MiSa' Story


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Sam 14 Mar - 12:55

Coucou tous le monde !!!!

Me revoilà avec un context tout à fait différent de ce que j'ai put écrire auparavant.
Et oui, je vous propose cette fois ci de suivre les aventures de deux jeunes adolescents.
Et pour cela, j'ai fais un petit mélange dans les personnages et bien évidement de leurs mondes respectifs.
Ici, c'est l'histoire de Wentworth et de la belle Sara sans (h) Tancredi. Tout commence au lycée, mais ce n'est que le début... vous suivrez leur aventure et découvrirez les tourments et directions que prendrons leurs vies.

Je ne sais pas si vous aimerez ou si vous êtes tentés, mais je tiens à vous dire que j'ai une dizaine de chapitre d'avance, mais je ne posterais pas tous les jours, étant donné que j'ai encore d'autres fictions à conclure.

Donc, si vous êtes intéressés, je me ferais un vrai plaisir de vous poster le premier chapitre prochainement lol!

A bientôt mes loulouttes Smile


Dernière édition par Angie le Mar 12 Mai - 14:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Sam 14 Mar - 12:57

En avant pour le premier chapitre !!!
"The heart's reasons"










Party 1


Perdue dans ses pensées, une jeune fille sursauta légèrement au bruit d’une craie stridente qui criait sur le tableau noir en face d’elle. Elle releva la tête et résista néanmoins de confier à son professeur de français de lui rappeler qu’ils étaient au vingtième et unième siècle et que les crayons Velléda feraient bien mieux affaire que ces craies criantes horriblement à tout bout de champ. Si elle avait eut le choix, Sara se serait éclipsée en toute discrétion, mais c’était sans compter les paires d’yeux qui ne cessaient de la dévisager depuis qu’elle était arrivée en classe, en retard à cause de John, son chauffeur et garde du corps.

Pour couronner le tout, il avait suffit que la limousine crève en chemin pour son premier jour dans ce nouveau lycée. Après avoir passée plus d’un quart d’heure à l’accueil pour remplir la paperasserie, Sara avait rejoins la salle où son premier cours avait lieu, priant silencieusement pour que le prof eut la bonté de ne pas demander à ses élèves de lui souhaiter la bienvenue. Malheureusement, ses prières étaient restées vaines. Les élèves avaient unis leurs voix sans grand enthousiasme pour un « bienvenue Sara » dans les bonnes et dues formes. Mais pourquoi ne l’auraient-ils pas fait ? La fille d’un politicien était parmi eux, après tout…

Et voilà ce que redoutait plus que tout Sara. Que l’on lui donne des privilèges et des traitements de faveurs parce que son père n’était autre que monsieur le gouverneur de l’Illinois ! Elle poussa un soupir et analysa l’expression de certains regards qui se diriger dans sa direction. Elle esquissa un pauvre sourire à la vue des paires de yeux qui la dévorer littéralement d’un regard admiratif et d’autre plus ou moins irascibles.

Réprimant un juron, elle tourna la tête lorsque sa voisine de droite chercha son attention en toussotant discrètement. Sara leva les yeux d’une lenteur délibérée puis les plissa d’un air soupçonneux alors qu’elle découvrit un regard étonné.

- Voix : Salut, moi c’est Abigaël, mais tout le monde m’appelle Abby.

- Sara : Moi c’est…

- Abby : Sara, oui je sais.

Sara fronça les sourcils et la considéra un instant. Abby possédait un charisme naturel. Ses cheveux d’un noir de jais, retenus dans une queue de cheval, mettait considérablement la couleur profonde de ses yeux noirs, bien qu’ils n’étaient pourvus d’artifice.

- Abby : Tous le monde savait qu’on allait avoir la fille du gouverneur Tancredi dans cette classe.

- Sara : Je vois…

- Abby : Ne te méprend pas. Tous le monde n’est pas comme cette fille superficielle qui se trouve derrière nous.

Sara écarquilla les yeux et fit mine de se retourner afin de voir le visage de la superficialité d’après Abby mais celle-ci l’en empêcha.

- Abby : T’es malade ? Elle va comprendre qu’on parle d’elle si tu te retournes maintenant !

- Sara : On parle d’elle ?

Abby roula des yeux et soupira.

- Abby : Oui, tu as raison. Je parle d’elle !

Amusée, Sara se mit à rire et baissa les yeux vers son livre alors que le professeur se racla bruyamment la gorge pour retenir toute attention. Abby se pencha légèrement vers elle et lui souffla :

- Abby : Attention, tu risquerais de te faire coller le premier jour.

Sara réprima l’envie de lui avouer que cela lui était bien égal. Malgré tout, elle lui adressa un léger sourire et se remit à la lecture de Roméo et Juliette de Shakespeare. Malgré l’attrait qu’elle portait à ce bouquin, elle ne put s’empêcher de s’ennuyer. En effet, Sara avait déjà lu ce livre plus de trois fois, et commencer sérieusement à se demander si cette histoire pouvait se révéler exacte dans la vie qu’elle menait. Elle ne voyait en rien où l’amour pouvait susciter dans une telle situation. Une chose était certaine, rien de tel ne lui arriverait…non, bien sur que non, songea-t-elle en soupirant de nouveau.

L’heure passa malgré tout à une vitesse satisfaisante. Lorsque la sonnerie retentit dans l’enceinte du lycée, la jeune fille observa les élèves de sa classe se levaient précipitamment de leurs chaises. Contrairement aux autres, elle resta assise et rangea tranquillement ses affaires dans son sac lorsque son professeur posa une main sur son épaule, la faisant sursauter violement.

Le cœur battant à tout rompre, elle poussa un soupir de soulagement en fixant le sourire de son professeur.

- Professeur : Tout va bien, melle Tancredi ?

- Sara : Heu… oui. J’étais juste perdue dans mes pensées, je ne vous avais pas entendu…

- Professeur : Ce n’est rien. Mais j’aimerais que vous soyez davantage concentrée pendant mon cours.

Sara acquiesça d’un hochement de tête et s’aperçue à cet instant qu’un jeune homme quittait la classe. Elle fronça les sourcils, consciente que celui-ci avait entendu la remarque du professeur.

- Sara : Je serais concentrée, monsieur Dubois.

- Mr Dubois : Très bien Sara…Votre père m’a confié que vous portez un grand intérêt pour la langue française…

Les yeux écarquillés, la jeune fille sentit la colère lui monter aux joues.

- Sara : Vous avez parlé à mon père ?

- Mr Dubois : Bien sur. Il m’a téléphoné ce matin avant que vous arrivez en cours.

- Sara : Je vois.

Le professeur la jaugea un instant du regard et décela un sentiment de déception passait sur les traits de son visage. Il émit un faible soupir et s’appuya sur le dos d’une chaise face à elle.

- Mr Dubois : Il est tout à fait normal qu’il me tienne informé de votre intérêt particulier.

- Sara : Pourrais-je savoir ce qu’il vous a raconté ? Vraiment ?

- Mr Dubois : Que vous êtes une très bonne élève. Voilà pourquoi vous êtes dans ma classe. Je ne vous rappelle pas que vous devriez vous trouvez en seconde ?

Irritée de cette remarque, elle souffla et redressa la tête.

- Sara : En effet, c’est inutile. Mais sachez que je n’ai pas voulu sauter deux classes, monsieur Dubois. Mon père a insisté auprès du directeur...

- Mr Dubois : Je sais. Nous avons étudié votre parcours scolaire, et je dois admettre que votre père a fait ce qu’il fallait. Ecoutez, je suis conscient qu’il est difficile pour vous d’intégrer une classe en cours de chemin mais… je crois en vos capacités. D’après votre cursus scolaire, vous avez toutes les compétences pour réussir.

- Sara : Merci… c’est très gentil. Mais… tout ce que je veux c’est qu’on ne me juge pas en tant que la fille du gouverneur.

- Mr Dubois : Pas de traitement de faveur ?

Sara esquissa un faible sourire à la vue du haussement de sourcil de son professeur. Il lui rendit un sourire compréhensif et se leva au même instant où la porte s’ouvrit sur le jeune homme qui venait de sortir quelque instant auparavant…

- JH : Excusez-moi de vous déranger, professeur…

- Mr Dubois : Ho, ce n’est rien, monsieur Miller. Au contraire, venez…

Sara fixa le jeune homme s’approcher vers eux d’un pas légèrement hésitant. Elle constata tout d’abord la prudence de son regard. Il était évident que celui-ci se sentait intimidé, mais par qui ? Songea-t-elle en observant les traits de son visage.

- Mr Dubois : Wentworth, j’ai un petit service à vous demander…

- Wentworth : Bien sur…

Le professeur lança un regard vers la jeune fille mais elle ne le remarqua pas, trop subjuguée par la beauté du visage de son camarade de classe.

- Mr Dubois : Vous êtes le meilleur élève de ma classe mais aussi le plus sér…

- Wentworth : Vous exagérez…

- Mr Dubois : Evidement…

Sara leva les yeux vers son professeur, entendant le ton moqueur de sa réponse. Confuse, elle baissa la tête et posa la bandoulière de son sac sur son épaule.

- Sara : Il faut que je vous laisse…. J’ai un cours…

- Mr Dubois : Pouvez vous accompagner Sara, Wentworth ? Le temps qu’elle s’habitue à notre établissement ?

Troublée, Sara étouffa un cri de protestation. Le jeune homme esquissa un faible sourire et plongea son regard dans le sien. Le souffle coupé, Sara eut du mal à garder les esprits clairs tandis qu’elle avait l’impression de s’abimer dans la profondeur océan de ses iris.

- Sara : Ce… ce n’est pas…

- Went : Avec plaisir, monsieur Dubois.

- Mr Dubois : Très bien ! Dans ce cas, considérez vous que vous êtes désormais son mentor. Je ne dois pas vous expliquer ce que cela signifie ?

- Went : Très bien. Je veillerais à ce qu’elle ne se perde nulle part.

- Sara : Attendez une seconde ! Je ne suis pas d’accord, je peux très bien me débrouiller toute seule !

- Mr Dubois : Je n’en doute pas. Mais vous venez de me dire que vous ne voulez absolument pas de traitement de faveur…

- Sara : Et ça, s’n’en ai pas un, peut être !

Furieuse de voir apparaitre un sourire sur les lèvres de son professeur et sur celui de Wentworth, elle fulmina en croisant les bras sur sa poitrine.

- Mr Dubois : Mademoiselle Tancredi ! Chaque nouvel élève qui est amené à entrer au lycée en court d’année, comme dans votre cas se voit affréter d’un mentor. Donc, ne considérait pas cela comme un traitement de faveur particulier. Oseriez-vous douter de ma sincérité ?

Le rouge aux joues, Sara baissa la tête et aurait voulu se mettre dans un trou de souris, tellement la honte la submerger.

- Sara : Désolée, je ne savais pas…

- Mr Dubois : Je vous considère comme mes autres élèves, Sara. Maintenant, Wentworth va vous emmener à votre prochain cours. Faites plus amples connaissances et n’hésitez pas à demander si vous vous sentez perdue.

Il accentua sa parole en souriant avant de lancer un regard complice vers Wentworth qui acquiesça d’un signe de tête.

- Mr Dubois : Ha, j’allais oublier, Went… tu voulais me parler de quelque chose ?

- Went : Non, ce n’est rien d’important.

- Mr Dubois : Tu en es sur ?

Sara assista à l’échange du jeune homme avec leur professeur, d’un air confus.

- Went : Oui, c’est bon. Je vous en parlerais plus tard.

- Mr Dubois : Très bien, alors je vous dis à demain !

- Sara : Au revoir.

Haussant un sourcil, Went pencha la tête sur le côté et contempla le visage de Sara. Un léger sourire flotta sur ses lèvres, découvrant le regard de la jeune fille perdue dans ses pensées.

- Went : On y va ?

Reprenant ses esprits, elle se figea et acquiesça d’un hochement de tête. Went réprima un rire puis tendis le bras vers la porte, faisant comprendre à la jeune fille de passer devant lui…


Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 34
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Sam 14 Mar - 14:37

Wentworth et Sara (sans le h) Je trouve ca marrant..

J'aime bien ce contexte Sara et went se rencontre au lycée, c'est un excellent début et qu'est ce que tu écris bien Angie... je te félicite encore...

évidement moi je veux la suite, ca m'intéresse...



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
ju'
She's alive
She's alive
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2048
Age : 25
Localisation : Entre deux champs , en face de mes voisins les agriculteurs et a coté de mes copines les vaches ...
Humeur : Contente ...
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Sam 14 Mar - 15:00

Moi aussi je trouve ce debut d'histoire sympa ...

Continue a poster c'est super bien Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Sam 14 Mar - 15:55

merci mes chéries pour vos coms, allez, je vous poste deux suites, ça vous dit ????? Very Happy

Party 2



Longeant le couloir jusqu’à la salle de classe de chimie, Sara lançait discrètement des coups d’œil vers son mentor qui marchait à ses côtés. Elle ne put s’empêcher d’apprécier les traits fins et réguliers de son visage. Ses cheveux noir coupés courts sur son crâne rendaient la perfection de son teint légèrement halé, relevant son magnifique regard bleu vert qu’elle évitait de regarder trop longtemps tant l’intensité de ses iris la troubler.

Quand à Went, il s’efforçait de ne pas lui montrer qu’il avait comprit qu’il faisait l’objet de sa contemplation. Mais comment résister pour ne pas poser son regard sur elle ? Songeait-il, poussant un léger soupir. Elle était belle, mais ce n’était pas la beauté de son visage dont il appréciait qu’il le rendait légèrement euphorique en sa présence. Sara dégageait quelque chose d’identifiable qu’il aimerait déchiffrer.

Perdu dans leurs réflexions, chacun de leur côté, ils se retournèrent en même temps lorsque des éclats de voix se firent entendre derrière eux. Sara fronça les sourcils et fixait les deux jeunes gens qui se disputaient.

- Went : Ce n’est pas grave, c’est Lois et Karl. Ils sont en couple depuis un bon moment et c’est assez fréquent de les voir se disputer dans les couloirs.

- Sara : Ho… ils ne vont pas se battre au moins ?

- Went : Ho non !

Sara le dévisagea, incrédule alors qu’il se mit à rire.

- Went : Je dirais plutôt que nous allons bientôt assister à des embrassades.

Sara haussa un sourcil et poussa un long soupir.

- Sara : Oui, ben sans moi ! On a un cours.

- Went : Nous avons encore dix minutes avant qu’il commence…

- Sara : Tu ne serais pas voyeur, Miller, c’est ça ?

Went se mit à rire et secoua la tête avant de se remettre à marcher. Sara le suivit et dû faire de grandes enjambées pour revenir à sa hauteur.

- Sara : Je pensais que nous avions encore dix minutes pour le prochain cours, pas besoin de courir.

Went ne répondit pas mais ralentit son pas.

- Sara : Je vois…

Perplexe, il tourna la tête vers elle et plissa les paupières. Sara se mordit la lèvre, troublée par l’intensité de son regard.

- Went : Tu vois quoi ?

- Sara : Si je t’ai vexé, j’en suis désolée.

Elle avait l’air sincère, pensa le jeune homme en se retournant. Sara fit de même et écarquilla les yeux alors qu’elle vit le couple qui se déchirait quelques minutes auparavant, enlacé dans les bras de l’un l’autre. Le sourire au coin des lèvres, il reporta son regard vers Sara.

- Went : Tu apprendras au fil du temps à connaître les gens d’ici.

- Sara : Je n’ai pas l’intention de rester dans ce lycée.

Surpris, Went fronça les sourcils et la considéra un instant avant de lui poser la question qui lui brulait les lèvres.

- Went : Je vois. C’est ton père qui t’a obligé à finir ton année ici ?

- Sara : En quelque sorte.

- Went : D’après ce que j’ai pu comprendre, tu as un intérêt particulier pour la France…

- Sara : Tu as très bien comprit. Je compte partir vivre en France, un jour.

- Went : C’est un très beau pays.

- Sara : Tu y es déjà allé ?

Went acquiesça d’un hochement de tête et reprit sa marche.

- Went : J’avais à peine cinq ans. Je ne m’en souviens pas très bien mais mes parents ont prit un tas de photo de Paris.

- Sara : C’est une ville magnifique.

- Went : Et romantique.

Confuse, Sara le considéra une fraction de seconde puis baissa la tête à son imagination débordante.

- Sara : J’y suis allée… l’année passée. Je suis tombée amoureuse de cette ville somptueuse. Les gens sont vraiment très gentils et là bas, tu passes inaperçue…

- Went : Personne ne te connaît…

- Sara : Oui. J’étais juste un ado de passage et non la fille du gouverneur.

Went s’arrêta et lui fit signe de tête en direction de la porte de classe. Il s’adossa contre le mur et fixa la jeune fille d’un air interrogateur.

- Went : J’avoue que ça ne doit pas être facile d’être la fille d’un politicien.

- Sara : Mm.

Pendant quelques secondes qui parut une éternité à Sara, le silence s’installa entre eux tandis que d’autres élèves arrivaient dans leur direction, suivit d’un professeur. Went se redressa et se baissa légèrement vers la jeune fille qui sentit son cœur battre plus rapidement.

- Went : Un jour, je te montrerais les photos si tu en as envie.

Sara resta interdite quelques instants puis hocha la tête, un sourire s’étirant sur ses lèvres. Went répondit à son sourire puis inspira profondément avant de se tourner vers leur professeur de chimie qui arrivait à grands pas. Les autres élèves dévisagèrent Sara qui se sentit soudainement misérable de baisser le regard. Went remarqua la gêne de la jeune fille et s’approcha d’elle, trop prêt peut être, songea-t-il en relevant la tête vers monsieur Scot.

- Went : Professeur, je vous présente Sara, c’est la nouvelle élève.

- Mr Scot : Très bien, Went. Bonjour Sara. Je suis votre professeur de chimie. Went, tu dois être son mentor ?

- Went : Effectivement.

Le professeur hocha la tête, satisfait et ouvrit la porte de la classe.

- Mr Scot : Dans ce cas, mettez vous tous les deux.

- Voix : Quoi ? Mais c’est moi qui suis toujours à côté de lui !

Sara se tourna vers celle qui venait d’émettre une protestation. Une jeune fille blonde, plus grande qu’elle la foudroyait du regard. Sara allait ouvrir la bouche pour protester auprès du professeur mais Went l’a devança.

- Went : C’est bon, Amy. Mr Dubois m’a désigné comme mentor pour Sara…

- Amy : Mais je m’en tape ! Je ne bougerais pas de ma place !

Sara réprima un gloussement d’étonnement à son franc parlé tandis que Went poussa un long soupir d’exaspération. Visiblement, cette fille était mordue de son mentor, pensa la jeune fille en se mordant la lèvre.

- Sara : Ce n’est pas grave, je me mettrais ailleurs…

Went chercha le regard de Sara mais celle-ci l’évita en fixant ses doigts qu’elle triturait nerveusement.

- Went : Très bien. Soit rassurée, Amy, tu ne seras pas obligé de changer de place.

Amy soupira de soulagement et entra dans la salle, jetant un regard d’animosité vers Sara. Went posa une main sur le bras de Sara mais celle-ci s’en dégagea vivement et entra dans la pièce. Elle fouilla du regard après une place libre et passa entre les rangées de tables, trouvant une place au fond de la salle.

Ayant l’impression que tous les regards étaient tournés vers elle, Sara s’installa sur la chaise et sortit son matériel de son sac, évitant de regarder autour d’elle.

Went entra à son tour et trouva facilement Sara, installée au fond de la classe. Il savait qu’Amy l’observait en battant des cils, s’attendant sans doute que son regard s’ancre au sien mais Went n’en fit rien. Il emprunta le même passage qu’avait pris Sara et alla s’installer à ses côtés.

Les yeux écarquillés, Amy réprima un cri de fureur et claqua le matériel sur la table qu’elle sortit de son sac.

- Sara : Tu devrais t’installer à ta place.

Went sourit en coin et se pencha légèrement vers elle.

- Went : Je préfère m’installer ici.

- Sara : Tu vas me causer des ennuis.

- Went : Je suis là pour te protéger.

- Sara : J’ai déjà un garde du corps.

- Went : Je suis ton mentor.

- Sara : Et ça ne consiste pas à me coller à chaque minute !

Went eut un sursaut de recul à sa réplique. Sara s’en aperçut et se sentit mal à l’aise.

- Sara : Ce n’est pas ce que je voulais dire…pardon, mais je n’ai pas envie de me faire des ennemis.

- Went : Ne t’en fais pas. Le prof m’a demandé de m’installer à tes côtés, et j’obéis, tout simplement. Elle s’en remettra et trouvera certainement un autre moyen d’obtenir des A.

Sara fronça les sourcils et ne put retenir un rire léger alors que Went souriait.

- Sara : Je vois… je pensais que…

Intrigué, il fronça les sourcils.

- Went : Qu’est-ce que tu imaginais, Sara ?

Le ton suave de sa voix la fit frissonner légèrement. Elle resta un instant interdite puis secoua la tête.

- Sara : Rien d’important.

Went sourit, satisfait en remarquant le trouble de la jeune fille et se redressa sur sa chaise alors que le professeur demanda toute l’attention de la classe….

Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Sam 14 Mar - 15:57

**************************************************************

Party 3

Après avoir retenu l’attention de ses élèves, le professeur de chimie donna son cours sur la datation au carbone 14. Sara se concentra pendant l’heure entière, essayant d’analyser tous les critères des données afin de réaliser une équation exacte. Went remarqua son soupir et sourit légèrement en baissant son regard vers ses notes.

- Went : Il faut d’abord que tu détermines le nombre de noyau du carbone 14, regarde.

Sara se mit à déglutir péniblement alors qu’il se penchait trop prêt d’elle. Son odeur l’enivra aussitôt, se propageant dans ses narines sensibles au parfum musqué de son mentor. Elle baissa le regard vers sa feuille tandis qu’il corrigeait ses erreurs, avec une simplicité surprenante.

- Went : Il faut que tu prennes en compte le nombre des nucléons. Regarde…la somme des nombres de nucléons des noyaux initiaux est égale à la somme des nombres de nucléons des noyaux produits. Si tu regardes bien, lors d’une réaction nucléaire, il y a conversion du nombre de nucléons A et du nombre de protons Z…

Il s’interrompit un instant, percevant le regard de la jeune fille suspendu à ses lèvres. Il sourit et redressa la tête lorsque la sonnerie annonçant la fin du cours retentie. Sara le remercia rapidement et se tourna sur sa chaise avant de ramasser son sac. Went l’observa alors qu’elle s’empressait de ranger ses affaires à l’intérieur de son sac en bandoulière qu’elle passa autour de son cou, une fois fermé.il n’omit pas de déchiffrer ses gestes légèrement nerveux.

- Went : Si tu as besoin d’un coup de main en chimie…

- Sara : Non, ça va aller. Tes explications m’ont fait comprendre le cours… c’est gentil de vouloir m’aider…

- Went : Mais ?

Elle fronça les sourcils et l’étudia du regard, comprenant qu’il était inutile de s’évertuer dans son comportement de retrait vis-à-vis de lui.

- Sara : Si je ne comprends pas quelque chose, je ferais appel à toi.

Il sourit, satisfait et se leva.

- Went : Très bien. Nous allons déjeuner ?

- Sara : Déjà ?

Il se mit à rire alors qu’elle regardait sa montre d’un air perplexe.

- Went : Tu n’as pas vu le temps passé, c’est un bon début. On a une heure pour déjeuner ensuite, rendez-vous en salle de gym, puis au cours d’histoire.

- Sara : Je ne suis habillée pour le sport… je ne savais pas.

La jeune fille poussa un soupir las, réfléchissant à quelle excuse devrait-elle trouver cette fois, afin d’obtenir une dispense pour l’année. S’il y avait bien quelque chose qu’elle détestait plus que tout, c’était cette matière. Ce n’était pas le fait de pratiquer des exercices physiques qui la rebuter mais plutôt de se rendre ridicule devant une classe entière.

- Went : Jenny ne dira rien pour ton premier jour, et tu n’es pas non plus en tailleur et hauts talons.

- Sara : Je déteste les hauts talons !

Went se mit à rire et l’entraina par le bras vers la sortie, satisfait qu’elle ne se dégageait pas de son étreinte, brève fut-elle. Car le regard noir d’Amy qui les attendait dans le couloir les firent stopper net. Went la fixa, les muscles crispés et relâcha le bras de Sara.
- Went : Qu’est-ce que tu veux ?

- Sara : J’y vais…

- Amy : Ho, mais non, attend ! Tu risquerais de te perdre sans ton « mentor » !

- Went : Arrête.

- Amy : La pauvre petite fille à papa !

Sara serra les mâchoires afin de résister à l’envie de rétorquer une cinglante mais elle ne releva pas et continua de s’éloigner. Incrédule à la douleur dans la poitrine qu’il ressentit, Went observa la jeune fille quelques secondes avant de porter un regard noir de colère vers Amy.

- Went : Je peux savoir ce qui te prend ?

- Amy : Ce qui me prend ? Nous étions toujours ensemble en cours et là, voilà que la fille du gouverneur se pointe pour que tu me laisses tombée !

Il souffla d’un air las et secoua la tête.

- Went : Je suis son mentor, et Sara est une fille bien…

- Amy : Et moi dans tout ça ? Je suis une mauvaise fille, peut être ?!

- Went : Je ne t’ai jamais rien promit, Amy ! Je suis libre de m’installer où je veux et avec qui je veux !

Amy ouvrit la bouche pour rétorquer mais la referma à la vue du professeur Scot qui sortait de la classe.

- Mr Scot : Melle Byce, vous avez un problème ?

- Amy : Heu… non, monsieur.

- Went : Bon appétit, monsieur.

- Mr Scot: A toi aussi, Went.

Went le salua d’un signe de tête et s’en alla sans un regard pour Amy. Rageant, elle serra les poings et allait le suivre lorsque monsieur Scot la retint par le bras.

- Mr Scot : Le directeur veut vous voir Amy.

- Amy : Quoi ? Mais pourquoi ça ?

- Mr Scot : Il vous attend à son bureau, allez y et vous le serez.

Soufflant rageusement, elle libéra son bras et tourna les talons en direction des bureaux.

Arrivé à la cafétéria du lycée, Went chercha Sara du regard et sentit une inquiétude monter en lui, ne la trouvant nulle part. Légèrement frustré, il prit deux sandwiches et deux boissons et s’avança vers la caisse.

- Went : Salut, Cora !

- Cora : Hey Went ! Tu es pressé aujourd’hui ?

Il baissa les yeux vers ses achats et sourit.

- Went : On va dire ça…

- Cora : C’est de la lasagne au menu ! Tu adores ça d’habitude.

- Went : J’ai… je n’ai pas très faim aujourd’hui, ça fera l’affaire, ne t’inquiète pas.

- Cora : Ok, ça te coutera huit dollars cinquante.

Il lui tendit un billet de dix et lui lança un clin d’œil.

- Went : Gardes la monnaie !

- Cora : Mais non, tiens.

Il soupira, sachant qu’il était inutile d’insister et récupéra la monnaie qu’elle plaça dans la paume de sa main.

- Went : Merci.

Cora fronça les sourcils, inquiète de voir le regard de Went fouillait la salle.

- Cora : Tu cherches quelqu’un ?

Il tourna la tête et acquiesça.

- Went : Tu n’aurais pas vu la nouvelle élève par hasard ?

- Cora : La fille Tancredi ?

- Went : Sara. Elle s’appelle Sara.

- Cora : Ho… non, désolée.

Went la remercia, visiblement déçu et sortit de la cafétéria avec son déjeuné sous l’œil intrigué de Cora.

Malgré qu’ils se trouvaient en plein mois de février, un soleil éclatant inondait la cour où quelques élèves avaient préféré déjeuner dans celle-ci plutôt que dans la cafétéria. Went s’avança, le sachet du déjeuné à la main en fouillant les alentours du regard, toujours à la recherche de Sara. Nat l’intercepta au moment où il crut reconnaitre la jeune fille, installée dans la pelouse, le dos contre l’arbre.

- Went : Qu’est-ce que tu veux, Nat ? C’est Amy qui t’envoie ?


- Nat : Ouai, elle m’a demandé de t’informer que ce n’était pas la peine que tu l’attendais pour rentrer.

Went fronça les sourcils, assez étonné de cette nouvelle. Depuis le début de l’année, et ce chaque jour, il la raccompagnait chez elle, étant donné qu’il habitait le même quartier.

- Went : Elle est vraiment furieuse…

- Nat : Tu n’y es pas. Le dirlo l’a emmené chez elle, un problème de famille, je crois.

- Went : Elle ne t’a rien dit de plus ?

- Nat : Désolé, mec.

Soucieux, il remercia Nat et observa le jeune homme s’éloigner. Un tas de questions se bousculaient dans son esprit alors qu’il connaissait la famille d’Amy depuis des années. Leurs parents étant de très bons amis, il n’était pas anodin que la jeune fille passait à l’improviste pour une petite visite. Agacé, Went reporta son regard vers la silhouette immobile au pied de l’arbre et sourit légèrement avant d’aller la rejoindre.

Perdue dans ses pensées, Sara sursauta légèrement alors que Went s’installa près d’elle. Surprise, Sara tourna la photo qu’elle observait depuis qu’elle s’était isolée.

- Went : Hé, je te cherchais.

- Sara : Tu m’as trouvé.

Il lui sourit et hocha la tête.

- Went : Tu t’es réfugiée ici ?

Elle hocha la tête et soupira avant de mettre la photo qui était l’objet de sa contemplation dans la poche de sa veste.

- Went : C’est ton petit ami ?

Sara écarquilla les yeux.

- Sara : Pardon ?

Il lui sourit d’un air amusé.

- Went : La photo, c’est ton petit ami ?

- Sara : Non ! C’est… c’est une photo de ma mère et moi…

Went eut l’envie subite de se cogner la tête contre l’arbre, se rappelant qu’il avait lu dans les journaux que Franck Tancredi avait perdu sa femme, trois ans auparavant. Il fronça les sourcils, essayant de se rappeler les raisons de cette disparition brutale mais en fut incapable.

- Went : Navré…

- Sara : Ce n’est rien…

- Went : Elle te manque ?

La jeune fille ferma les yeux, priant silencieusement pour qu’il ne remarque pas l’humidité qui prenait place dans ses pupilles.

- Went : Je suis désolé… je ne voulais pas te faire de la peine.

Elle ouvrit les paupières au ton suave et sincère de sa voix et tourna la tête.

- Sara : Oui, elle me manque… à chaque instant…mais c’est du passé et…

Elle s’interrompit alors qu’il passa son index sur sa joue, effaçant une larme qui venait de s’échapper de sa paupière. Troublée à ce contact, elle déglutit péniblement, ancrant son regard brillant d’émotion dans le sien.

- Went : Elle te manquera toujours, mais le temps finira par combler le vide que tu ressens, Sara…

Déconcertée par ses paroles, elle resta un instant interdite, incapable de prononcer un mot ni même d’ôter son regard du sien. Pourtant, elle devait y parvenir, songea-t-elle en baissant enfin la tête après avoir esquisser un sourire.

- Sara : Merci…

Went ne répondit pas mais sourit avant d’ouvrir le sachet, comportant son déjeuné.

- Went : Comme je ne t’ai pas vu à la cafétéria… je t’ai pris quelque chose mais si tu préfères que je te laisse seule, je…

Alors qu’il allait se relever, Sara posa sa main sur son bras.

- Sara : Non. C’est très gentil à toi, Went.

- Went : De rien. Tiens.

Il lui tendit un sandwiche et une boisson qu’elle accepta après quelques secondes de réflexion.

- Sara : Tu n’aurais pas dû…Je vais te rembourser…

- Went : Hors de question ! Je t’invite.

- Sara : D’accord, mais la prochaine fois ce sera pour moi.

Went planta son regard dans le sien et sourit.

- Went : Alors demain ?

Elle se mit à rire, le bousculant légèrement et accepta de bon cœur l’invitation…

Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 34
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 16 Mar - 17:40

j'aime beacoup ces suites, et pour un début tu arrive à poser l'intrigue parce que je me demande ce qui se passe avec Amy (l'hystérique lol)

je suis ravie de voir que Sara et Went s'entendent bien tous les deux, aller encore une tite suite...



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
ju'
She's alive
She's alive
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2048
Age : 25
Localisation : Entre deux champs , en face de mes voisins les agriculteurs et a coté de mes copines les vaches ...
Humeur : Contente ...
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 16 Mar - 20:10

Coucou !

Super cette suite , encore une petite suite pour aujourd'hui ?!
Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 16 Mar - 22:44

Merci les filles pour vos coms, je vous poste les suites que j'ai posté sur mon fo', comme ça, on sera à jour ici aussi
bonne lecture

**************************************************************

Party 4

Malgré son appréhension, Sara avait passé les deux heures d’activités sportives dans la bonne humeur. Elle avait fait la connaissance de Jenny, la professeure de sport qui, était la seule à autoriser les élèves à l’appelaient par son prénom. Grande brune et athlétique, elle avait fait preuve d’une grande patience envers Sara pour lui expliquer les règles du handball.

Bien que ce ne fût pas sa tasse de thé, la jeune fille s’était révélé une bonne joueuse, marquant le point définitif qui avait emmené son équipe à la victoire. Abby l’avait félicité avec enthousiasme et elles avaient pris quelques minutes pour discuter, le temps que les autres rangeaient le matériel sortit pour ce petit match improvisé.

Sara appréciait beaucoup sa camarade qui se révélait fort intéressante et très sympathique.

- Abby : Je n’en reviens pas que tu as récupéré le plus beau mec du lycée pour mentor !

- Sara : Il est gentil.

- Abby : Et sexy ! Ne me dis pas que tu ne craques pas pour ces beaux yeux ?!

Sara éclata de rire à la mine indécise d’Abby lorsqu’elle secouait la tête négativement pour répondre à sa question.

- Abby : En tout cas, il ne laisse personne d’indifférentes.

- Sara : Tu craques pour Went ? Il me semblait que tu étais avec Jefferson ?

Abby roula des yeux d’un air désabusé.

- Abby : Effectivement mais tous le monde sait ici que Wentworth Miller est le plus…

- Sara : Beau ?

Elle hocha la tête puis éclata de rire. Sara la fixa d’un air interrogateur, ne comprenant pas l’hilarité soudaine de la jeune fille.

- Abby : En tout cas, toi tu n’as pas l’air de le laisser indifférent !

- Sara : Quoi ?

Surprise, Sara resta la bouche légèrement ouverte.

- Abby : Depuis cinq bonnes minutes, il a le regard rivé vers toi, Sara.

- Sara : Tu te trompes, on n’est juste…

Elle s’interrompit un instant, cherchant effectivement le terme qui correspondait aux sentiments que lui influer son mentor.

- Abby : Amis ? Dans ce cas là, je te souhaite bonne chance car Amy ne te laissera pas faire…

- Sara : Comment ça ?

- Abby : Elle est folle de lui, ça fait plus de deux ans qu’elle cherche à se rapprocher de lui mais il a décidé apparemment que leur relation se tiendrait comme elle l’ait aujourd’hui, amis, rien de plus.

- Sara : Mm… je comprends pourquoi elle n’était pas très contente que Went s’installe avec moi en cours.

Abby se mit à rire.

- Abby : Je confirme. C’est une fille très possessive et croit qu’elle obtient tout ce qu’elle désire d’un claquement de doigt.

- Sara : Pathétique…

Abby souffla d’un air las en acquiesçant.

- Abby : Mais ne t’en fais pas, Sara… on pourrait avoir pire dans notre classe.

- Sara : Une fille pathétique et une fille superficielle…

- Abby : Et la fille du gouverneur…

Sara la considéra, étonnée puis éclata de rire.

- Abby : T’a raison, on ne pourrait pas avoir pire !

Pendant que les deux jeunes filles riaient, à l’autre bout de la salle, Went faisait mine de participer à la discussion de groupe qui s’était installé autour de lui. Depuis quelques minutes, il observait Sara et sourit à la voir rire aux éclats en compagnie d’Abby. C’est avec un sentiment de soulagement qu’il constatait qu’elle venait de faire d’Abby, une probable meilleure amie dans l’établissement.

- Nat : Arrête de rêvasser, Miller ! Il est l’heure d’y aller.

Sans quitter le regard de la jeune fille, il hocha la tête sans toutefois faire le moindre mouvement pour rejoindre les autres qui s’avançaient vers les vestiaires. Soudain, il eut l’impression que son cœur venait de manquer un battement alors que le regard de Sara tomba dans le sien. Troublé, il se perdit dans ses grands yeux noisette et esquissa un sourire confus.

- Jenny : Allez les filles ! A la douche !

L’exclamation de la professeure de sport les ramenèrent tous deux à la réalité. Penaud, Went détourna le regard et s’avança d’un pas rapide vers les vestiaires, se demandant ce qu’il lui arrivait…

Quelques groupes d’élèves s’étaient rassemblés dans la pelouse, profitant des rayons du soleil pendant l’heure de pause qu’ils avaient avant la dernière heure de cours. Sara était allongée sur le dos, les yeux fermés et offrant son visage au soleil au côté d’Abby et d’Angéla qui les avait rejoins quelques instants plus tôt. Silencieusement, les trois jeunes filles profitèrent de l’heure de pause pour se relaxer en toute tranquillité. Soupirant d’aise, Sara faisait le point de sa première journée et fut satisfaite de constater qu’elle s’était trompée, s’imaginant à son arrivée que tout se passerait mal.

- Abby : Faudrait pas qu’on s’endorme les filles !

Elles se mirent à rire légèrement puis Sara se redressa sur les coudes, étouffant un bâillement.

- Sara : Tu as raison. Je crois qu’il faudrait mieux que j’aille me dégourdir les jambes.

- Abby : Ho non… j’ai la flemme de me bouger les fesses.

- Angéla : Tu veux que je t’accompagne, Sara ?

- Sara : Non, c’est gentil. Je vais en profiter pour passer un coup de fil.

Ses deux amies acquiescèrent d’un signe de tête et observèrent la jeune fille s’éloigner.

- Angéla : Elle est très sympa.

- Abby : Ouai… elle est super… par contre, j’ai bien l’impression que nous ne sommes pas les seules à la trouver sympathique.

Angéla suivit le regard de son amie et esquissa un large sourire en apercevant Went qui suivait les pas de Sara vers l’entrée de l’établissement.

- Angéla : Il a surement peur qu’elle se perde !

- Abby : J’en doute. Depuis le temps que je le connais, je n’avais jamais vu le regard dont il a pour Sara.

Angéla haussa les épaules.

- Angéla : Il prend son rôle de mentor à cœur, tu sais tout comme moi qu’il est consciencieux dans toutes les tâches qu’il entreprend.

Abby se mit à rire légèrement, sachant pertinemment qu’il y avait beaucoup plus que cela.

- Abby : Je suis prête à parier que d’ici la fin de l’année, ils seront ensemble, ces deux là.

- Angéla : Alors, si jamais tu as raison, je ne donne pas chère de la tête de Sara… avec cette Amy !

Abby marmonna quelques mots inaudibles et se rallongea sur la pelouse.

- Abby : De toute façon, cette Amy commençait à l’exaspérer ! Tu te rends compte de la patience dont il a fait preuve pour la supporter ?

- Angéla : Mm… peut être mais tu sais tout comme moi qu’Amy peut être très blessante et méchante quand elle s’y met !

- Abby : C’est une peste, cette fille. Tout comme cette Daphnée !

- Angéla : Elles ne sont pas les meilleures amies pour rien, Abby !

Abby se mit à rire et poussa un long soupire avant de se redresser brusquement.

- Angéla : Qu’est-ce qui te prend ?

Abby se retourna et se leva d’un bond, furieuse tandis qu’Angéla porta sa main sur ses lèvres afin d’étouffer un éclat de rire à la vue de son amie trempée. Elle observa la jeune fille se mettre à la poursuite de Nat qui laissa tomber sa bouteille d’eau avant de se mettre à courir le plus vite possible…

A l’intérieur du bâtiment B où Sara s’était réfugiée pour passer son appel en toute tranquillité, l’air était beaucoup plus frais qu’à l’extérieur. Went longea le couloir et trouva Sara, discutant au téléphone. Comme elle était de dos, il hésita un instant de revenir sur ses pas, mais il n’en fut incapable alors qu’il entendit la détresse de sa voix.

- Sara : S’il te plait, papa…

Fronçant légèrement les sourcils, Went baissa la tête et resta à l’écart, ne voulant pas qu’elle le surprenne. Il manquerait plus qu’elle le prenne pour un épieur, après le voyeur de la matinée, il avait eut son compte, songea-t-il en esquissant malgré lui un sourire en revoyant l’air incrédule qu’elle avait sur le visage lorsqu’elle avait aperçu Karl et Lois, enlacé et batifolant après leur crise.

Tandis que Went se perdait dans ses pensées, Sara étouffa un juron et coupa la communication avec son père. Elle n’eut pas le temps de ranger son portable dans son sac, que celui-ci se mit à vibrer aussitôt. Elle fut tenter de le couper en apercevant le numéro de son bureau mais elle décrocha alors que l’envie folle de l’envoyer une fois de plus sur les roses la tenailler.

- Franck : Bon sang, Sara ! Tu n’as pas à me raccrocher au nez !

- Sara : Et toi, tu n’as pas à me forcer de me trainer derrière toi comme ton toutou !

- Franck : Sara… c’est juste pour une soirée ! Tu ne vas pas en mourir !

- Sara : Si, justement. J’ai…des choses à faire ce samedi.

- Franck : Désolé ma petite fille, mais tu viendras avec moi à cette réception, que tu le veuilles ou non !

- Sara : Je n’irais pas !

- Franck : C’est ce qu’on verra ! Je suis ton père et tu m’obéiras, que tu le veuilles ou non.

Sara roula des yeux, retenant les larmes d’agacement.

- Sara : Il faut que je te laisse, j’ai un cours qui commence dans dix minutes.

- Franck : Ha, et ça s’est bien passé ?

- Sara : C’est maintenant que tu me le demandes ? On se parle depuis plus de dix minutes et…

Franck Tancredi poussa un soupir de lassitude dont Sara répondit avec exaspération.

- Franck : écoutes Sara… je sais que tu ne te sens pas à l’aise dans ce genre de réception mais j’ai besoin de toi.

- Sara : Tu n’as pas besoin de moi, papa. Tout ce qui t’importe c’est de faire bonne figure auprès de tes hommes politiciens ! Mais si tu tiens tellement à ce qu’ils sachent que tu es un bon père de famille, je pourrais écrire les compétences que tu as en la matière sur papier et le temps précieux que tu me consacres chaque jours et tu leurs fourniras !

- Franck : Ce n’est pas drôle, Sara !

Laissant une larme s’échapper de sa paupière, elle se mordit la lèvre pour ne pas hurler la douleur qu’elle éprouvait.

- Sara : Non, papa. Ce n’est vraiment pas drôle.

Sur ce, elle referma le clapet de son portable et porta ses mains sur son visage, étouffant un sanglot lorsque deux mains se posèrent avec tendresse sur ses épaules…


Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 16 Mar - 22:45

Party 5

Went n’avait pas su résister à l’envie de s’avancer vers elle lorsqu’il avait entendu la profonde tristesse de sa voix. Les mains qu’ils venaient de poser sur ses frêles épaules, lui envoyèrent une décharge électrique dans tous le corps mais il ne prit pas le temps de se concentrer sur l’effet qu’avait produit ce contact car Sara se retourna vivement, le regard effrayé.

Elle le fixa un court instant, les joues à présent mouillées par les larmes qui s’échapper de ses paupières. Bouleversé par la vision qui se tenait devant lui, Went l’attira dans ses bras et la serra fortement contre lui, un besoin urgent de la réconforter. D’abord troublée par ce geste, elle faillit le repousser avec violence mais le contact de son corps contre le sien l’apaisa légèrement. C’est alors qu’elle laissa sa tête retomber contre son torse et se détendit peu à peu.

Ils restèrent quelques minutes à s’étreindre puis la main de Went cessa de caresser les cheveux de la jeune fille au bruit des portes qui s’ouvraient bruyamment derrière lui. Sara se détacha de ses bras, le visage baissé.

- Sara : Merci…

- Went : ça va mieux ?

Elle hocha silencieusement la tête et se détourna de lui pour se moucher et sécher ses larmes.

- Sara : Je suis désolée…

- Went : Tu n’as pas te sentir désolée de quoi que ce soit, Sara.

Il leva la main et effleura son visage avant de replacer une mèche de ses cheveux derrière son oreille qui lui barrait la vue. Sara déglutit une fois de plus avec difficulté puis osa lever les yeux vers lui.

- Sara : Ne te sens pas obligé…

- Went : Ne croit pas que c’est une obligation en tant que mentor, Sara. Si je t’ai prise dans mes bras…c’était juste parce que j’en avais envie.

- Sara : Je…

- Went : Tu n’as pas l’habitude qu’un ami te réconforte…

- Sara : Non… tu as entendu ?

Went se mordit la lèvre et esquissa un sourire désolé.

- Went : Je ne voulais pas…

- Sara : Ce n’est rien, ne t’en fais pas. Je n’aurais pas du l’appeler.

- Went : Excuse moi de mon indiscrétion mais qu’est-ce qu’il a pu te dire ou faire pour te mettre dans un état pareil ?

Sara ferma légèrement les paupières et prit une profonde inspiration avant de lui répondre.

- Went : Ne te sens pas obligé de me répondre, je ne voudrais pas que tu penses que je me mêle de ta vie…

- Sara : Tu viens de me dire que tu étais mon ami… et…

Went l’interrompit en posant son doigt sur ses lèvres, comprenant son trouble.

- Went : Tu peux tout me dire, Sara.

Elle hocha la tête, ancrant son regard au sien.

- Sara : Il veut juste que je l’accompagne demain soir à une réception.

- Went : Et tu n’en as pas envie ?

- Sara : Je déteste ça. Il veut juste faire bonne figure auprès de son clan ! Si ce serait car il le désire, en…tant que père et qu’il veut emmener sa fille…

- Went : C’est peut être ce qu’il souhaite mais qu’il a du mal à…

- Sara : Non, tu n’y es pas. Il se fiche bien de savoir si j’ai quelque chose de prévu ou non, il impose que je sois présente, là où il veut, à l’heure qu’il le souhaite !

- Went : Je vois…

Sara observa son visage et sentit une pointe de culpabilité l’envahir alors qu’elle lut la compassion dans son regard. Elle soupira et leva les mains en signe d’impuissance.

- Sara : Personne ne peut changer ses parents, n’est-ce pas ? Tout ce que je souhaite, c’est de partir de chez moi, le plus vite possible et le plus loin.

- Went : Ce n’était pas une blague alors ? Tu veux vraiment aller faire ta vie en France ?

Sara se mit à rire légèrement et secoua la tête.

- Sara : Tu pensais que je plaisantais ? C’est la pure vérité, je t’assure.

- Went : Et qu’est-ce que tu feras là bas ? Tu as des projets d’avenir ?

- Sara : Oui. Je veux devenir médecin.

Il poussa un cri admiratif qui la fit sourire.

- Went : Rien que ça ?

- Sara : Ouai ! J’ai toujours eut envie de devenir médecin…quand…

Remarquant la difficulté pour elle de continuer, Went lui prit la main.

- Went : Tu ferais un très médecin, Sara.

Emue d’entendre cette remarque à son égard, elle releva la tête et plongea son regard brillant d’émotion dans l’intensité du sien.

- Sara : C’est la première fois qu’on me dit ça…

- Went : C’est la pure vérité.

Ils se sourirent tendrement puis il lâcha sa main afin de passer son bras autour de ses épaules.

- Went : Allez viens, je t’emmène au cours d’histoire. On pourra continuer à discuter, Mademoiselle Felman est sourde d’une oreille.

Eclatant de rire, Sara appuya sa tête contre son épaule et se laissa entraîner vers le fond du couloir…

Message trop long, je poste vite fait la suite....


Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 16 Mar - 22:46

....> suite
En plein milieu du cours d’histoire, Abby se retourna discrètement en direction des chuchotements qui continuèrent derrière son dos et sourit, attendris en constatant que c’était toujours Went et Sara qui se faisaient des messes basses.

- Went : Qui est Emma ?

Elle sourit à sa question et lui répondit.

- Sara : Disons qu’elle est payée en tant que gouvernante de la maison mais…elle est bien plus que cela. C’est elle qui m’élève depuis que je suis toute petite. A la mort de ma mère, si… elle n’aurait pas été là…

- Went : Elle doit être très gentille…

Elle acquiesça dans un sourire et continua.

- Sara : Elle était encore plus inquiète que moi avant que je parte ce matin. Sans compter John ! J’ai du le menacer pour qu’il ne restait pas dans l’enceinte du lycée…

Went se mit à rire légèrement.

- Went : Il doit aimer son rôle de garde du corps.

- Sara : Lui aussi, accomplit bien plus que son rôle. Il… c’est un père de substitution en quelque sorte, un ami aussi mais… il peut se montrer intransigeant quand il veut mais j’avoue que si je m’y mets, il n’arrive pas à résister.

Went secoua la tête d’un air désabusé.

- Went : J’imagine que tu dois lui faire ce regard ?

- Sara : Quel regard ?

- Went : Celui que tu me fais en permanence, Sara.

- Sara : Mais je ne te fais aucun regard !

- Went : Chut… on va finir par se faire rappeler à l’ordre si tu parles aussi fort.

Sara lui sourit et pencha la tête sur le côté en plongeant son regard de biche dans le sien. Il étouffa une exclamation et pointa son doigt vers elle.

- Went : Tu vois ! C’est ce regard ce dont je te parle !

Elle retint un rire alors qu’il secouait la tête.

- Sara : Et ?

- Went : Il faudrait être anormal pour ne pas te résister, Sara Tancredi !

Elle sourit de plus belle, consciente de se sentir aussi légère après une telle remarque venant du garçon le plus mignon du lycée, et peut être de tout Chicago, pensa-t-elle en observant son regard intense.

- Sara : Bon, et toi, tu aimerais faire quoi, plus tard ?

- Went : Tu me poses vraiment des questions embarrassantes, tu sais ?

- Sara : Parce que tu es embarrassé là peut être ?

Il continua de lui sourire et secoua la tête en réponse négative.

- Sara : Tu sais que je veux devenir médecin, je trouve logique de savoir ce que tu veux faire.

- Went : Disons que mon paternel fait tout pour que je devienne avocat mais je souhaiterais devenir acteur.

Sara écarquilla les yeux par la surprise de cet aveu et lui sourit.

- Sara : Tu voudrais être acteur…et bien, c’est sur qu’au niveau physique, tu…

- Went : Dois-je considérer ta remarque comme…

Sara se mit à rougir et le coupa de suite.

- Sara : Comme rien du tout. Écoute le cours plutôt !

Went leva la tête et observa la professeure qui était derrière son bureau à lire ses notes.

- Went : Tu es en train de détourner le sujet de conversation d’une drôle de façon, mademoiselle Tancredi !

- Sara : Je ne trouve pas. Si on continue à discuter, on va finir par se faire prendre.

- Went : Sara, ça fait plus d’un quart d’heure qu’on a débuté… enfin, qu’elle a débuté son cours. Nous sommes en train de discuter depuis tout ce temps.

Elle étouffa un petit rire et lui décocha un coup de coude.

- Sara : Tu fais un drôle de mentor, tu sais ? Au lieu de me pousser à suivre les cours, tu préfères discuter.

- Went : Je suis certain que tu le préfères également, je me trompe ?

Sara ancra son regard au sien quelques instants et baissa les yeux, acquiesçant dans un murmure.

- Sara : Crois le ou non, mais… je ne pense pas m’être confiée à quelqu’un depuis très longtemps.

Touché par ses mots, Went posa légèrement sa main sur la tienne et l’effleura avec tendresse. Les yeux rivés sur leurs mains jointes, Sara sentit son cœur se gonfler d’un sentiment troublé, encore inconnu jusqu’à maintenant.

- Went : Dans ce cas, je suis ravi d’être ton confident.

Ils se sourirent et baissèrent leurs têtes, légèrement confus.

- Sara : Tu es quelqu’un de bien, Went.

- Went : Merci Sara… c’est peut être parce que tu es une fille bien.

Elle le regarda et sourit au haussement de son sourcil qu’elle trouvait attendrissant.

- Sara : Je ne suis pas une fille bien, Went.

- Went : Je suis sur que si.

- Sara : Comment peux-tu en être sur ? On ne se connait que depuis aujourd’hui et…

- Went : On a l’impression que c’est depuis toujours ?

Surprise qu’il lui ôte les mots de la bouche, elle hocha la tête.

- Went : Je serais toujours là si tu as envie de parler, Sara.

Elle mit un moment à comprendre ce que ses mots signifiés puis elle sourit tristement avant de replonger son regard dans le sien.

- Sara : Même si j’ai besoin d’un câlin ?

Les lèvres de Went s’étirèrent en un large sourire. Il se pencha légèrement vers son oreille et ferma les yeux à la douce effluve de son parfum qui papillonnait dans ses narines.

- Went : Surtout si tu as besoin d’un câlin, Sara.

Son murmure lui provoqua un léger frisson dans tout le corps malgré la température étouffante de la pièce. Elle baissa son regard vers la main de Went, posée sur la sienne et poussa un léger soupir d’aise avant de fermer ses doigts sur les siens. Emu, bien plus qu’il ne l’aurait dû l’être, Went lui sourit, puis entraîna la main de la jeune fille sous la table avant que leurs doigts viennent s’entrelacés…

Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 16 Mar - 22:46

Party 6



Sa première journée de cours terminée, Sara se dirigea vers la limousine, jetant un coup d’œil discret à Went qui avait insisté pour l’accompagner jusqu’à la voiture qui l’attendait. John était adossé contre la portière, les bras croisés sur la poitrine et observa les deux jeunes gens s’avançaient vers lui. Les yeux plissés, il étudia la manière dont ils se lançaient des regards et se mit à sourire en se redressant alors que Sara venait de s’arrêter et de se tourner vers son ami.

- Sara : Je pense que ça va aller…

- Went : Mm… ton chauffeur est arrivé.

- Sara : C’est John. Je te le présenterais un autre jour…enfin, si tu es d’accord.

Le sourire qui se dessina sur ses lèvres la rassura. Elle se perdit un instant dans ses yeux bleu où l’intensité y régnait toujours puis se leva sur la pointe des pieds et déposa un baiser sur sa joue.

- Sara : A lundi. Encore merci pour tout, Went.

Troublé au contact des lèvres de Sara sur sa peau, il resta interdit, fixant la jeune fille s’installer dans la voiture. Il crut déceler un petit rire moqueur provenir de John avant qu’il ne ferme la portière. Perturbé, Went se tourna vivement et ferma les yeux afin de retrouver ses esprits…

Malgré l’agréable état d’esprit dans lequel Sara se trouvait, elle ne put s’empêcher d’éprouver un sentiment contrarié en remarquant les deux hommes de mains de son père sous le perron.

- Sara : Qu’est-ce qu’il fait ici ?

John se mit à rire et se tourna vers la jeune fille, une fois qu’il ait garé la voiture.

- John : Disons qu’il habite ici.

- Sara : Seulement quand cela l’arrange.

John fronça les sourcils.

- John : Vous vous êtes disputés ?

- Sara : Il m’a appelé et…comme à chaque fois, c’était tendu. Il ne m’a même pas demandé comment ça se passer au lycée… hé !

John eut un mouvement de recul à son exclamation.

- Sara : Toi non plus ! Tu ne m’as pas encore fait subir un interrogatoire sur cette première journée !

John éclata de rire et lui expliqua qu’il préférait attendre qu’ils soient entrés.

- John : Allez princesse, allons retrouver Emma dans la cuisine. Elle t’a préparé ce dont tu raffoles !

Son enthousiasme retrouvé, Sara accepta la main de John et descendit le sourire aux lèvres de la voiture. Elle se jeta à son cou et l’embrassa sur la joue tandis qu’il éclatait de rire.

- John : Allez file ! Je vais rentrer la voiture.

Le regard attendrit, il contempla sa protégé courir jusqu’à la maison en passant entre les hommes de mains du gouverneur sans leur adresser un regard. Il pouffa de rire et secoua la tête, amusé avant de s’installer derrière le volant de la limousine.

Sara jeta son sac dans le canapé et se rua dans la cuisine où la bonne odeur de pâtisserie embaumée la pièce. Emma se tourna vers la jeune fille, un large sourire sur les lèvres.

- Emma : Ma puce ! Comment s’est passée cette journée ?

Sara l’embrassa sur la joue et se mit à rire.

- Emma : Je vois que ça ne servait à rien de m’inquiéter !

- Sara : Tu t’inquiétais ?

- Emma : Mm

- Sara : Il ne fallait pas. Tout c’est bien passé. Le lycée est bien.

Etonnée de son engouement, Emma la considéra un instant.

- Emma : Tu n’avais pas l’air ravie pourtant, ce matin.

- Sara : C’est vrai que j’appréhendais mais… je crois que je survivrais.

Emma lui sourit, l’air attendrie.

- Emma : Tant mieux, je suis contente que tu agisses ainsi.

Elle jeta un coup d’œil vers le four et sourit.

- Sara : Tu as fais des cakes au Nutella…

- Emma : Mm… je savais que ça te ferait plaisir.

La jeune fille s’avança vers elle et se blottit dans ses bras.

- Sara : Merci, Emma. Tu es la meilleure.

Emma se mit à rire et l’embrassa avant de lui ordonner de s’installer à la table. John pénétra dans la cuisine à cet instant et lança un regard complice vers Emma qui sortait les cakes du four. Il s’installa face à Sara et lui sourit avant de lui verser un verre de lait.

- John : Alors, ma belle ? Tu nous racontes ?

Sara roula des yeux, amusée et hocha la tête.

- Sara : Qu’est-ce que tu veux savoir ?

- John : D’abord, qui était ce beau gosse qui t’accompagnait tout à l’heure ?

La jeune fille secoua la tête et poussa un long soupir à la vue de l’étonnement qui passait sur le visage d’Emma.

- Emma : Un garçon ?

- John : Oui, et plutôt beau garçon. Mais il a l’air plus vieux que toi.

- Sara : Seulement de deux ans.

- Emma : Il a déjà dix huit ans !

- Sara : Comme la plupart des élèves de notre classe, Emma.

- Emma : Ha oui, c’est vrai… tu es la plus jeune…

- Sara : Abby en a dix sept.

- John : Qui est Abby ?

- Sara : Une fille de ma classe, elle est très gentille.

- Emma : C’est ton amie ?

Sara fronça les yeux et sourit.

- Sara : Oui, je pense… il y aussi Angéla qui est super sympa….

- John : Ho, attend une minute, tu veux ! Qui est ce garçon de tout à l’heure ?

Sara baissa les épaules, elle qui pensait qu’il ne reviendrait pas sur le sujet, elle s’était bien trompée.

- Sara : C’est mon mentor…

- John : Comment s’appelle ce jeune homme ?

- Sara : Went.

- Emma : Went ? Quel drôle de nom.

- Sara : C’est le diminutif de Wentworth.

- Emma : Ho.

- John : Son nom ?

Amusée par l’interrogatoire de John, elle secoua la tête.

- Sara : Je ne te le dirais pas.

- John : Pourquoi ça ?

- Sara : Parce que tu feras une enquête sur lui.

- John : Et alors ? Tu sais très bien que je fais toujours ça.

- Sara : Oui, mais pas avec lui. Il est gentil et je ne veux pas que tu fouilles dans sa vie, John. S’il te plait ?

Il la considéra d’un air surpris d’abord, puis poussa un soupir, résigné sachant qu’il ne résisterait pas longtemps au regard qu’elle lui lançait.

- John : D’accord, tu as gagné.

- Sara : Merci.

- John : Mais si jamais il s’avère que c’est un psychopathe ou…

- Sara : Hé !

Elle lui lança une serviette de table, l’air outrée et secoua la tête alors qu’il éclatait de rire.

- Sara : Il n’est pas du tout psychopathe… Went est quelqu’un de très gentil, il est adorable…

Elle s’interrompit un instant, songeant à la journée qu’elle avait passé en sa compagnie.

- Emma : J’ai l’impression que ce garçon est très gentil.

message trop long, la suite arrive
Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 16 Mar - 22:47

Sara releva son regard vers Emma et acquiesça, l’air perdue dans ses pensées. Emma et John se regardèrent, comprenant que ce garçon ne laissa pas indifférent leur petite Sara. Soudain, la porte de la cuisine s’ouvrit brusquement, puis Franck Tancredi pénétra dans la pièce.

- Franck : Sara, tu es rentrée !

La jeune fille leva les yeux au plafond.

- Sara : Comme tu le vois.

- Franck : Va voir dans ta chambre, j’ai déposé un petit quelque chose pour toi.

Fronçant les sourcils, la jeune fille fixa son père d’un air suspicieux.

- Sara : En quel honneur ?

- Franck : Ais-je besoin d’un événement particulier pour t’offrir quelque chose ?

Sara hocha les épaules et remercia Emma qui venait de déposer son cake au Nutella sur la table. Franck soupira, l’air las et s’installa à côté de sa fille qui ne soucier plus de sa présence, mangeant une bonne bouchée de pâtisserie.

- Sara : Mm… c’est délicieux, Emma.

- Emma : Merci ma chérie, je savais que ça allait te faire plaisir.

Franck leur lança un regard, indécis et légèrement troublé qu’un cake au Nutella pouvait faire autant plaisir à sa fille alors qu’il venait de lui annoncer qu’un cadeau l’attendait dans sa chambre.

- Franck : Tu ne vas pas voir ce que je t’ai offert ?

Sara avala sa bouchée et but une gorgée de son lait avant de poser son regard vers son père.

- Sara : J’irai une fois que j’ai terminé. Je meurs de faim.

- Franck : Tu n’as pas mangé au lycée ?

Elle sourit.

- Sara : Si, c’était même très bon.

- Franck : Et… qu’est-ce que tu as mangé ?

Sara déglutit péniblement et baissa le regard.

- Sara : Un sandwiche.

- Franck : Quoi ? Je paie une fortune pour que tu ais un repas…

- Sara : Papa ! Je n’avais pas faim.

Il ne rétorqua pas mais poussa un long soupir exaspéré. Sara continua de manger sous le regard impatient de son père et ceux de John et Emma qui paraissaient intrigués.

Quelques minutes plus tard, toujours dans un silence pesant qu’il s’était installé dans la pièce, à la présence du gouverneur, Sara se leva et débarrassa la table.

- Franck : Laisse tout ça, et va voir dans ta chambre !

- Sara : Une fois que j’ai débarrassé.

- Franck : Emma…

- Sara : Elle pourrait s’en chargée, effectivement mais il me semble que je suis assez grande pour le faire moi-même !

Furieux du ton que sa fille qu’employer, il allait rétorquer lorsque son portable se mit à sonner. Sara esquissa un léger sourire, satisfaite et termina de tout ranger tandis que le gouverneur discutait avec son interlocuteur.

Quelques minutes plus tard, toujours en conversation au téléphone, Franck ne vit pas le clin d’œil de sa fille en direction de John et d’Emma avant de s’éclipser.

Emma réprima un rire et se remit à son travail dans la cuisine alors que John prit le journal du matin, encore sur la table et se plongea dans sa lecture.

A l’étage, Sara ouvrit la porte de sa chambre. Son regard tomba immédiatement sur son lit à baldaquin où une boîte gravée à l’effigie d’un grand couturier reposait sur sa couette d’un rose clair, assortie aux teintures .Soufflant, elle s’avança vers son lit et posa son sac sur le sol avant de soulever le couvercle sans surprise de découvrir une nouvelle robe de soirée.

Décidée cette fois de lui tenir tête, elle referma la boîte sans soulever la fine étoffe de papier qui protéger la robe et descendit avec le paquet sous le bras. Emma écarquilla les yeux en voyant Sara entrait dans la cuisine, le regard brillant de colère.

Franck Tancredi était toujours en conversation avec son portable et sursauta légèrement lorsque la boîte claqua sur la table, sous ses yeux. Il leva la tête et fusilla sa fille du regard.

- Franck : Je dois vous laisser, j’ai un petit problème à la maison. Très bien Derek, oui…oui, je lui dirais, à bientôt.

Il raccrocha et se leva de sa chaise, furibond.

- Franck : Tu peux me dire ce qui t’a prit ? Elle ne te va pas ?

- Sara : Je n’en sais rien !

- Franck : Comment ça tu n’en sais rien ? Va l’essayer et vient me montrer, veux-tu ?

- Sara : Non !

Le gouverneur ouvrit les yeux ronds et la fixa, interdit avant de tourner la tête vers Emma qui haussa les épaules.

- Sara : Je t’ai dis que je ne voulais pas aller à ta réception, papa ! Ce n’était pas la peine de m’acheter cette robe…

- Franck : Tu iras, Sara !

- Sara : Non, je n’ai pas envie d’y aller. Tu ne peux pas m’y obliger…

Franck ouvrit la bouche pour rétorquer mais la referma en voyant sa fille croisait les bras, décidée à le mettre à bout. Il fit quelques pas dans la pièce, se frottant le visage vigoureusement et se tourna vivement vers sa fille.

- Franck : Je ne crois pas que je me suis montré très exigeant avec toi, mais cette fois…

- Sara : Tu plaisantes ?! Toi, pas exigeant ?

Outré qu’elle lui réponde ainsi, il serra les mâchoires et tendit sa main vers elle.

- Franck : Donnes moi ton portable.

Surprise, Sara écarquilla les yeux.

- Sara : Pourquoi ça ?

- Franck : Il t’est confisqué et tu essaies cette robe tout de suite ! Même si je dois te traîner à cette réception, je le ferais.

- Sara : Je te déteste !

- Franck : Je le sais. Donne moi ton portable et tout de suite !

Les larmes aux yeux, elle le sortit de sa poche et le plaqua dans la paume de sa main ouverte vers elle d’un geste rageur. Satisfait, Franck poussa un soupir de contentement et prit la boîte avant de lui mettre dans les bras.

- Franck : Va essayer cette robe. Tu récupéras ton téléphone dimanche.

Furieuse d’être punie de cette façon, elle allait rétorquer que son portable lui était indispensable pour garder le contact avec sa meilleure amie Clara, de son ancien lycée mais il s’écarta pour qu’elle puisse passer.

Elle le foudroya d’un regard embué de larmes et obéit.

- Franck : Ne claque pas…

La porte claqua violement, lui coupant la parole.

- Franck : …la porte. Mais qu’est-ce qu’il lui prend ?

Emma le fusilla d’un regard et se tourna vers le plan de travail en secouant la tête. Quand à John, il se leva de sa chaise et contourna la table avant de passer devant le gouverneur sans lui accorder un regard d’importance.

- Franck : Où allez-vous, John ?

Serrant les poings, il s’arrêta à la porte et se tourna vers lui.

- John : Réconforté votre fille, monsieur le gouverneur !
Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 34
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 16 Mar - 23:05

wouaw toutes ces suites, je vais mettre un siècle avant de les finir lool...



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
ju'
She's alive
She's alive
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2048
Age : 25
Localisation : Entre deux champs , en face de mes voisins les agriculteurs et a coté de mes copines les vaches ...
Humeur : Contente ...
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 16 Mar - 23:52

Trop bien comme toujours ! cheers

t'écris trop bien c'est hallucinant Very Happy Very Happy
J'ai hate de lire la suite ...
Revenir en haut Aller en bas
IsLeMMe
...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15247
Age : 34
Humeur : En manque terrible de Michael et Sara Scofield
Date d'inscription : 23/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Mar 17 Mar - 14:25

je viens de lire la partie 4 (je lis pas tout parce que ca me fait mal aux noeils lol)

alors j'ai bien rigolé quand angéla dit " ...je ne donne pas chère de la tête de Sara…" j'ai direct pensé à la boite en carton lol...

La fin est toute tristouille, papa Tan est toujours aussi désacréable avec Sara...
Sinon j'aime bien Abby et Angéla...


je lirais la suite plus tard.



Revenir en haut Aller en bas
http://misa-story.forumactif.com
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 23 Mar - 12:33

Party 7

Le lundi suivant, Sara marchait dans le long couloir, la tête baissée vers le sol lorsqu’elle se heurta contre quelqu’un.

- Sara : Ho, désolée…

- Voix : J’ai l’impression que ton week-end ne sait pas très bien passé…

- Sara : Went !

Elle leva les yeux vers lui et répondit à son large sourire.

- Went : Salut, Sara.

- Sara : Bonjour.

- Went : Si tu comptes te rendre en cours d’Espagnol, permets de t’informer que ce n’est pas la peine.

Intriguée, elle fronça les sourcils. Toujours le sourire aux lèvres, il poussa un soupir avant de lui murmurer.

- Went : Monsieur Salvator est souffrant. Il reviendra la semaine prochaine.

- Sara : Ho… et on est censé faire quoi pour ce genre de problème ?

- Went : Soit nous pouvons aller en salle de permanence pendant les deux heures ou alors… à la bibliothèque… ou…

- Sara : On pourrait ressortir, non ?

Il écarquilla légèrement les yeux et secoua la tête.

- Went : Logiquement, c’est interdit mais… que dirais-tu si je t’emmenais boire un café chez Gus ?

- Sara : Qui est Gus ?

- Went : Il tient un petit starbuck à deux pas d’ici.

Elle le regarda d’un air suspicieux, combattant contre l’envie d’accepter sa proposition et la raison qui lui murmurait de ne commettre aucun faux pas dans ce lycée. L’invitation était néanmoins très tentante. Elle avait vraiment besoin de se confier de son désastreux weekend, et il faut dire aussi que la jeune fille aimait se trouver en sa compagnie.

- Went : Tu n’es pas obligé d’accepter Sara…

- Sara : Tu crois que personne nous verras sortir d’ici ?

L’inquiétude de sa voix le fit sourire. Il passa son bras autour de ses épaules, et l’entraîna à l’extérieur du bâtiment.

- Went : Ne t’inquiète pas, je sais ce que je fais. Suis-moi…

Le plus discrètement possible, ils s’avancèrent vers la salle de sport et contournèrent le bâtiment, jetant des regards furtifs derrière eux. Satisfait que personne ne se trouve dans les alentours, Went ôta son bras des épaules de la jeune fille et glissa sa main sur la sienne.

Sara sentit un frisson lui parcourir tous le corps malgré la canicule qui sévissait ces derniers jours. Elle croisa son regard et d’un geste automatique, elle entrelaça ses doigts aux siens. Went lui sourit, satisfait de leur complicité et ils se mirent à courir en éclatant de rire.

Alors qu’ils se trouvèrent à l’abri de tout regard qui aurait pu les débusquer, leurs mains toujours unies, ils continuèrent de marcher, leurs rires réduisant au silence vers le café.

- Sara : Tu fais souvent ça ?

- Went : Quoi ? D’emmener une fille boire un café alors que je suis censé resté dans l’enceinte du lycée ?

Elle hocha la tête.

- Went : Non. C’est la première fois et ne me demande pas pourquoi, je n’en sais rien mais il fait beau alors pourquoi rester enfermés ?

- Sara : Je ne voudrais pas que tu ais des ennuis à cause de moi.

Il éclata de rire, resserrant ses doigts autour des siens pour la rassurer.

- Went : Tu penses vraiment que tu fais partie de ses gens qui sont de mauvaise fréquentation ?

- Sara : Mais…

Il s’arrêta et posa un doigt de sa main libre sur ses lèvres pour l’interrompre. Sara sentit son cœur se mettre à battre plus rapidement. Elle leva ses yeux emplis d’un trouble indéfinissable et se mit à déglutir bruyamment, provoquant un léger rire du jeune homme.

- Went : Personne ne le sera, Sara…

Le cœur battant à tout rompre, elle laissa son regard ancré dans ses yeux et ouvrit les lèvres pour émettre son accord mais aucun son n’en sortit. Elle hocha la tête puis dans un geste doux, Went écarta une mèche auburn de son visage et la plaça derrière son oreille.

- Went : Allez, viens.

Dix minutes plus tard, ils étaient installés à une table en retrait dans le starbuck. Sara gouta sa première gorgée de cappuccino, l’air septique. Le sourire aux lèvres, Went la contemplait, impatient de savoir son verdict.

- Went : Alors ?

Sara reposa son gobelet et posa ses coudes sur la table avant de placer son menton dans la coupe de ses mains.

- Sara : C’est délicieux !

Il leva les yeux au plafond et s’adossa à sa chaise en poussant un long soupir de soulagement. Sara se mit à rire, constatant intérieurement qu’elle se sentait à l’aise avec lui, éprouvant une sensation de légèreté inouïe.

- Sara : J’espère quand même que tu n’es pas accro à cette boisson ?

Il pouffa de rire tandis qu’elle secouait la tête en riant.

- Went : Juste deux fois par jours.

- Sara : Je vois…

- Went : Alors, et ton weekend ? Tu as été à cette réception ?

Elle ferma les yeux et soupira.

- Sara : Il m’a forcé à y aller.

- Went : Tu t’es amusée, au moins une fois là-bas ?

- Sara : Tu t’amuserais toi, si tu serais entouré de tous ses costumes cravates qui n’ont qu’un mot à la bouche…

- Went : Politique ? J’avoue que ce terrain ne me tente pas mais j’aime savoir l’actualité…

- Sara : Ce sont tous des vieux grincheux pour la plupart et ils sont si… gr… je ne sais même pas définir leurs états d’esprits tellement ils sont… antipathiques !

Went pouffa de rire légèrement, amusé de ses remarques.

- Went : Comment ton père s’en ait prit pour te forcer à l’accompagner ?

Aussitôt, Sara se rembrunit et baissa les yeux. Confus et surtout inquiet d’observer les traits tirés par la tristesse sur son visage, il posa sa main sur la sienne d’un geste réconfortant.

- Went : Sara…

- Sara : Il m’a d’abord confisqué mon portable et… comme toujours, je n’ai pas su lui tenir tête comme j’aurais voulu…

Elle s’interrompit et soupira, l’air las. Comprenant son trouble, Went se leva et prit leurs boissons.

- Sara : Qu’est-ce que tu fais ?

- Went : Allons faire un tour.

Sans répliquer, Sara l’imita et saluèrent Gus avant de sortir de l’établissement.

- Sara : Où m’emmènes-tu ?

Il tourna la tête et lui tendit son gobelet, un sourire attendrit sur les lèvres.

- Went : Tu verras bien… et inutile de me faire ce regard, Sara, je ne dirais rien.

Sara se sentit offusquée pendant une fraction de seconde mais s’amusa à intensifier son regard.

- Sara : S’il te plait…

- Went : Pourquoi veux-tu le savoir ?

Elle ne répondit pas mais il vit ses épaules se lever en signe d’ignorance. Il poussa un soupir, vaincu.

- Went : Au parc…

Elle poussa un petit cri d’exclamation et passa son bras sous le sien en lui souriant, amusée tandis qu’il roula des yeux, se demandant comment il pouvait se sentir si faible à son égard.


message trop long je vous poste la suite rapidement^^ =>
Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 23 Mar - 12:33

=> suite !

Mais Went savait au fond de lui les raisons de son état de faiblesse pour Sara. La jeune fille possédait quelque chose en elle qui l’intriguait et il se sentait tellement bien en sa compagnie qu’il pourrait se trouver à l’autre bout du monde, ou encore sur une île déserte, que cela ne lui déplairait pas tant qu’elle serait à ses côtés.

Sous un chêne imposant, ils venaient de s’allonger sur le carré herbeux quelques minutes après leurs arrivées dans le parc. Sara avait les yeux fermés, offrant son visage au doux soleil qui chauffait plus fort au fur et à mesure que les minutes défilaient. Quand à Went, il était redressé sur un coude, la joue dans la paume de sa main et contemplait le visage de la jeune fille.

- Sara : Arrête de me regarder comme ça.

Went sourit sans pour autant cesser de la regarder.

- Went : Comment sais-tu que je te regarde ?

- Sara : Je le sens, c’est tout.

Elle ouvrit lentement les paupières et tomba son regard dans le sien. Sara soutient son regard pendant un court instant, et finit par détourner les yeux.

- Went : Parles moi de la réception.

- Sara : Je t’ai déjà tout dis.

C’était vrai. En route pour la direction du parc, Sara lui avait narré cette soirée dont elle se serait bien passée. Tout en lui racontant comment son père lui avait ordonné de rester à ses côtés pour la présenter à ses acolytes, l’expression du visage de Went se déformait en grimace d’impuissance et de compassion pour son amie.

- Went : Et ton téléphone, tu l’as récupéré ?

- Sara : Oui… mais je n’ai pas attendu qu’il me le redonne.

- Went : Tu lui as reprit ?

- Sara : Je l’ai piqué sur son bureau, ce matin.

En effet, furieuse qu’il n’avait pas voulu lui rendre du dimanche comme il lui avait dit, Sara était entrée en douce dans son bureau et avait mit la main sur son portable.

- Went : J’espère que tu n’auras pas de problème…

- Sara : Mm… que veux-tu qu’il fasse de plus ? Il n’a jamais porté la main sur moi et…

- Went : Je crois que si… il le ferait, je…

Sara pouffa d’un rire hésitant.

- Sara : Tu ne pourrais rien y faire, Went. Et puis, j’ai John et Emma qui me protègent.

- Went : Ils doivent beaucoup t’aimer.

Elle hocha la tête et se tourna vers lui, prenant la même position que Went. Il lui sourit afin de cacher son trouble à cette proximité.

- Went : Je te donnerais mon numéro de portable au cas où…

- Sara : Où j’ai besoin d’un câlin ?

Il lui sourit, attendrit et lui demanda dans un murmure.

- Went : Tu en aurais eut besoin, samedi…

- Sara : Et dimanche. Nous nous sommes de nouveau disputés. Il a considéré que je n’avais pas joué mon rôle parfait de petite fille à papa.

- Went : Tu es parfaite comme tu es, Sara. N’en doute jamais.

Elle baissa les yeux, légèrement troublée puis esquissa un faible sourire.

- Sara : Pourquoi ais-je l’impression d’être quelqu’un d’important avec toi ?

Doucement, il effleura sa joue et posa ses lèvres sur son front qu’il embrassa avec tendresse.

- Went : Parce que tu l’es, Sara. Et je te suis redevable de deux câlins.

Elle se mit à rire et se blottit contre lui. Went resserra ses bras autour de son corps et s’allongea. Ils restèrent enlacés dans les bras de l’un l’autre pendant quelques minutes puis un couple de personnes âgées interrompit l’instant magique qu’ils vivaient.

- Dame : Excusez-nous, jeunes gens.

- Went : Oui ?

- Homme : Nous cherchons notre chien, un labrador sable, l’auriez-vous aperçut ?

Went et Sara échangèrent un regard puis secouèrent la tête en signe de réponse négative.

- Went : Désolé…

- Sara : On pourrait vous aider à le chercher si vous le souhaitez ?

- Went : Il nous reste dix minutes, Sara.

- Dame : Non, c’est gentil à vous, mademoiselle mais nous le retrouverons, il ne doit pas être bien loin.

Soudain, le regard de Went tomba sur le fuyard.

- Went : Ce n’est pas lui, là-bas ?

Le couple se tourna vers la direction que Went montrait de son index.

- Dame : Oui, c’est lui !

- Homme : Merci beaucoup.

- Went : Mais de rien. Au revoir.

Amusés, Sara et Went regardèrent le chien accourir vers ses maîtres puis se levèrent.

- Went : Il est temps d’aller en cours, mademoiselle Tancredi !

Sara lui sourit et frotta les brins d’herbes venus s’accrocher sur ses vêtements. Went leva la main et la passa dans ses cheveux alors qu’elle était en train de refaire sa queue de cheval.

- Went : J’aime bien les voir détacher…

- Sara : Ce n’est pas très pratique.

Il laissa retomber son bras et lui sourit.

- Went : Prête pour aller en cours d’art plastique ?

Elle hocha la tête et remis son sac en bandoulière autour de son épaule avant de lever les yeux jusqu’aux siens.

- Sara : Merci pour cette sortie improvisée.

- Went : De rien, du moment que ça t’a fais du bien.

Répondant à son sourire, elle glissa sa main dans la sienne qu’il s’empressa de prendre avant de se mettre en route, direction le lycée…
Revenir en haut Aller en bas
ju'
She's alive
She's alive
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2048
Age : 25
Localisation : Entre deux champs , en face de mes voisins les agriculteurs et a coté de mes copines les vaches ...
Humeur : Contente ...
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Mar 24 Mar - 21:28

Waouh !! Super !!
J'ai hate de lire la suite ...
Tu pourrais pas poster plus vite que la derniere fois ?!
Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 13 Avr - 18:42

désolée du retard, mais j'ai pas beaucoup de lectrice ici scratch je vous mets trois suites, on verra si je continue à poster ou pas
bonne lecture bisou

Party 8



Après l’heure du cours d’art plastique qui venait de se dérouler dans la bonne humeur, Went attendit Sara à la porte lorsqu’une main se posa sur son bras.

- Went : Amy.

- Amy : Je peux savoir où tu étais tout à l’heure ?

Went la fixa en haussant un sourcil, faisant ignorance de sa question.

- Went : Ici, pourquoi ?

- Amy : Toute la classe était en permanence ! Toi et Sara n’y étaient pas.

- Went : Nous étions à la bibliothèque, en train de revoir des cours. Puis-je savoir en quoi ça t’intéresse au juste ?

Amy écarquilla les yeux, surprise de sa répartie.

- Amy : Je voulais juste savoir… tu n’étais pas là, ce weekend, je t’ai appelé…

- Went : J’étais parti camper avec mon père.

- Amy : Oui, ta sœur me l’a dit.

- Went : Alors pourquoi tu me poses la question si tu savais la réponse que j’allais te donner ?

- Amy : Je t’ai appelé sur ton portable…

- Went : Je l’avais oublié.

Chose qu’il n’omettrait plus de faire à présent, étant donné qu’avec Sara, ils venaient d’échanger leurs numéros, songea-t-il en jetant un coup d’œil à l’intérieur de la pièce où il aperçut la jeune fille discutait avec Angéla et Abby.

- Amy : On déjeune ensemble ?

Went fronça les sourcils et se sentit coupable de refuser.

- Went : Désolé, Amy… j’ai déjà prévu de déjeuner avec…

- Amy : Tancredi ! Encore et toujours. Vous ne vous quittez plus tous les deux.

- Went : Ça te dérange ?

Le ton brusque sur lequel il avait répliqué provoqua un mouvement de recul à la jeune fille. Elle le considéra du regard un instant puis poussa un long soupir, n’omettant pas de battre des cils.

- Went : Désolé, mais ça ne marche pas avec moi.

- Amy : J’ai besoin de toi, Went.

Il poussa un long soupir et passa sa main sur son crâne, l’air impatient.

- Went : J’ai su pour ton père… j’espère qu’il va mieux ?

- Amy : Oui, ça va. Il doit garder le lit quelque temps… tu pourrais passer à la maison…

- Went : J’essaierai de passer lui dire bonjour dés que je peux.

- Amy : C’est gentil.

- Went : Je viendrais voir ton père, Amy, pas toi.

- Amy : Tu ne m’as toujours pas pardonné, n’est-ce pas ? Et depuis que la fille du gouverneur est là, tu…

- Went : Ne mêles pas Sara dans cette histoire. Si tu n’avais pas joué à la peste, Gillian n’aurait pas eut à…

- Abby : Tiens, Amy ! J’espère que ton père va mieux ?

Went tourna la tête vers Sara et lui sourit d’un air complice. Irritée de ne plus être le centre d’intérêt de Went, Amy foudroya du regard les jeunes filles et posa ses mains sur ses hanches, défiant le jeune homme du regard.

- Amy : Gillian a sa part de responsabilité ! Que tu le veuilles ou non, elle était avec moi lorsqu’on a fait cette bêtise !

- Went : Tu l’as quasiment forcé à te suivre !

- Amy : Mais elle, tu lui as pardonné !

- Went : C’est ma sœur. Elle est plus jeune que toi, tu n’avais pas à l’entraîner dans ce bar ! Tu imagines ce qu’il aurait pu se passer ?

- Amy : Il ne s’est rien passé !

- Went : Parce que je suis arrivé à temps ! Maintenant, fiches moi la paix, tu veux, et laisse nous passer !

Les yeux brillants de larmes à l’humiliation qu’elle venait de subir devant ces nouvelles amies, elle s’écarta pour leur laisser le chemin libre. Went secoua la tête d’un air désabusé et la regarda une dernière fois avant de glisser sa main dans celle de Sara pour l’entraîner avec lui.



Troublée, Sara retira sa main de la sienne d’un geste vif, gênée que le regard d’Amy les suive.

- Went : Quoi ?

- Sara : Je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais… tu as été dur avec elle, tu ne crois pas ?

Etonné, il lança un regard vers les filles qui écarquiller les yeux.

- Abby : Qu’est-ce que tu racontes, Sara ? Elle l’a bien mérité !

- Angéla : Depuis le temps que tu aurais dû l’envoyer sur les roses !

- Went : Mieux vaut tard que jamais.

Ils éclatèrent de rire, sauf Sara qui garda la tête baissée vers le sol, continuant de marcher tandis que les autres s’étaient arrêtés.

- Went : Sara ?!

Elle soupira sans se retourner.

- Went : Hé !

Il la rattrapa sous le regard de ses amies qui s’esquivèrent vers une autre sortie. Posant ses mains sur ses bras, il chercha son regard.

- Went : Qu’est-ce que tu as ? Si c’est à cause d’Amy…

- Sara : Je déteste ce genre de situation, Went ! Tu l’as humilié devant nous…

- Went : Pourquoi prend tu sa défense ? Elle ne la mérite pas.

- Sara : Je ne prends pas sa défense, mais… je sais ce que ça fait de se sentir humiliée de cette façon… tout ses regards qui se tournent vers toi, alors que tu n’as qu’une envie, c’est de disparaitre sous terre…

Elle s’interrompit pour reprendre son souffle sous le regard bouleversé de Went qui fut assaillit par un flot d’émotion inconnu jusqu’alors.

- Went : D’accord, Sara… je suis désolé…

- Sara : Ce n’est pas à moi que tu dois présenter tes excuses.

- Went : Tu veux que j’aille m’excuser ?

Elle haussa les épaules, indifférente.

- Sara : Il faut que ça vienne de toi… mais je sais que tu le feras. Tu n’es pas un de ces garçons sans conscience et sans morale et…

L’éclat de rire de Went l’interrompit. Furieuse de faire l’objet de sa moquerie, elle voulut faire demi-tour pour s’éloigner mais il la retint par les bras.

- Went : Sara !

- Sara : Il n’y a rien de drôle, Miller !

- Went : Je sais… tu as raison, excuse moi Sara. Tu me pardonnes ?

Elle lui jeta un regard suspect puis ses lèvres s’étirèrent dans un large sourire malgré elle.

- Went : Tu es vraiment exceptionnelle, toi tu sais.

Elle secoua la tête et referma ses bras autour de sa taille alors qu’il venait de l’attirer dans ses bras. Savourant cette étreinte, il soupira d’aise avant de lui déposer un baiser sur sa tempe. Elle s’écarta de ses bras et lui sourit tendrement.

- Sara : Deux !

- Went : Quoi deux ?

- Sara : Tu m’as donné les deux câlins dont tu te sentais redevable.

Il lui sourit, s’interdisant de lui avouer qu’il pourrait lui donner des milliards de câlins à condition qu’elle garde ce sourire sur ses lèvres et cette lueur étincelante dans son regard noisette qu’elle avait en ce moment même.

Après avoir déjeunés ensemble, avec Angéla et Abby, tous les quatre se rendirent en salle d’informatique.

- Abby : Plus qu’une heure de cours et bonjour la liberté !

- Angéla : On va toujours au centre commercial ensuite ?

- Abby : Ouais et dis, Sara ? Ça te dirait de venir avec nous ?

- Sara : Heu… désolée, je ne peux pas.

Déçue, les filles poussèrent un soupir et entrèrent dans la salle.

- Went : Pourquoi tu as refusé ?

- Sara : Je… mon père n’est pas là et… j’ai promis à Emma de l’aider lorsque je serais rentrée.

Il fronça les sourcils, peu convaincu de son excuse. Comme pour les cours de la matinée, Went entraîna Sara au fond de la classe et l’invita à s’asseoir à une table libre.

- Voix : Et Miller ! T’a peur que ta petite protégée s’envole ?

Le regard noir, Went tourna la tête vers la gauche et dévisagea Nat qui était installé au côté d’Amy. Sara se mit à déglutir péniblement, n’en revenant pas de voir cet air moqueur sur le visage de cette peste dont elle avait éprouvé de la compassion envers elle avant le déjeuner.

- Sara : Laisse le dire, Went.

- Went : Ils sont vraiment faits pour être ensemble, ces deux là.

Sara pouffa d’un rire léger sous le regard amusé de Went. Le professeur entra à cet instant et ordonna le silence de la classe. Tout brouhaha cessa aussitôt et tous les élèves se mirent à écouter d’une oreille, indiscrète pour certaine, le cours débutait.

Quelques minutes venaient de s’écouler puis Sara chercha le regard de Went mais celui-ci avait le regard rivé en direction du professeur qui narrait les disfonctionnements des cartes réseaux. La jeune fille eut alors tout le loisir de contempler le profil de son mentor, le sourire aux lèvres lorsque, soudain, elle sursauta légèrement à la main qui venait de s’emparer de la sienne.

Sans tourner le regard vers Sara, il esquissa un sourire en coin et entrelaça ses doigts aux siens, satisfait qu’elle éprouve le même besoin que lui, ce même besoin tactile entre eux qui devenait de plus en plus puissant…et irrévocablement vital…
Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 13 Avr - 18:42

Party 9

Le mardi suivant, Went attendait Sara devant l’entrée de l’établissement.

- Abby : Hey !

Went se tourna et salua Abby et Angéla.

- Angéla : Tu attends Sara ?

- Went : Mm… elle aurait déjà dû être là.

Abby sourit et jeta un clin d’œil complice à son amie, constatant l’inquiétude de celui-ci.

- Abby : Elle va arrivée.

- Angéla : Tu viens Abby ?

- Abby : Ok. Au fait, Went ?

Le jeune homme se retourna vers elle, fronçant les sourcils.

- Abby : Comme nous n’avons pas cours demain, ça te dirait de venir ce soir avec nous voir le nouveau film de James Cameron ?

- Went : Titanic ?

- Angéla : Ouais avec le beau Léonardo DiCaprio !!!

Went lui sourit, amusé de voir la lueur dansante d’excitation dans le regard d’Angéla.

- Went : J’en sais rien…

- Abby : Sara devrait être partante, je lui en avais touché deux mots, hier soir.

- Angéla : Ho, la voilà !

Went se tourna vivement vers la limousine qui s’arrêta à quelques mètres d’eux. Sans se retourner vers les jeunes filles, il s’avança en direction de la voiture, soulagé de voir Sara.

- Sara : A ce soir, John !

La jeune fille referma la portière et se tourna vers Went, un large sourire sur les lèvres. Soudain, le bruit d’une portière la fit se retourner vers la voiture. John en sortit.

- Sara : Ho non... John !

John lui décrocha un sourire et contourna la voiture afin de s’avancer vers Went. Irritée, Sara le regarda, se mordant la lèvre.

- Sara : Désolée…

Went fronça les sourcils, ne comprenant pas dans l’immédiat les excuses de la jeune fille.

- John : Bonjour, jeune homme !

- Went : Bonjour, monsieur.

- John : Ho, mais appelez moi John.

Sara roula des yeux sous le sourire amusé de Wentworth.

- Went : A condition que vous m’appelez Went.

John s’esclaffa et tourna le visage vers sa protégée.

- Sara : S’il te plait, John ! On n’a pas le temps.

- John : Si tu n’avais pas mis plus d’une heure pour te préparer, ton ami et moi aurions eut le temps de faire de plus amples connaissances…

- Sara : Maintenant, tu connais la raison du temps que j’ai passé dans la salle de bain !

John pouffa d’un rire en secouant la tête. C’est alors que la sonnerie retentit.

- Went : Excusez-nous, John… mais nous allons être en retard…

- John : Très bien. J’espère qu’un jour nous pourrions…

- Sara : John !

Went sourit face aux protestations de la jeune fille.

- Went : Peut être ce soir, si Sara accepte de venir au cinéma ?

La jeune fille écarquilla les yeux et le regarda pendant un instant.

- Went : Angéla et Abby me l’ont proposé…

- Sara : Ha…

- John : Je ne vois pas d’inconvénient à ce que Sara vous accompagne. Sara ?

Elle se tourna vers lui, légèrement troublée.

- Sara : Heu… je ne sais pas…

- John : Tu devrais accepter, ma puce…

- Sara: John!

- John: Ho, désolé…

Went retient son rire alors que John se tourna vers lui en roulant des yeux.

- John : Ton père n’est pas jusqu’à ce samedi… profites en pour t’amuser un peu avec tes amis.

La jeune fille poussa un long soupire et accepta.

- Went : Super, je passerais te chercher vers dix huit heures.

- John : Très bien. Elle sera prête.

Went lui sourit et accepta la poignée de main de John.

- Sara : A ce soir.

- John : A ce soir, ma chérie.

Elle sourit tandis qu’il l’embrassa sur le haut de son crâne. Evitant le regard de Went, la jeune fille s’avança vers l’entrée du lycée.

Went la rejoignit dans le couloir.

- Went : IL est très sympa…

- Sara : Oui.

- Went : IL a l’air de beaucoup tenir à toi, en tout cas.

Sara tourna la tête et lui sourit, hochant la tête silencieusement.

- Went : J’espère que tu ne m’en veux pas de t’avoir invité au cinéma devant lui ?

- Sara : Bien sur que non….

- Abby : Hey ! Sara !

- Sara : Salut, les filles.

- Angéla : Accepte, Sara ! On va voir Titanic ce soir, tu viens avec nous ?

Sara se tourna vers Went et lui sourit, l’air complice.

- Sara : Oui, je suis partante.

- Went : Le prof arrive, les filles.

Elles se tournèrent vers monsieur Dubois qui s’avançaient vers ses élèves, le sourire aux lèvres.

- Mr Dubois : Bonjour, tout le monde !

Tous, répondirent en chœur.

- Mr Dubois : Prêts pour Roméo et Juliette ?

Des soupirs de protestations s’élevèrent dans le couloir tandis que le professeur secouait la tête d’un air désabusé.

- Mr Dubois : Vous allez m’en vouloir à la fin du cours. Allez, entrez !

Les élèves pénétrèrent dans la salle et allèrent prendre place.

Une fois installé, Went se pencha vers le visage de la jeune fille et lui murmura à l’oreille :

- Went : Bonjour.

Sara le fixa avant de pouffer de rire. Amusé, Went lui sourit.

- Sara : Désolée. Bonjour.

Ils se sourirent pendant quelques secondes, le regard plongeait dans celui de l’autre alors que monsieur Dubois débutait son cours.

Contrairement à ce que Sara pensait, les deux heures de cours se déroulèrent à une vitesse supportable. Comme promis, monsieur Dubois était sur le point de leur annoncer une nouvelle qui ferait plaisir à certain, mais provoquerait des cris de protestation à d’autre.

Le professeur prit le paquet de feuilles entre ses mains, et s’installa sur le bord de son bureau. Le sourire aux lèvres, il leva les yeux vers ses élèves pouffa de rire avant de se racler la gorge pour commencer.

- Mr Dubois : Bon, comme vous le savez, nous étudions depuis la rentrée nos chers héros, Roméo et Juliette. Vous avez terminé le bouquin, vous avez fais une dissertation sur celui-ci…

- Amy : Vous les avez corrigés ?

- Mr Dubois : Non… mais à ce que j’ai pu constater, beaucoup d’entre vous sont hors sujet. Donc, c’est pourquoi je vous demanderais de vous mettre en duo pour travailler sur la pièce de théâtre que je vais vous donner…

- Amy : Ho non ! Je déteste çà !

Le professeur soupira de lassitude alors que les brouhahas de protestation enveloppèrent la pièce.

- Nat : Vous voulez dire qu’on devra se mettre dans la peau des personnages ?

- Mat : Ben j’espère que je n’aurais pas une Juliette comme Amy !

Vexée, elle se tourna d’un bond.

- Amy : Connard !

Tout le monde se mit à rire.

- Mr Dubois : Amy !

- Nat : On peut le faire ensemble, si tu veux, Amy ?

- Amy : Ne rêve pas trop !

- Mr Dubois : Calmez-vous ! J’ai déjà réunis les duos, ainsi, vous n’avez pas à vous éternisez sur vos choix.

- Amy : Vous nous imposez notre partenaire !

L’air outré de son élève le fit soupirer d’exaspération.

- Mr Dubois : Mademoiselle Brice, je vous rappelle que nous sommes en cours et j’estime d’avoir le droit de décider, étant que je suis votre professeur !

Amy poussa un soupir et baissa les yeux.

- Mr Dubois : Très bien ! Donc Amy, vous serez avec Nat !

Elle écarquilla les yeux mais le regard du professeur dissuada la jeune fille de protester à nouveau. Tandis que le professeur distribuait les feuilles et informait les duos, Went échangea un regard légèrement inquiet avec Sara.

- Sara : Tu crois qu’on sera ensemble ?

- Went : J’espère…

Elle lui sourit et écouta le professeur les informer de la date où ils devront jouer la pièce.

- Went : On n’a que dix jours !

- Sara : Mm…

Le professeur arriva vers eux et leur tendit les feuilles, le sourire aux lèvres.

- Mr Dubois : Went et Sara ? Vous êtes ensemble…

Il s’interrompit, constatant leurs soupirs de soulagement et les sourires ravis qu’ils échangeaient.

- Mr Dubois : Je vois que mon choix s’avère être satisfaisant.

- Went : Merci.

Il lui sourit et retourna à son bureau, une fois toutes les informations distribuées.

- Mr Dubois : Je compte sur vous pour vous organisez afin que vous répétiez avant le grand jour !

Les élèves acquiescèrent et se levèrent au retentissement de la sonnerie qui les averties de l’heure du déjeuner…
Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 13 Avr - 18:43

Party 10

Il était presque l’heure, lorsque Sara se rendit compte qu’elle n’était toujours pas prête. Enveloppée dans un drap de bain, elle fixa un instant son lit où un tas de vêtement avait échoué dans sa recherche d’une tenue pour la soirée au cinéma. Poussant un long soupir, elle attrapa un jean noir, taille basse et un chemisier blanc. Elle les leva vers son regard et se décida enfin que cette tenue serait parfaite pour cette soirée.

Alors qu’elle commençait à s’habiller, Emma frappa à sa porte.

- Emma : Ma chérie ? Tu es prête ?

- Sara : Dans cinq minutes !

- Emma : Ton ami est là…

- Sara : Déjà ? Heu… je fais au plus vite, occupe toi de lui s’il te plait…

La jeune fille jeta un coup d’œil à son réveil et sourit, amusée qu’il soit pile à l’heure.

- Emma : Très bien…

- Sara : Emma ?!

- Emma : Oui ?

- Sara : Empêche John de lui faire subir son interrogatoire, s’il te plait !!!

La jeune fille roula des yeux en sautillant pour relever son pantalon aux rires d’Emma qui s’élevaient derrière sa porte.

- Emma : Tu as de la chance, John est partit faire une course.

- Sara : Génial. Merci Emma. Dit lui que j’arrive dans deux minutes…

La gouvernante acquiesça et descendit rejoindre Went au salon. Elle esquissa un sourire alors qu’elle le surprit en train de regarder le portrait de Sara, petite dans les bras de sa mère.

- Emma : Excusez-là, Sara sera là dans cinq minutes.

Went se retourna vivement, surpris de la présence de la gouvernante derrière lui. Il ne l’avait pas entendu descendre de l’étage, tant il était absorbé dans la contemplation de la photographie de Sara.

- Went : Elle peut prendre son temps…

- Emma : Elle est très belle, n’est-ce pas ?

Les joues rosies, il acquiesça d’un hochement de tête et se tourna à nouveau vers le portrait.

- Went : Elle lui ressemble beaucoup.

- Emma : Oui. Sa mère lui manque énormément.

- Went : Mm, je peux l’imaginer…

La gouvernante l’observa un instant puis fronça les sourcils.

- Emma : Je ne voudrais pas paraitre indiscrète mais… Vous êtes le premier garçon que Sara…

- Went : Nous sommes amis…

- Emma : Oui…oui, bien sur… ce que je voulais dire, c’est que… Sara a beaucoup souffert dans le passé et je ne voudrais pas qu’elle éprouve une fois encore… vous savez… d’ordinaire elle est très solitaire…

- Went : Si ça peut vous rassurez, je n’ai pas l’intention de la faire souffrir…

L’air ravi de sa réponse, elle lui adressa un hochement de tête et le remercia d’un large sourire.

- Emma : Alors comme ça, vous allez voir Titanic !

- Went : Oui. C’est une idée des filles, Angéla et Abby.

- Emma : Je suis étonnée que Sara ait accepté…

- Went : Pourquoi ça ?

- Emma : Elle est très émotive et déteste pleurer devant quelqu’un.

Went esquissa un sourire en coin et se garda de lui confier qu’elle pouvait pleurer dans ses bras, il serait la réconforter. Lorsque Sara arriva, il ferma la bouche et planta son regard dans le sien. Sara lui sourit et baissa la tête d’un air gênée à la vue de l’intensité de son regard.

- Emma : Tu es magnifique ma chérie.

Sara réprima un soupir et lui sourit.

- Sara : On y va ?

Went reprit ses esprits avec difficulté et passa une main sur son crâne avant de se tourner vers la gouvernante.

- Went : Je vous la ramène…

- Emma : Elle n’a pas cours demain. Elle a le droit à la permission de minuit.

Ecarquillant les yeux, Sara lui lança un regard étonné.

- Emma : Profites et amuse toi, ma chérie.

- Sara : Si papa…

- Emma : Tu avais mal à la tête et tu es déjà au lit.

La jeune fille lui sourit et l’enlaça.

- Sara : Merci.

Went les considéra un instant, le sourire aux lèvres. Ressentant le regard pénétrant de Went dans son dos, Sara mit fin à son étreinte et embrassa Emma sur la joue avant de se tourner vers lui. Il lui sourit et l’aida à mettre sa veste avant de sortir de la maison.

Ils s’approchèrent de la voiture garée devant le porche et lorsque Sara tendit la main pour ouvrir la portière, Went se précipita pour le faire.

- Sara : Merci.

Un vrai gentleman, songea la jeune fille en s’installant à l’intérieur de la voiture. Elle l’observa tandis qu’il faisait le tour et fronça les sourcils.

- Went : Quoi ?

- Sara : Ho, rien… on doit aller chercher les filles ?

Il laissa un petit rire s’échapper de ses lèvres et mit le contact.

- Went : Elles nous rejoignent à vingt et une heure trente devant le ciné…

- Sara : Pourquoi partons-nous maintenant dans ce cas ?

Il lui lança un regard en coin et sourit, amusé à la vue de son appréhension qui passait sur les traits de son visage.

- Went : On va dîner ensuite…

- Sara : Dîner ?

- Went : Tu n’as pas faim ?

Sara le regarda, perplexe.

- Sara : Si, bien sur… mais…

- Went : Cesse de paniquer, Sara. Il ne t’arrivera rien.

- Sara : Je ne panique pas, c’est juste que tu aurais put me le dire…

- Went : Oui, tu as raison. Tu veux que je revienne dix minutes avant la séance ?

- Sara : T’es sérieux ?!

Il tenta en effet de garder son sérieux mais la mine contrite de la jeune fille, et la façon dont elle le regardait avec ses yeux écarquillés ne l’aidait pas énormément. Il baissa la tête et la secoua légèrement avant de reposer son regard dans le sien.

- Went : Bien sur que non, Sara. J’avais juste envie d’aller manger une pizza avec toi… on aurait put discuter un peu…

- Sara : Une pizza…

Il éclata de rire et plongea son regard brillant dans le sien.

- Went : Tu pensais que j’allais t’amener dans un restaurant quatre étoiles ?

- Sara : Mais non.

Elle lui lança un coup de coude dans son bras et ils se sourirent pendant quelques secondes. Puis, Went se racla la gorge et prit un ton des plus sérieux.

- Went : Mais je te promets qu’un jour, nous irons dîner dans un de ses restaurants hors de prix…

Amusée, elle lui sourit et allait rétorquer lorsqu’elle se laissa submerger par une émotion venue « je ne sais où », en ancrant son regard au sien. C’est alors qu’après une minute qui lui parut s’éterniser, qu’elle murmura :

- Sara : Je retiens cette promesse…

Il lui sourit tendrement et écarta une mèche de son visage, effleurant sa peau du bout des doigts au passage.

- Went : Je tiens toujours mes promesses, Sara…
Revenir en haut Aller en bas
ju'
She's alive
She's alive
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2048
Age : 25
Localisation : Entre deux champs , en face de mes voisins les agriculteurs et a coté de mes copines les vaches ...
Humeur : Contente ...
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 13 Avr - 19:01

Ahhhhh
C'est trop bien !! Je t'en suplie , une suite ce soir , j'adore ton ecriture et sa a été trop long les semaines sans ta fic ...
Revenir en haut Aller en bas
Angie
L'émeute
L'émeute
avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 25/12/2008

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 13 Avr - 19:16

ok ma belle mdr
je te mets encore deux suites ce soir bisou
Revenir en haut Aller en bas
ju'
She's alive
She's alive
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2048
Age : 25
Localisation : Entre deux champs , en face de mes voisins les agriculteurs et a coté de mes copines les vaches ...
Humeur : Contente ...
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   Lun 13 Avr - 19:25

Merci !!
Wouhou ! Danse de la joie !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17   

Revenir en haut Aller en bas
 
"The heart's reasons"MAJ 12/05/09 CHAP 13.14.15.16.17
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» "A Heart for Milton" une suite écrite par Trudy Brasure
» Les reprises de "My Heart Will Go On"
» Supernatural - Episode 617 "My Heart Will Go On"
» "Kingdom Heart" - Figurines
» Traduction de "My Heart Will Go On"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MiSa' Story :: WENTWORTH/SARAH & MICHAEL/SARA :: Fanfictions-
Sauter vers: