MiSa' Story


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant

milii doit-elle reposter Strong & Alive depuis le début ?
Oui, je ne l'ai jamais lu
36%
 36% [ 10 ]
Oui, j'avais essayé mais vite abandonné à cause des 300 posts des pollueuses entre chaque suite !
29%
 29% [ 8 ]
Oui, je l'ai déjà lu et je ne m'en lasse pas !
29%
 29% [ 8 ]
Non, je l'ai déjà lu et je ne vois pas l'utilité de la re-poster
0%
 0% [ 0 ]
Non, ça ne m'intéresse pas
0%
 0% [ 0 ]
J'en ai rien à foutre
6%
 6% [ 2 ]
C'est quoi Strong & Alive ???
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 28
 

AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Dim 30 Aoû - 17:35

arrrrrrrrrrrrg *a mourus* tu veut ma mort ou quoi c'est quoi cette fin !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!ze te déteste (non en faite je t'adore mais la cette fin c'est pas juste Sad Sad Sad )

deja merci pour la mega génial suite !!!!!!!!comme toujours je retrouve toutes les choses que j'aime dans PB est ca c'est fantastique !

donc on reprend quand mike qui entend un bruit il ne sait pas qui c'est je le voit bien attrapé un pelle lol il s'avance est c'est : linc et sara

Citation :
je lève délicatement la tête pour me retrouver confrontée à ses yeux : embués, rougis mais tellement intenses. Il me regarde sans vraiment trop y croire. Je vois sa poitrine se soulever rapidement, happée par sa respiration. J’entends un bruit sourd de vieille ferraille tombant lourdement sur le sol mais mes yeux ne quittent pas ceux de Michael un seul instant. Je fais encore quelques pas alors qu’il fait le reste et se dirige en trombe jusqu’à moi. Bientôt je sens ses deux bras m’entourer de leur chaleur et me serrer fortement contre son torse. Je ferme les yeux, enfouissant ma tête dans son cou pour respirer son odeur alors que je sens l’une de ses mains masser délicatement ma nuque.

quel moment magique j'ai adoré !

quand il la voit il n'y croit pas, j'ai beaucoup aimé la description des yeux de mike a se moment c'est trés touchant , et il l'a prend dans ses bras comme si il avait peur qu'elle disparaisse a nouveau moment magnifique ca c'est du misa :intense et plein d'émotion ils sont l'un contre l'autre; avant que sara ne détende un peu l'atmosphère en disant que si mike la sert comme ca elle va plus arriver a respirer mais mike a tellement eu peur qu'il s'en ai même pas rendu compte .

Citation :
S (d’une voix douce et réconfortante) : Je vais bien Michael. Je te promets que je vais bien.
M (ne détachant pas son étreinte) : …
S (lâchant un léger rire quelque peu forcé) : Enfin du moins j’irai bien quand je pourrai respirer.

j'ai beaucoup de passage avec sara qui essai d'être rassurante et de réconforter mike, alors que Michael reste perplexe mais sara le rassure en le fessant un peu sourire avec sa réplique !

Citation :
Ma (d’une petite voix) : Lincoln, LJ… venez avec moi dans la cuisine, vous devez avoir faim.

margaret je l'aime beaucoup : elle a compris qu'il fallait laisser mike et sara tous seule donc elle nous vire les deux boulet lol! cheers cheers

Citation :
M (dans un murmure) : Sara…
S (fermant les yeux) : Je vais bien Michael… Prends-moi simplement dans tes bras.

S (après une pause) : Je… je suis désolée Michael… Je ne voulais pas que tout ça arrive…
M : Quoi ? Non Sara, tu n’as rien à te reprocher. C’est moi qui aurais du t’écouter. J’aurais dû rester avec toi… Maintenant tu dois tout recommencer par ma faute, mais je ne te laisserai pas tomber, je te le promets. Plus jamais je ne te laisserai Sara…

comme mike c'est mike quoi il se sent coupable de se qui c'est passer mais sara lui fait comprendre que ce n'est pas ca faute et elle lui demande de la prendre dans ces bras et mike lui promet que quoi qu'il arrive plus jamais il ne la laissera

Citation :
M : Comment tu te sens ?
S : Mieux, beaucoup mieux… (évitant son regard) le manque n’a pas encore eu le temps d’agir.
M (la forçant à relever le visage) : Hé… je serai là… je t’aiderai à passer ça. On y arrivera ensemble. Je te le promets.
S (d’un sourire forcé) : On dirait qu’ils ont trouvé mon point faible.
M : Non Sara ne dit pas ça… tu sais qu’en faisant ça c’était moi qu’ils voulaient atteindre.

j'avais presque oublié que sara risque d'avoir des effet de manque Sad Sad ca risque d'être dure mais Michael sera la pour l'aider a affronter tous ca

Citation :
Un claquement de main résonne dans la pièce alors que Michael lève les yeux surpris quand j’aperçois Gretchen frappant de ses mains par-dessus mon épaule.

G (ironique) : Oh si c’est pas mignon…

mais bien sure les méchante interrompe tous comme d'habitude Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil en meme temps ca a rendu le passage misa trés intense ; gretchen manquez plus qu'elle !!

Citation :
Pad man : Monsieur Scofield…
M (sur la défensive) : Qui êtes vous ?
P (voyant l’énervement de Michael et son poing serré contre son corps) : Allons, pas d’énervement. Vous devez probablement être en train d’étudier toutes les possibilités pour vous sortir de cette situation vous, votre famille et votre amie le docteur Tancredi. Vos yeux scrutent déjà chaque détail de cette pièce, chaque personne, chaque angle avec le plus grand intérêt. Toutes ces informations sont traitées avec la plus grande attention, parce qu’il en est ainsi, parce que vous devez trouver une solution pour vous sortir de là. Parce que vous avez ça dans le sang.

Passage trés intéressant parce que cette fois il n'y a pas que gretchen qui incarne la compagny mais pad man et la et a bien cerner mike d'ailleurs on apprend que depuis fox river ,pad man s'intéresse a michael et l'a étudie .

Citation :
P (toujours sur le même ton froid) : La Compagnie est une organisation puissante existant depuis des générations, bien avant que votre père ne soit enrôlé. C’est une puissante armée qu’il a cru pouvoir faire tomber. Mais il a fait pire que mieux puisque il a attiré nos yeux sur vous après votre évasion. Depuis ce jour, tout n’a été qu’une série d’études de votre comportement. Vous correspondez parfaitement. Il semble que la nature vous ait donné certains dons et une intelligence incomparable. Travaillez pour nous et ils seront libres de s’en aller indemnes.
S : Michael…

La voix tremblante de Sara ne me conforte en rien. A nouveau je suis submergé par les événements qui se trouvent autour de moi sans que je ne puisse rien contrôler. J’essai désespérément de trouver une solution mais je n’y arrive pas.

M : Travailler pour vous… plutôt crever.

chose que je redouté pad man veut mike et qu'il travaille pour lui bien sure michael ne compte pas le faire et ne laisse pas faire mais malheureusement ,pad man risque de faire du chantage a mike....

Citation :
P : Il serait bien trop simple de vous prendre la vie… Tuez là !

Je vois ces armes changer de cible et se diriger vers moi en même temps que j’aperçois le regard hautain et froid, presque sans émotions, de cet homme. Puis trois coups de révolver font écho dans la pièce se suivant à quelques dixièmes de secondes d’intervalle...

je suis encore toute retourné par cette fin Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil affraid affraid affraid ze veux pas qu'ils ai bobo No No soit pas une méchante fille

bon comme tu le doute je suis mega frustré donc ze veut la suite pour savoir


Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Lun 31 Aoû - 11:45

Et la dernière partie du chapitre 18... merci pour le com au fait ! Wink
bonne lecture...



(Pensées de Sara)

S (affolée) : Je ne sens plus son poult !

La panique s’empare de moi peu à peu alors que j’essai de me contrôler, de retrouver mes esprits et d’agir un temps soit peu professionnellement. Mais c’est peine perdu. Ma respiration est forte et mes gestes tremblants et peu assurés. Mes mains s’emplissent de sang et je n’entends même pas Lincoln me parler. Je suis perdue quelque part, quelques minutes plus tôt, lorsque ces coups de feu ont retentis dans la pièce…

Flash back

Trois coups d’abord, violents et presque simultanés, suivis de deux autres. Je sens encore la pression de la main de Michael sur mon bras, ma chute sur le carrelage dur et froid puis mes yeux cherchant où la balle aurait bien pu m’atteindre car je ne ressens aucune douleur. Et c’est alors que j’aperçois Michael, se vidant de son sang à quelques centimètres de moi à peine, les yeux humides et grimaçant de douleur. J’entends encore le cri que j’ai poussé, provenant du plus profond de mon être, quand en à peine deux secondes, j’ai pu assimiler la situation et que j’ai compris, qu’encore une fois, il s’était sacrifié pour moi.

La balle de l’un des hommes l’a touchée en bas de l’épaule gauche. A peine à quelques centimètres du cœur. Tout de suite je me suis précipitée sur lui, dans l’incapacité de parler alors que je voyais ses lèvres remuer, tentant de me dire quelque chose. Mes mains se sont approchées de la plaie et c’est en tremblant que j’ai défait les boutons de sa chemise pour y révéler une marre de sang. Des larmes, que j’étais incapable de contenir en moi, se sont mêlées au flot de sang qui coulait sur son corps. Puis, j’ai senti sa main prendre délicatement la mienne, sa paume venant entourer mon poignet et me caressant comme il l’a si souvent fait, dans le but de me rassurer.


M (parlant avec difficulté) : Je vais bien Sara. Je vais bien. Vas voir les autres.
S (paniquée) : NON ! Non, tu ne vas pas bien Michael.
M (suppliant) : Sara… je t’en pris… occupe toi des autres. Occupe-toi de Margaret.

Prise par la confusion qui régnait dans la pièce, je ne m’étais pas aperçue des autres corps qui gisaient au sol. Celui de cet homme affreux et chauve et ses deux acolytes, et de l’autre côté au fond de la pièce, le corps de la vieille femme qui a recueillie Michael pour la nuit. Relevant la tête près des trois hommes inconscients, j’aperçois aussi Gretchen au dessus d’eux, tenant encore fermement son arme au creux de sa main et d’où une légère fumée s’évade de l’embout noir. Ses yeux, encore emplis de fureur, se ressaisissent bien vite pour dégainer son téléphone et appeler les secours. Lincoln s’apprête à courir dans sa direction mais je l’arrête lui faisant comprendre que je vais avoir besoin de lui. J’ôte mon tee-shirt, ne me retrouvant plus qu’avec un simple débardeur, pour le placer sur la plaie de Michael où je viens y déposer les mains de Lincoln en lui ordonnant de maintenir fermement le morceau de tissu.

S (à Michael) : Je vais revenir m’occuper de toi.
M (dans un grognement de douleur) : Je sais…

Je me dirige alors vers Margaret lançant au passage un regard à LJ qui se précipite à mes côtés pour m’aider. Elle a une plaie dans l’abdomen et l’hémorragie semble s’étendre très rapidement. Je jette un bref coup d’œil vers Gretchen toujours occupée au téléphone et à ses pieds, je vois cet homme, probablement le chef de l’opération, toujours vivant et essayant vainement de se relever mais c’est sans compter sur la réactivité de Gretchen pour l’arrêter. Lui lançant un coup vif et rapide dans le genou, là où il a été touché, il cri de douleur avant que Gretchen ne s’approche pour lui chuchoter quelque chose à l’oreille sous un regard menaçant. Lorsqu’elle se relève, nos yeux se croisent un instant avant que je ne m’attarde à nouveau sur le corps de Margaret. Pourtant, en si peu de temps, j’ai vu tellement de choses dans ce simple regard : de la compassion, du regret, de la rage et en même temps le sentiment d’un devoir qu’elle a enfin accompli.

S (à LJ) : Essai de trouver quelque chose dans les affaires de Margaret qu’on puisse la soigner. Des bandages, des serviettes, n’importe quoi. (Pensant à voix haute) comment on-ils réussi à la toucher ?
G (hochant la tête en direction des hommes de main de Padman, morts au sol) : L’un de ces manches à probablement dû mal viser.
L (le regard rempli de haine) : Vous la ferme ! Ce n’est pas parce que vous les avez tous descendus que vous êtes différentes ! Vous êtes comme eux et je vous assure que si je le pouvais, là, maintenant, il y aurait une autre tête en moins dans cette pièce.
G : Ok Lincoln, on se calme j’essai de sauver votre frère et (montrant Padman au sol) cet abruti.
L : C’est bon, on n’a pas besoin de votre aide et j’en ai rien à foutre de lui, il peut crever !
G : Au contraire, mort il ne nous sera d’aucune utilité. (avec un regard plein de rage) IL est la compagnie Lincoln.
L : Quoi ? Je ne…
S & M (lui proclamant de se taire) : Lincoln !

Alors que Lincoln et Gretchen continuent de se chamailler et qu’LJ reviens avec un nécessaire, trop primitif, de premier secours, j’essai d’arrêter l’hémorragie de Margaret. Mais sa condition physique et la profondeur de la plaie ne font rien pour m’aider, si bien que bientôt je vois son souffle disparaitre peu à peu. C’est le teint blafard et avec un léger sourire sur le visage, mixé de tendresse et de souffrance, qu’elle me prend le poignet dans ses dernières forces, comme l’avait fait Michael quelques minutes plus tôt. Je comprends que je suis en train de la perde et je me retrouve face à ce corps blême, paniquée et ne sachant que faire comme lors de mes premiers jours d’internat. Tout va si vite et je n’ai pas le temps de réfléchir. Je sens les premiers troubles du manque s’installer en moi et je me revois soudainement face à ce gosse dans la rue, happée par la drogue et incapable de réagir pour le soigner correctement. J’entends encore les cris de cette femme qui m’implore de le sauver mais à laquelle je suis incapable de répondre voire même de faire le moindre geste cohérent. Je revois l’innexpression de mon visage et la honte que j’ai ressenti par la suite qui mon conduit à cesser définitivement la drogue.

La main sans vie de Margaret relâche mon poignet et me fait revenir à la dure réalité. Une nausée s’empare de moi mais, j’arrive à la refouler dans un ultime sursaut et une volonté de survie. Alors sous les larmes et les tremblements, qui ne sont plus uniquement causés par la fatigue et la peur mais bien par l’angoisse du manque de drogue, j’entreprends un massage cardiaque pour la faire revenir à elle.


Fin du Flash back

S (affolée) : Je ne sens plus son poult !

La panique s’empare de moi peu à peu alors que j’essai de me contrôler, de retrouver mes esprits et d’agir un temps soit peu professionnellement. Mais c’est peine perdu. Ma respiration est forte et mes gestes tremblants et peu assurés. Mes mains s’emplissent de sang et je n’entends même pas Lincoln me parler. Je suis absorbé par ce liquide rougeâtre et visqueux qui s’imprègne en moi comme d’une substance qui sera toujours présente et dont je n’arriverai jamais à me débarrasser.

L : SARA !

Lincoln s’empare de mon corps comme pour me réveiller. Me prenant par les épaules, il me bouscule cherchant à me faire réagir.

L : Sara bon sang répond ! Elle est morte et Michael est inconscient, il a besoin de toi Sara.

Au son du nom de Michael, mon sang n’a fait qu’un tour dans mon corps et mon regard se précipite vers lui gisant à quelques mètres de moi, LJ occupant la place qu’avait son père il y a quelques minutes, essayant d’arrêter l’hémorragie de son oncle.

S (dans un murmure étouffé par des sanglots) : Michael…

Je m’agenouille à ses côtés sentant mes genoux rencontrer le sol violemment. D’une main je saisi la sienne se trouvant sur son ventre, la secouant légèrement pour lui faire reprendre connaissance, et de l’autre je répète le même mouvement sur sa joue. Très rapidement, je sens ses doigts se crisper contre les miens. Il ouvre les yeux péniblement. Il essai d’approcher sa main toujours libre de mon visage mais je l’en empêche ne voulant pas qu’il gaspille ses forces. Au lieu de cela, je m’approche de lui n’étant plus qu’à quelques centimètres de son visage.

S : J’ai besoin de toi Michael. J’ai besoin que tu restes éveillé. Reste avec moi Michael.

Aucun son vraiment cohérent ne sort de sa bouche mais je peux lire dans ses yeux son approbation et la confiance qu’il porte en moi. Fixant alors mon regard un dernier instant avec le sien, je lui envoi un léger sourire, quelque peu forcé, pour l’encourager et lui prouver, ou peut être plutôt pour me le prouver à moi-même, que tout va bien se passer.

Mes mains quittent les siennes pour venir s’attarder sur sa plaie. Je retire le tee-shirt que j’avais posé là sur son thorax quelques minutes plus tôt, pour voir que l’hémorragie est moins insistante que celle de Margaret mais qu’elle n’a pas cessée. Je tente de me dire qu’il est beaucoup plus jeune qu’elle, en bonne santé, et muni d’une force incroyable s’il l’on en croit le nombre de choses insensées qu’il a vécu ces derniers mois. Mais il y a toujours cette ombre qui plane sur nous, symbolisée par le corps sans vie de Margaret, cette ombre qui est prête à me l’arracher à tout instant et à tout jamais.

Lincoln m’aide à retourner le corps de Michael pour voir si la balle est toujours à l’intérieur alors qu’LJ est parti encore une fois à la recherche de tout ce qui pourrait servir pour soigner Michael. En effet, le peu de choses qu’il me reste des soins que j’ai apporté à Margaret ne sera pas suffisant. Nous le voyons revenir avec une simple serviette et une bouteille d’alcool.

Je me rends compte que la balle est toujours dans le corps de Michael, prouvant qu’elle a fait moins de dégâts que si elle l’avait traversée de part en part. Pendant un moment je pense à l’éventualité de la lui retirer et d’essayer de stopper l’hémorragie au maximum avec le peu de choses à ma porté, mais à l’instant où mes mains s’approchent de la plaie et après que Lincoln ait fait boire quelques gorgées de la bouteille à son frère, j’arrête mes mains au dessus de sa plaie comprenant que l’hémorragie est probablement contenue par la balle qui est toujours présente dans l’épaule de Michael. Pendant l’espace d’une seconde je me dis qu’après tout il a peut être une chance de survivre puisque la balle à l’air de le protéger des dégâts plus qu’autre chose, mais en déviant mon visage vers son teint de plus en plus blanc et la quantité de sang qui s’est répandue sur le carrelage, mon soulagement est très vite remplacé par l’angoisse. L’angoisse de ne pouvoir rien faire et de le voir mourir ici en attendant cette foutue voiture d’urgence qui n’arrive pas. Mes yeux se portent alors à nouveau vers Michael quand je vois que les siens sont clos.


S & L (le secouant pour le tenir éveillé) : Michael !
L (à Gretchen) : Où sont les secours bordel ?!
G (se tenant la tête angoissée puis criant excédée) : Ils arrivent !

Je l’appelle plusieurs fois, les larmes aux yeux, me rapprochant toujours plus de son visage. Tenant l’une de ses mains fermement entre les miennes, je l’apporte près de mes lèvres pour l’embrasser et sentir le contact de sa peau quand l’une de mes larmes vient rouler le long de ma joue pour terminer sa chute sur sa main. Ses yeux s’ouvrent enfin avec beaucoup de difficulté et je le vois murmurer.

M (à peine audible) : Sara…
S (s’approchant un peu plus encore) : Michael je t’en prie tu dois…
M : Sara…
S (ravalant ses sanglots pour l’écouter) : …
M : C’était réel Sara… tu le sais ça ? … Nous c’était réel…

Ces paroles sont trop pour moi et je fonds en larmes me rappelant le jour où, au téléphone et d’une voix brisée, il me les avait dites pour la première fois. Cette fois où assise sur le parvis d’une église je tentais de réprimer mes sentiments pour cet homme. Mais s’en est trop et fatiguée par notre lutte insensée et par la forme d’un amour que le destin semble nous interdire, ma tristesse et ma peur ne font que s’accroître.

Sa main vient essuyer mes larmes qui coulent inépuisablement. La froideur de ses doigts contraste avec la chaleur de ma joue enflammée et cette simple caresse me fait un bien fou, à tel point qu’en peu de temps j’arrive à me contrôler et à saisir son regard dans le mien pour lui faire comprendre que je ne veux pas de tout ceci, je ne veux pas de ces adieux, je le veux lui et je ne pourrai plus vivre sans lui. Mon angoisse se transforme bientôt en colère contre sa possibilité d’abandonner, de m’abandonner, de ne plus avoir la foi, de ne plus croire en nous jusqu’au bout. Ma force ne fait que redoubler lorsque que j’entends les premières sirènes de l’ambulance qui arrivent au loin.


S : C’est réel Michael. Je le sais et si tu le sais toi aussi alors tu n’a pas le droit de tout laisser tomber. Pas après tout ce qu’on a sacrifié. Notre bonheur est à porté de main Michael et tu n’a pas le droit d’abandonner. Je ne te laisserai pas tout foutre en l’air comme ça et tu vas devoir me supporter encore très longtemps Michael, parce que je ne pourrai pas aimer quelqu’un d’autre que toi, parce qu’il n’y a personne d’autre qui me fasse rire et qui me comprennent comme toi. Alors maintenant bâts-toi ! Je t’interdis de me laisser tomber ! Je t’interdis de mourir ! Tu m’entends Michael, toi et moi c’est réel et ça le restera.

Je vois une larme couler au coin de ses yeux embués. Son regard est lourd et porteur de sens, m’implorant de lui pardonner, me faisant comprendre qu’il voudrait y arriver, qu’il croit en nous mais qu’il est tellement fatiguer de lutter et de se battre sans arrêt. Mes lèvres s’approchent des siennes pour l’embrasser très légèrement et alors que je m’écarte à nouveau de lui, mon regard saisi le sien encore une fois.

M : Sara…

C’est avec ces dernières paroles, en prononçant mon nom, que je le vois perdre totalement connaissance. Autour de moi un silence des plus pesant s’installe alors que je l’implore de se réveiller.

S : Michael !
M : …
S : Michael !
M : …
S : Michael je t’en prie…
M : …

Ma main sur son cœur, à quelques centimètres de sa plaie, mes yeux n’en peuvent plus et alors que je scrute la pièce autour de moi cherchant de l’aide, je suis confrontée à la réalité qui m’entoure par le regard pétrifier de Gretchen sur le corps immobile de Michael, celui d’LJ ahuri qui accompagne son geste en plaçant ses deux mains contre sa bouche pour étouffer quelques sanglots, ou encore le regard perdu de Lincoln d’où coule quelques larmes qu’il n’essai plus de cacher lorsqu’il voit son petit frère, celui qui a tout fait pour lui, en train de s’éteindre.


TO BE CONTINUED...




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
samo
2nd kiss
2nd kiss
avatar

Nombre de messages : 1014
Humeur : de trés mausaise humeur !
Date d'inscription : 02/04/2009

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Lun 31 Aoû - 12:34

faut absolument que je rattrape mon retard sur ta fic!!!
je ne sais même plus où je me suis arrété!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mar 1 Sep - 21:04

moi je lirait demain parce que je suis débordé Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 2 Sep - 0:08

tinkiet, prends ton temps ! Wink

@ sam : moi non plus je sais plus où t'étais !
si tu vas sur l'autre topic de ma fic (là c'est la rediff) là où ya le chapitre 20 de poster, juste avant ya un résumé si tu veux ! Wink mais attention, ya des scènes que t'as pas le droit de lire pendant la journée ! Wink




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
samo
2nd kiss
2nd kiss
avatar

Nombre de messages : 1014
Humeur : de trés mausaise humeur !
Date d'inscription : 02/04/2009

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 2 Sep - 0:12

ok! merci de me prevenir! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 2 Sep - 11:47

J'ai rattrapé 2 chapitres ! Je me relance dans le rattrapage lol

Chapitre 6

J'adore ce passage :

Citation :
Je ne veux pas que ce sourire soit la dernière chose que je vois de Sara. Je veux pouvoir découvrir chacun de ses sourires tout au long de ma vie. Le sourire qu’elle affichera quand toute cette histoire sera dernière nous. Celui qu’elle aura quand je l’inviterai à danser pour la première fois. Le sourire qui glissera sur ses lèvres quand nous ferons l’amour. Le sourire serein et apaisé qu’elle porte dans son sommeil.

Et j'adore aussi le fait qu'on voit bien qu'ils ont besoin l'un de l'autre et qu'être ensemble c'est la seule chose qui les fait tenir ("I just want us to be together" )


Dans la dernière partie du chapitre j'aime bien la description de l'état d'esprit de Michael il contrôle rien et est en colère et ça le consume.
Intéressant aussi le fait que Linc puisse croire que Sara est contre eux...

C'est super intense ! On ressent bien l'univers pesant de Sona etc...

Puis c'est super bien écrit !

Chapitre 7


Citation :
la seule personne qui soit capable de me calmer est enfermée à Sona.




J'aime bien la conversation Linc/ Sara, (mdr la baffe qui fait plaisir), tout le monde craque sous la pression en fait, y compris Linc,...

BRAVO !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 2 Sep - 16:13

What a Face What a Face What a Face What a Face What a Face What a Face mais quelle fin avec le "to be continued" ca me tue Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil

au faite avant de te tuer merci pour la wahouuu suite ! Razz Razz

alors deja mike qui s'écroule et qui s'est prit une balle en sauvant sara en se sacrifiant meme si c'est horrible j'aurai préféré ca dans le final break ca aurai étais plus dans le genre "sacrifice" que j'aime, meme si bien sure je le voulais en vie Sad Sad

Citation :
S (à Michael) : Je vais revenir m’occuper de toi.
M (dans un grognement de douleur) : Je sais…

passage trés sniff l'émotion passe et le "je sais" de mike ma tué j'étais si triste j'ai imaginé le moment dans ma tete et juste magnifique !

Citation :
j’essai d’arrêter l’hémorragie de Margaret. Mais sa condition physique et la profondeur de la plaie ne font rien pour m’aider, si bien que bientôt je vois son souffle disparaitre peu à peu. C’est le teint blafard et avec un léger sourire sur le visage, mixé de tendresse et de souffrance, qu’elle me prend le poignet dans ses dernières forces, comme l’avait fait Michael quelques minutes plus tôt. Je comprends que je suis en train de la perde et je me retrouve face à ce corps blême, paniquée et ne sachant que faire comme lors de mes premiers jours d’internat. Tout va si vite et je n’ai pas le temps de réfléchir. Je sens les premiers troubles du manque s’installer en moi et je me revois soudainement face à ce gosse dans la rue, happée par la drogue et incapable de réagir pour le soigner correctement. J’entends encore les cris de cette femme qui m’implore de le sauver mais à laquelle je suis incapable de répondre voire même de faire le moindre geste cohérent. Je revois l’innexpression de mon visage et la honte que j’ai ressenti par la suite qui mon conduit à cesser définitivement la drogue.

ca c'est un passage que je vénère lool la description de margaret m'a beaucoup touché et sara repense a ce qui c'était passer avec le gosse dans la rue et la aussi j'ai trop visualiser toute la scène avec le visage de sara sans expression et qui ne peut rien faire et qui est paralysé alors vraiment bravo ce moment et juste trés beau

Citation :
Au son du nom de Michael, mon sang n’a fait qu’un tour dans mon corps et mon regard se précipite vers lui gisant à quelques mètres de moi, LJ occupant la place qu’avait son père il y a quelques minutes, essayant d’arrêter l’hémorragie de son oncle.

S (dans un murmure étouffé par des sanglots) : Michael…

*passage qui ma tué !!*alors ces quelque phrase, m'ont trop fait pleurer c'est juste inexplicable ze trouve meme plus les mots Laughing juste que je voyais la scène dans ma tete ( et oui je visualise tout lol Razz )et sara qui et accablé a ce moment prend conscience que mike a besoin d'elle et la elle sort de sa paralysie Sad

Citation :
S : J’ai besoin de toi Michael. J’ai besoin que tu restes éveillé. Reste avec moi Michael.

Aucun son vraiment cohérent ne sort de sa bouche mais je peux lire dans ses yeux son approbation et la confiance qu’il porte en moi. Fixant alors mon regard un dernier instant avec le sien, je lui envoi un léger sourire, quelque peu forcé, pour l’encourager et lui prouver, ou peut être plutôt pour me le prouver à moi-même, que tout va bien se passer.

moment touchant aussi enfin toute ta suite est trés touchante et moi qui est trés émotionnelle je le prend trés a cœur Razz elle lui dit qu'elle a besoin de lui qu'il faut qu'il tienne le coup et elle se rassure en meme temps en voyant son ton approbateur et plein de confiance

Citation :
M (à peine audible) : Sara…
S (s’approchant un peu plus encore) : Michael je t’en prie tu dois…
M : Sara…
S (ravalant ses sanglots pour l’écouter) : …
M : C’était réel Sara… tu le sais ça ? … Nous c’était réel…

*2ème passage ou je suis mourus*

juste wahouuuuuuuuuuu la ou mike dit que c'était réelle qu'il veut bien lui faire comprendre qu'elle point il l'aime et sara qui est sanglot ;sans est trop pour mon cœur Sad Sad

Citation :
M : Sara…

C’est avec ces dernières paroles, en prononçant mon nom, que je le vois perdre totalement connaissance. Autour de moi un silence des plus pesant s’installe alors que je l’implore de se réveiller.

S : Michael !
M : …
S : Michael !
M : …
S : Michael je t’en prie…
M : …

Shocked Shocked Shocked mais pourquoi !!!! affraid affraid sara l'implore de se réveillé et mike répond plus !!!!!ze vais finir par te tuer un jour

Citation :
Ma main sur son cœur, à quelques centimètres de sa plaie, mes yeux n’en peuvent plus et alors que je scrute la pièce autour de moi cherchant de l’aide, je suis confrontée à la réalité qui m’entoure par le regard pétrifier de Gretchen sur le corps immobile de Michael, celui d’LJ ahuri qui accompagne son geste en plaçant ses deux mains contre sa bouche pour étouffer quelques sanglots, ou encore le regard perdu de Lincoln d’où coule quelques larmes qu’il n’essai plus de cacher lorsqu’il voit son petit frère, celui qui a tout fait pour lui, en train de s’éteindre.

*passage ou mon arret cardiaque a eu raison de moi *

affraid affraid linc qui pleure ,gretchen pétrifié , lj choqué et mike qui meurt

*aprés avoir finit ce com je suis officiellement dead*

Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Jeu 3 Sep - 23:31

t'es comme mike alors ??? (morte) ou pas ! lol
superbe com merci !

sinon @ dine : whoooo... là je suis confuse, faut que j'aille voir dans quel passage t'es parce que je me repère pas ! scratch




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Sam 5 Sep - 1:23

miliibnb a écrit:
t'es comme mike alors ??? (morte) ou pas ! lol
superbe com merci !

sinon @ dine : whoooo... là je suis confuse, faut que j'aille voir dans quel passage t'es parce que je me repère pas ! scratch

oui je suis allé rejoindre mike la haut et c'était le septième ciel dans tous les sens du terme
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Sam 5 Sep - 14:05

Chapitre 19 guys ! bonne lecture !



Chapitre 19 : Révélations.

(Trois mois plus tard, soit début octobre – pensées de Sara)


Accoudée contre la fenêtre entre-ouverte du côté passager de la voiture, laissant flotter quelques mèches de cheveux dans le vent, je ressens enfin les prémisses d’un changement de temps. L’air lourd, parfois quasiment suffoquant, de l’été très sec que nous venons de vivre, commence enfin à arriver à son terme. Un changement attendu par tous les américains qui n’avaient pas connus un été aussi chaud et caniculaire depuis fort longtemps, mais aussi attendu de nous tous comme le tournant vers un nouveau chapitre. Le passage d’une vie qui s’achève, pleine de douleurs et de souffrances, pour laisser place à l’espoir d’un lendemain à reconstruire.

Le soleil, très haut dans les rues de Chicago, illumine mon visage et le couvre d’une chaleur qui m’emplit d’une sensation de bien-être. Mais pourtant, à la pensée du lieu vers lequel nous nous dirigeons, une larme pleine de nostalgie et de remord coule fraichement sur ma joue gauche. Un sentiment amère à l’assimilation de ces deux contradictions pour un endroit que j’ai évité bien trop souvent ces derniers temps, alors que pendant tellement d’années j’y avais trouvé mon refuge.

Par la vitre j’observe les allées de pierres marbrées du Greceland Cemetery Chapel qui s’étendent de manière parfaitement rectiligne à mes côtés. Je ferme les yeux l’espace d’un instant pour me retrouver enfant lors de l’enterrement de ma mère, debout face à cette assemblée en costume sombre, où mes yeux emplis de larmes n’avaient pas le droit de couler. « Tu n’es plus une petite fille Sara. On attend de la fille du maire de Chicago d’avoir un comportement conforme à la position sociale qui lui est attribuée. Soit digne Sara et ne pleure pas ». J’entends encore les mots de mon père raisonner dans ma tête alors qu’une véritable déchirure vient de se créer dans mon cœur. J’ouvre les yeux. Ces dalles droites et fières défilent sans jamais pouvoir s’arrêter et me font penser à la prestance que tenait mon père le jour de l’enterrement de ma mère. C’est à peine si je pouvais lire une once de tristesse dans ses yeux alors qu’un air hautain et dédaigneux ornait son visage lorsque, tentant de glisser ma main dans la sienne, il me rejetait sévèrement. Mais sous ses sentiments renfermés et cachés au plus profond de lui-même, se trouvait un homme veuf et plus seul qu’il ne l’a jamais été.

Soudain, alors que j’étais perdue dans ces souvenirs lointains et funestes, la voiture se stoppe à l’angle de Greenwood et Lake avenue. La tension monte et ma gorge se ressert alors que j’évacue un large soupire que je ne pensais pas contenir en moi. Les yeux toujours fixés vers les allées du cimetière, je sens une main supposée me réconforter, se poser sur mon épaule.


… : Tu es sure que tu ne veux pas que je t’accompagne ?

Je tourne enfin le visage du côté conducteur hochant la tête et arborant un sourire quelque peu forcé.

S : Je dois le faire seule.
… : Bien. Comme tu veux.
S (hottant sa ceinture de sécurité): J’en ai pour quelques minutes seulement. (après un léger silence et avant de sortir du véhicule, le regardant profondément dans les yeux) Merci Bruce.

Il me retourne ce même sourire, comprenant parfaitement mes raisons et ne cherchant pas à insister plus longtemps, avant que je ne claque la portière pour me tourner vers les centaines de tombes exposées devant moi comme de vulgaires cailloux entassés ici et là par la main de l’homme dans le but d’honorer ses proches. J’évacue un soupire avant d’entamer une marche assez lente en direction de la tombe où il repose.

La robe noire en satin que j’ai choisie de porter, faite d’épaisses bretelles et descendant sous mes genoux, glisse sur mes jambes au fur et à mesure de mes pas et, sans pour autant qu’elle ne soit soulevée par la moindre brise de vent, elle me donne une impression de légèreté alors que mon cœurs est lourd et que mes yeux commencent à s’humidifier.

Finalement j’arrive jusqu’à ta tombe où sont écrits ton nom et ton prénom. Comme pour me prouver que tout ceci est bien réel, je m’agenouille pour toucher la pierre froide sous laquelle ton corps est étendu. L’une de mes larmes tombe sur ma joue mais je viens rapidement l’essuyer avec la paume de ma main.


S : Je (s’éclaircissant la gorge)… Je suis désolée. J’aurais dû venir te voir plus tôt mais… mais je n’ai pas pu.

Le silence autour de moi pèse encore plus sous le poids de mes mots et un énorme sentiment de culpabilité envahi mon esprit à cet instant précis.

S (souriant de manière forcée) : Je n’arrive pas à croire que tu sois là. Si tu savais comme tu me manques… Tout est de ma faute, je suis désolée.

Je clos les yeux un moment et les souvenirs des mois passés me reviennent en mémoire venant alourdir ma peine.

S (étouffant un sanglot) : Si seulement… Si seulement je n’avais pas laissé cette foutue porte ouverte, rien de tout ça ne serait arrivé. Tout est ma faute. J’espère que tu peux me pardonner. Je n’ai jamais voulu… Je n’ai jamais pensé que… que tout ça puisse arriver. Je ne pensais pas qu’on se verrait un jour pris dans une spirale comme celle-ci sans aucun moyen pour s’en sortir. (après une pause) Je sais que les choses n’ont pas toujours étaient simples entre nous. Tellement de mensonges… Et je m’en veux, d’autant plus que tout commençaient enfin à marcher normalement. Il y avait vraiment quelque chose en train de s’installer quand ils t’ont pris à moi… (après un instant de silence) Mais surtout je m’en veux d’avoir une petite partie au fond de moi qui ne regrette pas ce qui s’est passé, car sans ça, je ne connaitrai pas le bonheur qu’il m’apportera, j’en suis convaincue… (soupirant) Oh comme j’aurai aimé que tu le connaisses…

Je me relève, fixant encore une fois la pierre tombale comme pour la graver dans ma mémoire. Mes yeux se ferment lorsque j’entends quelques pas derrière moi accompagnés d’une légère brise qui fait se soulever quelques feuilles ocre et dorées sur son passage. Une main vient se poser contre mon coude gauche et je sens ses doigts descendre délicatement par une caresse très légère jusqu’à mon poignet.

… : Sara.

Sa voix douce et rassurante me fait frissonner sous ces derniers jours d’été. J’ouvre les yeux, fixant à nouveau la pierre tombale qui se dresse fièrement devant moi, pour y lire à nouveau les quelques lettres de ton nom comme pour me convaincre que tout ceci est bien la réalité.

« Frank Tancredi
7 mars 1945 – 1er juin 2005 ».


Je me tourne vers lui, reniflant et essuyant mes larmes au passage, pour lui adresser un léger sourire quand je vois quelques reflets d’inquiétude sur son visage. Les mêmes traits que ceux qui ornent mon visage depuis un peu plus de trois mois. Ceux qui l’ont accompagné dans l’ambulance qui l’a amené jusqu’à l’hôpital le plus proche, ma main constamment dans la sienne, sentant son poult s’affaiblir de plus en plus. Un sentiment d’inquiétude qui ne me quittait pas quand nous attendions qu’il sorte de la salle d’opération, faisant les cent pas d’un bout à l’autre de la salle, ingurgitant des tonnes de caféines, le tout dans un silence pesant. Une expression qui s’est intensifié quand le médecin est venu me dire qu’il était vivant mais trop faible et qu’ils avaient dû le placer dans un état comatique en attendant qu’il aille mieux. L’attente et l’espoir étaient toujours présents, mais de plus en plus faibles, quand pendant presque deux mois LJ, Lincoln et moi sommes venus lui rendre visite à l’hôpital alors qu’il était toujours inconscient et que le pays, en dehors, était en plein désordre confronté à l’avènement de deux frères qui s’étaient érigés au péril de leurs vies contre les conspirations du gouvernement. Mais enfin, un matin à la fin du mois d’Août, la chance nous a souri…

Flash back :

Comme chaque jour me voilà passant les portes de l’hôpital, les yeux fatigués et cernés mais tentant de les dissimiler sous un peu de maquillage pour paraitre présentable. Un grand café à la main, j’avance le long des couloirs, saluant timidement les infirmières du service de réanimation que je commence à mieux connaître, mais gardant la tête baissée comme si la probabilité d’être suivie ne pouvait plus me quitter, ainsi que pour éviter les éventuels paparazzis qui traineraient dans le coin.

En arrivant face à la chambre 444, j’adresse un bref sourire au gardien chargé de surveiller la chambre de Michael. Un suivi que j’ai d’abord pris comme un affront, ne supportant pas qu’après tout ce qu’il ait dû traverser le gouvernement ne puisse toujours pas lui foutre la paix, avant de le considérer comme un moyen de le protéger des journalistes en quête du moindre scoop, de la moindre photo de Michael Scofield, inconscient dans un lit d’hôpital, ou encore d’éventuels partisans des actes meurtrier orchestrés par la Compagnie.

L’affaire est partout dans les journaux depuis l’arrestation de Michael et son envoi à Sona. Quand il était incarcéré nous avions fait en sorte d’alerter les médias pour voir la population se joindre à nos côtés et envisager la libération de Michael sans aucunes charges. Depuis qu’il a été blessé, on entend plus que parler de ça et de la canicule qui fait rage sur le pays. Avec l’arrestation du Général Padman, et les informations fournies par Gretchen qui avait réussi à s’infiltrer au sein du système mais que ses supérieurs croyaient avoir perdu, ont a pu démanteler la Compagnie. Tous ceux qui ont contribués de près ou de loin à ces actes terribles sont maintenant derrière les barreaux dans l’attente d’un procès qui devrait être l’affaire du siècle dès que le principal intéressé se décidera à se réveiller.

Prenant une grande inspiration je pose ma main libre contre la poignée de la porte, m’apprêtant à vivre une nouvelle journée à ses côtés, à lui parler, à le regarder dormir de cet air si paisible qui m’a si souvent calmé et quand enfin Lincoln arrivera, apprendre à découvrir Michael un peu plus chaque jour sous les yeux de son frère et de son neveu avant que la chambre ne se transforme en véritable quartier général pour sa libération. Etant toujours accusé des actes qu’il a commis pour libérer Lincoln, dans un premier temps le principal sujet de conversation a été de trouver l’argent suffisant pour payer sa caution qui s’élevait à 300 000 dollars, pour lui éviter d’être envoyer en prison dès son réveil. L’affaire fut vite réglée quand j’ai pu signer les derniers papiers du notaire pour toucher l’héritage que mon père avait laissé derrière lui, quand j’ai revendu mon appartement et que grâce à quelques amis investisseurs de Bruce, nous avons trouvés les fonds qui nous manquaient. Aujourd’hui, entourés de nos avocats nous débattons principalement de la stratégie à appliquer pour son procès.

Le cœur battant, un sentiment étrange envahit mon esprit alors que je m’apprête à ouvrir la porte et que j’entends une voix qui ressemble à celle de Lincoln provenir de l’intérieur. Ma respiration s’accélère et une angoisse commence à monter en moi. Lincoln n’arrive jamais le premier : il s’est passé quelque chose.

J’ouvre la porte dans un mouvement second, la peur au ventre et certainement pas prête à entendre de mauvaises nouvelles, quand je vois dans un premier temps Lincoln se retourner vers moi, le sourire au visage, me posant mille questions puis à ses côtés, Michael assis dans son lit et bien éveillé, le teint encore un peu pale mais surtout, pleinement conscient.


L : Sara où étais-tu ? Ca fait une heure que je n’arrête pas de t’appeler. Ton portable est toujours sur messagerie.

Pendant une seconde qui me parait une éternité je reste statique n’écoutant même plus la voix de Lincoln pour me perdre dans les yeux de Michael. Ses yeux que je n’avais pas vus depuis presque deux mois et que pourtant je n’avais pas oubliés. Et finalement alors que quelques larmes commencent à envahir mes joues, je me précipite dans ses bras.

M (dans un murmure) : Sara…

Fin du flash back

M : Sara ?
S (reprenant ses esprits) : Quoi? heu… je vais bien Michael.
M : Bruce m’a dit que tu étais là, mais si tu préfères être seule…
S : Non… (dans un murmure) reste avec moi.
M (toujours inquiet) : Tu es sure que ça va ?
S (s’efforçant de redoubler son sourire) : Oui je t’assure. Il me manque et j’ai encore du mal à croire qu’il ne soit plus là c’est tout.
M : …
S (voulant changer de sujet et alléger l’atmosphère) : Et puis d’abord, ça devrait plutôt être à moi de te demander comment tu vas « Monsieur j’ai pris une balle en dans l’épaule suivit de deux mois de coma ».
M : Ca va.
S (ironique) : Hu huh… et tu penses que tu peux faire encore plus évasif ?
M : Je vais bien. La blessure cicatrice parfaitement. Finalement le kiné m’a dit que je n’avais pas besoin de plus de rééducation.
S : Je suis désolée de ne pas être venu avec toi à l’hôpital.
M : Ce n’est pas grave Sara. Tu étais à mes côtés pendant trois mois alors si un matin tu ressens le besoin d’aller rendre visite à ton père au cimetière, je comprends parfaitement. (riant) Et puis si on dit que les médecins font de mauvais patients, ils font encore de plus mauvais soutient pour les patients. Pourquoi crois-tu que je suis resté à dormir pendant deux mois ?
S (le frappant doucement à l’estomac avec un air faussement méchant) : Scofield fais gaffe à toi.
M : Aïe.
S (reprenant son sérieux) : Ce que je voulais dire c’est que peut être j’aurais dû être là avec toi, c’est peut être notre dernier jour ensemble.
M (baissant la tête) : …
S (voyant qu’il évite son regard) : Tu as peur ?

Ils relèvent rapidement la tête confrontant mon regard avec un air blessé dans les yeux ne supportant pas qu’il puisse avoir peur de quelque chose et encore moins que je le sache. Il a beau être Michael Scofield, sensible, drôle, intelligent et prêt à tous pour ceux qu’il aime, il n’en est pas moins un homme avec un égo et des doutes.

S : Quoi qu’il arrive Michael, je t’attendrai.
M : Tu as changé d’avis alors ?
S : On dirait. Oui.

Je peux lire dans ses yeux un regard soulagé et qui ne me comprend que trop bien. On a vécu trop de drames mais maintenant que tout est sur le point de se terminer, nous ferons tout notre possible pour reconstruire notre vie ensemble et créer la famille qu’on a jamais vraiment eu. Cet après-midi le verdict du procès sera rendu et nous connaîtrons enfin la sentence qui nous est réservée.




alors ??? soulagé ?




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Dim 6 Sep - 21:44

OMG tu ma fait flippé a mort pour cette suite !!!!je vais commentais plus tard parce que la j'ai des maths encore a faire Evil or Very Mad Evil or Very Mad

mais en tous cas c'est juste OMG j'adore je te vènere pour ce que tu ecrit lol!!

Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Dim 6 Sep - 22:45

arrête je vais me prendre pour dieu après ! Cool
c'était fait exprès le petit coup de flippe mais sache que MOI, je ne pourrais jamais tuer Michael... *réfléchie* ah merde si je l'ai déjà fait une fois dans mon tout premier OS... oups ! bon les circonstances étaient pas les mêmes, sara était morte ! lol!




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Dim 6 Sep - 22:52

miliibnb a écrit:
arrête je vais me prendre pour dieu après ! Cool
c'était fait exprès le petit coup de flippe mais sache que MOI, je ne pourrais jamais tuer Michael... *réfléchie* ah merde si je l'ai déjà fait une fois dans mon tout premier OS... oups ! bon les circonstances étaient pas les mêmes, sara était morte ! lol!

si elle était morte bon je te pardonne de l'avoir tuée , non mais je savais que t'aurais pas pu le tuer je t'aurais détester après c'est vraiment horrible de faire ca ! mais avec les pensés de sara je trouvais que ca collais bien a mike aussi alors j'ai eu un pincement au cœur Sad
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Dim 6 Sep - 22:54

ouais j'ai tout manigancer pour que ça colle à mike... genre quand elle dit "j'aurais voulu que tu le connaisse" genre on aurait pu croire qu'elle était enceinte ou quoi !




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Dim 6 Sep - 23:02

miliibnb a écrit:
ouais j'ai tout manigancer pour que ça colle à mike... genre quand elle dit "j'aurais voulu que tu le connaisse" genre on aurait pu croire qu'elle était enceinte ou quoi !

bah moi j'ai pensais ca !!!!!!!!!j'ai cru qu'elle étais enceinte j'étais mega triste aprés quand j'ai compris que non
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mar 8 Sep - 23:13

je sais , je sais je ne commente que maintenant mais j'étais débordé What a Face donc avant tous si ce que j'ecris n'est pas trés français sorry c'est que je suis morte et je vais aller me coucher mais je vais essayer d'abord de faire un com' digne de se nom lol.....

merci pour la suite deja !! Razz Razz Razz Razz Razz

j'avoue que meme si je savais que mike n'étais pas mort j'ai grave flippé quand j'ai lu ca tous le long je me suis dit OMG don'tttttttttttt !!!

Citation :
Finalement j’arrive jusqu’à ta tombe où sont écrits ton nom et ton prénom. Comme pour me prouver que tout ceci est bien réel, je m’agenouille pour toucher la pierre froide sous laquelle ton corps est étendu. L’une de mes larmes tombe sur ma joue mais je viens rapidement l’essuyer avec la paume de ma main.

premier passage de flippage , sara en robe noir qui s'avancent vers une tombe et elle touche la pierre dure de la tombe Sad Sad

Citation :
S (souriant de manière forcée) : Je n’arrive pas à croire que tu sois là. Si tu savais comme tu me manques… Tout est de ma faute, je suis désolée.

Je clos les yeux un moment et les souvenirs des mois passés me reviennent en mémoire venant alourdir ma peine.

S (étouffant un sanglot) : Si seulement… Si seulement je n’avais pas laissé cette foutue porte ouverte, rien de tout ça ne serait arrivé. Tout est ma faute. J’espère que tu peux me pardonner. Je n’ai jamais voulu… Je n’ai jamais pensé que… que tout ça puisse arriver. Je ne pensais pas qu’on se verrait un jour pris dans une spirale comme celle-ci sans aucun moyen pour s’en sortir. (après une pause) Je sais que les choses n’ont pas toujours étaient simples entre nous. Tellement de mensonges… Et je m’en veux, d’autant plus que tout commençaient enfin à marcher normalement. Il y avait vraiment quelque chose en train de s’installer quand ils t’ont pris à moi… (après un instant de silence) Mais surtout je m’en veux d’avoir une petite partie au fond de moi qui ne regrette pas ce qui s’est passé, car sans ça, je ne connaitrai pas le bonheur qu’il m’apportera, j’en suis convaincue… (soupirant) Oh comme j’aurai aimé que tu le connaisses…

passage ca me fait de la peine meme si je sais que c'est pas mike , avec son père ca aurait pu s'arranger et ils n'ont pas eu droit a une seconde chance ;elle se livre et dit qu'elle ne savais pas que tous ca prendrais une tel ampleur le moment ou j'ai trop cru que sara is prengant !!!!je me suis dit OMG yesssssssss et finalement ben non lol! mais comme j'aurais trop voulu !
Citation :
… : Sara.

Sa voix douce et rassurante me fait frissonner sous ces derniers jours d’été. J’ouvre les yeux, fixant à nouveau la pierre tombale qui se dresse fièrement devant moi, pour y lire à nouveau les quelques lettres de ton nom comme pour me convaincre que tout ceci est bien la réalité.

« Frank Tancredi
7 mars 1945 – 1er juin 2005 ».

sa voix douce bah oui mike c'est the voice Razz Razz Razz je la comprend : une voix si hott ca fait frissonner

et ouff c'est frank qui est mort et pas mike !!! enfin je veux dire c'est triste pour frank mais c'est pas mike au moins lol

Citation :
Prenant une grande inspiration je pose ma main libre contre la poignée de la porte, m’apprêtant à vivre une nouvelle journée à ses côtés, à lui parler, à le regarder dormir de cet air si paisible qui m’a si souvent calmé et quand enfin Lincoln arrivera, apprendre à découvrir Michael un peu plus chaque jour sous les yeux de son frère et de son neveu avant que la chambre ne se transforme en véritable quartier général pour sa libération. Etant toujours accusé des actes qu’il a commis pour libérer Lincoln, dans un premier temps le principal sujet de conversation a été de trouver l’argent suffisant pour payer sa caution qui s’élevait à 300 000 dollars, pour lui éviter d’être envoyer en prison dès son réveil. L’affaire fut vite réglée quand j’ai pu signer les derniers papiers du notaire pour toucher l’héritage que mon père avait laissé derrière lui, quand j’ai revendu mon appartement et que grâce à quelques amis investisseurs de Bruce, nous avons trouvés les fonds qui nous manquaient. Aujourd’hui, entourés de nos avocats nous débattons principalement de la stratégie à appliquer pour son procès.

donc on apprend que mike a étais dans le coma pas mal de temps , sara a toucher son héritage et a payer la caution de mike parce que sinon il se serait réveillait en prison No No , avec leur avocat ils vont voir comment va se dérouler le procès et quel chose a mettre en place pour le gagner !

Citation :
Pendant une seconde qui me parait une éternité je reste statique n’écoutant même plus la voix de Lincoln pour me perdre dans les yeux de Michael. Ses yeux que je n’avais pas vus depuis presque deux mois et que pourtant je n’avais pas oubliés. Et finalement alors que quelques larmes commencent à envahir mes joues, je me précipite dans ses bras.

M (dans un murmure) : Sara…

wahouuuuuuuuu best moment de la suite !

le murmure et lincoln qui nous soule a parler et Mike se réveille , j'ai bien aimé que tu coupe le flashback a ce moment la ,ca laisse toute la magie du moment

Citation :
S (voulant changer de sujet et alléger l’atmosphère) : Et puis d’abord, ça devrait plutôt être à moi de te demander comment tu vas « Monsieur j’ai pris une balle en dans l’épaule suivit de deux mois de coma ».
M : Ca va.
S (ironique) : Hu huh… et tu penses que tu peux faire encore plus évasif ?
M : Je vais bien. La blessure cicatrice parfaitement. Finalement le kiné m’a dit que je n’avais pas besoin de plus de rééducation.
S : Je suis désolée de ne pas être venu avec toi à l’hôpital.
M : Ce n’est pas grave Sara. Tu étais à mes côtés pendant trois mois alors si un matin tu ressens le besoin d’aller rendre visite à ton père au cimetière, je comprends parfaitement. (riant) Et puis si on dit que les médecins font de mauvais patients, ils font encore de plus mauvais soutient pour les patients. Pourquoi crois-tu que je suis resté à dormir pendant deux mois ?
S (le frappant doucement à l’estomac avec un air faussement méchant) : Scofield fais gaffe à toi.
M : Aïe.

vive l'humour mike et sara, excellent ! lol! lol! mister "je suis resté dans le coma pendant 2 mois" a l'air d'aller bien deja il a pas perdu son humour sara s'excuse de pas avoir étais la pour ca sortit mais mike lui dit que c'est rien , elle a étais présente tous le long, tous les jours, a attendre qu'il se réveille ...

Citation :
S : Quoi qu’il arrive Michael, je t’attendrai.
M : Tu as changé d’avis alors ?
S : On dirait. Oui.

Je peux lire dans ses yeux un regard soulagé et qui ne me comprend que trop bien. On a vécu trop de drames mais maintenant que tout est sur le point de se terminer, nous ferons tout notre possible pour reconstruire notre vie ensemble et créer la famille qu’on a jamais vraiment eu. Cet après-midi le verdict du procès sera rendu et nous connaîtrons enfin la sentence qui nous est réservée.

alors la j'ai trop flashé sur ce que dit mike dans le 1x19 "wait for me" réplique culte que j'adore ! et la mike lui demande si elle a changer d'avis lol

bientot tous sera finit et le verdict sera donné mega impatiente de savoir qu'en sera il...

j'attend la suite pour savoir enfin le verdict , la fin , et j'espère une fin digne de leur combat !

Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mar 8 Sep - 23:44

pas de suite sorry, je réponds juste à ton com et tinkiet pour la soit disant lenteur de ton com, je m'en suis pas aperçue, je me connecte que maintenant ! Laughing

en fait je voulais juste faire une précision par rapport à la fin du flash back, je suis contente que la façon dont je l'arrête te plaise parce que j'ai toujours peur que des gens soient déçus parce que je vais pas au bout des choses (après c'est difficile de tout raconter aussi). donc voilà, ça me fait plaisir !

merci pour le com !
j'essairai de mettre une suite demain !




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 9 Sep - 0:00

miliibnb a écrit:
pas de suite sorry, je réponds juste à ton com et tinkiet pour la soit disant lenteur de ton com, je m'en suis pas aperçue, je me connecte que maintenant ! Laughing

en fait je voulais juste faire une précision par rapport à la fin du flash back, je suis contente que la façon dont je l'arrête te plaise parce que j'ai toujours peur que des gens soient déçus parce que je vais pas au bout des choses (après c'est difficile de tout raconter aussi). donc voilà, ça me fait plaisir !

merci pour le com !
j'essairai de mettre une suite demain !

ok poste quand tu peux

pour le passage j'aurai pas aimé que tu le continue c'est pas que t'écrit pas bien lol c'est que ca aurai étais long de tous expliqué ca aurait trop trainé le reveille et tout et ca aurait étais une partie en trop , la ca finit comme ca et c'est mille fois mieux beaucoup plus intense !

comme les retrouvailles misa dans la saison 4 j'aurais pas aimé qu'il nous sorte du blabla au moment qu'il la prend dans les bras juste ce moment suffisait
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 9 Sep - 0:16

ouais je vois ce que tu veux dire avec l'exemple ! c'est cool alors !




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Dim 20 Sep - 20:18

Deuxième suite du chapitre 19, désolée pour l'attente et bonne lecture !
(attention, faut pas oublier que cette histoire a été écrite bien avant la saison 4 et donc ya pas mal de différences).




(Pensées de Michael)

Assis face au volant du véhicule nous conduisant jusqu’au tribunal, la main de Sara contre ma nuque me sort de mes pensées. Son geste est doux et tendre. Elle masse le bas de mon crâne dans un esprit bien veillant. Si je n’étais pas en train de conduire, je me surprendrais à fermer les yeux un instant pour profiter des biens faits de cette simple caresse. Finalement, mes yeux captent les siens alors que je tourne la tête en sa direction lui adressant un bref sourire.

S : Ca va ?
M (sur un ton très bas) : Ouais.

Sa main quitte ma nuque pour s’attarder quelques secondes supplémentaires sur ma joue alors que nos regards restent blottis l’un en l’autre, avant que je ne replonge mes yeux vers la route qui s’étend devant moi. Lorsqu’elle vient reposer sa main contre sa jambe, je suis déjà en manque de ce contact physique. Peut-être l’un des derniers instants où nous seront ensemble, rien qu’à deux, dans un espace qui n’est pas clôturé par des barreaux de prison.

Si ce genre d’endroits pourraient me rappeler nos premiers flirts dans l’infirmerie, les regards et les sourires que l’on s’échangeait, notre tout premier baiser… Je n’ai pas pour autant envie de revivre ça. Je ne veux pas que notre relation soit basée sur des visites régulières et contrôlées par un garde qui attend bien patiemment que nous ayons fini nos petites affaires avant de me ramener en cellule. Je ne veux plus d’instants presque chronométrés avec elle où l’amour serait un acte forcé et presque automatique. Je veux pouvoir la posséder toute entière, autant que possible et autant que je le désir. Je veux être capable de la surprendre encore jour après jour. Je veux pouvoir la regarder s’éveiller en bougonnant au petit matin et m’endormir auprès d’elle une fois la nuit tombée. Je veux pouvoir faire toutes ces choses auxquelles ont droit les couples dits « normaux » et que nous n’avons pas encore eu le temps de savourer. Je la veux elle, tout simplement.

A la recherche du contact de sa peau contre la mienne, une bouffée d’oxygène vitale à ma survie, je viens poser ma main contre la sienne qui se trouve sur sa cuisse. Nos doigts s’entrelacent. Un sourire se dessine sur mon visage et j’imagine qu’il en est de même sur ses lèvres au son du soupire, presque un léger rire, qu’elle vient de relâcher. Alors qu’elle est assise, sa robe remonte légèrement sur sa cuisse et mes doigts peuvent sentir la chaleur de sa peau que je n’ai pas eu l’occasion de gouter depuis trop longtemps maintenant. Je m’enivre de cette caresse. Je me délecte de cet instant où, sans aucune parole, juste avec la douceur de nos mains posées l’une contre l’autre, nos esprits divaguent et s’unissent une dernière fois dans une étreinte charnelle.

Un courant passe à travers nous. J’ai l’assurance que Sara est perdue quelque part avec moi alors que je l’entends déglutir difficilement. Une vague de chaleur nous envahie. Mais bien trop rapidement nous sommes ramenés brutalement à la réalité par un flash information à la radio. Nous poussons tous les deux un long soupire de frustration.


« Revenons maintenant sur l’affaire qui bouscule tout le pays en ce moment même. Nous arrivons au dernier jour du procès de l’affaire Burrows-Scofield. Ce dernier devrait recevoir le verdict des jurés aux alentours de 16 heures cet après-midi. Nous vous tiendrons bien évidemment informés, en direct, du dénouement de cette histoire qui a bouleversée l’Amérique depuis plus de 4 mois. Mais avant cela, revenons sur les événements de ces derniers jours. En direct du Tribunal, nous retrouvons notre envoyer spécial, Kate Newton. Kate ? »

« Oui Harry, depuis le début du procès il y a un peu moins d’une semaine, la foule se presse devant le tribunal de Chicago, mais ce n’est rien en comparaison du monde qui se trouvent ici aujourd’hui suite aux révélations qui ont été faites hier par un témoin important de l’histoire et qui n’est autre que Gretchen Morgan, ancien agent du FBI infiltrée au sein même de la Compagnie pendant plusieurs années. Elle a révélé de nombreuses informations sur la conspiration qui se tramait au sein même de notre pays, notamment le fait que cette organisation ait été créée au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale par d’anciens combattants liés au Gouvernement. Depuis lors, ils se sont évertués à regrouper des individus d’une intelligence extrême, en les testant et en les poussant à bout afin de mettre en place une force, non pas armée mais intelligente, contre un éventuel agresseur. Cependant, le Gouvernement à perdu tout contrôle sur l’organisation lorsque les dirigeants de la Compagnie se sont mis à commanditer des crimes à ses agents, sous la menace, à tel point qu’ils ont fini par devenir un danger pour la Nation elle-même… ».

A l’écoute de cette information, mon visage se crispe soudainement. J’ai comme l’impression d’être cerné par cette histoire, de ne vivre qu’à travers la Compagnie et sa conspiration. Je ressens alors la main de Sara s’encrer plus profondément dans la mienne avant qu’elle ne vienne éteindre la radio. Le reste du chemin se fait dans un silence pesant au cours duquel je ne ressens que la pression de mon cœur s’accroitre un peu plus à mesure que nous approchons du tribunal.

Arrêtés à un feu rouge face au Tribunal, nous sommes confrontés à la foule immense qui attend patiemment notre arrivée devant le bâtiment. Des pancartes multicolores, défendant notre cause pour la plupart, se chevauchent les unes contre les autres. Des cris et des chants de libération retentissent. Nous nous regardons un instant subjugués. On se croirait revenu vers la fin des années 60 où la population réclamait ses droits et se révoltait du système de consommation de masse qui régnait dans le pays.


S : Je crois qu’on ferait mieux de passer par l’entrée de derrière comme Bruce nous l’a suggéré.

Nous nous garons rapidement pour éviter d’être repérés et nous nous dirigeons main dans la main vers l’entrée secondaire du tribunal pour rejoindre Lincoln, LJ, Bruce et les autres qui nous attendent déjà à l’intérieur. Juste devant la porte, une quinzaine de journalistes, leurs caméramans et des photographes sont présents. Comme il nous l’a été conseillé, j’agrippe frottement la main de Sara dans la mienne et nous nous dirigeons ensemble du mieux que nous pouvons, sans un mot et sans un regard la tête baissée, jusqu’à l’intérieur du bâtiment. Les questions et les flashs pleuvent. J’entends mon nom crié de chaque côté. Nous sommes légèrement bousculés par les journalistes à l’affut du scoop ou de la moindre photo de nous. Je rapproche un peu plus fortement le corps de Sara contre le mien sachant qu’elle n’est pas une grande fan de ces bains de foule et, finalement, nous parvenons enfin à l’intérieur.

Le calme retentit soudainement dans ce grand hall fait de marbre et de parquet. Si nous n’étions pas ici dans de telles circonstances, il y a bien longtemps que je me serais attardé à regarder les courbures et les moindres détails de la perfection de cette architecture.

J’aperçois mon frère à quelques mètres de moi parlant avec nos avocats. Nous nous rendons jusqu’à lui sans pour autant défaire notre attache. A notre arrivée, le silence se fait autour de nous. Tous les yeux sont posés sur moi, compatissants, légèrement angoissés et quelques peu apaisés d’arriver, enfin, au terme de cette histoire.


L (lui tapant sur l’épaule) : On y est Mike !
M (expirant profondément) : Oui. On y est.

Les énormes portes de la salle s’ouvrent enfin. Les pulsations de mon cœur s’amplifient à nouveau, alors que Linc et les autres se dirigent à l’intérieur. Mon regard se porte vers Sara, je ne peux m’empêcher de la regarder, libre, une dernière fois. Elle a l’air assez angoissée mais déterminée à ne pas me le montrer, du moins c’est ce qu’elle aimerait. Je la connais maintenant trop bien pour savoir ce qu’elle peut penser en réalité. Elle m’envoie un grand sourire plein d’optimisme et d’enthousiasme. Je lâche sa main pour placer la mienne au creux de son dos et la rapprocher de mon corps. Mon torse contre sa poitrine, nos lèvres se touchent dans un baiser simple et calme. Nos mains viennent s’entrelacer à nouveau le long de nos jambes. Je nous délivre bientôt de ce baiser pour venir placer mon front contre le sien. Nos yeux se ferment. Nos respirations s’entrechoquent et nous restons ainsi quelques instant devant l’entrée de la salle, nous donnant mutuellement de la force pour affronter cette dernière épreuve, alors que la foule de gens de plus en plus conséquente passe à nos côtés pour entrer dans la pièce.

Lorsque vient le moment de se quitter, moi sur le banc des accusés, elle juste derrière entourée de LJ et de Bruce, je ne peux m’empêché de la regarder à nouveau mon cœur battant à vive allure. Et puis soudain, le juge entre dans la salle, nos regards se quittent pour de bon, tout le monde se lève et la séance commence.

Après de multiples minutes passées à retranscrire la totalité des faits de l’histoire dans laquelle nous avons étaient plongés bien malgré nous, après avoir entendu à nouveau les accusations portées contre moi. Le juge demande au président du jury s’il a pu prendre une décision. Le silence qui imprègne la pièce est indescriptible en attendant le verdict final.


Président du Jury : Oui votre honneur.

L’atmosphère de la salle est tendue. Tout le monde retient un cri prêt à s’échapper s’il advenait que la réponse soit défavorable. Un homme se lève pour apporter une feuille de papier aux mains du juge. Je prends une profonde inspiration, me sentant prêt à accepter la sentence quelle qu’elle soit, me disant qu’après tout ce qui s’est passé, j’aurais peut être mérité un retour définitif en prison. Mais la pensée de Sara que je ne veux pas perdre me revient rapidement à l’esprit. Je jette un bref coup d’œil vers elle, Lincoln et LJ où l’angoisse et l’impatience est à son comble. Si Lincoln a les poings fermés et serrés avec forces au creux de ses poignets, LJ lui effectue des mouvements réguliers et vifs avec ses jambes. Quant à Sara, comme à son habitude, elle ne peut s’empêcher de jouer nerveusement avec ses mains.

Enfin, dans ce qui semble paraitre une éternité, le juge nous demande de nous lever pour qu’il puisse proclamer la sentence. Je me retourne à nouveau un bref instant vers eux trois, tous main dans la main, avant que Linc ne m’envoie un léger coup de tête en direction du juge.

Les épaules droites et fixes, mon torse se soulève un instant alors que je prends une grande inspiration et mes yeux, jusqu’alors clos, s’ouvrent en entendant la voix du juge résonner dans son micro.


J : Dans l’affaire qui oppose Monsieur Scofield à l’Etat de L’Illinois, le tribunal déclare l’accusé… Non coupable et déchargé de toutes les accusations portées contre lui.





c'est bon, vous pouvez recommencer à respirer ! lol!
dans la prochaine suite on aura les dernières révélations qui nous permettrons de comprendre toute l'histoire de la conspiration (selon moi à l'époque de la saison 3).




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Ven 25 Sep - 9:32

OMGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGG j'ai adoré !!! je poste un com tout a l'heure et oui je sais je suis chiante en plus j'avais pas vu que t'avais posté *cry and pain* parce que la je vais en cour avec un sourire pas possible !!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Sam 26 Sep - 19:09

ayé enfin je peux mettre un com je sais j'ai mit le temps sorry Embarassed Embarassed

en tous cas avant tout OMG j'ai adoré Razz Razz Razz Razz

c'est the day !!!le jour du verdict a sonné et mike et nerveux en meme temps ca se comprend il risque une peine conséquente No No

Citation :
Sa main quitte ma nuque pour s’attarder quelques secondes supplémentaires sur ma joue alors que nos regards restent blottis l’un en l’autre, avant que je ne replonge mes yeux vers la route qui s’étend devant moi. Lorsqu’elle vient reposer sa main contre sa jambe, je suis déjà en manque de ce contact physique. Peut-être l’un des derniers instants où nous seront ensemble, rien qu’à deux, dans un espace qui n’est pas clôturé par des barreaux de prison.

le misa toujours aussi magnifique ils ont besoins de garder un contact physique c'est si beau !!

Citation :
Si ce genre d’endroits pourraient me rappeler nos premiers flirts dans l’infirmerie, les regards et les sourires que l’on s’échangeait, notre tout premier baiser… Je n’ai pas pour autant envie de revivre ça.

quoi ??!! mais j'aimerai moi d'un coté les revoir a fox river avec la température qui monte

Citation :
« Oui Harry, depuis le début du procès il y a un peu moins d’une semaine, la foule se presse devant le tribunal de Chicago, mais ce n’est rien en comparaison du monde qui se trouvent ici aujourd’hui suite aux révélations qui ont été faites hier par un témoin important de l’histoire et qui n’est autre que Gretchen Morgan, ancien agent du FBI infiltrée au sein même de la Compagnie pendant plusieurs années. Elle a révélé de nombreuses informations sur la conspiration qui se tramait au sein même de notre pays, notamment le fait que cette organisation ait été créée au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale par d’anciens combattants liés au Gouvernement. Depuis lors, ils se sont évertués à regrouper des individus d’une intelligence extrême, en les testant et en les poussant à bout afin de mettre en place une force, non pas armée mais intelligente, contre un éventuel agresseur. Cependant, le Gouvernement à perdu tout contrôle sur l’organisation lorsque les dirigeants de la Compagnie se sont mis à commanditer des crimes à ses agents, sous la menace, à tel point qu’ils ont fini par devenir un danger pour la Nation elle-même… ».

j'ai beaucoup aimé ce passage sur la compagny moi qui n'aimait pas trop ce qu'elle étais dans la saison 4 la je suis contente je trouve ca crédible et plus intéressant que le truc de la saison 4 !!

Citation :
Je lâche sa main pour placer la mienne au creux de son dos et la rapprocher de mon corps. Mon torse contre sa poitrine, nos lèvres se touchent dans un baiser simple et calme. Nos mains viennent s’entrelacer à nouveau le long de nos jambes. Je nous délivre bientôt de ce baiser pour venir placer mon front contre le sien. Nos yeux se ferment. Nos respirations s’entrechoquent et nous restons ainsi quelques instant devant l’entrée de la salle, nous donnant mutuellement de la force pour affronter cette dernière épreuve

ce moment fait partie des meilleurs moment misa moi j'ai adoré !!!!!!l'intensité , leur regards et il s'embrassent avant de rentrer je trouve ca si magique moi

Citation :
J : Dans l’affaire qui oppose Monsieur Scofield à l’Etat de L’Illinois, le tribunal déclare l’accusé… Non coupable et déchargé de toutes les accusations portées contre lui.

POPOPOPOPOOOOOOOOOOOOOOO !!!!

hourraaa michael est libre !!!!!!!!!!!!!!!!! si tu savais comme je suis soulagé moi avec toute cette histoire enfin IL a DROIT A CA LIBERTÉ TANT MÉRITÉ !!!

comme tu l'imagine j'attends la suite je suis sure qui va y avoir une fiestaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!!!!!!!



tu cartonne j'adore !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 31
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Lun 28 Sep - 22:29

ouais fiesta en perspective lol...
bon pas ce soir, ni demain, je suis malade (j'ai la grippe) donc je passe en coup de vent.
merci pour ton com ! Wink




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
sara991
4th Kiss
4th Kiss
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2324
Age : 25
Localisation : Dans les bracs de Marc Antoine =D (c'était vrai hier ^^)
Date d'inscription : 19/05/2009

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Lun 28 Sep - 22:34

miliibnb a écrit:
ouais fiesta en perspective lol...
bon pas ce soir, ni demain, je suis malade (j'ai la grippe) donc je passe en coup de vent.
merci pour ton com !

desolé pour toi j'espere que tu te retabliera vite

en tout cas bon retablissement milimb
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sarahwaynecallies338.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 17 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les films qui n'auraient jamais dû avoir de suite
» Full Metal Alchemist 108 (Fin)
» Alive - the final evolution
» Majandra et Danny Strong : Souviens-toi... L'été dernier, Scream... (parodie)
» Problème de fuite d'huile suite descente trottoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MiSa' Story :: WENTWORTH/SARAH & MICHAEL/SARA :: Fanfictions-
Sauter vers: