MiSa' Story


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant

milii doit-elle reposter Strong & Alive depuis le début ?
Oui, je ne l'ai jamais lu
33%
 33% [ 9 ]
Oui, j'avais essayé mais vite abandonné à cause des 300 posts des pollueuses entre chaque suite !
30%
 30% [ 8 ]
Oui, je l'ai déjà lu et je ne m'en lasse pas !
30%
 30% [ 8 ]
Non, je l'ai déjà lu et je ne vois pas l'utilité de la re-poster
0%
 0% [ 0 ]
Non, ça ne m'intéresse pas
0%
 0% [ 0 ]
J'en ai rien à foutre
7%
 7% [ 2 ]
C'est quoi Strong & Alive ???
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 27
 

AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mar 17 Mar - 22:45

miliibnb a écrit:
ohhh je suis désolée, je suis partie au portugal (et pour celles qui n'auraient pas encore croisé un de mes messages de retour, je suis revenue) et donc ça plus un gros dossier que j'avais à faire j'ai pas eu le temps de continuer les suites alors que j'avais promis que ça irait plus vite !
promis je poste ce soir quand j'aurai rattrapé mon retard !!!

merci aux lectrices fidèles !!! Wink

youpi tu va posté !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!je suis tellement heureuse !!! Very Happy Very Happy Very Happy tu va posté plusieurs suites ?? sunny sunny Very Happy


Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 30
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mar 17 Mar - 23:22

oui c'est possible pour me faire pardonner ! Wink




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 30
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 18 Mar - 1:09

les deux dernières parties du chapitre 2 : bon je pense pas que ce que je fais aujourd'hui soit parfait, loin de là, mais je vois vraiment la différence avec mes premières suites donc toutes mes excuses ! Embarassed




Le lendemain en début d’après midi (pensées de Sara).


Ca y est nous y sommes. Lincoln est à mes cotés et nous restons ainsi, silencieux, quelques minutes devant le grillage. La prison de Sona se dresse devant nous comme une énorme forteresse. Elle est imposante mais à première vue, n’a pas l’air terrifiante. Pourtant je suis paniquée. J’ai des palpitations et je sens mon cœur battre à une puissance folle contre ma poitrine. Les battements s’accélèrent alors que j’entends une voix prononcer « Scofield, tienes una visita, Scofield, you have a visitor ».

Lincoln comprend vite mon angoisse et pose une main sur mon épaule pour me rassurer. Son geste est réconfortant. Je tourne brièvement la tête vers lui pour lui sourire en signe de reconnaissance avant que mon visage ne reprenne sa position initiale quand j’entends cette immense porte s’ouvrir.

Je vois maintenant sa silhouette se dessiner et se rapprocher petit à petit. J’ai l’impression que chacun de ses pas seraient capables de faire sortir mon cœur de ma poitrine tellement il bat à vive allure. Ses yeux sont braqués sur moi, il a le visage sérieux et les traits tirés. Il a l’air épuisé. Je constate soudain qu’en voyant son frère arriver, Lincoln a retiré sa main de mon épaule et il tapote maintenant la barrière en acier qui se trouve devant nous, nous indiquant une limite à ne pas dépasser. Je suppose que tout comme moi il est anxieux de voir Michael et de savoir comment il va.

Il est là, devant nous, et dans un soupire relâche toute son angoisse. Il a l’air soulagé de nous voir. Quant à moi, je reste comme figée, hypnotisée par son regard. Il me fixe lui aussi intensément. Soudain je me sens comme oppressée et je ne peux me résoudre à rester ainsi, préférant baisser les yeux. J’ai peur de lire en lui un sentiment de dégout. Puis Lincoln intervient et nous sort de cet affreux silence.


L : Content de te voir Mike.
M (regardant Sara intensément) : …
L (sur un air blagueur et un brin vexé) : Et oh, Michael ! Bon ok, j’ai pas les atouts physiques de Sara, mais tu pourrais tout de même m’accorder un peu d’attention.
M (détournant son regard à regret de Sara) : hein… heu oui pardon désolé Linc.
L (inquiet) : Alors comment c’est Sona ?
M (jetant un bref coup d’œil à Sara, quelque peu déçu qu’elle ne le regarde pas) : Heu… bin tu sais, on se croirait presque en colonie de vacances : tu retrouves de vieilles connaissances, des douches collectives et de la nourriture immangeable.

A ces mots, je lève la tête et j’aperçois un sourire se dessiner sur le visage de Michael. Je suppose que c’était la réaction qu’il attendait. Cela me réconforte un instant, juste le moment de lui sourire, timidement, à mon tour. Puis son visage se focalise sur Lincoln à nouveau alors que celui-ci continu la conversation.

L : On a passé la matinée à l’ambassade avec Sara (jetant un bref coup d’œil vers Sara en prononçant son prénom). Il semblerait qu’il soit impossible de te faire sortir d’ici tant que tu n’auras pas été acquitté aux Etats-Unis. Mais Sara a eu un ami de son père au téléphone (la regardant à nouveau pour l’invité à continuer).
S (déglutissant) : hum… oui, j’ai appelé Bruce un ancien ami de mon père. C’est lui qui a tout fait pour nous disculper Lincoln et moi. Il semblerait que nous devions retourner à Chicago quelques jours afin de mettre tout ça au clair pour te défendre devant la court vu que tu es bloqué ici.
L : Oui et pour ça, on va avoir besoin que tu nous racontes ton plan, depuis le jour où tu l’as initié jusqu'à notre arrivée au Panama. Enfin Mike, tu nous fais la version courte, raconte nous simplement ce à quoi je n’ai pas participé, pour le reste je me débrouillerai.
M : heu… ok pas de problème (regardant toutefois Sara avec un air gêné, elle n’est pas au courant de la totalité de son plan). Donc au début comme tu le sais, j’avais commencé à évaluer toutes les possibilités légales pour te sortir de là, mais elles s’effondraient les unes après les autres, et quand tu m’as dit que tu allais être incarcéré à Fox River j’ai eu comme un déclic…

[b]Alors que Michael décrit son plan à Lincoln dans les moindres détails et que celui-ci prend des notes, mon esprit s’égard. J’ai la sensation de tourner au ralenti. Et certains de ses mots résonnent dans ma tête.

M (toujours gêné) : J’ai rassemblé le plus d’informations possible sur toutes les personnes qui joueraient un rôle important dans cette évasion, qu’il le sache ou non (regardant Sara d’un air désolé à ces mêmes mots). Abruzzi pour l’avion, Westmorland pour l’argent, Pope… (hésitant) et… heu… Sara…

En prononçant mon nom, je le sens perde confiance. Il a peur de ma réaction et n’ose pas me regarder. Il est vrai que pendant une fraction de seconde je lui en ai voulu, mais tout ça est fini. Je tiens trop à lui, et j’ai moi-même peur de ce qu’il peut bien penser. Il est ici à Sona à cause de moi.

Pendant la totalité de son discours, je reste muette. Il a presque fini mais je suis dans un état second. J’ai la tête qui tourne, chamboulée par trop d’émotions qui se bousculent les unes après les autres. La tristesse de savoir qu’il s’est servi de moi, la douleur quand il fait référence à mon père, une pointe de jalousie quand il évoque le nom de Nika, une terrible gêne alors qu’il mentionne mon overdose, et une joie immense quand il murmure en me regardant, que la seule chose qu’il n’avait pas réellement prévu c’était de tomber amoureux de moi. Mais je dois me reprendre alors que je sens que le récit de Michael s’achève.


L : Très bien Mike, j’ai tout noté… (regardant tour à tout Sara et Michael) Hum…bon, je vous laisse 5 minutes tous les deux. (regardant Michael) ne faîtes pas de bêtises ok. (regardant Sara), je t’attends là bas.
M : Merci Linc.
L (regardant une dernière fois son frère): On se voit dans trois jours.
M (hochant la tête et regardant Lincoln s’éloigner) : …

M (dévisageant Sara) : Trois jours hein ?
S (détournant son regard de celui de Michael) : Oui.
M (cherchant son regard) : Je suis content de te voir Sara.
S (l’évitant toujours) : …
M (voyant qu’elle joue nerveusement avec ses mains) : Sara ?
S (fixant ses pieds): Michael, je suis vraiment désolée. Je…je ne voulais pas que ça finisse ainsi, que tu finisses ici. C’est de ma faute je suis vraiment désolée…
M : Arrêtes, tu n’as rien à te reprocher. Après tout ce que tu as subi à cause de moi, c’est la moindre des choses que je pouvais faire. Et si c’était à recommencer, je referais pareil. Je t’aime trop Sara. Regarde-moi.
S (levant les yeux vers lui) : …
M (plongé dans son regard) : …
S: On fait décidemment un joli couple toujours en train de s’excuser pour tout.
M (la fixant intensément et avec un sourire) : Tu es magnifique.
S (souriant timidement) : …
M (riant) : Oui, bon je sais, on ne peut pas en dire autant de moi vu l’état dans lequel je suis.
S (retrouvant le sourire) : Oh pas de problème pour moi Scofield. Je sais parfaitement ce qu’il y a sous ses vêtements !

Oh mon dieu ! Qu’est ce que je viens de dire ? J’ai vraiment pensé tout haut ? Mais tu n’es pas capable de te taire trois secondes ! Mes joues se mettent à rougir et alors que je détourne mon visage pour ne pas rencontrer ses yeux, je sens que ceux-ci sont posés sur moi, interrogateurs.

M (flirtant) : Ah bon, et depuis quand ?
S (toujours le regard fixé à ses pieds) : …
M : Sara ?
S : Heu… tu sais quand… quand tu t’es brûlé à l’épaule… j’ai du pratiquer une intervention… mais on devrait se focaliser sur ce qu’on va faire pour te sortir de là.
M (avec un sourire sentant qu’elle veut changer de sujet) : Très bien.

Un léger silence s’est imposé entre nous. Je me sens terriblement mal à l’aise après ce que j’ai dit, mais cet homme, tellement incroyable humble, parfait et si sexy, même en ayant besoin d’une bonne douche, me fais perdre mes moyens.

M (cherchant un sujet) : Vous partez trois jours alors ?
S : Heu oui. Tu me l’as déjà demandé.

Non une fois de plus Sara, tu ne peux pas te taire ! Michael fait tout son possible pour changer de conversation alors qu’il voit que tu es gênée et tu lui reproches les seuls mots qu’il ait pu trouver. Je vois bien qu’il me regarde d’une manière qui veut tout dire. Comme si il allait me balancer en pleine figure « si tu préfères on peut toujours parler de toi me matant alors que je suis inconscient ».

S (sur un ton faussement assuré) : Oui trois jours. On ira voir Bruce pour lui raconter ce que tu nous as dit pour faire avancer plus rapidement ton procès, et contacter des journalistes pour t’attirer la sympathie du public.
M (hésitant) : Ok. Sinon Sara… heu… je voulais te dire par rapport à tout à l’heure, quand je racontais mon plan, je suis vraiment désolé que tu ais appris tout ça de cette manière. J’aurais voulu que ça se passe autrement. Mais je te promets que je te dirai tout ce que tu veux savoir.
S : Plus de mensonges ou de cachotteries ?
M (murmurant) : Promis.
S (souriant timidement) : J’adorais ça !
M (sincère) : Moi aussi.
S (après un léger silence) : Bon, je crois que je vais y aller ou ton frère va s’impatienter.
M (blaguant) : Oui c’est bien son genre, mais dit lui qu’il n’a pas intérêt à t’embêter ou alors il aura à faire à moi.
S (perplexe) : …
M : Quoi ? Tu crois que je ne suis pas capable de battre mon frère ?
S (rentrant dans son jeu) : C’est qu’il est assez baraqué.
M (avec une main sur le cœur prétendant que ses paroles l’ont blessées) : Oh, entendre ça de la bouche de la femme que vous aimez.

A ces mots je sens comme un sentiment de plénitude m’envahir. Mon angoisse d’il y a quelques minutes est définitivement partie, remplacée par une sensation de bien être prodiguée par la plus belle chose au monde : être aimé de Michael Scofield.

M (sérieux à nouveau) : Fais attention à toi.
S : Oui et puis ne t’inquiètes pas, le grand balaise est avec moi.
M (grimaçant sous une pointe de jalousie) : …

M : Je t’aime Sara.
S : Je t’aime aussi Michael.

Après un dernier regard vers lui silencieux, comme ceux qu’on avait l’habitude de s’échanger dans notre infirmerie, je me retourne et me dirige là où Lincoln m’attend. Et puis finalement je sourie à ce que je suis sur le point de faire.

S (interpellant Michael qui la contemplait alors qu’elle s’éloignait) : Oh faite Scofield… Très belles fesses !
M (surpris puis amusé) : …

Je sens mon visage rougir. Mes joues brûlent suite à ces dernières paroles. Mais cela me fait un bien fou. Ces petits jeux avec Michael sont comme une bouffée d’air frais alors que je suis en apnée, alors que j’ai la tête plongée sous l’eau. Après tout, il n’y a pas de raison que je sois gênée. C’est l’homme que j’aime et tôt ou tard, ces jeux deviendront bien plus.

Je sens tout à coup mon corps envahit par une chaleur. Mais cette fois le sentiment de honte que je ressentais a été remplacé par quelques choses de complètement différent et de bien plus plaisant : le désire. Je veux cet homme. Mais pas seulement être dans ses bras, je veux qu’il pose ses mains sur moi et que nos corps s’unissent.

Soudain, voyant que je me rapproche de plus en plus de Lincoln… Penses à autre chose Sara. Vite. Dépêche-toi !


L : T’en as mis du temps Sara. C’est bon on peut y aller Doc ? (voyant le visage de Sara) Ca va ?
S (gênée) : Heu… oui.

Nous nous dirigeons ensuite vers le garde situé à l’accueil pour signer les papiers nécessaires avant de sortir. Je regarde une dernière fois vers Michael, et bien que je sois loin de lui, je le vois me fixer intensément et m’envoyer un sourire provocateur. Son corps est basculé vers l’avant du grillage, ses mains entrelacées dans les fils de fer. Son visage se tourne vers le sol, avant de revenir vers moi avec un sourire encore plus large que le précédent et toujours plus significatif. Il reste ainsi quelques secondes avant de se retourner contre son grès et de retourner à l’intérieur de la prison. La voix du garde me ramène à la réalité.

G : Firma aqui !
L : Quoi ?
S : Je crois qu’il veut que tu signes sa fiche.
L (en signant) : Tu parles espagnol ?
S : Non pas vraiment, je faisais juste parti du club d’espagnol à ma fac. Tu sais on lisait des bouquins, on rêvait des beaux petits hispaniques.
L (en riant): Attention à ce que tu dis, je pourrais tout raconter à mon frère… (voyant le registre des signature) Oh c’est pas vrai !
S (apeurée) : Quoi ?
L : Sucre !
S : Fernando Sucre ?
L : Oui, il est ici. Il est venu rendre visite à Bellick ce matin.
S : Bellick, quoi tu veux dire que Brad Bellick est ici ?
L : Oui ! C’est une longue histoire, je te raconterai. Là il faut qu’on trouve Sucre. Il doit nous aider à libérer Michael.

Nous étions sur le point de partir quand derrière nous je vois une femme, une religieuse devrait-je dire, sortir de la Prison. Je reste perplexe. On nous à dit que les visites à l’intérieur de Sona étaient interdites, comment à t’elle pu entrer là bas ?

S : Por favor ?
G : Si.
S : heu… porque esta monja puede entrar dentro de la prison ?
G : Oh ella, no es una monja, es une prostituta.
S (levant les yeux au ciel) : Oh !
L : Quoi qu’est ce qu’il a dit ?
S : Que ce n’est pas une religieuse mais une prostituée. (réfléchissant un instant) Je sais comment je pourrais entrer dans Sona pour voir Michael.
L : Oh non Sara, mon frère ne va pas être d’accord.
S : Oh je suis sure qu’il va apprécier…



vilaaaa !!!




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 30
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 18 Mar - 1:22

et la première partie du chapitre 3 : enjoy !




Chapitre 3 : Dream and thoughts
(Pensées de Sara)




Me voilà dans ma chambre d’hôtel depuis un peu plus de 20 minutes. Lincoln est parti voir Sucre. De mon côté, j’ai téléphoné à Bruce afin de mettre au point notre voyage à Chicago. Nous prenons l’avion à 18h soit à peu près dans 5 heures, mais j’avais besoin de rentrer, de me retrouver un peu seule pour faire le point. Je suis épuisée. Je m’allonge sur le lit. Je ferme les yeux et à peine une seconde plus tard, je suis endormie.

Mon sommeil, pour la première fois depuis bien longtemps est paisible, aucun cauchemar ne vient le troubler. Je ne fais que rêver d’une seule et même chose : Michael. Je rêve de cet homme, celui qui à changé ma vie. Parfois je me demande si tout ce qui m’est arrivé en vaut vraiment la peine. J’ai perdu beaucoup trop de choses, mais en même temps, c’est choses avaient elles vraiment un sens ? Je n’avais aucun but précis, pas vraiment d’amis et un père quasiment inexistant. Ma vie était elle vouée à quelque chose avant l’arrivée de Michael Scofield ?

Je rêve de Michael, de ses yeux si envoutant dans lesquels je pourrais plonger sans retenu ; de ses mains, longues et fines parcourant mon corps. Je rêve du jour où nous serons réunis autour d’une bière et de rondelles de citrons, riant, nous dévisageant l’un et l’autre, et la seconde d’après, ne nous retenant plus, de nos corps projetés l’un contre l’autre.

Je rêve de lui, étendu sur moi, me caressant délicatement, découvrant les moindres détours de mon corps, parsemant ma peau de baisers chaux et doux. Je le vois prendre son temps alors que nous n’en avons jamais eu assez. Nous sommes toujours en train de courir, et pour une fois, il m’est entièrement dévoué, corps et âme. Il défait progressivement nos vêtements et je reste là comme témoin de la scène, le laissant maître de la situation. Pour une fois depuis bien longtemps, je me laisse complètement aller.

Je rêve de son corps à présent presque nu. Je vois ses tatouages et ne peux m’empêcher de les contempler. Je les ai souvent vus sans en comprendre la signification. Mes doigts parcours les lignes qui y sont dessinées. Puis je le regarde lui. Ses yeux sont perdus dans les miens. Je sens son souffle chaud au creux de mon coup. Il approche délicatement mon visage du sien et m’embrasse délicatement avant de prolonger ce baiser par un second plus passionné. Je sens sont corps brûlant contre moi et je…

Soudain, un bruit sourd me force à ouvrir les yeux et sortir du cocon dans lequel m’avait plongé ce rêve. On m’extirpe de force des bras de Michael.

J’ai besoin de quelques secondes pour comprendre que quelqu’un frappe à ma porte. Je ne veux pas me réveiller préférant fermer les yeux et repartir dans les bras de cet homme. Puis j’entends la voix de Lincoln qui me fait reprendre mes esprits. Je me lève à contre cœur pour aller lui ouvrir la porte et je le laisse entrer. Je sens mon visage rougir à la pensée du rêve dans lequel j’étais plongée.


S : Où est Sucre ?
L (passant sa main sur son crane) : Heu… Il ne nous aidera pas Sara. Il veut retrouver sa fiancée.
S (déçue) : Oh je vois.
L : Tu es bientôt prête ?
S : Oui… heu mais je crois que je vais aller prendre une douche avant de partir.
L : Très bien, je t’attendrai au bar alors.

Alors qu’il a quitté ma chambre depuis déjà 5 minutes, je reste plantée là, sans bouger, ne pouvant revenir à la réalité. Ce rêve paraissait si réel et à fais monter une vague de chaleur en moi. Je crois que j’ai vraiment besoin de cette douche. Je me dirige alors vers la salle de bain. Je tourne le robinet et l’eau commence à couler. Elle a un effet plus que salvateur sur ma peau. C’est un vrai moment de détente. Elle me débarrasse de toutes mes tensions, même si je pense que les mains, imaginaires, de Michael sur mon corps, ont grandement contribuées à cet effet.

Je sors de la douche revigorée et passe ma main sur le miroir embué. Mes traits sont tendus. On voit que la fatigue a pris possession de mon visage. Il y a trois mois alors, je ne connaissais pas Michael Scofield. J’étais un simple médecin profitant d’une vie des plus confortable mais aussi des plus banale. Alors que là, j’ai vu bien plus de choses défiler devant moi que durant mes 29 ans d’existence. L’ironie de la situation me fait presque sourire. Soudain, je suis sortie de mes pensées par ce même bruit sourd, qu’il y a 20 minutes à peine, m’avait sorti de ses bras merveilleux.

J’enfile rapidement de quoi m’habiller et je file ouvrir la porte. Je suis surprise de voir se dresser devant moi l’un des 8 évadés de Fox River, l’ancien compagnon de cellule de Michael : Fernando Sucre.




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 18 Mar - 12:46

super trop heureuse de connaitre la suite !!

Citation :
L : Content de te voir Mike.
M (regardant Sara intensément) : …
L (sur un air blagueur et un brin vexé) : Et oh, Michael ! Bon ok, j’ai pas les atouts physiques de Sara, mais tu pourrais tout de même m’accorder un peu d’attention.
M (détournant son regard à regret de Sara) : hein… heu oui pardon désolé Linc.

j'adore l'humour de linc lol!



Citation :
Après un dernier regard vers lui silencieux, comme ceux qu’on avait l’habitude de s’échanger dans notre infirmerie, je me retourne et me dirige là où Lincoln m’attend. Et puis finalement je sourie à ce que je suis sur le point de faire.

S (interpellant Michael qui la contemplait alors qu’elle s’éloignait) : Oh faite Scofield… Très belles fesses !
M (surpris puis amusé) : …

Je sens mon visage rougir. Mes joues brûlent suite à ces dernières paroles. Mais cela me fait un bien fou. Ces petits jeux avec Michael sont comme une bouffée d’air frais alors que je suis en apnée, alors que j’ai la tête plongée sous l’eau. Après tout, il n’y a pas de raison que je sois gênée. C’est l’homme que j’aime et tôt ou tard, ces jeux deviendront bien plus.

Je sens tout à coup mon corps envahit par une chaleur. Mais cette fois le sentiment de honte que je ressentais a été remplacé par quelques choses de complètement différent et de bien plus plaisant : le désire. Je veux cet homme. Mais pas seulement être dans ses bras, je veux qu’il pose ses mains sur moi et que nos corps s’unissent.

Soudain, voyant que je me rapproche de plus en plus de Lincoln… Penses à autre chose Sara. Vite. Dépêche-toi !

L : T’en as mis du temps Sara. C’est bon on peut y aller Doc ? (voyant le visage de Sara) Ca va ?
S (gênée) : Heu… oui.

gêner...heu......j'adore le "cut ass" !!! lol! sunny
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 30
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 18 Mar - 15:37

ça fait toujours marer ? parce qu'en relisant j'ai l'impression que c'est plus si drôle qu'avant ! lol
en tout cas merci pour le com !!




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 18 Mar - 21:19

ça y'est j'ai lu ! Very Happy

J'ai adoré !!!
Je trouve que c'est super bien écrit et puis marrant aussi...ça flirte, ça flirte dis donc Laughing

J'ai beaucoup aimé cette phrase dans le chapitre 3 :
Citation :

Je le vois prendre son temps alors que nous n’en avons jamais eu assez.
Trop belle cette phrase...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 18 Mar - 23:02

bon ok j'avoue je suis devenue accros a ta fic donc heu ....a quand la suite sunny sunny sunny sunny Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 30
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 18 Mar - 23:12

very soon...
je vais faire une relecture et poster ! Wink




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 18 Mar - 23:17

youpi !!!!!!!!!!tu illumine ma journée tu le sait Smile
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 30
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mer 18 Mar - 23:21

ouais je sais ! Cool

nan je déconne ! me jetez pas trop de fleurs quand même, je risquerais de prendre la grosse tête !




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Jeu 19 Mar - 0:01

miliibnb a écrit:
ouais je sais ! Cool

nan je déconne ! me jetez pas trop de fleurs quand même, je risquerais de prendre la grosse tête !

ok alors je vais dire :c'est nulle c'est mal écrit .....ects juste pour pas que tu prenne la groose tête , non je dit des truc gentils parce que c'est bien écrit et puis t'inkiete nous on te ramènera sur terre si tu prend la grosse tête !!
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 30
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Jeu 19 Mar - 1:09

suite et fin du chap 3 (ci-dessous les parties 2 et 3)




Pendant ce temps à Sona (pensées de Mike) :

Je ne sais pas comment je vais pouvoir survivre dans cet enfer. A peine suis-je arrivé que je me retrouve déjà confronté à certains détenus. Déjà, il y a cette réunion « d’orientation » présidée par ce Lechero. Je vois que je suis une menace pour lui. Mon passé d’évadé ne doit pas être un atout. La façon dont il me regarde en dit long sur ses intentions. J’ai vite compris où il veut en venir, je tiens cette pate de coq entre mes mains, et je sais qu’il n’a qu’une seule idée en tête : se débarrasser de moi. Comme si ce n’était pas suffisant de se retrouver coincé ici, dans cet endroit minable, avec ses pires ennemis. Ceux pour qui j’ai tout fait pour essayer de les faire tomber.

Je me retrouve dans cette cellule, celle qu’on m’a attribuée un peu plus tôt dans la matinée, assis sur ce qui me sert de lit. Je sens une angoisse m’envahir. Dans à peine quelques minutes je devrais affronter, à mains nues, un homme contre qui je n’ai aucune chance. Je sais que s’est un piège orchestré par Lechero, mais je cherche une solution pour l’éviter. Je dois trouver une solution. J’essai de me concentrer, mais la peur qui me terrasse, m’empêche de penser correctement. Je n’ai qu’une seule personne en tête : Sara.

Depuis ce matin, je ne pense qu’à elle et à ce qu’elle m’a dit. Cette idée me procure un sentiment de joie immense, à chaque fois rattrapé par le souvenir des épreuves que je lui ai fait endurer et le danger dans lequel je me suis mis. Elle était magnifique, vêtue comme hier et les cheveux détachés. Ses traits étaient tirés mais elle ne perdait rien du charme qui est le sien. Si seulement il n’y avait pas eu ce grillage entre nous. J’aurais voulu la prendre dans mes bras comme je le faisais encore le jour précédent.

Quand je l’ai vu sur ce bateau, je n’en croyais pas mes yeux. Mon cerveau ne contrôlait plus mon esprit, mais mon cœur tout entier guidait mes pas pour aller me jeter dans ses bras et la sentir contre moi. La chaleur de son corps et la douceur de sa peau me manque. Ici, il fait une chaleur avoisinant les 40°C mais j’ai froid parce que Sara n’est pas là.

Mais après tout peut être que je mérite tout ce qui m’arrive et que mon destin est de finir mes jours dans cette prison, que se soit demain, dans 10 ans, ou aujourd’hui ça met égal. Cependant, je voudrais tellement revoir Sara une dernière fois et pour elle je vais devoir me battre. Mais je suis incapable de tuer un homme, c’est pourtant la seule issue qu’il me reste.

Prenant mon crâne entre mes mains, je ne peux m’empêché de gesticuler. Je transpire. Ma peur se détecte à des kilomètres et pourtant il faut que je me ressaisisse, que je lui montre qu’il ne m’impressionne pas. Après tout peut être est-ce simplement un test ? Non mais Michael tu t’entends parfois ? On n’est pas au lycée, tu es en prison et c’est loin d’être Fox River. Je me retrouve terrorisé comme le jour où cette guérilla entre blancs et noirs a éclatée, à peine quelques temps après mon arrivée.

Je me revois assis dans ma cellule, numéro 40, couvert de sang, tenant cette vis entre les mains, tremblant et réagissant au moindre mouvement, au moindre son dans la prison. Aujourd’hui je me retrouve face à des problèmes beaucoup plus dangereux et pourtant ma peur n’est pas la même. Je crois que toutes les épreuves que j’ai vécues, m’ont changées à jamais, et je suis sure qu’il en sera de même à l’issu de ce combat. Le tout étant de savoir si j’en sortirai vivant donc en meurtrier, j’appartiendrai alors totalement à cette prison, où alors j’en sortirai certes, mais mort.

Je n’ai même pas un seul appui sur lequel je puisse compter. A Fox River, j’avais Linc et Sucre. Encore une personne que j’ai rencontré là bas et qui a changé ma vie. Ailleurs on ne se serait certainement jamais parlé. Et pourtant, cet homme que je considère aujourd’hui comme mon meilleur ami, m’a fait voir les choses sous un angle totalement différent. Je ne sais même pas où il est à présent. Obsédé par ma vengeance, je voulais retrouver T-Bag et je l’ai abandonné à son sort, blessé. Est-il vivant ? A-t-il retrouvé Mari Cruz ? Si je sors de là un jour, j’espère vraiment pouvoir la rencontrer. Et pourtant j’ai le sentiment de déjà la connaître tellement il pouvait en parler. Lorsqu’on est coincé 23 heures par jour dans une cellule minuscule, il faut bien trouver de quoi passer le temps. Sucre monopolisait pratiquement constamment la conversation, mais ça n’a jamais était un problème pour moi qui ne suit pas du genre bavard. Et aujourd’hui, j’avoue que lorsqu’il évoquait Mari Cruz et les moments qu’il partageait avec elle, je ne faisais moi-même que penser à Sara.

Je me dis qu’elle est en sécurité avec Linc. Mon grand frère, il a toujours était surprotecteur avec moi. Notre relation n’a jamais été des plus faciles. Pendant longtemps je l’ai détesté pour m’avoir abandonné, comme mon père, et puis ma mère. Et puis j’ai compris qu’il était ma seul famille, lui et LJ, et je ne voulais pas les perdre. J’ai tout fait alors pour le sortir de prison et du terrible destin qui était le sien. Mais la fin en vaut elle vraiment les moyens ?

Pourquoi, je n’arrive pas à rester concentré ? Voila Sammy, le chien de Lechero qui m’appelle pour me rendre au combat. Je me lève à contre cœur mais je sais que je n’ai pas d’autres solutions. Je comprends alors pourquoi je me suis mis à penser à toutes ces personnes : Linc, LJ, Sucre, Sara… Oh, Sara. A cet instant je réalise que je ne les reverrai peut être jamais et c’est pour moi le dernier moment que je partage avec eux, en pensant à eux.

Plus je me rapproche de la court et plus je sens mon cœur battre à vive allure. J’ai des gouttes de sueur qui coule le long de mon dos. Mes mains sont moites et tremblantes. Pour une fois je n’ai aucun plan. Je ne sais pas si je préfère vivre ou mourir.

Je me retrouve au centre de ce cercle, face à cet homme. La foule crie autour de nous et me terrorise davantage. Lechero nous explique les règles et le combat peut commencer. Mais je ne sais toujours pas quoi faire, alors je me recule et finalement une idée me vient en tête. Je revois Mahone un peu plus tôt dans la matinée m’expliquer où je dois le frapper pour le blesser. Je leur crie que je ne veux pas me battre, et alors que cet homme a le dos tourné, je lui assène un coup violent dans les rotules.

Je l’ai pris au dépourvu, et je prends ainsi l’avantage sur lui, lui lançant quelques coups au visage et dans l’estomac. Il tombe par terre à plusieurs reprises. J’essai d’arrêter le combat. Je ne veux pas continuer. Je ne veux pas aller plus loin. Je n’en suis pas capable. Mais ces hommes en rage m’empêchent de quitter le cercle. Ils me poussent, au sens propre du terme, pour que je le tue.

Le combat continu. Je prends moi aussi quelques coups mais j’en donne le double. La foule s’acharne alors qu’encore une fois, j’essai d’éviter d’aller plus loin. Mais alors que j’ai le dos tourné, un détenu lance un couteau à l’homme qui m’est opposé pour qu’il me tue plus rapidement. Et à ma plus grande surprise, c’est Mahone qui intervient, empoignant l’homme, le frappant avant de lui briser le coup. Je suis ébahit par sa réaction. Comme il me l’a dit, je suis sa carte sortie de prison, mais je ne l’aurais pas cru capable de m’éviter d’être tué ou de devenir un assassin.

Peu à peu, la foule se disperse, déçue. Sans un mot à Mahone, je suis prêt à retourner vers ma cellule, afin de m’écarter de ces gens. Je n’ai aucune confiance en eux, en ces détenus que je connais à peine, en T-Bag, Bellick et même Mahone. Mais alors que j’empreinte le couloir en direction de ma cellule, j’entends au loin une voix provenir de l’interphone « Scofield, tienes una visita, Scofield you have a visitor ».

Je me demande qui ça peut être. Il est 17h45, Sara et Linc doivent être sur le point de prendre l’avion à présent. Je ne vois pas qui pourrait venir me voir, et cette idée est loin d’être rassurante.

Je fais demi-tour et me dirige vers le lieu des visites avec une certaine appréhension mais tachant de faire bonne figure. Chose plus facile à dire qu’à faire étant donné que je ne suis pas encore tout à fait remis des minutes précédentes, pour preuve, mes mains tremblent encore.

Je passe la grande porte et vois quelques mètre plus loin, un homme de dos qui à l’air assez agité et porte une capuche sur la tête. On dirait qu’il fait attention aux gens qui sont autour de lui, comme s’il il ne voulait pas qu’on le reconnaisse. Au fur et à mesure que j’avance vers lui d’un pas décidé, je devine qui se cache sous cette capuche. Il finit par se tourner vers moi. J’avais raison : Sucre.

Il a un grand sourire qui se dessine sur le visage, me faisant penser au jour où l’on s’est retrouvé à nouveau dans la même cellule, après que j’ai arrangé le départ d’Haywire.


M (dans un soupire de soulagement ravi de le voir) : Sucre…
Su : Alors gueule d’ange, on dirait que t’as pris goût à la prison.
M (souriant) : On dirait…
Su : J’ai vu Linc, et aussi ton cher docteur.
M (à la mention de Sara, Suce attire toute l’attention de Michael) : Ils vont bien ?
Su : Oui te fais pas d’inquiétude pour ça. Ils sont partis à l’aéroport il y a une heure et demi environ.
M (voyant la blessure de Sucre) : Ecoutes, je sui vraiment désolé de t’avoir abandonné là bas…
Su : Mike écoute ya pas de souci, je voulais que tu le fasses. C’était nécessaire si je voulais récupérer l’argent et retrouver Mari.
M : C’est fait ? Tu l’as retrouvé ?
Su (changeant de ton et baissant les yeux) : Oui, elle est en sécurité à Chicago.
M : Et pourquoi tu n’es pas avec elle ?
Su : Je le voulais en faite. J’étais sur le point d’y retourner quand ton frère m’a trouvé. Il voulait que je vous aide et heu… Mike… hum je suis désolé, ce n’est pas que je ne voulais pas, mais il fallait que je la retrouve. Et puis finalement je me suis rendu compte que ça empirerait les choses pour elle. Je lui ai téléphoné (ayant du mal à déglutir) et heu… je lui ai promis que je la retrouverais un jour, quand les choses se seraient calmées.
M (ému) : Je suis désolé.
Su : Oui bin, tu sais on n’a pas toujours ce qu’on veut. Et puis, Sara m’a promis qu’elle irait la voir une fois à Chicago, pour prendre des nouvelles d’elle et du bébé.
M :…
Su : Donc pendant leur absence, ils m’ont demandé de veiller sur tes petites fesses, histoire que tu te fasses pas massacrer avant leur retour.
M (levant les sourcils) : …
Su : Quoi ?
M : Non rien. Sara n’a rien dit de plus ?
Su (retrouvant le sourire) : Ah, j’en étais sure, je l’ai senti direct après notre évasion ! Je savais que tu craquais pour elle. Oui tiens maintenant que j’y pense, je me demande si j’ai pas entendu une ou deux fois son nom sortir de ta bouche quand tu dormais.
M (surpris) : …
Su (esquissant un sourire moqueur et de dégout) : Hé… j’espère que t’as rien fait en pensant à elle alors que j’étais juste au dessus de toi…(se reprenant) enfin je veux dire sur le lit du dessus, (embarassé) enfin t’avais compris hein Michael ? !
M (riant, levant les yeux au ciel et hochant un non de la tête) : C’est bon de te revoir Sucre.
Su : Oui bin j’espère bien ! (plus sérieux), je ne pouvais pas te laisser comme ça après tout ce que t’as fait pour moi.
M : Merci.
Su : Et je me suis senti un peu obligé de venir à ton secourt vu qu’encore une fois tu t’es retrouvé dans de beaux draps. Et puis t’aurais du voir ça, quand j’ai dit à Linc que je devais retourner à Chicago, il n’était pas trop ravi, et si je n’étais pas monté dans ce bus, je crois qu’il m’aurait foutu une droite monumentale histoire d’évacuer sa tension. Quand à Sara, elle faut pas l’énerver non plus. Elle m’a pas accueilli des plus chaleureusement disons. Bon faut dire aussi que Linc s’était trompé et m’avait donné son numéro de chambre et quand elle est venu m’ouvrir, elle sortait de la douche, et puis bin je peux te le dire, vu que t’es derrière ce grillage, mais bon je l’ai un peu maté et je crois que ça a pas du lui plaire des masses non plus.
M (faussement jaloux) : Hé !!
Su : Enfin bon, on s’est expliqué et puis finalement ils ont accepté mon aide. (sérieux à nouveau) Sinon, papi à moi tu peux bien me le dire, c’est comment à l’intérieur ?
M (baissant les yeux) : Ca va, c’est une prison.
Su : Mike, je suis ni ton grand frère surprotecteur, ni ta petite amie !
M (souriant aux mots choisis par Sucre) :…
Su (l’air de ne pas avoir compris et de manière ironique) : Quoi ? Bin t’es pas d’accord quand je dis que Linc était constamment sur ton dos en train de te protéger ?
M : Tu vois très bien de quoi je parle. De Sara, on n’est pas… enfin je veux dire… on n’a jamais…
Su : Là t’as pas de souci à te faire papi, vu la façon dont elle a souri quand Linc m’a dit que je devais veiller sur tes petites fesses !
M (souriant en se remémorant sa conversation de ce matin) : …
Su : Donc la prison ?
M (franc) : Heu… C’est sal, dangereux, brouillant, loin du confort de Fox River.
Su (blagueur) : Oui surtout que là bas, tu avais le meilleur des compagnons de cellule.
M (grimaçant) : Oui, un brin pipelette sur les bords.
Su : Et fais gaffe gueule d’ange ou la pipelette va aller raconter à Sara tout ce que tu faisais en pensant à elle !
M et Su (explosant de rire ensemble comme il y avait encore quelques temps) : …
M : Ca m’a fais vraiment plaisir de te voir.
Su : Moi aussi. Fais gaffe à toi papi.




c'est tout pour aujourd'hui !




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Jeu 19 Mar - 15:08

la suite est génial j'aime bien sucre et son humour et mike qui pensait a sara .......heu douteux

en tous cas bravo !!
Revenir en haut Aller en bas
isaxxxx
Désir
Désir
avatar

Féminin
Nombre de messages : 646
Humeur : ralala ces scénaristes =(
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Jeu 19 Mar - 23:39

ba moi aussi j'vais essayé il y a longtmeps de la lire mais j'avais abandonné "a cause des 300 posts de pollueuse " au milieu lol!
en tout j'ai repris du début et je trouve ca toujours aussi super! poste vite la suite!!
j'aime tjrs autant sucre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Dim 22 Mar - 14:46

so , so , so une tite suite ?? sunny sunny sunny
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 30
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Dim 22 Mar - 14:49

heureusement que tu m'y fais penser !
bon je relis et je poste dans 5 min !




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 30
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Dim 22 Mar - 15:12

Bon, j'allais mettre le chapitre en entier (qui est un peu plus long que les autres), mais c'est plus marrant quand il y a un peu de suspense donc bon, petite suite vu que c'est la partie 1 du chapitre 4 ! bonne lecture !




Chapitre 4 : Déjà-vu

Sona, 3 jours plus tard (pensées de Michael) :


Il est 8 heures du matin. Ma montre sonne dans l’épais silence de Sona. Je suis déjà réveillé depuis quelques temps. Allongé sur mon lit, je contemple sans un mot une photo de Sara. Sucre est venu me l’apporter hier soir. Elle est parue dans un journal américain. Apparemment mon histoire fait beaucoup de bruit là bas. Linc et Sara font tout pour me défendre et m’attirer le soutien des citoyens. Ils ont été interviewés par des dizaines de journalistes, sont passés sur plusieurs plateaux télé… ils ont eu beaucoup à faire en seulement trois jours. Ils doivent revenir cet après midi, et je n’ai qu’une hâte, les revoir enfin. D’autant plus que Sucre m’a dit que j’aurais droit à une petite surprise. J’ai essayé de le faire parler, mais pour une fois, il a gardé ses lèvres scellées et n’a pas voulu m’en dire plus.

J’ai peu dormi cette nuit, trop excité de les revoir. Et puis il faut dire aussi que je n’ai pas du tout confiance en cet endroit et les gens qui y vivent. C’est vrai qu’avec Lechero ça va un peu mieux. J’ai pu mettre à profit mes connaissances pour résoudre un problème d’arrivée d’eau et de ce fait, il est un peu moins sur mon dos comme étant la personne à abattre.

Il fait déjà très chaud et quelques gouttes de sueur coulent le long de mon front. J’aurais voulu être plus présentable pour revoir Sara, mais après avoir passé 3 jours enfermé dans cet endroit sal et humide, je ne ressemble pas à grand-chose.

L’air est étouffant. Je repense alors au jour à Fox River où j’ai déclenché une émeute pour pouvoir travailler sur le projet plus tranquillement. Nous étions confrontés au record de chaleur du mois de mai, et il n’était pas difficile d’énerver davantage les autres détenus. Avec le recul, je pense qu’à cet instant je ne m’en rendais pas compte, ou je ne le voulais pas pour ne pas compromettre mes plans, mais j’étais déjà très attaché à Sara. Quand je l’ai vu seule entourée de ces hommes, des violeurs assoiffés de désir, j’ai couru pour la sauver comme si ma vie en dépendait.

Je crois bien que Sara me tuerai si elle savait ce que je pensais alors que nous étions tous les deux dans les faux plafonds de la prison. Le fait d’être seul avec elle par cette chaleur, entourés par le danger, cela rendait la situation assez excitante. Je crois même que lorsque que je l’ai aidé à descendre, alors que jusqu’à présent nous n’avions jamais été aussi proches, si personne n’était intervenu, j’aurai pu l’embrasser fougueusement, dominé par tout le désir que j’avais en moi. Pas si gentleman que ça Michael ! Je ne valais pas mieux que tous ces chiens qui ne voulaient que lui sauter dessus.

Cette pensée me fait sourire. Je regarde une dernière fois la photo de Sara pour ensuite la ranger dans ma poche avant que je ne sois plus capable de voir son visage, effacé par le nombre de fois où mes mains ont caressé le morceau de papier. Soudain, je me lève, brusquement attiré par une alarme qui résonne dans toute la prison. Mac Grady, un jeune hispanique pour lequel je me suis pris d’amitié ces derniers jours, arrive en trombe dans ma cellule.


MG : Michael, vite dépêche-toi. On doit tous se réunir dans la cours pour une inspection surprise.

Je ne comprends pas vraiment ce qu’il se passe. Je pensais que les gardes n’entraient jamais à l’intérieur de Sona. Alors que je suis Mac Grady jusque dans la cour, il m’explique que de temps à autre, une alerte retenti lorsqu’il y a un problème. Les gardes viennent, et ne ressortent que très rarement sans avoir laissés un corps au passage derrière eux.

Je rejoints les autres, déjà assis sur le sol, les mains derrières la tête. Je regarde autour de moi et trouve Bellick et Mahone tout aussi surpris. Puis la grande porte s’ouvre alors que les derniers détenus se mettent en position. Plusieurs gardes armés jusqu’aux dents entrent et nous hurlent de ne pas bouger. Ils parlent entre eux en espagnol. L’un d’eux semble donner des ordres aux autres. J’ai l’impression qu’il cherche quelqu’un. Soudain, l’un d’eux pointe son revolver face à ma tempe. Je sens mon cœur battre de plus en plus vite et de plus en plus fort à tel point que ma poitrine pourrait exploser. Je ne comprends pas vraiment ce qui se passe.


G (en direction de Michael) : Toi, lève-toi !

J’exécute ses ordres et je le suis à contre cœur. Un autre garde vient le rejoindre et chacun d’eux m’agrippent un bras. Ils m’emmènent dans un endroit de la prison qui reste inaccessible des détenus. Je traine presque les pieds au sol. Je ne sais pas où ils m’emmènent et je ne veux pas le savoir. Je résiste du mieux que je peux, les obligeant à m’empoigner plus fermement. Nous nous rapprochons de plus en plus d’une porte tout au fond d’un long couloir. L’un des gardes me lâche alors que l’autre m’agrippe toujours le bras en y faisant une vive pression, pendant que le premier me donne un violent coup de point en plein visage. Puis, il ouvre la porte à laquelle je fais face et me pousse brusquement dans la pièce. Je tombe alors vivement sur le sol. Je n’ai pas le temps de voir ce qui se trouve face à moi quand j’entends une voix que je reconnais immédiatement : Sara.




to be continued... un peu de misa ! avec une suggestion qui avait été lancée par poupi à l'époque, un petit défi que je devais relever :
Spoiler:
 




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Dim 22 Mar - 16:10

Ha cette suite j'ai vraiment adoré , j'étais sur le point de faire un arrêt, quand mike dit voir sara alors la ta intérêt de mettre la suite parce que le moment misa c'est sacré



Citation :
J’exécute ses ordres et je le suis à contre cœur. Un autre garde vient le rejoindre et chacun d’eux m’agrippent un bras. Ils m’emmènent dans un endroit de la prison qui reste inaccessible des détenus. Je traine presque les pieds au sol. Je ne sais pas où ils m’emmènent et je ne veux pas le savoir. Je résiste du mieux que je peux, les obligeant à m’empoigner plus fermement. Nous nous rapprochons de plus en plus d’une porte tout au fond d’un long couloir. L’un des gardes me lâche alors que l’autre m’agrippe toujours le bras en y faisant une vive pression, pendant que le premier me donne un violent coup de point en plein visage. Puis, il ouvre la porte à laquelle je fais face et me pousse brusquement dans la pièce. Je tombe alors vivement sur le sol. Je n’ai pas le temps de voir ce qui se trouve face à moi quand j’entends une voix que je reconnais immédiatement : Sara.



non mais attends tu peux pas nous laisser comme ça !!!il faut la suite !!!!!!parce que la c'est trop sadique ce que tu fais !!
Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 30
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Dim 22 Mar - 21:57

voilà la partie 2 :



S (inquiète, accourant vers Michael) : Michael !

En entendant sa voix, mon sang ne fait qu’un tour dans mes veines, mon cœur se met à battre à une allure folle, des frissons parcourent mon corps. Je dégluti, prends une grande inspiration puis je lève la tête afin de vérifier que je ne suis pas en train de rêver.

Non, je ne rêve pas, elle est bien là. Elle s’est abaissée à mon niveau, a posé une main sur mon épaule et me regarde inquiète. Je ne bouge pas. Je suis comme paralysé. Je ne comprends pas.

Mon incapacité à prononcer le moindre mot ne la rassure guère. Elle s’est assise par terre et nous sommes plus proche l’un de l’autre. On reste ainsi à se fixer tout les deux pendant ce qui me parait une éternité, un moment de plénitude irréel, comme si Sona, tout ce qui s’était passé avant n’avait jamais existé.

Je sens son autre main sur la mienne, me caressant délicatement de ses doigts pour les entrelacer aux miens. Ce contact est d’une douceur incomparable comparé à ce que je vis ici où tout n’est que violence et terreur. Je ferme les yeux, n’osant pas y croire puis je sens sa paume contre ma joue, tentant par ce dernier mouvement de me faire revenir à la réalité. Mais je n’en ai pas envie. J’ai trop peur qu’en ouvrant les yeux à nouveau elle ait disparue. Je préfère rester ainsi, au contact de cette sensation délectable.

Alors je sens son souffle chaud contre mon visage et la seconde qui suit, j’ouvre enfin les yeux et je la voix. Elle est là. Sa mine inquiète n’a pas quitté son visage, elle s’est même intensifiée. C’est alors que je sens apparaître sur mes lèvres un immense sourire qu’elle dessine de ses doigts.

Elle effectue un mouvement pour se relever tout en m’entrainant. Nous sommes maintenant debout face à face, perdu l’un dans le regard de l’autre. Je passe ma main contre son visage, allant jusqu'à son oreille pour replacer une des ses mèches de cheveux. Je m’amuse quelques secondes avec, ce qui la fait sourire. Nous avons l’impression d’être seuls au monde. Finalement, l’un des deux gardes qui m’avaient conduit ici fait irruption dans la pièce, m’empoignant violement pour que je m’écarte de Sara.

Cette séparation est un vrai supplice. Il me dit en espagnol que je n’ai pas le droit de l’approcher. Je vois le sourire de Sara disparaître de ses lèvres avant qu’elle ne baisse la tête d’un air désolé. Le garde m’explique tout un charabia auquel je ne comprends rien. Pas vraiment à cause du langage, mais parce que je suis tellement obnubilé par cette femme que je ne peux me concentrer sur autre chose que son visage. Il me pousse alors vers la gauche de la pièce où se trouve ce qui ressemble à une table d’auscultation. Je fronce les sourcils ne comprenant pas la situation. Puis je me tourne vers Sara qui est maintenant dos à moi, elle se dirige vers une mallette d’où je la vois sortir une seringue.

Je m’assois sur la table d’auscultation. Elle se retourne, l’injection à la main et me regarde d’un air malicieux avant que sa voix n’effleure l’air encore une fois.


S : Monsieur Scofield, c’est l’heure de votre injection d’insuline.

Tout à coup, tout deviens clair et je souris à mon tour. Elle a utilisé la même ruse que moi pour se retrouver dans ce qu’on pourrait appeler « l’infirmerie de Sona ». Je relève ma manche comme j’en avais l’habitude, lui laissant redécouvrir mes tatouages. Je vois bien qu’elle les fixe un moment, et pendant une fraction de seconde son sourire disparaît, je comprends qu’elle pense à ce que ce tatouage signifie réellement. Il est la clef de toutes les questions qu’elle s’était posée sur moi pendant mon séjour à Fox River. Mais elle revient à elle rapidement, repartant sur son air enjoué et amusé de ce sentiment de déjà-vu.

Quand elle pose sa main sur mon bras pour y planter l’aiguille, je ne ressens aucune douleur, comme si les seules sensations que je suis en mesure d’éprouver à ce moment précis sont la douceur de sa peau contre la mienne et la chaleur de son corps. Je regarde vers ma droite, à quelques mètres de là, je vois que le gardien ne nous quitte pas des yeux. Quand je me retourne à nouveau vers Sara, celle-ci me tend un comprimé et un verre d’eau : du pugnac. Décidemment, elle a pensé à tout.

Elle me regarde intensément alors que je bois une gorgé d’eau pour avaler le médicament, puis elle se tourne vers le garde d’un air décidé.


S (au garde sur un air déterminé et très professionnel) : Je dois ausculter mon patient plus en détails. Il a quelques vieilles blessures que je dois examiner. Vous comprenez ?
G (un brin mécontent): Heu… Si, pero me quedo aqui… heu, (avec un fort accent hispanique) je reste ici.

Elle se positionne face à moi de nouveau. Je la regarde d’un air étonné mais amusé, elle me répond avec un sourire des plus séducteurs.

S : J’aurai besoin que vous vous déshabillez Monsieur Scofield.

J’hausse les sourcils. Je n’en reviens pas de la façon dont elle abuse de la situation, dont elle abuse de moi ! Mais je ne me fais pas prier et j’enlève mon tee-shirt, laissant apparaître le reste de mes tatouages. Je la regarde intensément, d’un air décidé et sûr de moi, rentrant complètement dans son petit jeu.

Elle passe un rapide coup d’œil sur mon torse nu avant de lever la tête vers moi. Je peux lire en elle comme dans un livre ouvert : elle en veut plus, ses yeux sont remplis de ce que je pourrais qualifier de désir, et je dois avouer que si ce garde n’était pas là, rien ne m’empêcherais de la plaquer contre le mur et de lui faire l’amour comme j’en ai envie depuis si longtemps.

Je vois ses yeux descendre de plus en plus bas, dangereusement plus bas avant qu’elle ne prenne la parole à nouveau.


S (séductrice) : Le pantalon aussi Monsieur Scofield !

Je me retourne quelques secondes vers le garde, avant de me diriger une fois encore vers elle. Elle se demande comment je vais réagir, et sans la quitter une seconde des yeux, affichant mon regard le plus séducteur, je défais mon jean et je me retrouve en caleçon devant elle et sans aucun complexe.

Elle me scrute quelques secondes de haut en bas avant de s’approcher, son stéthoscope à la main, et de le poser contre ma poitrine. Mon cœur bat à une puissance folle. Cette situation me fait penser à tous les petits jeux que nous avions à Fox River, et plus particulièrement à l’un d’entre eux, sauf qu’ici elle n’a pas besoin de répondre aux regards que je lui lance car c’est elle qui mène la danse.

Puis elle repose son stéthoscope autour de son coup, faisant balancer ses cheveux dans un mouvement involontairement sensuel. Elle me regarde un instant. Je vois qu’elle a une idée en tête. Elle pose sa main droite contre ma cuisse et descend le long de ma jambe très délicatement. Je suis sur le point d’exploser, et ce n’est pas seulement mon cœur qui s’enflamme mais mon corps tout entier qui réagit à cette caresse. Je dois me contrôler penser à quelques choses d’autres et vite avant que la situation ne devienne ingérable pour une certaine partie de mon anatomie. Il ne faut pas oublier que je suis à découvert, en caleçon devant elle et ce garde. Mais soudain une pensée me refroidie à une vitesse extrême : mes chaussettes. Quel idiot ! Je suis face à elle quasiment nu et je porte toujours mes chaussettes ! Mon sourire confiant change vite de ton et la gêne s’empare alors de mon visage. Sara s’amuse de la situation, enlève la chaussette de mon pied, et reprenant plus sérieusement son travail, examine mes orteils.

Une fois fait, elle relève la tête avec un sourire et les joues légèrement rosées, puis se rapproche plus amplement de moi. Elle n’est qu’a quelques centimètres de mon visage et je n’ai qu’une envie, l’embrasser. Sentir la chaleur de ses lèvres contre les miennes, la douceur de nos langues dans un baiser passionné. Mais son regard se dirige vers mon bras, gauche. Elle le soulève afin de voir la cicatrisation de l’entaille que je m’étais faite pour pouvoir récupérer le comprimer destiné à Linc. Décidément, elle me connaît par cœur. Elle se souvient de chacune de mes blessures et passe délicatement de l’une à l’autre en effleurant chaque centimètre de ma peau.

Je vois qu’elle s’apprête à passer derrière la table pour examiner la brûlure de mon dos. Je jette un vif coup d’œil vers le garde qui est tourné en direction de la fenêtre donnant sur la cour. Je profite de son inattention pour prendre délicatement le bras de Sara alors qu’elle passe d’un côté de la table pour regarder l’état de mon dos et je lui susurre quelques mots à l’oreille qui la font sourire et émettre un léger rire.


M (ayant retrouvé toute son assurance) : Je crois bien que là, il y a du harcèlement dans l’air. Je ne suis pas sur que ce cher Hippocrate vous autorise à cela Docteur Tancredi. Après avoir délibérément admiré mon corps pendant mon sommeil, vous vous engagez sur un autre terrain. Je croyais que vous étiez une fille bien.
S : Michael, on sait tous que je ne suis pas une fille bien, et tôt ou tard tu le découvriras vraiment.

Elle termine cette phrase en me tirant légèrement la langue, avant de continuer son inspection. Je sens le désir monter en moi, et il faut que je me calme avant qu’elle ne revienne face à moi, mais ses mains sur mon dos, caressant encore une fois délicatement ma peau, m’en empêchent. Je suis sauvé par le garde qui s’impatiente et qui met fin à cette auscultation très « intime ». J’enfile aussi rapidement que possible mon pantalon, mais je crois bien que c’est trop tard et qu’elle a saisi la position dans laquelle je me trouve. Elle se place devant moi, me tournant le dos pour que le garde ne saisisse rien de la situation, lui croyant réellement qu’elle est mon médecin. Alors que je remets mon tee-shirt, elle se retourne et me sourit encore une fois.

S : A demain Michael.

Je ne sais pas encore comment et pourquoi elle est là, mais je comprends que cette situation sera régulière, et tout à coup cela me fais froid dans le dos. Je ne veux pas d’elle dans cette prison, à seulement quelques mètres de ces monstres, de ces hommes en manque de tout, de liberté, de drogue, de femmes.

Quand je reprends mes esprits, elle est sortie de la salle accompagnée par l’un des gardes alors que l’autre me ramène à la cour. Lorsque j’y arrive j’entends de nombreux cris, des sifflements. Je me dirige là où tous ces chiens sont regroupés, un grillage par lequel on peut voir passer Sara.

Je sens une vague de colère énorme m’envahir. Je voudrais tous les tuer sur le champ. La peur que j’avais ressentie il y a quelques secondes ne fait qu’augmenter. Et malgré mon envie de la revoir, j’ai trop peur pour elle. Je ne pourrai pas supporter qu’il lui arrive la moindre chose.


(Pensées de Sara)

Me voilà sortie de cette prison. En y pénétrant, elle me terrifiait. Elle ne parait pas aussi tranquille que le premier jour où je suis venue rendre visite à Michael. Mais je ferai tout pour lui et ce moment, m’a procuré un immense bien être. Je me suis beaucoup amusé avec lui je l’avoue, mais bien que mes joues soient rougies, je n’en ai pas honte, j’ai même impatience de recommencer et de pouvoir bientôt réaliser mon rêve d’il y a trois jours et peut être le terminer.

J’empreinte un couloir par lequel les détenus me voient et me sifflent comme un vulgaire morceau de viande. Je me retourne vers Michael et je vois qu’il fulmine de rage face à eux. Puis tout à coup, j’entends mon prénom parmi cette foule d’homme surexcité. Cela ne vient pas de Michael. Je jette un bref coup d’œil et là j’aperçois Bellick en sous-vêtements. Je suis sous le choc de le voir ainsi et je m’arrête une seconde.


B (suppliant) : Sara aide moi ! Sors-moi de là Sara !

Je reste muette et me retourne à nouveau vers Michael. Je suis inquiète, sous le choc et je ne sais pas quoi faire.



A quelques mètres de là, Lechero regarde attentivement cette sublime femme qu’il voit passer. Il capte aussi son regard tourné vers Scofield, et la façon dont celui-ci réagit aux sifflements des détenus.

L (à Sammy) : Trouve moi qui est cette femme, et ce qu’elle représente pour Scofield. Je crois que nous avons peut être découvert la faiblesse de notre « superstar ».



so???




gif by selima - avatar, icones & ban by me
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Lun 23 Mar - 0:02

oh my god cette suite !!!!l

echero me fair peur j'éspere qu'il ne va rien découvrir

sara qui rend visite a mike !!!!super le contact physique qui est interdit je trouve ça super


bravo merci d'avoir posté c'est génial !!





Revenir en haut Aller en bas
miliibnb
Joue au docteur avec Michael
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 30
Localisation : écume tous les starbucks à la recherche de went
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Lun 23 Mar - 0:18

merchiiiii !!

pour lechero... you'll see... muhahahaha




gif by selima - avatar, icones & ban by me


Dernière édition par miliibnb le Lun 23 Mar - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
isaxxxx
Désir
Désir
avatar

Féminin
Nombre de messages : 646
Humeur : ralala ces scénaristes =(
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Lun 23 Mar - 21:29

super! j'adore lire cette fic! par conte lechero... je sens le ptit truc bien salo la! a continue a (re)posté!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Lun 23 Mar - 22:02

oui continue a posté parce que je suis maintenant accro a ta fic et comme toutes les drogues il faut ça petite dose !!! sunny sunny
Revenir en haut Aller en bas
isaxxxx
Désir
Désir
avatar

Féminin
Nombre de messages : 646
Humeur : ralala ces scénaristes =(
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   Mar 24 Mar - 0:00

meme une grosse dose! enfin si possible!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Strong & Alive - chap 20 (suite 1/3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 19Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les films qui n'auraient jamais dû avoir de suite
» Full Metal Alchemist 108 (Fin)
» Alive - the final evolution
» Majandra et Danny Strong : Souviens-toi... L'été dernier, Scream... (parodie)
» Problème de fuite d'huile suite descente trottoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MiSa' Story :: WENTWORTH/SARAH & MICHAEL/SARA :: Fanfictions-
Sauter vers: