sur un bout de papier qu’elle avait laissé sur la chaise avant de partir. Je compris. Je devais être discret. On me surveillait. Je me lève lentement et m’assoie sur la place qu’elle laissa. J’attrape le papier. Lis l’inscription.

SCYLLA A CHANGE. OUBLIS LA FAMILLE. ILLUSION EPHEMERE. LANGAGE DANGEREUX.

Je ne comprends pas. Je ne comprends pas ces mots. Qu’est-ce que ca veut dire ? Cela n’a aucun sens. J’ai envie de lui hurler de revenir mais je sais qu’elle ne le fera pas jusqu’à sa prochaine visite. Je reste là, impuissant, face à ces mots qui me torturent l’esprit. Je réfléchis. Je perds mon regard autour de moi, cherchant un moyen de quitter cet endroit. Je sais que c’est impossible mais je tente de me persuader du contraire pour ne pas devenir fou. J’ai toujours gardé une lueur d’espoir quelque soit la situation c’est vrai. Mais la, je perds pied. Je me sens vulnérable et impuissant. Je ressors le papier de ma poche. Je relis. Plusieurs fois. Il faut que je trouve la signification, quelque en soit le prix à payer.

Fin du flash back

Son discours continu de me terrifier, tant je sens la fin des révélations pointer le bout de son nez. Je reste subjuguée. La compagnie. Il a sans doute raison, ça ne s’arrêtera jamais. Sinon pourquoi me dirait-il tout cela ? Non Michael ne m’a jamais menti. Dissimuler des informations, il sait faire. Il a toujours cherché à me protéger. Et j’ai appris à vivre avec. Mais mentir, non.

Si moi je suis choquée d’apprendre que la compagnie existe toujours, je sais que lui l’est encore plus de savoir que sa mère en fait partie. De penser que tout ce qui s’est passé il y a cinq ans est en partie sa faute. Comment a-t-il pu gérer cela tout ce temps ? En apprenant cela, j’ai d’avantage peur pour lui que pour moi. Si la compagnie existe toujours, comment a-t-il fait pour venir jusqu’ici ? Une nouvelle évasion ? Si c’est le cas, cela voudrait dire qu’ils sont certainement à ses trousses. Ca expliquerait la raison de sa venue ici à celle de vouloir nous emmener Adam et moi. Mais comment a-t-il su pour Adam ? Toutes ces questions qui commencent peu à peu à éclaircir ma lanterne me donne envie de lui en poser d’autres. Mais je reste muette. Je refuse de le perturber d’avantage. Il souffre déjà tant. Je me rends compte également que ma colère s’est complètement affaissée vis-à-vis de sa présence ici. J’entends mon nom. Il m’appel. Je m’étais perdue dans mes pensées.


- Excuse-moi, ton récit suscite en moi beaucoup de questions.
- Lesquelles ?
- Non continu.
- Tu peux me demander ce que tu veux Sara, je te dirais tout.
- Très bien. Comment… comment as-tu su pour… pour Adam ?
- C’est elle qui me l’a dit.
- Ta mère ?
- Oui. Elle te faisait surveiller Sara. C’est pour ça que… que je suis la.
- Quand… Quand l’as-tu appris ? Lui répondis-je surprise.
- Il y a un an. Et depuis je m’en veux de pas avoir été la. Mais surtout, je m’en veux de vous avoir mit dans cette situation.
- Je ne comprends pas, qu’est ce que tu veux dire par la ?
- C’est de ma faute, s’ils vous ont retrouvé toi et Adam.
- Ta faute, Qui, Comment ?

Je prends une grande inspiration et commence à lui expliquer.

- Il y a un an, ma mère m’annonça que nous avions un fils. J’étais bien sur très heureux de l’apprendre mais tellement triste de ne pas pourvoir le voir et d’être présent à vos côtés. Parce que je ne pouvais pas être la, malgré moi. Parce que je vous aurez mit en danger tous les deux. Ma mère a été très claire sur ce sujet. Si je tentais de m’approcher de vous, ils n’hésiteraient pas à vous tuer.
- Qui ça « ils » ?
- Ceux qui voulaient s’emparer de SCYLLA. Et qui le veulent toujours d’ailleurs.
- La compagnie ?
- Non Sara, pas eux. Je te l’ai dit Ma mère travaille pour la compagnie. Et maintenant… maintenant moi aussi.

Oh mon Dieu ! Je suis prise d’une soudaine panique. Je me lève maladroitement de ma chaise. Elle tombe. Je tente de m’éloigner de lui. Mon corps flanche Jusque la, je pouvais accepter que sa mère puisse être des leur malgré elle. Mais pas lui. Surtout qu’il ne semble pas être forcé. Il me parle d’autres convoiteurs de SCYLLA. Je ne comprends plus rien. Je savais que ça allait être difficile, mais j’avais sous estimé l’ampleur que pouvait être cette vérité. Il a changé.

J’ai besoin de m’éloigner de lui. Maintenant. De me calmer. Je vois mon paquet de cigarette. J’en ai besoin. J’attrape le paquet violemment. En tire une la main tremblante. L’apporte à ma bouche et l’allume difficilement. Il est surpris. Mais ca me calme. Je lui fais comprendre que j’ai besoin d’être seule et qu’il doit partir. Mais il refuse.


- Sara je t’en pris, je savais que tu réagirais comme ça….
- Vas-t’en. Le coupais-je.
- …Mais tu dois comprendre, je ne suis pas le mal. Je n’avais pas saisis au départ mais le message « SCYLLA A CHANGE. OUBLIS LA FAMILLE. ILLUSION EPHEMERE. LANGAGE DANGEREUX. » Etait pourtant clair. S.C.O.F.I.E.L.D. Je suis la compagnie et je dois protéger Scylla, d’individus comme Le général Krantz. Il en existera toujours Sara. Et ils savent Sara que la seule façon de me détruire, c’est de s’en prendre à vous. C’est pour cela que j’ai été obligé de m’éloigner.
- Je ne veux pas de ta foutue compagnie, ou de ta protection, encore moins voir souffrir des gens au détriment de cette chose. Vas-t’en ! Vas-t’en ! Criais-je.

[/b]





Dernière édition par Islemmedemars le Mer 14 Jan - 22:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Mer 24 Déc - 19:33

est ce que je peux me citer lol! lol! lol!
bon vu que tu as eut la gentillesse de me donner l'exclu rien d'inédit pour moi No

HAPPY lol! BABY Wink KISS Rolling Eyes


voilà

bisous
Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Mer 24 Déc - 19:37

tinkerbel a écrit:
est ce que je peux me citer lol! lol! lol!
bon vu que tu as eut la gentillesse de me donner l'exclu rien d'inédit pour moi No

HAPPY lol! BABY Wink KISS Rolling Eyes


voilà

bisous
oui je sais sorry mais je pensais que j'allais plus la poster ( parce que je doutais beaucoup quand même pour PBF..



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
cricri
Premier Regard
Premier Regard
avatar

Féminin
Nombre de messages : 8
Age : 27
Date d'inscription : 26/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Ven 26 Déc - 23:35

OOO une nouvelle suite
Michael travaille pour la compagnie ou plutot est la compagnie Je reste sans voix, je ne m'attendais pas à ça.
Je me réjouit de voir l'évolution de la relation entre Sara et Michael parce qu'après ces révélation, ça va ëtre compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Ven 26 Déc - 23:59

contente de te retrouver ici cricri.. alors comme je disais à Tink il n'y aura pas de suite avant 1 semaine, car je pars en vacances ou presque lol... mais des mon retour je m'y colle... mais bon j'ai déja les idées dans la tête..



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
angie-nina
First Kiss
First Kiss
avatar

Féminin
Nombre de messages : 577
Age : 27
Localisation : Caché dans sa chambre entrain de baver sur Went Miller
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Lun 29 Déc - 9:02

OOOOOO je viens de rattrapper un grand retard...

un seul mot: JAdore

p-e un autre: SUITE


Revenir en haut Aller en bas
JulieScofield
Jalousie
Jalousie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 273
Age : 28
Humeur : Sadique et taquine
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Ven 2 Jan - 2:52

je viens de tout devorer ma belle et WAOUW !!!

j'ai completement adoré!!!! cheers cheers cheers

pauvre sara elle croit mike mort alors qu'il est avec sa mere!!!

il a su un an avant qu'il avait un fils et il vient que maintenant!!!

sara n'en peut plus de le voir et lui demande de partir!!!

en faite la premiere personne que sara voit et soigne c'etait sucre, au debut je pensais que s'etait mike mais vu comment elle reagis en le voyant je me suis dit a non !!!

j'ai bien aimer la signification du bout de papier!!!

hate de lire la suite tu cartonnes
Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Dim 4 Jan - 23:29

une nouvelle lectrice c'est cool

bon sorry les filles mais je pense pas pourvoir mettre de suite avant un ti moment, j'ai trop mal à la tête pour réfléchir lool...



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
JulieScofield
Jalousie
Jalousie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 273
Age : 28
Humeur : Sadique et taquine
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Lun 5 Jan - 13:28

fait comme tu peux ma belle!!!

mais met nous vite la suite quand meme j'adore !!!

Revenir en haut Aller en bas
tinkerbel
Rendez-vous
Rendez-vous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : plus nul part
Humeur : en dépression à cause la Fox
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Lun 5 Jan - 22:13

Islemmedemars a écrit:
une nouvelle lectrice c'est cool

bon sorry les filles mais je pense pas pourvoir mettre de suite avant un ti moment, j'ai trop mal à la tête pour réfléchir lool...

et tu le demandes que moi, je finisse le mien lol! lol! lol! lol!
t'inquiètes on peut attendre un peu What a Face


Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Mar 13 Jan - 22:51

Voila enfin une tite suite... j'espère qu'elle vous plaira...

rose = Sara
Bleu = Michael
Violet = Janet
Chapitre 8 (1)

J’avais beau lui hurler de quitter mon appartement, mais il n’en fit rien. J’ai peur. Je ne l’avais jamais vu ainsi. Aussi déterminé. Ma colère redouble. Je me précipite énergiquement vers le salon, rejoindre Adam. Si lui s’obstine à rester la, c’est moi qui part alors. Avec mon fils. Au moins le temps de retrouver mon calme et avec un peu de chance, à mon retour, il ne sera plus. Il aura comprit. Du moins je l’espère. Qu’a-t-il bien pu se passer ces cinq dernières années, je ne le reconnais plus ?

Dans le salon je constate que mon fils joue avec Sucre. Il n’a rien remarqué. Tant mieux. Je m’approche de lui et lui dit qu’il est temps d’aller faire un tour. Il obéit. Alors que nous mettons nos manteaux, Michael me suit et continue de débiter ses explications. Je ne l’écoute plus. Je n’ai aucunement l’envie de retomber dans la tourmente de la compagnie. J’attrape Adam dans mes bras et part rejoindre la porte d’entrée. Je glisse ma main sur la poignée pour l’ouvrir. Je ne suis pas encore sortie que des coups de feu retentissent. « Au mon Dieu » Instinctivement, je me dirige derrière le petit renforcement de la pièce, à l’abri des projectiles. De l’autre côté de la pièce, j’entends Michael hurler « Sara est-ce que vous allez bien ? » Choquée, je ne parviens à répondre mot. Je m’accroupie au sol, serrant Adam aussi fort que je peux, les larmes m’envahissent, je suis tétanisée. Les coups de feu repartent.


Elle ne me répond pas. Je suis inquiet. Pourvu qu’ils n’aient pas été touchés. Je me précipite en leur direction, malgré les balles qui fusent. Ca m’est égal, je veux savoir s’ils vont bien. Je m’abaisse tout de même pour me protéger. Je me rends rapidement compte qu’il faut que je rampe au sol, si je veux les rejoindre entier. Je m’exécute. Je suis de l’autre côté. Je vois Sara accroupie au sol tenant fortement Adam dans ses bras. Je l’entends. Elle pleure. Adam ne comprends pas. Je m’en veux tellement de les avoir mis dans cette situation. Je donnerais n’importe quoi pour revenir en arrière. Si seulement.

Je m’approche d’eux. Je réitère ma question. « Sara, vous allez bien ? » Elle fait juste un petit signe de la tête en guise de réponse. « Vous n’êtes pas blessé ? ». Encore un. Je suis rassuré. Mais maintenant, il faut qu’on quitte cet endroit devenu trop dangereux pour eux. Je dois les mettre en sécurité. Je n’ai pas le choix, même si je sais qu’elle ne sera pas d’accord.


- Sara viens, il faut qu’on part d’ici.
- Non, non, j’ai peur…
- Ca va aller, tu as confiance en moi ? Tu as confiance en moi ?
- …

Elle ne me répond pas. Mais je ne peux pas la laisser ici. Je l’attrape doucement par le bras et l’aide à se relever. Elle refuse. « Sara je t’en pris » Elle hésite encore. Je sais qu’elle à peur et je comprends qu’avec tout ce qui c’est passé jusque là, j’eusse perdu sa confiance. « Je t’en supplie, fait le pour Adam au moins ». Elle me lance ce regard empli de peine mêlé à de la rage et fini par se lever.

Les coups de feu ont cessé. Mais je sais qu’il suffit qu’on bouge d’un millimètre, pour qu’ils repartent de plus belle. J’explique aussi calmement que possible à Sara comment on doit procéder pour quitter ces lieux. Je ne tiens pas à l’effrayer d’avantage. Il y a cinq ans, je sais qu’elle aurait très bien gérer le problème, mais aujourd’hui c’est différent et puis il y a Adam.


- Tu as tout bien compris, reste le plus prés du sol possible et arrange toi pour qu’il y toujours un obstacle entre toi et la baie vitrée.
- Ok…
- Ne t’inquiète pas, je m’occupe d’Adam.

Il y a cinq ans, j’aurais pu réagir en circonstance sans trop me poser de questions. Mais la c’est différent, J’ai perdu cette force et le courage qui m’habitaient. Et ma plus grande peur aujourd’hui, appartient à Adam. Alors je ne discute pas et fait exactement tout ce qu’il me dit de faire. Je sais qu’il ne nous veut pas de mal, qu’il cherche à nous protéger. Je ne peux pas lui pardonner tout ce qui s’est passé, tout ce qu’il m’a fait croire jusque la, mais je ne peux non plus être insensible à ce geste. Je lui en veux énormément, mais je sais que pour le moment c’est lui qui a raison. Je m’exécute donc et rampe au sol jusqu'à rejoindre la porte, tournant ma tête un nombre de fois incalculable pour voir Adam.

Je la regarde faire, elle est si agile. Je sais que je risque de prendre une balle perdue à force de la regarder comme ca, mais je ne peux indéniablement pas détacher mon regard d’elle. En cinq années de séparations, je pensais n’avoir rien n’oublié d’elle. Quel leurre. Elle est bien plus que les souvenirs que je m’étais permis de garder.

Nous arrivâmes enfin prés de la porte. Je lui somme l’ordre de quitter l’appartement et de m’attendre dans le couloir avec sucre et Adam. Un des tireurs a réussit à ce faufiler dans l’appartement. Il se dirige vers moi. Je me glisse instantanément derrière le premier obstacle que je vois, le canapé. Il ne m’a pas vu. Ce qui me donne une longueur d’avance sur lui. Sur le moment, je suis ravi du choix de Sara pour ce canapé avec ses pieds qui me laisse entrevoir ce qui se passe de l’autre côté de la pièce. Je le vois s’avancer à ma recherche, sans hésiter, je lui tire une balle dans le pied. Il est aussitôt déstabilisé et tombe parterre, perdant son arme dans la foulée. J’entends Sara crier, le coup de feu l’a effrayé. Le tireur mit hors d’état de nuire, je me précipite pour les rejoindre.


Ce coup de feu unique m’a fait sursauter. Ca pourrait être lui. Je constate que malgré ma rancœur, je m’inquiète à son sujet. Je ne veux pas le savoir mort une seconde fois. Il passe la porte. Je suis soulagée. Il nous dit de le suivre, nous quittons les lieux. Peut-être définitivement. Nous arrivâmes en bas de l’immeuble ou une voiture nous y attend. Il me fait signe de monter à l’arrière tandis que Sucre prend le volant et lui monte à ses côté.

Alors que je pensais souffler un instant, je me rends rapidement compte qu’on nous suit. Une voiture, peut-être deux. Je suis bien trop inquiétée, énervée pour en être sûre. « Baissez vous » cria-t-il. Après qu’un projectile est fissuré le pare brise arrière. En même temps, il s’accapare de son arme et se met à son tour à tirer sur nos poursuivants. Au bout de plusieurs minutes, nous réussîmes à les semer. Puis nous arrivâmes dans une grande maison au milieu de nulle part.

La maison est immense. Est-ce ici qu’il vit ou peut-être que c’est son quartier général, Ou encore les deux ? Je ne sais même pas pourquoi je me pose cette question. J’entre dans le salon, Adam dans mes bras. Il me sert fort. Il a peur, je le sens. Michael s’approche de nous et nous dit qu’ici nous somme en sécurité et que personne ne viendra nous chercher. Il me demande ensuite de le suivre pour me montrer ou nous installer. Nous nous apprêtions à monter à l’étage quand une voix se fit entendre.


- Michael c’est toi ?
- Oui maman.

Maintenant dans mon champ de vision, je peux enfin mettre un visage sur la mère de Michael. Je la sens distante. Et je ne me sens pas la bienvenue. Elle pose ce regard insistant sur moi. Je baisse automatiquement le miens. Elle m’effraie. Je glisse discrètement ma main sur l’épaule de Michael et lui dit tout bas que je suis fatiguée.

- Je la conduit dans sa chambre et je reviens maman.
- Très bien.

C’est donc elle, Sara Tancredi. Michael ne m’a donc pas écouté. Je suppose qu’il doit encore éprouver des sentiments à son égare. Je ne sais pas ce qu’il a fait pour en arriver la, mais il va m’entendre. Je lui avais spécifié de n’agir que si c’était nécessaire. Et s’il l’a fait venir jusqu’ici, c’est que quelque chose c’est passé. Je monte. Il faut que j’en aie le cœur net.

Il lui a donné la chambre qui se situe juste à côté de la sienne. Pratique. Je doute qu’elle apprécie cela comme il s’y attend mais bon. La porte est resté entre ouverte. Je m’approche. Je vois.

Elle est assise sur le rebord du lit. Lui debout face à elle. Adam dort sur le grand lit. Ils ne se regardent même pas. Je sens la tension qui pèse entre eux. Un malaise. C’est cinq dernières années on creusé une sorte de faussé entre eux. Un lien les unis encore, c’est certain, mais il a sacrement était affaiblit. Je sais que lui, l’aime comme un fou, quant à elle, je ne peux que me poser la question. J’apprends dans ce petit échange qu’elle ne sait pas tout et qu’elle n’y tient pas pour le moment. Elle semble bouleversée.


- Je suis désolé Sara. Vraiment.
- J’ai besoin d’être seule.
- Oui, je comprends, mais j’aimerais que tu m’accords encore du temps, je ne t’ai pas encore tout dit.
- Crois moi, cela me suffit amplement pour aujourd’hui.
- Tu…tu voudras bien essayer, quand même ?
- Je… je n’en sais rien… Laisse-moi s’il te plait.

Elle se lève et se dirige vers la fenêtre. S’accapare de son sac, qu’elle fouille pour en sortir un paquet de cigarette et un briquet. Elle fume, donc. Elle ouvre la boite et en tire une. Elle l’a porte tremblante jusqu’à sa bouche mais ne parvient pas à l’allumer. Michael s’approche alors d’elle. Attrape ses mains, qu’il porte jusqu'à ses lèvres, les empêchant ainsi de s’agiter. Et allume sa cigarette. « Merci » lui dit-elle. Sans plus de cérémonie, Michael s’éloigne d’elle. Il est de trop, il le sait. Puis se retourne « Si… si tu as besoin de quelque chose, quoique ce soit, je ne serais jamais loin ». Elle ne retient pas. Je m’éloigne. Il sort. Il jette un dernier regard dans sa direction. Sans retour.

Je suis ici. Pour combien de temps, je n’en sais rien. Mais, ce que je sais, c’est que je ne peux pas rester. Cohabiter avec lui ce serait comme accepter d’être enfermer entre quatre murs sans aucune échappatoire alors que l’on tente de fuir. Ce serait vivre sans les doses d’oxygène nécessaires pour ne pas suffoquer. Ce serait accepter de le voir tous les jours, en étant persuadée que je ne suis plus sienne. Ce serait trop dur. Durant ces cinq années d’absences, je l’ai aimé comme je n’avais jamais aimé personne. Je l’ai pleuré tant de fois, et j’ai prié qu’il me revienne même si en ce temps je pensais que c’était impossible. Et aujourd’hui, il est à quelques mètres de moi. Il m’a trahit, mentit et malgré tout, mon amour pour lui est resté intact. Mais la situation présente, fait qu’il y a cette barrière qu’il nous sera difficile de franchir, si tenté qu’on y arrive. Je suis perdue. En cet instant présent, je ne sais pas si je veux mais ne peux pas ou si je peux mais je ne veux pas. C’est tellement confus en moi.

Et pour lui, qu’en est-il ? Toute à l’heure, bien que l’idée même que je puisse m’adonner à ce genre de plaisir pervers, ne le ravisse guerre, il m’a aidé à allumer ma cigarette. Le contacte de sa peau contre la mienne me fit frissonner. J’avais oublié l’effet que pouvait me faire Michael Scofield. Nos regards se sont croisés pour mieux se fuir la seconde d’après. J’étais incapable de me perdre dans son bleu océan comme je le faisais autrefois. Je ne sais si ce fut la colère qui m’avait envahi pour tout ce que je venais d’apprendre ou la gêne de me retrouver en ces lieux, dans cette situation et qui plus est, face à lui. La colère. La gêne aussi.

Voila maintenant une heure que je suis dans cette chambre à tourner en rond. Adam dort toujours. Je me demande ce qu’il peut bien être en train de faire en ce moment. Son travail surement. J’ai du mal à croire qu’il puisse être à la tête de la compagnie. Lui qui avait tant œuvré pour l’anéantir. Quand je pense que tout ce temps, c’était en quelques sortes contre sa mère qu’il agissait. Il faut que j’arrête de penser à ca. Il a peut-être raison. Oui peut-être devrais-je lui accorder toute mon attention. Tout à l’heure, dans mon appartement, je me suis laissée emportée. Peut-être a-t-il une bonne explication à tout ça, à me fournir. Je l’espère. Oui, je l’espère. Je vais aller le retrouver, et lui dire que je suis prête à l’écouter, mais que si son histoire ne me convient pas, alors je partirai avec Adam. Sans qu’il tente de nous retenir.

Je sors de ma chambre et me dirige vers les escaliers pour me rendre dans le salon. J’entends du bruit, c’est surement lui qui est en bas. Alors que je commence à descendre les premières marches, une voix, la même que toute à l’heure, m’interpelle. « Sara ? » Je me retourne.





Dernière édition par Islemmedemars le Mer 14 Jan - 22:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Mar 13 Jan - 22:52

Chapitre 8 (2)

- Madame… dis-je en hésitant.
- Janet, appelez-moi donc Janet.
- …
- Avez-vous idée des risques qu’a prit mon fils pour vous ramener ici ?
- Non, non mais, je ne lui ai rien demandé moi.
- Vous voulez me faire croire que vous êtes ici contre votre gré ?
- Non… mais Michael, n’a pas cessé de dire que c’était de sa faute… Et que…
- Oui avec Michael, c’est toujours de sa faute. Me dit-elle dans un rire narquois. Mais bon maintenant, vous êtes ici, nous serons bien obligés de faire avec. Reprit-elle.
- Je… je ne cherche pas à lui faire prendre plus de risque qu’il…
- Oh mais, il l’a prit, et ce, depuis déjà bien longtemps…

Sur ces derniers mots, elle s’en retourna à sa chambre. Me laissant l’esprit perturbé par ses paroles. Il est plus que temps, que je parle avec lui.

Elle refuse de me parler. J’espère qu’elle va changer d’avis. Je dois absolument la convaincre que mes intentions ne sont pas mauvaises. Mais je ne peux pas la forcer à m’écouter. Ce serait le meilleur moyen de la faire fuir. Et c’est bien la dernière chose que je souhaite faire. Je sais qu’elle veut du temps, mais c’est bien la le problème, ces derniers temps, je n’ai ai pas. Peut-être, devrai-je la pousser à me dire tout ce qu’elle a sur le cœur, elle se sentira mieux par la suite et acceptera de m’écouter. Non, c’est absurde, j’ose à peine imaginer ce qu’elle a du endurer tout ce temps, alors qu’elle croyait que j’étais mort. Une lettre. Je vais lui écrire une lettre. Elle sera bien obligée de la lire. Mais comment la lui remettre ? J’irai la déposer dans sa chambre à un moment ou elle n’y sera pas. De cette façon, ca nous évitera de nous croiser. Je résiste de moins en moins.

J’ai terminé. J’ai mis sur papier tout ce que j’avais à lui dire. Tout ce qui concerne ma mère, Pourquoi j’ai disparu tout ce temps, ce que je suis aujourd’hui et surtout pourquoi elle est ici à présent.

Je quitte ma chambre en direction de la sienne. Je voulais glisser la lettre sous la porte mais je constate qu’elle est ouverte à moitié. Je m’approche et jette un coup d’œil. Elle ne semble pas être la. J’entre. Je pose la lettre sur la petite commode à l’entrée. Je m’apprête à sortir quand j’entends la voix de mon fils.


- Si c’est vrai que c’est toi mon papa, pourquoi tu n’habite pas avec moi et maman ?

Je me retourne et m’approche de lui. Je ne sais pas vraiment quoi lui répondre à cette question. Il reste la l’air pantois mais si innocent attendant que je lui dise quelque chose. Je me lance.

- Tu sais bonhomme, la vie est un peu compliquée et fait parfois que deux personnes ne peuvent pas toujours rester ensemble. Même si elles s’aiment plus que tout.
- Mais maman est triste. Elle pleure tout le temps.

Je le suis aussi. Je baisse la tête, une larme vient de m’échapper. Je ne veux pas qu’il la voit. Je m’approche de lui et le prend dans mes bras.

- Ca va s’arranger bonhomme. Je te le promets.
- C’est parce que tu ne m’aimes pas que tu es parti ?
- Non, non. Bien sûr que non. Je t’aime tellement tu sais, je donnerais ma vie pour toi et ta mère.
- Alors pourquoi maman m’a dit que tu étais parti au ciel ? C’est un mensonge…
- Ce n’est pas de sa faute, ta maman ne savait pas.

Je me trouve à l’embrasure de la porte depuis déjà quelques minutes. J’ai tout entendu. Ce que j’ai sous les yeux, cette vision d’Adam et son père, me fait sourire. J’aurais tellement voulut que ca soit comme cela depuis le début. Je suis sûre qu’il aurait été un père exemplaire. Même si ce qu’il lui a dit me donne du baume au cœur, je ne veux pas me leurrer. Entre nous ca ne sera plus jamais comme avant. Même si ont éprouve encore des sentiments l’un envers l’autre, même si ces sentiments ne se sont jamais tuent, Même si je le veux encore. Je sais que j’en serais incapable. J’ai trop souffert et je suppose que lui aussi.

- Adam, cesse de l’importuner veux tu ?
- Oh Sara, tu es la ?
- Euh, oui…
- Ca fait longtemps, je suppose.
- Assez longtemps oui.
- Je… je suis désolé, je ne voulais pas violer ton intimité.
- Oh non ce n’est rien…
- J’ai juste…déposé une lettre pour toi.
- Une lettre ?
- Oui. Comme je ne savais pas si tu serais prête un jour à m’écouter, je me suis dis qu’avec une lettre ca serait plus facile.
- Je le suis… Prête, je veux dire. Mais je préfèrerai que cela ce fasse ailleurs.
- D’accord.
- Au faite, ce que j’ai vu tout à l’heure, m’a beaucoup plus. Adam dans tes bras. Comme ca, tu m’as fait penser à ton frère Lincoln.
- Lincoln ? Après tout ce temps tu te souviens encore de ca…
- Tout ce temps, qu’est ce que tu entends par la ?
- Tu ne sais pas ? Lincoln est au Panama.
- C’est… C’est ta mère qui t’a dit ca ?
- Oui pourquoi ?
- Lincoln n’est pas au Panama. Il est ici à L.A. Et… et ces cinq dernières années, c’est lui qui s’est occupé de ton fils.



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Jeu 15 Jan - 21:40


je suis triste la... Zero commentaire, donc zero lecteurrrr donc



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
MiSa07
Happy Birthday
Happy Birthday
avatar

Féminin
Nombre de messages : 100
Age : 26
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Jeu 15 Jan - 22:21

Si si moi je suis là !!!! Je suis ne nouvelle lectrice de ta fanfiction !!!
J'adore ton intrigue !!!!
J'adore la conversaton entre Michael et son fils !!!
Revenir en haut Aller en bas
angie-nina
First Kiss
First Kiss
avatar

Féminin
Nombre de messages : 577
Age : 27
Localisation : Caché dans sa chambre entrain de baver sur Went Miller
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Jeu 15 Jan - 23:04

Islemmedemars a écrit:

je suis triste la... Zero commentaire, donc zero lecteurrrr donc



ah non, ne soit pas triste islem!!!!!!!!!!!!!!

sa juste tellement longtemps que tu n'as pas poster de suite que p-e le monde n'ont pas réalisé que tu as finalement recommencer à ecrire... en2k ctai mon cas et la je vien de lire tes deux suites

je suis contente que t'en a finalement posté cheers cheers cheers

dit donc, c troooopppp triste Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
mais c bon en meme temps, trrrèèèès bon et bien ecrit...

mais dit, il vont redevir comme avant, non??? oui jaime le coter dilemme et dur de leur amour...mais kand meme c serai trooop triste sils se reconcilient pas No No No

le moment mike/adam est trooopp mimi, tu ma donné les larme aux yeux

aller aller la suite, moi je veus savoir

Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Jeu 15 Jan - 23:07

merci angie ca me fait plaisir pour le misa oui un jour ca reviendra mais avec du temps, de l'espoir lool... et pour la suite ben j'ai déja mes idées en tête et faut que j'écris ce que je vais faire des ce soir...



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
angie-nina
First Kiss
First Kiss
avatar

Féminin
Nombre de messages : 577
Age : 27
Localisation : Caché dans sa chambre entrain de baver sur Went Miller
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Jeu 15 Jan - 23:11

cheers cheers cheers cheers yeyy une autre suite pour ce soir!!!

sauf que mon lycé va commencer lundi et je ne pourrai plus lire bcp comme pendant les vacances...alors je veux te prévenir que sa se peut que je commente plus...des fois j'ai seulement le temps de jeter un coup d'oeil et lire les suite sans mettre de comm. pcq j'ai pas le temps Sad mais, il faut surtout pas que tu arrete d'écrir...meme si il y a pas bcp de comms Wink ton histoire est bonne et c ce qui compte Smile
Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 33
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   Jeu 15 Jan - 23:24

ah non t'inquiete je continue mais je ne posterais pas ce soir... j'écris juste, j'aurais pas le temps de finir lol..



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nothing's gonna come between us [chapitre 13-3 (suite)] 15.05.09
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 10Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MiSa' Story :: WENTWORTH/SARAH & MICHAEL/SARA :: Fanfictions-
Sauter vers: